Bouygues Telecom ouvre son réseau 5G

 |  | 429 mots
Lecture 2 min.
Seul Free n'a pas encore dévoilé son plan de couverture et ses offres 5G, évoquant un lancement dans les prochaines semaines.
Seul Free n'a pas encore dévoilé son plan de couverture et ses offres 5G, évoquant un lancement dans "les prochaines semaines". (Crédits : JOHN SIBLEY)
L'opérateur Bouygues Telecom a annoncé lundi le lancement de son réseau mobile 5G dans vingt "grandes villes" françaises, dont Lyon, Nice, Montpellier, Reims, Dijon ou encore Nancy, alors que d'autres communes demandent un moratoire sur cette technologie.

Il passe à son tour à l'attaque. L'opérateur Bouygues Telecom a annoncé lundi le lancement de son réseau mobile 5G dans vingt "grandes villes" françaises, dont Lyon, Nice, Montpellier, Reims, Dijon ou encore Nancy, alors que d'autres communes demandent un moratoire sur cette technologie. Bouygues Telecom vise une couverture nationale en 5G "pour fin 2021" dans l'ensemble des grandes et moyennes villes françaises, promettant des débits "jusqu'à 3 à 4 fois plus rapides" que la 4G grâce à l'utilisation des bandes de fréquences 2,1 GHz et 3,5 GHz. A l'instar de ses rivaux SFR et Orange, l'opérateur a communiqué ses offres tarifaires 5G grand public et entreprises, avec notamment une offre "sans engagement" pour rendre accessible le service "au plus grand nombre".

Seul Free n'a pas encore dévoilé son plan de couverture et ses offres 5G, évoquant un lancement dans "les prochaines semaines". Après avoir versé plus de 2,8 milliards d'euros à l'État pour s'emparer de "blocs" mis aux enchères début octobre, les opérateurs peuvent jouir de leurs fréquences 5G depuis le 18 novembre. Ils restent toutefois soumis à des procédures administratives liées aux autorisations techniques à déposer auprès de l'Agence nationale des fréquences (ANFR) et aux demandes d'information des mairies.

Eviter une congestion des réseaux

Or, plusieurs maires écologistes ou de gauche de grandes villes, notamment à Lille ou Grenoble, ont déclaré être en faveur d'un moratoire jusqu'à la publication prévue au printemps 2021 d'un rapport de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). "On est attentif à ce que les municipalités demandent aux opérateurs. Avant de vraiment déployer, il y a des débats qui s'instaurent dans certaines communes. Nous sommes respectueux de cela", a indiqué à l'AFP Benoît Torloting, directeur général adjoint de Bouygues Telecom.

A "Paris par exemple, techniquement on est prêt à couvrir toute la ville mais on a suspendu notre geste en attente du débat mené par la maire. Ces villes, comme Paris, sont couvertes, mais elles ne sont pas ouvertes", explique-t-il. "La mairie de Paris estime aujourd'hui qu'il va lui falloir 3 ou 4 mois pour mener à bien ce débat. Dans d'autres villes, cela ira peut-être plus vite. Dès lors qu'une municipalité nous donnera ce feu vert, nous pourrons en quelques jours à peine ouvrir la ville en 5G", a-t-il encore ajouté. Si la 5G promet d'offrir, à terme, un débit jusqu'à dix fois plus rapide, les opérateurs comptent avant tout sur son lancement pour gérer l'augmentation du trafic et éviter la saturation de leurs réseaux mobiles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :