Surveillance des salariés : Orange condamné à désactiver le traçage de ses véhicules de service

 |   |  406  mots
Selon le syndicat Sud, à l'origine de la plainte: Nous espérons que ce jugement fera jurisprudence pour d'autres entreprises. Les nouveaux outils numériques ne doivent pas être l'occasion d'accroître de manière disproportionnée la surveillance des salarié-es.
Selon le syndicat Sud, à l'origine de la plainte: "Nous espérons que ce jugement fera jurisprudence pour d'autres entreprises. Les nouveaux outils numériques ne doivent pas être l'occasion d'accroître de manière disproportionnée la surveillance des salarié-es." (Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)
L'entreprise de télécoms a trois mois pour désactiver les boîtiers électroniques de quelque 20.000 de ses véhicules de service. La cour a notamment estimé disproportionnée la collecte de données sur les salariés, à la grande satisfaction du syndicat Sud, à l'origine de la plainte.

Confirmant le 29 septembre un premier jugement du 15 juillet 2015, Orange a été condamné par la cour d'appel de Paris à retirer des boîtiers électroniques sur environ 20.000 de ses véhicules d'entreprise en raison du nombre, de la qualité et de la conservation des données collectées sur ses salariés, a-t-on appris lundi de source syndicale.

L'entreprise aurait ainsi trois mois pour se mettre en conformité sous astreinte de 2.000 euros par jour de retard.

Dérive de l'"éco-conduite" à la surveillance massive des salariés

Orange avait mis en place ce dispositif en 2010 et 2012 avec l'objectif louable de favoriser "l'éco-conduite", c'est-à-dire pour engager ses salariés à respecter les bonnes pratiques d'utilisation des voitures de service (moindre consommation de carburant, respect des contrôles techniques, suivi de l'entretien, etc). Le souci affiché étant la sécurité de ses salariés (conduite prudente et véhicules bien entretenus), ainsi que la lutte contre le vol, par la géolocalisation.

Pourtant, la cour a notamment estimé que le nombre et la qualité des données collectées, leur conservation pendant 3 à 6 ans, étaient disproportionnés au regard des objectifs affichés par l'entreprise.

Déplacements surveillés même en dehors des heures de travail

Elle a également motivé sa décision par le fait qu'il était impossible pour les salariés de désactiver le boitier en dehors du temps de travail ou dans l'exercice d'un mandat électif ou syndical.

A cette annonce, le syndicat Sud, à l'origine des poursuites en justice, a laissé éclater sa satisfaction dans un communiqué:

"La justice a une fois encore donné tort à Orange contre SUD."

Du bon usage des nouveaux outils numériques

Le syndicat, qui a alerté à plusieurs reprises sur l'utilisation de données personnelles par Orange sans le consentement de ses salariés, souligne que :

"Pendant les négociations sur 'l'accompagnement de la transformation numérique', Sud avait demandé à la direction de renoncer à son appel contre le premier jugement. Les juges ont confirmé les craintes des salarié-es quant aux usages faits par l'entreprise des données des salarié-es."

"Nous espérons que ce jugement fera jurisprudence pour d'autres entreprises. Les nouveaux outils numériques ne doivent pas être l'occasion d'accroître de manière disproportionnée la surveillance des salarié-es", conclut-il.

Pour mémoire, l'entreprise se positionne sur le marché de la voiture connectée, et spécialement dans la problématique des flottes automobiles.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/10/2016 à 14:09 :
L'utilisation des voitures de service est en général interdite en dehors du temps de travail, pourquoi s'émouvoir alors de ne pas pouvoir désactiver le système à un moment où la voiture n'est pas sensée être utilisée ?
a écrit le 04/10/2016 à 13:38 :
Orange se positionne sur la voiture connectée ?... Ca promet ! La voiture connectée, le système e-call (obligatoire sur toutes les nouvelles voitures), la présence de GPS sur tous les véhicules... tout ça affiché soit-disant pour la sécurité de tous n'a en réalité qu'un but : pister les déplacements de tous les usagers de la route !
a écrit le 04/10/2016 à 10:45 :
A partir du moment où on utilise un véhicule qui appartient a une entreprise ,celle-ci doit avoir le droit de savoir où se trouve ce véhicule en permanence.
Si on est pas d'accord on prend sa voiture personnelle.-
Quant a SUD pourquoi utilise t'il les véhicule de service pour ses actions syndicales? c'est de l'abus!
Réponse de le 05/10/2016 à 14:00 :
@antigooche - Avant de déblatérer des âneries, commencez par prendre connaissance de l'arrêt de la Cour d'appel. Je vous rappelle qu'il s'agit là d'une décision de justice qui donne tort à l'employeur que cela vous plaise ou pas, c'est ainsi...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :