Fibre dans les campagnes : il reste beaucoup à faire

 |  | 370 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : ALESSANDRO BIANCHI)
Si 5 millions de prises fibre ont jusqu’à présent été déployées dans les zones rurales et les moins peuplées du pays, il en reste 12 millions à réaliser. Les industriels vont devoir mettre les bouchées doubles pour respecter l’objectif gouvernemental du très haut débit pour tous en 2022.

L'année 2020 aura été une année record sur le front du déploiement de la fibre dans l'Hexagone. Dans un communiqué publié jeudi, InfraNum, qui fédère les industriels impliqués dans ce vaste chantier, le rappelle : malgré la crise sanitaire, 5 millions de prises fibre ont été construites l'an dernier, « ce qu'aucun pays européen n'a jamais réalisé »« Désormais, plus d'un abonné Internet sur deux est connecté à plus de 30 Mbits »,...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2021 à 1:11 :
Ce n'est pas de la fibre dont les campagnes ont besoin, mais de la main d'oeuvre nécessaire pour restaurer le bocage qui limitera les effets de l'effondrement. Toute personne capable d'assurer son autosuffisance alimentaire à plus de 50% devrait bénéficier d'une compensation financière de l'Etat pour son implication à réduire son impact envirronemental.
Réponse de le 09/01/2021 à 14:27 :
Qu'attendent donc les gros propriétaires terriens de ces bocages à restaurer pour proposer des conditions salariales attrayantes afin d'embaucher cette main d'oeuvre selon vous nécessaire ? Pourquoi demander sans cesse l'aide des pouvoirs publics, des subventions fiscales payées par les travailleur français ? Les propriétaires terriens ne peuvent -ils pas financer eux-mêmes l'entretien de leurs terres sans avoir recours à des journaliers exploités comme au XIXIEME siècle ?
Réponse de le 09/01/2021 à 19:32 :
L'autosuffisance alimentaire de la campagne est un légende rurale car sans distribution électrique ou d'eau potable financée par la collectivité le "paysan" se meurt.

Manifestement au regard de vos propos sur le pseudo-mérite rural nécessitant l'adulation financière de la nation vous n'avez pas les moyens de vous payer votre indépendance à la campagne contrairement aux milliardaires sur une île privée.
a écrit le 08/01/2021 à 18:16 :
Les fibres dans nos campagnes on apporté internet mélodieux
Et même sur nos montagnes sont heureux jeunes et vieux!
Réponse de le 09/01/2021 à 10:38 :
La fibre pour ceux qui la veule ok, mais l'imposer c'est autre chose... Qui souhaite avoir tant de débit pour regarder ca boite mail? Et accepte du coup de payer si cher pour si peu...
a écrit le 08/01/2021 à 17:58 :
Il reste beaucoup a faire sciemment pour imposer la 5G et tout le consommable qui va avec!
Réponse de le 09/01/2021 à 10:39 :
Et pour ceux qui en veulent pas ils peuvent allez vivre où?
a écrit le 08/01/2021 à 17:38 :
Désolé si je ne verse pas une larme sur les exilés volontaires en ruralité mais parait-il que les gens de la campagne ont des activités de plein air bien plus trépidantes que de glander derrière des jeux vidéos ou une télévision connectée tel qu'au fin fond d'une banlieue où sévissent des dealers à chaque coin de rue...

Seraient-ils prêt à accepter des "chances" pour la France (cf. logement sociaux) pour densifier la ruralité et rentabiliser le déploiement de la fibre? Dans le cas contraire, ils peuvent sans difficulté souscrire individuellement à une connexion THD par satellite.
Réponse de le 08/01/2021 à 18:45 :
Que vous ne versiez pas de larmes pour les ruraux ne me gêne pas, mais je peux confirmer que dans de nombreux coins de la Drôme ou je vis, on est très loin de se poser la question de la fibre.
Orange vend un forfait ADSL sensé atteindre un débit de 1,4Mb/s, mais qui chez moi n'atteint jamais plus de 0,8Mb/s dans les bonnes heures.
De plus de nombreuses zones sont des zones blanches et donc pas de portable non plus (le débat sur la 5G est ici surréaliste).
Le satellite reste la seule voie possible de communication à condition bien sûr qu'un orage ne vienne pas s'interposer dans la direction du satellite et que des coupures d'électricité intempestives ne soient pas de la fête.
La plupart de ces coupures sont certes courtes (quelques secondes à quelques dizaine de secondes) mais tout de même très gênantes dans l'utilisation de certains appareil.
Il n'est donc pas rare qu'en hiver, tous les moyens de communications soient indisponibles.
Réponse de le 09/01/2021 à 11:26 :
Je vois pas l'intérêt d'installer des logements sociaux qui en campagne se traduisent par des déplacements de misère, des gens non motorisés sans emploi et un chiche terrain ou pas de terrain du tout qui ne laisse pas la possibilité d'un jardinage de compensation, c'est ce qui arrive chez-nous la mairie ayant subi cette extension obligatoire.
Il eut été tellement facile de lancer des locations-ventes financées en partie par les APL, sur du bâti qui peine à être vendu même à bas prix, ~80000/110000€ terrains au dela de 800m2
Enfin je ferais mieux de parler au passé, avec la covid quasiment tout à été vendu et le village s'est repeuplé de façon inattendue.
La fibre pour tous dans 3 ans dans le village qu'ils ont dit, la campagne c'est déjà fait.
Réponse de le 09/01/2021 à 19:48 :
@pemmore

Des logements sociaux permettent d'installer des jeunes actifs n'ayant pas les moyens d'acheter la bulle immobilière urbaine ou un domaine à la campagne. Ces néo-ruraux consommeront localement pour éviter de coûteux déplacements.

Si la ruralité n'était pas tant repliée sur elle-même l'offre de logements serait bien plus abondante et accessible tel qu'en proposant des studios ou appartements. L'insularité rurale est un mythe inacessible même pour les paysans.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :