Aux Etats-Unis, Altice lance son offre mobile et casse les prix

 |   |  350  mots
Pour Altice, cette offre mobile permet au groupe de se positionner en opérateur dit « convergent », capable de proposer des offres mêlant Internet fixe, la télévision et le mobile.
Pour Altice, cette offre mobile permet au groupe de se positionner en opérateur dit « convergent », capable de proposer des offres mêlant Internet fixe, la télévision et le mobile. (Crédits : Philippe Wojazer)
Le groupe de télécoms et de médias de Patrick Drahi a dégainé une offre mobile jeudi 5 septembre au pays de l’Oncle Sam. Pour ferrer des abonnés et en siphonner à la concurrence, il table sur des tarifs agressifs, de 20 ou 30 dollars par mois.

C'est un nouveau défi pour Altice USA. Aux Etats-Unis, le groupe de Patrick Drahi, numéro quatre du câble, a décidé de lancer sa propre offre mobile. Pour ce faire, Altice USA, qui ne dispose pas d'infrastructures et actifs dans la téléphonie (comme un réseau d'antennes, ou des fréquences), s'est associé à deux grands opérateurs mobiles nationaux, AT&T et Sprint. Pour se lancer sur ce nouveau marché, Altice n'hésite pas à casser les prix. Baptisée Altice Mobile, son offre qui offre la data, la voix, les texto « en illimité » est accessible à 30 dollars par mois - et à 20 dollars mensuels pour ses près de 5 millions d'abonnés Internet fixe via ses câblo-opérateurs Suddenlink et Optimum.

Des tarifs très agressifs au regard de ceux pratiqués au Etats-Unis. D'après Stéphane Beyazian, analyste spécialisé dans les télécoms chez Mainfirst, « les offres américaines, hors promotions, se situent aux alentours de 70 dollars par mois ». Un chiffre similaire à celui mis en avant par Altice dans un communiqué. Selon le groupe, ses futurs clients mobiles individuels pourront ainsi « économiser jusqu'à 600 dollars par an par abonnement ».

Altice, une marque encore peu connue

Avec son offre à prix cassé, Altice va-t-il séduire massivement les Américains ? Ce sera sans doute difficile. Et pour cause, comme le souligne Stéphane Beyazian, Altice demeure une marque peu connue aux Etats-Unis. Le groupe devrait surtout, au moins au début, tenter de convaincre sa base d'abonnés au câble. « Ce qui représente environ 15 millions de lignes potentielles », calcule Stéphane Beyazian, rappelant qu'en moyenne, les foyers américains comptent trois personnes.

Pour Altice, cette offre mobile permet au groupe de se positionner en opérateur dit « convergent », capable de proposer des offres mêlant Internet fixe, la télévision et le mobile. Outre générer davantage de ventes, cette stratégie est aussi perçue par les opérateurs comme un moyen de conserver les clients plus longtemps. Et d'éviter, en clair, qu'ils filent trop vite à la concurrence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :