Au grand dam d'Orange, l'Arcep refuse d'augmenter fortement le tarif du dégroupage

 |  | 744 mots
Sébastien Soriano, le président de l'Arcep.
Sébastien Soriano, le président de l'Arcep. (Crédits : Sipa)
Le régulateur des télécoms veut réhausser le prix payé par les opérateurs alternatifs à l’opérateur historique pour accéder à son réseau cuivre et vendre de l’ADSL de 9,46 euros en 2020 à 9,65 euros pour la période 2021-2023. Cette proposition ne réjouira pas Orange, qui souhaitait voir ce tarif augmenter de 2 à 3 euros.

L'état-major du numéro un français des télécoms va certainement grincer des dents. Ce vendredi, l'Arcep a proposé une modeste augmentation du prix du dégroupage. Aussi appelé « prix du cuivre » dans le jargon des télécoms, celui-ci est déterminé par le régulateur. Il s'agit, concrètement, du prix payé à la ligne et par mois par tous les opérateurs alternatifs (SFR, Bouygues Telecom et Free) à Orange lorsqu'ils utilisent son réseau cuivre pour proposer de l'ADSL à leurs clients. Aujourd'hui, celui-ci s'élève à 9,46 euros (*). L'Arcep souhaite le passer à 9,65 euros pour la période 2021-2023. Cette décision n'est pas totalement arrêtée, puisque la proposition de l'Arcep est désormais soumise à consultation publique.

L'initiative ne réjouira pas Orange. Et pour cause : comme nous l'indique Sébastien Soriano, le président de l'Arcep, l'opérateur historique souhaitait...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2020 à 11:58 :
Réponse à "Internaute" qui a écrit : "Est ce que l’Arcep ( indemnisation des victimes et leurs familles )est prêt à payer pour l’augmentation du cancer et des maladies neurologiques à cause de l’Adsl ?"

On peut le rassurer ainsi :
Il n'y a même plus besoin d'avoir le cancer pour être indemnisé de quoi que ce soit, il suffit d'avoir peur (cf. jugement en cours sur les employés des mines qui ont souffert de la peur d'attraper une maladie professionnelle).
Ainsi, potentiellement, tout le monde devrait pouvoir être indemnisé pour ses peurs professionnelles, écologiques ou sexuelles, peu importe qu'elles soient fondées.
Chacun pourrait même demander une indemnisation pour la peur de mourir un jour.
Les angoissés ça ose tout …
Réponse de le 15/09/2020 à 15:12 :
Vous oubliez la peur de "mourir idiot", manifestement c'est celle qui taraude Internaute (au vieux nom si charmant).
Comme quoi, la peur n'élimine pas le danger.
a écrit le 14/09/2020 à 11:56 :
Il serait bon de préciser que les lignes actuelles ont été payées par les contribuables spoliés lors de la privatisation.. donc UN BIEN PUBLIC ... à garder au service de tous dans les meilleures conditions.
a écrit le 13/09/2020 à 15:49 :
"Le cuivre" … devait être supprimé il y a 4 ans déjà, reporté à cette année, reporté maintenant à 2025 … C'est l'emblème des promesses gouvernementales non tenues et, au delà, de l'absence de controle de l'état sur les fournisseurs d'accès.
On remarquera quand même que la promesse non tenue du gouvernement actuel est plus grave que celle de ses prédécesseurs car le réseau cuivre est de plus en plus hors d'usage et irréparable faute de techniciens qualifiés (désormais à la retraite) et de pièce de rechange (muséologie)
Moins le cuivre sera rentable, plus Orange sera incité à respecter ses engagements de raccordement fibre et à accepter la concurrence. L'ARCEP a donc raison de pousser Orange à entrer au 21ème siècle au lieu de bénéficier des rentes d'un passé plus que révolu.
a écrit le 13/09/2020 à 12:56 :
Est ce que l’Arcep ( indemnisation des victimes et leurs familles )est prêt à payer pour l’augmentation du cancer et des maladies neurologiques à cause de l’Adsl ?
Réponse de le 13/09/2020 à 17:36 :
Il n'y a même plus besoin d'avoir le cancer, pour être indemnisé il suffit désormais de faire de l'anxiété à l'égard de méfaits imaginés (cf. jugement en cours sur les employés des mines qui ont souffert de la peur d'attraper une maladie du fait de leur métier).
Potentiellement, tout le monde devrait pouvoir être indemnisé pour les peurs écologiques., peu importe qu'elles soient fondées.
A défaut, on peut toujours demander une indemnisation pour la peur de mourir un jour.
Les angoissés ça ose tout …

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :