Brevets sur la 5G : Huawei bombe le torse

 |  | 713 mots
Lecture 4 min.
En matière de 5G, Huawei dispose de nombreux brevets dits « essentiels », devenus indispensables à cette technologie.
En matière de 5G, Huawei dispose de nombreux brevets dits « essentiels », devenus indispensables à cette technologie. (Crédits : MICHELE TANTUSSI)
Aujourd’hui en difficulté, et confronté à une nouvelle administration américaine qui refuse de lever les sanctions à son égard, le géant chinois des télécoms publie un « livre blanc » sur sa stratégie en matière d’innovation et de propriété intellectuelle. Une manière, pour le groupe de Shenzhen, de se poser en acteur essentiel du monde des nouvelles technologies, et de la nouvelle génération de communication mobile.

Huawei aime répéter qu'il est numéro un sur la 5G, et que ses logiciels et antennes sont les plus avancés d'un point de vue technologique. L'équipementier chinois, qui a connu un essor fulgurant ces dernières années, devance aujourd'hui les autres cadors du secteur, à savoir les européens Ericsson et Nokia. Ce leadership, Huawei l'explique par les moyens considérables qu'il consacre à sa R&D. Dans son « livre blanc » publié mardi sur « l'innovation et la propriété intellectuelle » du groupe, celui-ci rappelle qu'il dépense chaque année « plus de 10% » de ses revenus dans ce domaine. « En 2019, nos investissements en R&D s'élevaient à 131,7 milliards de yuans (17 milliards d'euros, Ndlr), soit 15,3% de nos revenus annuels, affirme Huawei. Entre 2010 et 2019, l'investissement total de Huawei en R&D a dépassé les 600 milliards de yuans (77 milliards d'euros, Ndlr). »

Fort de ces investissements et de ses 105.000 chercheurs, Huawei est devenu une énorme machine à déposer des brevets dans ses différentes activités, qu'il s'agisse des réseaux télécoms ou des smartphones. Le groupe de Shenzhen se considère comme « l'un des détenteurs de brevets les plus importants au monde »« Fin 2020, Huawei détenait plus de 100.000 brevets actifs dans plus de 40.000 familles de brevets à l'échelle mondiale », se félicite le groupe dans son livre blanc. « Ces dernières années, nous nous sommes placés parmi les 20 entreprises les plus importantes au monde d'après le nombre annuel de brevets accordés aux Etats-Unis, enchaîne l'équipementier. En 2019, Huawei a été la deuxième entreprise avec le plus de brevets accordés par l'Office européen des brevets. Huawei est également le détenteur de brevets le plus important de Chine. »

Huawei, un grand contributeur de la 5G

Ces efforts ont permis à Huawei de devenir un acteur incontournable des réseaux mobiles. En matière de 5G, Huawei dispose de nombreux brevets dits « essentiels », devenus indispensables à cette technologie. Cela lui permet de générer des revenus lorsque ses trouvailles sont utilisées par d'autres industriels. Directeur du département des droits de propriété intellectuelle de Huawei, Jason Ding estime que les licences de brevets rapporteront un peu plus de 1 milliards d'euros entre 2019 et 2021. « Huawei a été le plus grand contributeur technique aux normes 5G, affirme le dirigeant. Elle respecte en outre les principes équitables, raisonnables et non discriminatoires (FRAND) en matière de licences de brevets. »

En se présentant comme un acteur essentiel de la 5G, dont les réseaux sont déployés à travers le monde, Huawei espère sans doute qu'à terme, les Etats-Unis et le Vieux Continent arrêteront de lui claquer la porte au nez. Aujourd'hui en difficulté, le groupe chinois pâtit de sanctions américaines, qui l'empêchent de recourir aux précieuses technologies « made in USA ». Les Etats-Unis, qui accusent Huawei d'espionnage pour le compte de Pékin - ce que le groupe a toujours nié -, l'ont banni du marché de la 5G. Plusieurs pays européens, et notamment le Royaume-Uni et la France, ont également pris des mesures pour l'écarter.

L'hostilité américaine demeure

Au pays de l'Oncle Sam, la nouvelle administration américaine a décidé de maintenir la pression sur le groupe chinois. En fin de semaine dernière, la FCC, le régulateur des télécoms, a de nouveau considéré que Huawei posait « un risque inacceptable » pour la sécurité nationale. « Les Américains comptent plus que jamais sur nos réseaux pour travailler, aller à l'école ou accéder aux soins de santé, et nous devons avoir confiance en des communications sûres et sécurisées », a indiqué Jessica Rosenworcel, la présidente par intérim de la FCC depuis l'arrivée de Joe Biden à la Maison-Blanche.

Chassé du marché américain, Huawei fait tout, dans un contexte électrique, pour préserver ses positions en Europe. Au mois de janvier, il a confirmé qu'il construirait une usine d'équipements 5G, la première hors de Chine, près de Strasbourg. Quelques mois auparavant, le géant des télécoms inaugurait un nouveau centre de recherche en mathématiques à Paris. Preuve qu'il est plus déterminé que jamais à s'imposer dans le paysage.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2021 à 14:28 :
Ne manquez pas de lire "Oxymore" de Jean Tuan chez C.L.C. Edition (sortie 10 mars 2021). L'auteur observateur attentif de la Chine, le pays de son père, nous dévoile les desseins secrets de la Chine avec l'installation de la 5G en France. Un néo-polar épicurien et érudit dans lequel la fiction rejoint la réalité.
a écrit le 17/03/2021 à 21:34 :
Ericsson nokia ,européens ... Yeah...avant le rachat futur prévu par les americains .
On comprends comment les USA ont fait la guerre du golf ,comment ils ont fermé
Alcatel ,Alsthom, ect ..et pourquoi les gafas sont américains . Ils détruisent tout ce qui peut gêner leur business en éradiquant la concurrence ..
Ovh va t'il pouvoir tenir ou sera t'il lui aussi éradiqué sous une raison fallacieuse et invérifiable.. À suivre
Réponse de le 18/03/2021 à 9:50 :
Tout ça ce fait avec la collaboration zélée de ses alliés dévoués...
a écrit le 17/03/2021 à 20:47 :
Une opportunité de leur rendre la monnaie de leur pièce, faire comme savent si bien le faire les Chinois, voler les technologies.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :