Immobilier : première baisse des prix parisiens depuis plus de deux ans

 |   |  467  mots
La Tribune Infographie / SSAULNIER
La Tribune Infographie / SSAULNIER
Les notaires ont confirmé ce jeudi les tendances dessinées par certains professionnels de l'immobilier : les prix ont baissé à Paris entre juin et juillet.

Cette fois, il n'y a plus de doute, les prix ont baissé à Paris. La projection des notaires paris Ile-de-France confirment l'analyse réalisée par le site Meilleursagents.com il y a quelques jours, qui faisait état d'une baisse de 3% entre juillet et août.

Les notaires ont constaté ce fléchissement sur les "avants-contrats" (promesses de vente) entre juin et juillet. Les prix, selon eux, sont passés de 8.650 à 8.570 euros le mètre carré, soit un léger recul de 0,92%. Une baisse certes symbolique mais qui n'était plus survenue depuis plus de deux ans. Cette baisse n'interviendra dans les faits, donc, qu'en octobre prochain au moment de la signature de l'acte de vente.

Cela fait plusieurs mois déjà que le niveau des prix parisiens inquiétait certains professionnels et que le marché donnait des premiers signes d'essouflement (lire notre dossier du 31 mai dernier). Selon Christian Lefebvre, président de la Chambre des notaires de Paris,  "la situation a changé profondément cet été. Les prix, y compris à Paris, amorcent une baisse, pour l'instant légère, comme nos indicateurs avancés d'avant-contrats en témoignent sur la période Juin-Août. Reste à savoir quelle sera l'ampleur de ce mouvement, quelle sera sa durée, et quelles seront les formes qu'il prendra".

Par ailleurs, les notaires de Paris Ile-de-France ont dévoilé les chiffres définitifs du deuxième trimestre 2011. A Paris, les prix ont progressé de 4,6% sur un trimestre et de 22,5% sur un an, à 8.150 euros le mètre carré. Autant dire que la miniscule baisse programmée pour octobre ne bouleversera pas la donne pour les acheteurs. Reste à savoir s'il s'agit d'un renversement de tendance ou d'un phénomène conjoncturel.

En grande couronne, en revanche, les prix ont fait du surplace au deuxième trimestre (+0.3% par rapport au trimestre précédent). En moyenne, en Ile-de-France, les prix ont progressé de 3,5% au deuxième trimestre (par rapport au trimestre précédent) et de 17,3% sur un an. Le mètre carré moyen  s'établit à 5.480 euros le mètre carré.

Dans le reste de la France, des premières baisses sont déjà apparues. La Tribune se demandait le 8 avril dernier si la bulle immobilière allait éclater et analysait pourquoi la chute des prix était à terme inévitable. Ces questions sont, plus que jamais, d'actualité... D'autant que la réforme de la fiscalité des plus values immobilières risque de provoquer un afflux massif de mises en vente dans les semaines à venir.

Nos dossiers :

Combien vaudrait aujourd'hui le m2 si l'immobilier avait suivi l'inflation ?

Le gouvernement va-t-il provoquer un krach immobilier ?

La bulle va-t-elle éclater ?

Les prix continuent à flamber à Paris... mais pour combien de temps ?

Les étrangers, l'explication facile à la flambée des prix parisiens ?

Les loyers ont augmenté... mais moins que l'inflation

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2011 à 10:27 :
Après le printemps arabe les partis islamistes on été plébiscité dans le urnes des peuples libérés de leur dictateur . On en pense ce qu'on veut cela s'appel la démocratie !! qu'on laisse donc simplement la démocratie s'exprimer dans ce pays. Entraver cette démocratie est pire que tout les pseudos cataclysmes ( économiques et autres ) que l'on attribue de Marine LP en cas de succès !
Et le pire c'est que c'est elle qu'on accuse d'anti démocrate!! ( l hôpital qui se fout de la charité!)
a écrit le 14/11/2011 à 15:14 :
L'Etat a besoin d'argent et va aller le prendre là où il s'est réfugié : dans l'immobilier. le plus sage est de prendre sa belle plus value maintenant. D'ici quelques mois, les investisseurs auront déserté le marché (une valeur en baisse n'est par définition pas une valeur refuge) et seuls les ménages, bien moins solvables, seront acquéreurs.
a écrit le 14/11/2011 à 15:11 :
Il y a 4569 annonces à plus d' 1 millions d'euros sur seloger.com pour la seule ville de Paris. Le problème c'est qu'on est très très loin d'avoir 4569 acheteurs solvables à ce prix là.
Certains retireront leur bien, d'autres seront forcés de vendre (successions, divorce, liquidation, décès, mutation, saisie...) à des prix très inférieurs à leurs prétentions extravagantes et s'aligneront sur les prix des 5 pièces à 750 000 (soit 5 millions de Francs, tout de même...) qui baisseront eux-mêmes pour rester concurrentiels et ainsi de suite.
a écrit le 18/09/2011 à 21:59 :
Le problème, c'est que même si l'immobilier est à un prix à la casse. On va avoir du mal à avoir du crédit auprès des banques. Les banques n'ont plus de liquidités.
a écrit le 17/09/2011 à 17:51 :
Les prix de l'immobilier baissent à Paris.
a écrit le 12/09/2011 à 20:14 :
Il y a peu de raisons macro pour que l'immobilier Parisien baisse... (cf. http://www.ideas4tomorrow.eu/2011/07/logements-paris-une-hausse-durable-des.html?m=1 )
Réponse de le 13/09/2011 à 6:39 :
STOP PUB
Réponse de le 13/09/2011 à 6:41 :
Stop pub
L'immobilier a déjà baissé.
Réponse de le 14/11/2011 à 22:24 :
Si les prometteurs en sont à hanter les journaux pour spammer les commentaires avec des incitations à l'achat, c'est que le marché va plus mal qu'on ne le croit...
a écrit le 09/09/2011 à 7:20 :
Les riches du monde investissent dans 5 arrondissements à Paris que faites-vous des 15 qui restent ? Belleville, Max Dormoy, rue Letort : vous allez les vendre à qui ?
Soyons fiers de vendre notre patrimoine aux étrangers.
Réponse de le 09/09/2011 à 13:25 :
Les étrangers ne représentent que 10% des transactions...
a écrit le 09/09/2011 à 6:53 :
Ne désespérons pas Hollande à voté la rigueur.
Réponse de le 09/09/2011 à 15:04 :
MDR.. jaune, ils sont meme pas foutu de mettre le bon bulletin dans la bonne urne!! Vous imaginez avec le bouton de l'arme nucléaire?? Oups, j'ai appuyé sans faire exprès!!ahahahaeuhhhhhhhhhhh!!! faut pas leur donner trop de responsabilités à ces gens là!!
a écrit le 08/09/2011 à 20:48 :
Paris c'est plus une ville française, c'est l'une des 3 ou 4 villes de la planète pour lesquels les riches du monde entier sont prêts à mettre des sous pour y avoir un pied à terre. Mais même sans les étrangers, les prix ne sont pas en corrélation avec les capacité de remboursement de ceux qui vive d'un revenu du travail. Alors... cela peu beaucoup, beaucoup baisser avant que cela ne retrouve un niveau normal très supérieure...
Réponse de le 09/09/2011 à 9:28 :
un bien vendu à 10.000 ? le mètre carré doit avoir une valeur de service ou de loyer net de près de 42 Euros / m² par mois (5% l'an). C'est tout à fait hors de portée du "cadre moyen" sans parler du Français moyen ou pauvre ! Si les populations moyennes résidentes sortent de la ville, c'en est fini de Paris. ce sera comme une station de ski en été. On verra ce que feront les prix à ce moment-là. Les inestisseurs étrangers accentueront leur intérêt pour Berlin...
Réponse de le 14/11/2011 à 8:55 :
"Les riches du monde entier" n'achètent plus à Paris depuis que la Ville lumière est devenue plus chère que Manhattan.
a écrit le 08/09/2011 à 17:54 :
Vente Maison de ville 75019
Baisse de prix

02/09/2011 ? 620000
05/08/2011 ? 638000
20/07/2011 ? 650000
01/06/2011 ? 690000

La maison est toujours en vente sur se loger.
Réponse de le 09/09/2011 à 10:00 :
pas étonnant qu'elle soit toujours en vente ! demandez à Stéphane Plazza, il vous dira pourquoi.
Réponse de le 09/09/2011 à 17:56 :
Dès que vous mettez un bien à vendre sur Paris vous recevez ce message:
Je m'appelle X et je travaille pour l'agence Era Cti managée par Stéphane Plaza (agent immobilier travaillant pour la chaine de télévision M6)
Je me permets de vous contacter car votre
appartement est bla bla bla
Plazza est un agent comme un autre il travaille pour sa commission quand il est hors antenne
a écrit le 08/09/2011 à 17:04 :
Et sans attendre la baisse, on trouve déja des offres attractives, par exemple 87m2 à rénover à Paris 5eme pour 1,1 millions d'euros. Il suffit de rajouter quelques centaines de milliers d'euros pour vivre agreablement. Et avec très peu de risques de plus-values à terme.
Réponse de le 08/09/2011 à 18:03 :
+ le ravalement et la toiture à refaire. C'est l'affaire du mois.
a écrit le 08/09/2011 à 14:28 :
Merci pour cet article qui dit pour une fois que cela baisse....
J'espère que l'immobilier devient un secteur normal pour se loger et pas pour priver les autres de se loger ou les raquetter.
ces hausses sont sur le dos des nouveaux entrants et à terme, c'est à nos enfants et les autres.

J'espère aussi que les banques vont vendre les grands réseaux d'agences immobilières....

et j'espère que l'état va controler un peu les écarts à la législation.....
a écrit le 08/09/2011 à 14:04 :
Paris est devenu un hôtel géant : malgré le nombre d'hôtels sur Paris dont le taux d'occupation moyen est de 60%, plusieurs investisseurs ont acheté des appartements pour les transformer en location saisonnière pour les touristes. C'est de la concurrence déloyale -et vraisemblablement de la fraude fiscale-pendant que les hôtels sont vides en mois d'août, des investisseurs se remplissent les poches. Il suffit de visiter des sites comme Homelidays pour le constater. Les particuliers sont devenus hôteliers sans avoir à respecter une remise aux normes incendie et sans embauches pendant que les hôtels sont loin d'afficher complet tous les soirs. Par manque de clients plusieurs hôtels sont devenus des hôtels au mois pour loger des familles ou bien travaillent directement avec le Samu social pour héberger les nouveaux SDF qui ne peuvent plus payer des loyers exorbitants.
Un super retournement de situation : l'hôtelier loue au mois, le particulier s'improvise hôtelier !!!
La location saisonnière a fait flamber le prix de l'immobilier, la location ne s'adresse plus à M. et Mme tout le monde mais à un visiteur d'une semaine ou deux de la capitale. Un studio de 15 m est loué à 400 euros la semaine soit 1600 euros par mois : alors quant un propriétaire veut vendre, il vous dit que vous aurez une rentabilité alléchante vue le prix de la location saisonnière. Une location qui détruit l'hôtellerie parisienne et empêche étudiants et salariés de trouver un logement à un prix correct. Une location qui n'a aucun statut et qui n'est même pas déclaré à la mairie.

2- La fausse rentabilité promise aux acheteurs
Exemple vous trouvez une annonce studio occupé à vendre
Prix : 150 000 euros
Loyer : 500 euros
Rentabilité : 4%

Ce qu'on oublie de vous dire :
Prix : 150 000 euros
Frais de notaire : 11 000 euros
Coût du crédit (emprunts 100 000 euros sur 20 ans, taux 4.20 %) : 55 176, 98 euros
Loyer : 450 euros
Charge : 50 euros
Taxe foncière : 180 euros
Frais de gestion : 500 euros
Rentabilité : 0.2%
Sans compter l'assurance loyer non payé, les travaux dans le studio et ceux de la copropriété : ravalement, toiture, partie communes etc. des travaux qui vous laisse l'année de vote d'important travaux.
Une rentabilité de -4%
Pour investir correctement il faut que la rentabilité brute soit au moins de 10%.

a écrit le 08/09/2011 à 13:41 :
Il faut au contraire soutenir le secteur, moi j'aimerais vendre à 20 000 m2 soit plus de 8 fois le prix que j'ai acheté en 1998 et qu'on retire la taxe sur les plus values, il suffit d'augmenter la TVA sur l'alimentation à 19.6 pour compenser.
Réponse de le 08/09/2011 à 15:36 :
Je suis comme vous Cavaliere, il faut à tout prix soutenir l'immobilier pour que je puisse vendre mes apparts encore plus cher, et sans impôt sur la plus value puis qu'ils auront plus de 30 ans. Ils ne m'ont rien couté car à l'époque, mon locataire finançait intégralement le remboursement du prêt.
La solution en france, je la connais : créer une tranche supplémentaire à 75 % à partir de 20 000 euros par an pour les jeunes qui bossent, de toute façon ils ne votent pas, et je compte bien sur tous les gars de ma génération au sénat ou à l'assemblée pour continuer ainsi, c'est royal (pas ségolène)...allez je pars aux maldives après ma cure offerte par la sécu
Réponse de le 08/09/2011 à 17:57 :
Tout a fait d'accord.
Je propose d'ailleurs que les banques puissent accorder des credits transmissibles sur dix generations. Il faut bien que quelqu'un puisse payer ma chambre de bonne dans le 16eme.
Réponse de le 08/09/2011 à 20:04 :
très drôle!! et en plus, à peu de choses près, c'est ça...
Réponse de le 09/09/2011 à 7:45 :
Moi je crois qu'il faut généraliser l'euthanasie active de tout les vieux rentiers de ce pays.
a écrit le 08/09/2011 à 12:50 :
le gouvernement a tout fait pour faire flamber ce secteur ! il est responsable de cette bulle ! il est temps qu'elle éclate ! les petites gens ne peuvent plus se loger ! la récession c'est aussi un peu ça : des gens étranglés par leurs crédits, leurs loyers n'arrivent plus à vivre normalement....
a écrit le 08/09/2011 à 12:48 :
L'article retient vraiment uniquement le bout de la statistique qui l'arrange, on est à +7% par rapport au 1er Janvier. Vu qu'il faut bien mettre l'argent quelque part, et vus l'évolution récente de la bourse (crach) et des rendements de l'AV (baisse, et augmentation du risque), je doute que les Francais se détournent de leur immobilier adoré comme placement. Même si ce serait très positif ...
Réponse de le 08/09/2011 à 13:42 :
Vouloir n'est pas pouvoir. Un placement sûr et refuge, si vous ne pouvez pas y souscrire...Ben vous ne pouvez pas en bénéficier ! Mettrons de l'argent dans l'immo ceux qui en ont à perdre, les rendements sont trop bas et le risque d'impayé trop important pour raisonnablement investir dans ce secteur...
Réponse de le 08/09/2011 à 15:28 :
Oui, certes pour ce qui est de l'immobilier en direct, mais vous n'avez pas vu l'article sur la collecte des SCPIs en ce moment un peu avant ?
a écrit le 08/09/2011 à 12:45 :
La courbe illustrant l'article ne part pas de zéro, sinon on verrait sur 10 ans une explosion déconnectée de toute réalité économique. Les français sont des millionaires de papier et notre pays est en pré-faillite. On se croirait aux USA en 2006... Plus dure sera la chute.
a écrit le 08/09/2011 à 12:36 :
Nous achetons l'immobilier tellement trop cher que la famille propriétaire de son logement à Paris doit payer l'ISF !
Acheter moins cher mais aussi vendre moins cher c'est l'intérêt général.
a écrit le 08/09/2011 à 11:54 :
Les prix des logements anciens parisiens explosent. dixit Le Monde
Réponse de le 08/09/2011 à 13:40 :
Les articles du Monde sont systématiquement haussiers : dans l'article dont vous parlez, à aucun moment le journaliste ne fait le lien entre baisse des transactions et hausse des prix...Vous savez quels lobbies soutient le Monde ainsi...
a écrit le 08/09/2011 à 11:36 :
Ben alors ? Moi qui croyais que l'immo pouvait monter jusqu'au ciel...
a écrit le 08/09/2011 à 11:20 :
Il n'y aura jamais de Krach, trop peu de biens à Paris, et surtout trop de cadeaux fiscaux.....
Réponse de le 08/09/2011 à 15:08 :
J'aime tes certitudes (humour)
Rappel : après la précédente bulle immobilière à Paris, les prix ont baissé dans une fourchette en 35% et 45% dans tous les arrondissements (source : chiffres des notaires sur la baisse entre 1991 et 1997) ... Comme quoi, tout arrive !
Réponse de le 07/10/2011 à 21:41 :
Zut les pauvre pigeons qui se sont ruiné en achetant à 10 000 du mètre , ils ont les moyens une bonne position et donc un bon travaille , ils ont fait de bonnes études. Pourtant ils n'ont pas vu plus loin que leurs bout du nez , ou du moins leurs cupidités .... Pas besoin d'avoir fait des grandes études pour prévoir que de tout les façons cela allait chuter un jour....Les prix ont été doper artificiellement , ils fallait juste savoir un peu analyser , mais bon on lit et croit tout ce que l'on lit ou entend , on réfléchis plus de nos jours , après on se demande pourquoi notre société va mal , faut pas s'étonner si c'est le même genre de personne qui dirigent notre société , ou des entreprises

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :