Assurance : se prémunir du vol de voiture

 |   |  522  mots
Un conducteur heureux est un conducteur assuré contre le vol... surtout si sa voiture est une décapotable. | REUTERS
Un conducteur heureux est un conducteur assuré contre le vol... surtout si sa voiture est une décapotable. | REUTERS (Crédits : Backbuilder)
En souscrivant une assurance auto, l'assuré peut souscrire une garantie contre le vol de véhicule. Pas obligatoire, mais pas inutile...

Avec des vols de voiture de plus en plus fréquents (environ 200 000 véhicules volés chaque année), les assureurs exigent davantage de garanties à leurs clients afin de se prémunir contre ce sinistre coûteux. A la souscription d'une garantie contre le vol, l'assureur demande ainsi souvent des conditions spécifiques pour que cette dernière entre en compte.

 

A quoi sert la garantie vol de l'assurance automobile ?

 

En souscrivant une assurance auto, l'assuré peut s'il le souhaite souscrire une garantie contre le vol de véhicule. Cette garantie non obligatoire n'est pas à négliger, notamment en ce qui concerne les véhicules neufs ou particulièrement appréciés du grand public.

 

La garantie vol permet à l'assuré de bénéficier d'une indemnisation :

 
  • En cas du vol du véhicule qu'il soit retrouvé ou non
  • En cas de dégradation lors d'une tentative de vol s'il est retrouvé

Sans cette garantie, l'assuré victime d'un vol ne pourra prétendre à aucune indemnisation.

 

Pour que la garantie vol fonctionne

 

Comme souvent, la compagnie d'assurance exige le respect de certaines règles (obligatoirement inscrites au contrat) afin que la garantie vol fonctionne. Il faut bien comprendre que ce n'est pas parce que la garantie contre le vol est souscrite que l'assureur va systématiquement l'appliquer en cas de sinistre.

 

Parmi ces exigences, l'assureur peut demander à l'assuré de garer obligatoirement son véhicule dans un endroit clos de jour comme de nuit ou d'installer une alarme ou un système antivol au sein du véhicule. En cas de non-respect de ces conditions, l'assureur peut refuser d'indemniser l'assuré victime du vol, totalement ou partiellement.

 

Lumière sur l'indemnisation en cas de vol

 

Pour obtenir une indemnisation, l'assuré doit être en mesure de prouver matériellement qu'il y a eu une tentative de vol. Il faut par exemple apporter la preuve manifeste qu'il y a eu effraction du véhicule via une serrure forcée ou des fils sectionnés.

 

Si le véhicule a été retrouvé endommagé suite à un vol, l'assurance auto prend en charge les frais de récupération du véhicule (cette démarche suppose un accord préalable de la compagnie d'assurance) ainsi que le montant des réparations. Cette dernière indemnisation se limite à la valeur du véhicule précisée dans le contrat. Il faut souvent penser à compter une franchise (également définie au contrat).

 

Si le véhicule volé n'est pas retrouvé (on considère sa perte définitive 30 jours après le vol), l'assuré peut demander le remboursement du véhicule à sa compagnie. Cette indemnisation dépend de la valeur précisée au contrat : valeur vénale (la plus courante), valeur conventionnelle précisée dans le contrat ou encore valeur à neuf (plus pour les voitures neuves). La valeur vénale correspond à la valeur du véhicule sur le marché de l'occasion avant le vol.

 

Enfin, le véhicule peut être retrouvé après indemnisation de l'assuré. Ce dernier a alors le choix : conserver son indemnisation et renoncer à son ancien véhicule ou le récupérer et rembourser le montant de l'indemnisation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :