Consolidation des télécoms : les opérateurs dans les starting-blocks

 |   |  561  mots
Stéphane Richard, le PDG d'Orange.
Stéphane Richard, le PDG d'Orange. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau.)
Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free pourraient bien relancer, d’ici peu, les négociations concernant la possibilité d’un retour à trois opérateurs dans l’Hexagone. Le calendrier leur offrira bientôt la possibilité de réamorcer une énième fois ces discussions dans un contexte concurrentiel toujours aussi féroce.

Stéphane Richard n'a pas raté l'occasion de remettre une pièce dans la machine. Dans un entretien au quotidien Les Echos, ce mercredi, le PDG d'Orange a une fois encore plaidé pour une consolidation des télécoms en France. L'argumentaire est toujours le même : la question d'un retour à trois opérateurs se pose dans la mesure où « on a atteint les limites du système », affirme le dirigeant. Concrètement, il estime que les Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free ne peuvent pas continuer, durablement, à se livrer une guerre des prix pour se chiper des abonnés, tout en investissant massivement dans la fibre, la 4G et bientôt la 5G.

« On a atteint des pratiques de marché sans équivalence en Europe, avec désormais deux opérateurs [SFR et Bouygues Telecom, NDLR] qui pratiquent des promotions à vie, peste Stéphane Richard. Je trouve cet emballement particulièrement préoccupant. Il est lié à une dynamique de marché à quatre opérateurs télécoms : chacun est engagé dans une course au recrutement du plus grand nombre de clients chaque trimestre. »

« Une fenêtre pour d'éventuelles discussions »

Toujours dans Les Echos, le PDG d'Orange affirme qu'« il pourrait y avoir une nouvelle fenêtre pour d'éventuelles discussions » concernant une consolidation « au premier semestre 2019 ». Avant d'indiquer qu'Orange, qui a échoué à racheter Bouygues Telecom il y a un peu plus de deux ans, ne sera pas le moteur d'un possible deal.

>> Lire aussi : La consolidation des télécoms, une perspective qui trouble le marché

Pourquoi les discussions pourraient-elles reprendre, précisément, « au premier semestre 2019 » ? Parce qu'il n'y aura pas de procédure en cours concernant le renouvellement de fréquences mobiles, ce qui correspond à un moment où les négociations sont interdites. D'ici la fin de l'année, l'Arcep, le régulateur des télécoms, va préciser les modalités du processus d'enchères à venir concernant de nouvelles fréquences 5G. Sachant que l'appel d'offres devrait se dérouler « mi-2019 », comme l'a précisé à La Tribune Sébastien Soriano, le patron du gendarme du secteur, au mois de septembre. C'est donc dans cet intervalle qu'Orange, Bouygues Telecom, SFR et Free pourront discuter fusion.

Vers un deal entre SFR et Bouygues Telecom ?

Reste à savoir quel type de deal pourrait voir le jour. Aujourd'hui, certains estiment qu'un rapprochement entre Bouygues Telecom et SFR est le scénario le plus probable. En juin dernier, le groupe Bouygues a d'ailleurs indiqué qu'il avait eu un contact, resté « sans suite », avec Altice, la maison-mère de SFR, pour parler mariage.

>> Lire aussi : Télécoms : Bouygues lorgne, encore une fois, son rival SFR

D'autres imaginent aussi que SFR, qui semble reprendre du poil de la bête après un exercice 2017 noir, pourrait faire une offre sur Bouygues Telecom. Pour rappel, Patrick Drahi, le propriétaire de l'opérateur au carré rouge, avait fait une offre de 10 milliards d'euros en 2015 pour racheter son rival. Mais Martin Bouygues l'avait finalement refusé.

Sondés par La Tribune, plusieurs bons connaisseurs des télécoms jugent que s'il n'y a pas de consolidation au terme du premier semestre 2019, de nouveaux et importants accords de mutualisation de réseaux pourraient voir le jour. Ce qui permettrait aux opérateurs de réduire la note de leurs coûteux déploiements d'infrastructures.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2018 à 19:24 :
A 3, la concurrence diminuée, les tarifs vont pouvoir augmenter par le biais des ententes pourtant illégales-illicites mais si secrètes . . .
a écrit le 22/11/2018 à 18:46 :
Il faut juste attendre que SFR et Altice s’écroule en bourse
La cavalerie financière avec des taux énormes est programmé pour s écrouler

Altice ne rembourse pas de capital

Bouygues doit juste l empêcher de faire des marges et attendre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :