Hausse du livret A : "l'épargne à nouveau protégée contre l'inflation"

 |   |  404  mots
Le taux du livret A est relevé de 1,25% à 1,75%. Un expert explique pourquoi c'est significatif.

Le « produit d'épargne préféré des Français », le livret A, devrait retrouver un peu d'attrait. Ce dimanche 1er août, son taux de rémunération est relevé de 1,25 % actuellement à 1,75 %. Échappant à la fois à l'impôt sur le revenu et aux prélèvements sociaux, il a attiré 2,34 milliards d'euros d'épargne au premier semestre, en dépit d'un taux de rémunération très bas. Cyril Blesson, directeur de la recherche économique chez Seeds Finance explique en quoi cette hausse est significative.

- Le taux de rémunération du livret A permet-il aux ménages de protéger leur épargne contre l'inflation ?

Cyril Blesson - Il le leur permettra à nouveau à partir du 1er août. Ce n'était plus le cas depuis la fin du premier trimestre. Avec la remontée de l'inflation, le taux réel du livret A était en effet devenu négatif. Cela devrait permettre de dynamiser la collecte. Les encours du livret A pourraient progresser de deux à trois milliards d'euros d'ici à la fin de l'année, hors intérêts versés.

- Comment le rendement du livret A se positionne-t-il par rapport à celui des autres placements sans risque ?

- Très favorablement car le livret A présente deux avantages : son taux suit l'inflation et ses revenus sont défiscalisés. Les taux de rémunération des autres placements liquides restent extrêmement bas compte tenu des faibles taux d'intérêt sur les marchés monétaires. Les comptes à terme par exemple affichent des rémunérations indexées sur les taux Euribor auxquels il faut enlever la fiscalité. Les livrets d'épargne non réglementés sont fiscalisés : pour se comparer au livret A ils doivent donc au moins offrir un rendement supérieur à 2,5 %.

- Et par rapport à l'assurance-vie ?

- L'assurance-vie en euros est toujours très attrayante car elle offre des rendements bruts proches de 3,7-3,8 %, mais on ne peut pas la considérer comme un placement liquide - même si des possibilités de retraits anticipés existent - car il faut détenir un contrat pendant au moins huit ans pour bénéficier pleinement des avantages fiscaux. Toutefois, aujourd'hui, c'est l'assurance-vie en euro plus que le livret A qui apparaît comme le « placement préféré des Français », d'autant que ce produit, sécurisant, répond aussi aux besoins d'épargne retraite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :