5G : Free relance la guerre des prix

En proposant la 5G sans surcoût dans son forfait à 19,99 euros, Xavier Niel a une nouvelle fois, et au grand dam de la concurrence, revêtu ses habits préférés de casseur de prix.
Pierre Manière

3 mn

Xavier Niel, le fondateur et propriétaire d'Iliad, la maison-mère de Free.
Xavier Niel, le fondateur et propriétaire d'Iliad, la maison-mère de Free. (Crédits : STEPHANE MAHE)

L'histoire se répète. Inlassablement. « Comment ils disent les Américains ? 'Déjà vu' », soupirait ce mardi un cadre du service de presse d'Orange sur Twitter. Ce même jour, Free a jeté un pavé dans la mare en incluant la 5G sans surcoût à son forfait de référence à 19,99 euros par mois. Ce faisant, l'opérateur de Xavier Niel casse littéralement le prix de cette technologie. Au grand dam de la concurrence, qui tablait sur la 5G pour enfin rehausser les tarifs et les marges.

La situation actuelle ressemble quasiment trait pour trait à celle du lancement de la 4G. C'était il y a sept ans. Le 3 décembre 2013, Xavier annonçait, de la même manière qu'aujourd'hui, la 4G sans surcoût dans son forfait de référence. Free surfait allégrement sur son image de casseur de prix, après son entrée fracassante sur le marché du mobile dix mois plus tôt. « Free vend du vent », dénigrait alors Stéphane Richard, le PDG d'Orange, rappelant que son rival disposait alors d'un réseau 4G bien moins étoffé que la concurrence. Avec environ 800 antennes, l'opérateur de Xavier Niel en possédait, il est vrai, sept fois moins que Bouygues Telecom, et cinq fois moins qu'Orange.

Aujourd'hui, Free dispose d'un réseau mobile bien plus fourni. Mais ses rivaux arguent, comme à l'époque, que son offre n'est en rien comparable aux leurs. Cette fois-ci, ce n'est pas son nombre d'antennes qu'ils critiquent. Mais les fréquences utilisées par Free pour offrir la 5G. L'opérateur de Xavier Niel a décidé de recourir massivement à des fréquences basses, dans la bande des 700 MHz. Or celles-ci offrent des débits très inférieurs aux fréquences hautes majoritairement utilisées par la concurrence.

Lors du lancement de la 4G, Bouygues Telecom s'est d'emblée aligné sur l'offre de Free dans tous ses forfaits, sauf pour sa marque low cost B&You. Pour la 5G, l'opérateur de Martin Bouygues, sans doute soucieux de ne pas laisser trop de terrain à son concurrent, a rapidement dégainé une offre « spéciale », avec un forfait à 24,99 euros par mois pour 130 gigaoctets de datas. SFR lui a emboîté le pas, et propose maintenant un forfait similaire via sa marque à bas coût RED. La bataille de la 5G ne fait, en clair, que commencer.

Le désamour des investisseurs

Celle-ci intervient alors que les prix des forfaits mobile sont déjà, en France, parmi les plus bas d'Europe. Surtout, les opérateurs sont aujourd'hui confrontés à un « mur » d'investissements. Outre le déploiement de la 5G, tous dépensent beaucoup d'argent pour achever la couverture du pays en 4G, et en finir avec les zones blanches, où le mobile ne passe pas. En parallèle, les opérateurs déploient la fibre avec l'objectif d'offrir cette technologie à toute la population à l'horizon 2025.

En 2019, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free ont investi plus de 10 milliards d'euros dans les réseaux. Ce montant n'a cessé d'augmenter ces dernières années. A titre de comparaison, ces investissements n'était « que » de 7 milliards d'euros en 2014... En face, les revenus du secteur, eux, ne décollent pas. En 2019, ils ont baissé de 1% à 35,1 milliards d'euros. Cette situation est en bonne partie responsable du désamour, en Bourse, pour les valeurs des télécoms. Cette nouvelle guerre des prix ne va probablement pas les rendre plus attractives.

Pierre Manière

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 22/12/2020 à 15:06
Signaler
Free peut faire des prix sur sa 5G, ce sont les mêmes antennes que sa 4G et en 700 Mhz donc avec un débit à peine supérieur à la 4G+. Les heureux clients seront fort déçus de la 5G sans savoir que ça n'en est pas vraiment.

à écrit le 17/12/2020 à 4:13
Signaler
C'est clair que la qualité n'est plus une priorité dans un pays du tiers monde comme le France...

à écrit le 16/12/2020 à 17:44
Signaler
Richard d’orange va encore venir pleurnicher qu’il est incapable de monétiser la 5g, tout comme la 4G, de toute façon la caste dirigeante d’Orange est assez richissime comme ça qui ne partage aucun fruit de la croissance avec personne. Alors les gave...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.