Xavier Niel prend le contrôle de l'irlandais eir

 |   |  508  mots
Xavier Niel, le fondateur d'Iliad (Free).
Xavier Niel, le fondateur d'Iliad (Free). (Crédits : Reuters)
Le fondateur et propriétaire d'Iliad (Free) a annoncé ce mercredi la prise de contrôle de l'opérateur historique irlandais.

Après l'Italie, Xavier Niel se lance sur le marché irlandais. Le fondateur et propriétaire d'Iliad (Free) a annoncé ce mercredi matin qu'il prenait le contrôle de l'opérateur historique eir. Concrètement, Iliad et NJJ, sa holding personnelle, ont pris chacun 31,6%, pour un total de 640 millions d'euros, de l'industriel, présent à la fois dans l'Internet fixe et dans le mobile. Dans un communiqué, Iliad précise que "les actionnaires existants, Anchorage Capital Group, L.L.C. et Davidson Kempner Capital Management LP, restent investis dans eir au travers d'une participation de 35,5% et avec un crédit sans recours".

Surtout, Iliad se donne la possibilité de prendre totalement le contrôle de l'opérateur "via l'exercice d'une option d'achat exerçable en 2024 accordée par NJJ". "Cette option porte sur 80% de la participation de NJJ (soit 26,3% du capital d'eir) pour un prix égal à la valeur de marché (déterminée par un expert indépendant) diminuée d'une décote de 12,5%, détaille le communiqué. Si elle est exercée, cette option permettra au groupe de poursuivre sa diversification géographique en se développant dans un marché dynamique et offrant des opportunités de croissance rentable."

Iliad demeure peu endetté

Lors d'une conférence téléphonique, mercredi matin, l'état-major d'Iliad a expliqué que ce montage permettait de "prendre le contrôle d'un opérateur historique sans que cela pèse sur le bilan du groupe à court terme". Concrètement, l'opération a ainsi "un impact limité sur le levier financier du groupe, la dette d'eir n'étant pas consolidée dans les comptes d'Iliad". Sachant que la dette d'eir s'élève à plus de 2 milliards d'euros.

Ce faisant, Iliad, qui est très peu endetté, conserve les moyens, au besoin, de faire de nouvelles emplettes. "Il pourrait y avoir des opportunités, et il nous faut garder la pleine marge de manoeuvre du bilan d'Iliad pour une opération éventuelle", a indiqué l'état-major du groupe. A ce sujet, l'hypothèse d'une consolidation du marché français avec un retour à trois opérateur n'est, par exemple, pas à écarter.

Leadership dans l'Internet fixe

En Irlande, eir affiche un chiffre d'affaires de près de 1,3 milliards d'euros, pour un excédent brut d'exploitation ajusté de 520 millions d'euros. Avec une part de marché de 32% dans l'Internet fixe, il est leader dans ce domaine, devant Virgin Mobile (27%), Vodafone (19%) et Sky (12%). Selon Iliad, eir dispose "du plus grand réseau de fibre optique du pays, avec 1,7 millions de lignes fixes, vendues au détail ou en gros"Dans le mobile en revanche, l'opérateur historique fait figure de challenger, avec une part de marché de 18% pour 1,1 million d'abonnés. Sur ce créneau, il se situe loin derrière Vodafone (38% de part de marché) et Three (35%).

Reste que les autorités de la concurrence en Europe et en Irlande doivent encore donner leur feu vert à la prise de contrôle d'eir. C'est pourquoi l'état-major d'Iliad se refuse pour l'heure à évoquer la politique industrielle à venir de l'opérateur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :