Uber a dissimulé le piratage de données de 57 millions d'utilisateurs

 |   |  294  mots
Ce piratage est le dernier d'une longue série aux Etats-Unis.
Ce piratage est le dernier d'une longue série aux Etats-Unis. (Crédits : Hannah Mckay)
Le géant du VTC a même versé 100.000 dollars aux deux auteurs de l'intrusion et du vol de données pour acheter leur silence.

Le spécialiste américain du transport avec chauffeur privé Uber a dissimulé une importante cyberattaque dont il a été victime fin 2016.

Parmi ces 57 millions d'utilisateurs figurent 600.000 chauffeurs dont les noms et numéros de permis de conduire ont été piratés. Les noms des utilisateurs ainsi que leurs adresses électroniques et numéros de téléphone mobile ont été subtilisés, a indiqué Dara Khosrowshahi, dans un communiqué.

A l'origine, deux individus extérieurs à l'entreprise

Le patron affirme que l'historique des trajets, les numéros de cartes et de comptes bancaires, les numéros de sécurité sociale et les dates de naissance des utilisateurs n'auraient en revanche pas été piratés.

M. Khosrowshahi, qui a été nommé à la tête d'Uber fin août, souligne qu'il a été informé "récemment" de cet incident.

Il précise que deux individus ne faisant pas partie de l'entreprise seraient responsables de ce piratage.

"L'incident n'a pas atteint les systèmes de l'entreprise ni son infrastructure", ajoute-t-il par ailleurs.

Aux Etats-Unis, une longue série de piratages

Selon Bloomberg, Uber aurait payé 100.000 dollars les hackers afin qu'ils ne divulguent pas cet incident, une information qui n'a pas été confirmée par Uber.

Ce piratage est le dernier d'une longue série aux Etats-Unis. Début septembre, c'est l'entreprise Equifax, qui récolte et analyse les données personnelles de clients qui sollicitent un crédit, qui avait révélé une intrusion de mi-mai à fin juillet dans ses bases de données. Les informations personnelles (noms, numéros de sécurité sociale, dates de naissance...) de plus de 145 millions de clients américains et d'autres au Canada et au Grande-Bretagne avaient alors été dérobés.

Cyberattaque Uber

(Un graphique de notre partenaire Statista)

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/11/2017 à 23:31 :
Il serait peut-être utile de légiférer précisément !
1) pour la non dénonciation de cyber attaques qui peuvent ensuite impacter aussi d'autres entreprises et empêcher de trouver des parades et d'éventuellement rechercher les coupables.
2 ) pour le paiement de rançons (avec de grosses amendes, 5 ou 10 fois les rançons versées afin d'être dissuasif)
a écrit le 22/11/2017 à 23:31 :
Il serait peut-être utile de légiférer précisément !
1) pour la non dénonciation de cyber attaques qui peuvent ensuite impacter aussi d'autres entreprises et empêcher de trouver des parades et d'éventuellement rechercher les coupables.
2 ) pour le paiement de rançons (avec de grosses amendes, 5 ou 10 fois les rançons versées afin d'être dissuasif)
a écrit le 22/11/2017 à 11:39 :
Le piratage un nouveau métier d’avenir dans le numérique ?

L’ère Des déconnexions massives ne doit pas être trop loins...

L’IT mondial s’écroule... cause ? Plus de clients....
a écrit le 22/11/2017 à 11:17 :
Comme je le disais, je pense que ces hacking sont bien plus fréquents que ceux annoncés, qui déjà le sont de plus en plus, les sociétés se faisant pirater ayant tout intérêt à conserver ces intrusions secrètes autant que possible mais à l'ère d'internet difficile de garder des secrets bien longtemps.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :