Le taux du livret A va passer à 1,75%

 |   |  593  mots
La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a annoncé que le taux de rémunération du Livret A, actuellement à 1,25%, sera porté à 1,75% à compter du 1er août pour "suivre le coût de vie". Il reste, même revalorisé, à un niveau très bas.

Le taux de rémunération du livret A sera porté à 1,75% à compter du 1er août, a annoncé ce mardi la ministre de l'Economie Christine Lagarde, sur Radio Classique. "C'est une bonne nouvelle pour tous nos concitoyens", a ajouté la ministre.

Dès le mois de juin, le ministre du Budget François Baroin avait préparé le terrain en indiquant que le taux de rémunération du livret A allait passer à 1,5% ou 1,75% "pour suivre le coût de la vie".

Cependant, même revalorisé, le rendement du livret A reste à un niveau historiquement bas. Détenu par quelque 50 millions de Français, ce produit qu'on décrit comme le placement préféré des Français était bloqué depuis le 1er août 2009 à 1,25%, le plus bas niveau depuis sa création en 1818.

Formule de calcul... ou pas

Le taux du livret,  révisé deux fois par an, le 15 janvier et le 15 juillet, est déterminé par une formule de calcul qui prend en compte l'inflation et les taux d'intérêt à court terme. L'inflation s'est élevée en juin à 1,5% sur un an, a annoncé l'Insee également ce mardi, tandis que les taux d'intérêt restent faibles.

Concernant la révision du début de l'année, Christine Lagarde avait décidé de "déroger à l'application des taux calculés" en maintenant le taux inchangé à 1,25%. En raison d'une inflation très basse, l'application stricte de la méthode de calcul aurait en effet fait baisser la rémunération du livret à 1% au 1er février 2010.

Interrogée ce mardi pour savoir si le gouvernement dérogeait une nouvelle fois à la formule automatique de calcul, la ministre de l'Economie a répondu qu'avec un tel taux d'inflation, on arrivait "près de 1,75%". "C'est quasiment l'application de la formule. [...] Ce n'est pas véritablement un coup de pouce, disons qu'on fait un arrondi à la hausse."

La ministre a donc appliqué la hausse qui obéit à la formule de calcul et qui avait été déterminée par la Banque de France. Selon cette dernière, les taux du marché monétaire, au jour le jour et à trois mois, se sont établis respectivement à 0,35 % et 0,73 % en moyenne, et le glissement annuel de l'indice des prix à la consommation hors tabac s'est établi, pour sa part, à 1,4 % en juin 2010. C'est le meilleur de ces deux chiffres qui est pris en compte dans le calcul, augmenté de 0,25 point, soit un taux de 1,65% arrondi au quart de point le plus proche, ce qui donne 1,75%.

Des taux en faveur des épargnants

Pendant plusieurs mois, le livret A rapportait plus que ne le prévoyait la formule de calcul, sauf sur ce dernier trimestre où il rapportait 0,25 point de moins. Au total, d'après les calculs réalisés par La Tribune, l'écart entre le taux réellement appliqué et le taux théorique sur les différents livrets réglementés (livret A, livret bleu LDD et livret d'épargne populaire...) était en faveur des épargnants puisque ces livrets ont rapporté près de 3 milliards d'euros de plus qu'ils n'auraient dû.

La grille des taux de rémunération des produits d'épargne réglementée applicables à compter du 1er août 2010, selon l'application stricte de la formule, s'établirait ainsi  :
- Livrets A et livrets de développement durable : 1,75 % ;
- Comptes sur livret du Crédit mutuel (après tous prélèvements fiscaux et sociaux) : 1,75 % ;
- Comptes sur livret d'épargne populaire : 2,25 % ;
- Comptes sur livret d'épargne entreprise : 1,25 % ;
- Comptes d'épargne logement hors prime d'État : 1,25 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :