Très haut débit : le gouvernement fixe un point d’étape en 2020

 |   |  504  mots
A la tête de l’Agence du numérique, Antoine Darodes confirme à La Tribune que l’objectif du très haut débit (c’est-à-dire une connexion Internet fixe supérieure ou égale à 30 mégabits par seconde) pour tous en 2022 reste inchangé. Et que 2020 n’est ainsi qu’une étape intermédiaire.
A la tête de l’Agence du numérique, Antoine Darodes confirme à La Tribune que l’objectif du très haut débit (c’est-à-dire une connexion Internet fixe supérieure ou égale à 30 mégabits par seconde) pour tous en 2022 reste inchangé. Et que 2020 n’est ainsi qu’une étape intermédiaire. (Crédits : REUTERS/Daniel Munoz)
D’après une source proche du ministère de la Cohésion des territoires, l’exécutif conserve la perspective d’un Internet fixe à très haut débit pour tous à horizon 2022. Mais il veut ajouter un point d’étape fin 2020, avec l'ambition, à cette date, d'offrir un « très bon débit » pour tous.

Après le discours d'Emmanuel Macron, ce lundi, à la conférence des territoires, il était difficile d'y voir clair concernant ses ambitions liées au Plan Très haut débit (PTHD), qui vise à apporter un Internet ultra-rapide à tous les Français d'ici à 2022. Concrètement, le chef de l'Etat a évoqué une « accélération » du calendrier de ce grand chantier à 20 milliards d'euros « afin de parvenir à une couverture en haut et très haut débit d'ici la fin de l'année 2020 ». Problème : il n'était pas question de « haut débit », jusqu'à présent, dans le PTHD. D'après une source proche du ministère de la Cohésion des territoires, 2020 est en fait un point d'étape intermédiaire, l'objectif d'apporter le très haut débit à tous en 2022 restant inchangé.

Selon cette source, le gouvernement souhaite donc disposer, d'ici fin 2020, d'un « très bon débit » pour tous, mêlant du « haut » et du « très haut débit ». Ce jalon permettra au gouvernement de faire un bilan intermédiaire des déploiements, pour s'assurer du bon respect des engagements des acteurs publics et privés. Cette initiative doit, selon le gouvernement, permettre de donner un coup de fouet au PTHD, et surtout de minimiser les retards.

Accélération des déploiements

A la tête de l'Agence du numérique, Antoine Darodes confirme à La Tribune que l'objectif du très haut débit (c'est-à-dire une connexion Internet fixe supérieure ou égale à 30 mégabits par seconde) pour tous en 2022 reste inchangé. Et que 2020 n'est bien qu'une étape intermédiaire. A cette date, ceux qui n'auront pas, par exemple, de FTTH (fibre jusqu'au logement, qui garantit une connexion à très haut débit), devront alors au moins disposer du haut débit. D'après Antoine Darodes, la performance de ces connexions se situera dans une fourchette comprise entre 3 mégabits et 8 mégabits par seconde.

« Pour y arriver, précise le patron de l'Agence du numérique, on va accélérer les déploiements hertziens, notamment concernant la 4G pour l'utiliser à usage fixe. Mais on va aussi recourir au satellite, à la boucle locale radio. Sachant que d'autres solutions sont aussi envisageables, comme le réaménagement de réseaux cuivrés, ou l'accélération des déploiements en FTTH par de nouveaux acteurs... »

L'Etat va mettre la main au portefeuille

Au passage, le gouvernement s'est dit prêt à contribuer financièrement davantage pour passer cet objectif de 2020 sans encombre. Une part du plan d'investissement de 50 milliards d'euros promis par Emmanuel Macron pendant sa campagne devrait ainsi être allouée à ces nouveaux réseaux. « Nous avons déjà mis les opérateurs en face de leurs responsabilités, ils vont nous faire des propositions, a déclaré Jacques Mézard, le ministre de la Cohésion des territoires ce mardi sur LCI. En fonction de l'ensemble de ces propositions, dans le cadre du grand plan d'investissement, l'Etat mettra les moyens nécessaires pour boucler le dossier (...) pour 2020. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/07/2017 à 8:10 :
Cela fait 40 ans que j'entends parler de plan fibre optique, plan câble, plan haut débit etc etc. Conclusion, les villes sont équipées en priorité, les campagnes en dernier. Rien ne change sauf les impôts qui augmentent et sont payés autant par les campagne que par les villes.
a écrit le 19/07/2017 à 4:34 :
2022. Il faut par consequent lire 2032.
a écrit le 18/07/2017 à 18:07 :
Mon interprétation ( vivant dans la France profonde ) des déclarations de Mr. Macron, serait plutôt 2021. Quand est-ce que les entreprises concernées ont tenues les délais " imposés " par l'Etat? Alors en fait certains attendront plus longtemps encore.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :