Immobilier parisien : jusqu'ici tout va bien...

 |   |  213  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les chiffres des Notaires montrent une légère hausse des prix dans la capitale au troisième trimestre 2011. Mais les indicateurs avancés indiquent que la baisse est déjà amorcée.

Les prix immobiliers augmentent encore un peu dans la Capitale mais ils ne devraient pas tarder à baisser. En effet, les projections des Notaires montrent qu'au cours des prochains mois "des ajustements modestes sur les prix auront lieux". Les prix, qui atteignent 8.360 euros par mètre carré au troisième trimestre, en hausse de 2,7% sur  trois mois, pourraient être autour de 8.250 euros au prochain trimestre. La hausse trimestrielle des prix des ventes a donc été divisée par deux par rapport à celle observée au 2ème trimestre 2011. Ce ralentissement vient modérer la progression annuelle des prix qui repasse en-dessous de la barre des 20% dans la capitale, venant mettre un terme à des records historiques de hausses.

Mais les Notaires préviennent "les crises financières et bancaires laissent à penser que l?accès au crédit sera plus difficile et plus coûteux, alors même que les prix se situent à des niveaux historiquement élevés. Le marché, déjà fragilisé, pourrait alors se gripper". D'ailleurs, le courtier Meilleurtaux a annoncé de son coté que les taux pourraient remonter prochainement, "compte tenu de la forte volatilité de l'OAT 10 ans passé de 2,45% le 12 septembre (son plus bas niveau historique) à 4,01% le 17 novembre en raison de craintes de contagion de la crise de la dette en Europe".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/11/2011 à 21:09 :
Les prix de la pierre qui ont augmenté de façon anormale, ont fait de l'immobilier comme aux USA, une sorte d'action en bourse, car il n'y a aucun rapport entre le coût réel d'un bien immobilier et son prix de vente. En conséquence, cette action pourra aussi s'enfoncer comme les autres actions en bourse. Les institutionnels, qui ne peuvent faire des transactions boursières à la vente, pourront être amenés à pousser à la vente des biens immobiliers, cette fois-ci à la baisse, afin de stimuler la demande.
a écrit le 25/11/2011 à 8:08 :
L'immobilier parisien toujours plus haut... Mais savez-vous vraiment ce que signifie vivre à Paris ? Réponse : la pollution, le bruit, le stress, la promiscuité, le métro surchargé, des embouteillages permanents, pas d'espaces verts, l'enfer pour une place en crêche ou dans un conservatoire de musique, des impôts locaux qui flambent, des hordes de touristes aux endroits connus et de SDF aux endroits moins connus. Et pourtant, tout me monde semble vouloir y habiter. Etrange nature humaine...
Réponse de le 25/11/2011 à 9:32 :
Les entreprises sont à Paris.... Trés ou trop peu en Banlieue !

Réponse de le 25/11/2011 à 11:11 :
Pas vraiment d'accord, elles sont la plupart en banlieue, en tous cas tous mes clients y sont : une vraie galère !
a écrit le 25/11/2011 à 7:56 :
Pour tous ceux que cela peut intéresser, j'ai trouvé un site qui permet de vérifier ce que prend le notaire lors d'une vente. Il donne également des astuces pour réduire les frais dits de notaire et permet de vérifier que le notaire ne prenne pas un peu trop de frais pour lui. Voici le lien : http://caissier.perso.sfr.fr/
a écrit le 25/11/2011 à 6:58 :
Convergence avec l'Allemagne c'est dans l'air du temps , à Berlin le prix moyen du
M2 se situe autour de 2000e nous avons de la marge avec 8000e et plus à Paris!!
Réponse de le 25/11/2011 à 7:39 :
convergence avec l allemagne ? C est joli discours de fillon : sauf que par ex pour les PV mr fillon a encore augmenté l écart avec l allemagne ; en allemagne exonération des PV au bout de 10 ans . Il faudrait qu on m explique depuis quand un alourdissement des impôt fait baisser les prix ?
Réponse de le 25/11/2011 à 8:32 :
@jolidiscours. l'augmentation des PV n'incite pas l'investisseur a acheté ce genre d'actif, car peu de rentabilité, imposition importante des PV EVENTUELLES et aussi et surtout risque majeur de retournement de ce dit marché.
Réponse de le 25/11/2011 à 8:47 :
Le problème a Berlin c'est que la spéculation commence, certains apparts se vendent sans être visités.
a écrit le 24/11/2011 à 21:56 :
Les bulles immobili?s, c'est pour les US, l'Irlande, l'Espagne, la GB, mais pas en France, voyons ! La r?it?st h?s tout autre : lorsque les prix s'?ignent des fondamentaux (revenus et capacit?'endettement), la correction est in?table, voir le "tunnel de Friggit". L'evolution des taux et les resserrements fiscaux ?enir vont se charger de nous ramener, sans doute assez brutalement, ?a r?it?Et les acqu?urs r?nts, comme dans les ann? 90 en IDF, auront de bien cruelles d?ptions ...
Réponse de le 24/11/2011 à 23:38 :
Si la bulle immobilière éclate en France, pour les propriétaires de maisons principales et/ou secondaires ce n'est pas encore si dramatique, puisque toute chose étant égale par ailleurs, ils pourront toujours trouver un bien équivalant en France à ce qu'ils ont le jour ou ils revendront. C'est plus pour ceux qui ne souhaitent pas rester en Europe que c'est gênant. Et si l'euro perd 30 ou 40% de sa valeur, là vous pourrez échanger votre villa avec piscine vur sur la mer vendue en France en euro, contre un WC sans fenêtre à Hong Kong :/
Réponse de le 24/11/2011 à 23:56 :
* au douzième étage sans ascenseur le WC.
Réponse de le 25/11/2011 à 8:48 :
tu oublies un détail ptitpère : si le propriétaire s'est endetté pour acheter et que la crise ne lui permet plus de rembourser, il ne pourra plus rembourser en vendant sa maison. Et c'est là que ca se complique vraiment...
a écrit le 24/11/2011 à 21:17 :
Encore un secteur économique où l'anarchie réglementaire et les multiples taxes créent la pénurie, font monter les prix et finalement empêchent la population de se loger selon ses besoins. Evidemment, pour ne pas faire face à leurs responsabilités écrasantes, les hommes politiques accusent les "spéculateurs". Honteuse démagogie de l'Etat !
Réponse de le 25/11/2011 à 8:35 :
pénurie de biens sociaux, mais rien d'autre. 2 millions de logements vacants en France, pénurie mais qui a dit pénurie??? les notaires, promoteurs, agents immobiliers tous ceux qui vendent faisant croire à la rareté donc à la cherté.
Réponse de le 25/11/2011 à 22:31 :
Biens des logements sont vides pour des problèmes de succession ou des différents entre parties.
a écrit le 24/11/2011 à 21:02 :
L'incertitude Européenne mène à ça tout simplement.
a écrit le 24/11/2011 à 18:57 :
si vous êtes acheteur et pensez que les prix vont baisser :attendez !
si vous êtes vendeur et surtout si vous êtes concerné par les PV attendez !
si vous êtes investisseur ,achetez a l étranger ou attendez une fiscalité meilleure
Cela s appelle un blocage du marché immobilier:peu de transactions et peu d effet sur les prix .
Réponse de le 25/11/2011 à 4:58 :
c'est exactement ce que je pense.le gouvernement peut piloter la baisse des prix en rendant les transactions plus difficiles et moins nombreuses
a écrit le 24/11/2011 à 18:50 :
Entre l'émission monétaire directe (émission de monnaie) et indirect (rachat d'obligation), la masse monétaire a augmenté si massivement que les prix de l'immobilier, en valeur monétaire, ne descendront pas. En revanche, la poursuite de l'augmentation va dépendre de la sécurité et du rendement des placements financiers des particuliers (pour le moment, et pour un futur prévisible, très faibles), de la taxation des dits produits (pour le moment hélas de plus en plus élevée), et par ailleurs, tout comme pour la société, la différenciation entre les quartiers onéreux et les quartiers pauvres pourrait s'accroître, augmentant nettement la valeur des premiers, et limitant la hausse des seconds.
Réponse de le 24/11/2011 à 20:49 :
j'ai connu une personne qui se forçait à croire que ce qu'il pensait était la réalité. Son nom: Coué. mais hélas il était bien seul et il s'avéarit par la suite qu'il avait complètement faux. Mais bon l'espoir ou le désespoir parfois fait vivre, n'est ce pas @irréaliste.
Réponse de le 24/11/2011 à 21:20 :
Non, vous ne m'avez pas compris : je ne suis pas de ceux qui rêvassent que les prix vont chuter ! J'espère seulement qu'ils n'augmenteront plus trop.
a écrit le 24/11/2011 à 14:43 :
Pénurie d'appartement dans paris ! Construisons des nouveaux ponts; cela fluidifiera la circulation et permettra d'abriter des sans abris.
Elle est pas belle la vie ?
a écrit le 24/11/2011 à 14:29 :
Certains n'ont pas saisi l'ironie du titre de l'article.
Pour la hausse des taux, elle est devant nous, surtout quand la France perdra son AAA.. (bient?.)
a écrit le 24/11/2011 à 14:03 :
Vous raisonnez comme des spéculateurs, et donc vous ne voyez absolument rien venir, comme d'habitude. Les biens médiocres, petits, à moitiés insalubres, rdc, sous les toits, ou tout est à refaire, etc ... vont prendre -30% en 2 ans.
a écrit le 24/11/2011 à 14:01 :
Il y a quelques semaines ici même ce n'était que "L'immobilier baisse enfin" en nous annonçant que la baisse allait s'accélerée. Maintenant le propos est plus nuancé. En fait personne ne sait. Mais une baisse forte semble exclue plus que jamais. Le patrimoine des français représente plusieurs milliers de milliards d'euros. Où les placer ? En dettes souveraines ? En actions ? Non sur l'immobilier.
Réponse de le 24/11/2011 à 16:16 :
@alcide. je vous cite une baisse forte semble exclue plus que jamais, soit ou vous savez lire dans le marc de café ou ce n'est qu'une opinion càd aucune valeur attachée à cela. De grâce cessons de jouer les experts et vu la conjoncture actuelle et à venir les placements dans un immobilier complètement décorrélé de toute logique (rapport pouvoir d'achat/prix immo) semble plus qu'hasardeux surtout avec comme le dit @papyboomer à 15h34 avec beaucoup de justesse les "cadeaux fiscaux" inhérents à l'immobilier sont terminés et la taxation des PV et autres joyeusetés ne sont pas des facteurs favorisant les placements dans des éléments illiquides.
Réponse de le 24/11/2011 à 19:27 :
le prix d'un bien ne vaut que par la capacité des acheteurs a le payer... et cela quelle que soit l'offre et la demande. Mettez les voitures en entrée de gamme a 100 000?, vous aurez tout autant de gens qui voudront en avoir une (une forte demande) mais peu de gens pourront s'en payer une, et les ventes seront en baisse....
Réponse de le 24/11/2011 à 20:37 :
Vous pensez réellement qu'une population pris à la gorge par des remboursements d'emprunts, baisses de salaires, chômage et autres effets dévastateurs de cette crise aura encore de l'argent à placer ?? Vous rêvez ! Ceci étant valable pour la classe moyenne mais aussi pour les classes sup. Lors d'une crise l'économie se contracte les banques ne prêtent plus. Paris étant une exception alimentée par les riches étrangers.
a écrit le 24/11/2011 à 13:56 :
Cela enrichit les Français, tant mieux.
a écrit le 24/11/2011 à 13:55 :
On s'en fout des prix dans la capitale ça ne nous concerne pas. Moi j'habite à côté d'un camp de Roms. Pas d'eau pas de ramassage des ordures. Je ne pense pas qu'ils soient vaccinés contre la tuberculose. Ceux là on les loge où? Elle est pas belle l'Europe?
Réponse de le 24/11/2011 à 16:02 :
Si tu connais mieux ailleurs, dis leur!
a écrit le 24/11/2011 à 13:54 :
Le graphique des projections de prix a Paris semble montrer qu'apres une modeste baisse, on est reparti à la hausse. 8300 euros le m2, ça ne fait jamais que 830 Keuros pour un appartement de 100 m2 hors frais, soit a peine le prix d'un petit chateau énergivore en province. La grande sagesse populaire ne dit t elle pas la pierre, ca monte toujours.
a écrit le 24/11/2011 à 13:44 :
L'histoire de la p?rie de logements qui influence les prix est une belle b?se racont?par les promoteurs et autres agents immobiliers. Ce qu'il faut voir c'est la demande solvable.. Celle-ci ?t?orte avec les taux bas, dur? d'emprunts longues et banques peu regardantes. Tout ceci est fini.. Hausse des taux, restriction d'octroi de cr?t chomage...
Les promoteurs veulent faire croire qu'il y a p?rie et qu'il y a une arm?d'acheteurs fortun?pr? ?auter sur le moindre taudis...
a écrit le 24/11/2011 à 13:31 :
Pas de hausse importante des taux d'intérêts + Des prêts à taux fixes en France = Peu de chance d'un retournement radical du marché...
Comme en 2008, les prix baisseront un peu avant de remonter à la 1ère opportunité.

Plus les biens seront bien situés (arrondissements centraux des grandes villes), plus les prix resteront élevés et les baisses seront mesurées...
Réponse de le 24/11/2011 à 13:59 :
Oui bien sûr, les 12m² en rez de chaussé ou au 7ième sans ascenseur, dans des immeubles complètement pourris, et qui sont partis à 120k euros, ça va jamais baisser, c'est évident. Des biens de cette qualités, mais vous n'y pensez pas.
Réponse de le 24/11/2011 à 15:31 :
S'ils peuvent se louer au black 400 ? par mois (et c'est le cas) ils continueront à se vendre cher... Ce marché est assez marginal, mais existe!
a écrit le 24/11/2011 à 13:08 :
Quand le dollar et par extension l'euro ne vaut que 7% de sa valeur de 1974, qu'il manque plus de 5000 logements par an . Pensez vous que l'on peut parler de bulle? ne vaut il pas mieux prendre un crédit à 4% avec une inflation autour de 3%? chacun sa façon de penser ...
Réponse de le 24/11/2011 à 15:31 :
Et votre salaire il suit l'inflation ?
Réponse de le 24/11/2011 à 17:35 :
Non il est même au ras des paquerettes mais j ai un toit à moi.
Quand aux taux d'interets j'ai connu l époque ou l on empruntait jusqu'à 17% en terme de taux et les salaires ne suivaient pas non plus...
Réponse de le 24/11/2011 à 19:11 :
Je suis en locataire et je n`ai pas l`impression devivre comme un clochard contrairement à ce que les prorios `winner` veulent insinuer et croyez que j`en connais plus qui ce sont séparés de leur bien pour diverses raisons. 17% ok mais quel etait le prix de votre habitation à ce moment là? Faites le calcul avec le prix de votre habitation à ce jour et dites nous svp?
Réponse de le 25/11/2011 à 9:04 :
tout à fait d'accord Chris, le pouvoir de location est bien plus important aujourd'hui que le pouvoir d'achat à Paris. Je connais des gens qui devaient quitter l'appart qu'ils louaient à Paris pour cause de 2eme enfant, ils sont allés à l'agence pour acheter, l'agent leur a dit qu'ils feraient mieux de louer dans le contexte actuel. Donc si même l'agent le dit...
Petit calcul : hors charge, je paie 19?/m2 de loyer pour mon appart à Paris. Son prix à l'achat serait de 9000?/m2, soit dans l'hypothèse d'un emprunt sur 25 ans à 4% une mensualité de 47?/m2. Etre propriétaire d'un toit ne justifie pas de passer de 19? à 47?... Ca tombe bien en plus, ma capacité d'endettement sur cet appart est de 27?/m2 :)
a écrit le 24/11/2011 à 13:00 :
va y avoir des "indignes-proprietaires", non.
a écrit le 24/11/2011 à 12:24 :
Le fait que les prix de maintiennent à la hausse (légèrement) est le signe que tout va bien ?
Il faudrait qu'on m'explique parce mon salaire, lui, n'est pas à la hausse.
a écrit le 24/11/2011 à 12:14 :
Tout va bien. Pour qui exactement ?
Réponse de le 24/11/2011 à 14:35 :
cela fait référence à ceci :

http://fr.wikiquote.org/wiki/La_Haine

c'était ironique
a écrit le 24/11/2011 à 12:02 :
Les prix étaient à 5000?/m2 il y a quelques années quand tout allait bien. Maintenant tout va mal (chomage en hausse, salaires en berne, moins d'emprunts, et aucune perspective) et les prix sont à 8300?/m2. Comprenne qui pourra.
Réponse de le 24/11/2011 à 12:42 :
Je pense que le journaliste fait dans l'ironie.. Une petite pens?pour ceux qui ont achet??mment ?es prix compl?ment dingues, ?'apog?de la bulle...
a écrit le 24/11/2011 à 11:41 :
L'INSEE, les notaires et surtout les agents immobiliers ont la mémoire courte, ces gens là m^me en pleine bulle continue à dire que "tout va bien". C'est comme la bourse, la plupart des soi disant experts ou conseillers sont incapables de voir alors que tout est réuni que les marchés vont se retourner. Donc pour en revenir à l'immobilier (parisien ou provincial), le marché va se retourner avec une brutalité qui sera fonction de l'évolution des taux d'intérêts. Mais notez que sauf pour le très très haut de gamme qui est un marché spécifique florissant notamment du fait des capitaux évadés et d'origine parfois douteuse ou criminelle, ou issus de la corruption de chefs d'Etat étrangers, et comme en 1991 mais avec une plus grande ampleur puisque nous sommes montés bien plus haut, que les prix vont fortement baisser jusqu'à 55/60% voire plus pour les biens les plus merdeux. Les acheteurs n'auront plus qu'à se retourner contre les vendeurs de mirages que sont les agents immobiliers.
Réponse de le 24/11/2011 à 12:11 :
@retour sur terre

55 à 60% ? Minimum !!et pourquoi pas 90% ? Vous le sortez d'où ce chiffre ? Un expert ? Une boule de cristal ?
Réponse de le 24/11/2011 à 12:18 :
Votre analyse n'est correcte que si les gens vendent. Or ceux qui achètent à 8000E et + le m2 ne vendront pas si les prix baissent (ce qui d'ailleurs reste à prouver) de + de 10%. Pour une raison très simple : quand on a achèté à ce prix là, c'est qu'on avait soit au départ un patrimoine qui permet de compenser une partie de la valeur d'achat et qu'on a un (ou deux) gros salaires. Donc ils pourront attendre un retournement du marché. Qu'on arrête de nous faire croire que le marché à Paris est tiré par les étrangers. Il y a énormément de très gros salaires en France (DRH, Dir Financiers, etc...)
Réponse de le 24/11/2011 à 12:19 :
Je propose qu'une loi impose qu'on ne puisse pas être propriétaire de 3 logements... (Sa maison/appart principal, et 2 secondaires pour ceux qui aime la campagne, la mer ou la montagne). Ensuite obligation de mettre sur le marché les autres biens.

Avec ça, des milliers de logements vont arriver sur le marché et vous allez voir que les prix vont chuter...
Réponse de le 24/11/2011 à 12:47 :
Je suis malheureusement d'accord avec toi "Mavaise analyse"
Réponse de le 24/11/2011 à 12:55 :
"Votre analyse n'est correcte que si les gens vendent" oui mais a-t'on toujours la faculté d'attendre??? non je rappellerai les fameux discours des AI et autres notaires qui nous bassinaient avec leurs" divorces, chômage, séparation, mutation, décès, etc..." et c'était ces mêmes pr^textes fallacieux qui leur faisaient prédire la hausse éternelle des prix immobiliers. wait and see. je crains que pour ces COMMERCANTS l'avenir se retourne et soit moins profitable avec une disparition d'une grosse partie de ces agences.
Réponse de le 24/11/2011 à 14:00 :
Ca fait depuis 2008 qu'on annonce l'eclatement de la bulle, dans 5 ans on en parlera encore et certains en reveront encore. Il manque des logements de qualite en France, la demographie augmente sans cesse (plus forte natalite d'Europe), hausse des familles monoparentales, impossibilite de construire des immeubles de plus de 5 etages en centre ville ...
Réponse de le 24/11/2011 à 14:34 :
@Pragmatisme

vous avez oublié d'autres raisons du non éclatement. Je vais vous aider :
- crédit d'impôts (ah zut, supprimé)
- PTZ, PTZ+; PTZ ++++ (oups, je crois que la donne est en cours de changement)
- Scelliet (rabot, vous avez dit rabot ?)
- taux bas (l'évolution récente des OAT et le contexte économique ...)
- leviers du crédit (allongement de la durée, prêt à 110 % ... oups bis, les banques ouvrent [enfin] les yeux)
Réponse de le 24/11/2011 à 17:42 :
J'ai acheté mon appart en 1997 (au plus bas donc) dans la Plaine Monceau, à l'époque j'ai regretté de ne pas avoir des moyens supérieurs tant les prix s'étaient effondrés...3000/3200 euros le m2 alors qu'ils avaient dépassé les 6500 euros en 1990 ...et croyez moi des apparts à vendre il y en avaient pléthore, donc avec le taux de chomdu qui va frapper les cadres notamment financiers, il va y avoir des affaires à faire. Quand aux apparts médiocres j'imagine la Bérézina 6500 euros le M2 c'est ce qu'on trouve dans les quartiers les plus populaires de Paris en ce moment. Donc je confirme si l'appart n'est pas top de top, idem pour l'immeuble, la baisse dans ces coins là sera supérieure à 50%.
Réponse de le 24/11/2011 à 18:58 :
... si vous croyiez un tant soit peu à vos propres propos, à savoir l'éclatement imminent et sévère de la bulle immobilière, vous seriez le premier à vendre l'appartement de la Plaine Monceau que vous prétendez détenir...! :-))) Faut pas simplement raconter des carabistouilles, il faut encore qu'elle soient crédibles.
Réponse de le 24/11/2011 à 20:47 :
c'est ce que j'ai fait début 2011 et j'ai loué celui de ma voisine âgée qui en possède deux dans l'immeuble et qui ne m'a pas tué avec le loyer puisque nous nous connaissons bien depuis un bout de temps. Cette veuve ne peut pas vendre car elle a promis à sa mère qu'elle ne vendrait jamais, les deux appartements étant destinés à ses petits enfants encore jeunes.
Réponse de le 24/11/2011 à 21:18 :
Amusant: vous nous parlez du prix d'achat de votre appartement de Plaine Monceau, et pas du prix de vente ! Si votre histoire était un tantinet réelle vous nous auriez détaillé votre plus-value... Donc je ne crois toujours pas à vos carabistouilles !
Réponse de le 25/11/2011 à 9:02 :
la + value nette de frais est de environ 750.000?, j'ai placé le produit de la vente soit environ 1.150 million auprès d'une banque néerlandaise notée AAA, une des seule en Europe à avoir encore cette note d'excellence, et investi en obligations allemandes et néerlandaises ayant des maturités inférieures à 3 ans, je n'ai pas investi ni en sterling, ni en dollar US ou en dollar exotiques (Canada, Australie), ou en couronnes norvégiennes, notamment parce que ces monnaies sont autant en risque que l'euro voire encore plus vulnérables, ou qu'elles ont énormément monté du fait de la spéculation. Je déconseille également le franc suisse pour le moment compte tenu de la politique de la Banque Centrale de ce pays, d'ailleurs bien m'en a pris.
Réponse de le 25/11/2011 à 9:11 :
pourquoi il vendrait s'il y habite ??? soit les prix baissent effectivement, et il n'en a rien à foutre, et au pire s'il doit vendre il rachetera a prix bas egalement et plus grand à ce moment là car le m2 supplémentaire à son bien actuel ne coutera pas cher, soit les prix montent... Le seul cas où tu vends si tu penses que ca va baisser c'est si tu investis, pas quand c'est ta résidence principale...
Réponse de le 25/11/2011 à 12:01 :
Je suis d'accord avec vous : il est préférable de ne pas se débarrasser actuellement de l'immobilier. Mais forcément, pour rép-notre inventeur d'histoires, il est à présent impératif de vendre pour réaliser sa plus-value. A présent, dans la suite de ses carabistouilles, il nous avoue avoir eu le génie d'éviter de placer son capital imaginaire en franc suisse :-))) (reconnaissant ainsi au passage que les placements monétaires sont plus dangereux que l'immobilier) pour préférer être millionnaire au Pays Bas :-))) en obligation AAA (visiblement il a zappé les dangereuses informations de ces derniers jours sur ce type de placement). Alors cher Monsieur le rêveur, quelles sont vos intentions à présent : comptez-vous faire acheter des containers en Chine pour renforcer vos plus-values et vous protéger de la déroute de votre banque néerlandaise, afin d'attendre la grande chute immobilière pour devenir le roi du pétrole en France ? Vite à votre plume, nous attendons avec impatience la suite de votre fiction si divertissante de ridicule ! En attendant et pour les autres, entièrement d'accord : ne vous déplumez évidemment pas de votre habitation principale si celle-ci vous convient.
Réponse de le 25/11/2011 à 13:04 :
Evitez l'or trop haut d'ailleurs ça baisse après avoir beaucoup monter depuis 2007 notamment, mais la hausse a démarré en 2003/2004. Les hedge funds sont sans doute en train de s'en débarrasser (les banques toujours en retard achètent), ils préfèrent sans doute le pétrole ou le gaz, en anticipant sur un conflit majeur du côté de ...vous avez deviné.
Réponse de le 25/11/2011 à 13:21 :
Conseil de rep-poursuivons : Vendez vite votre habitation, achetez du pétrole :-)))) De plus en plus drôle. Rappel : en cas hypothétique du conflit majeur évoqué par "Poursuivons", bien des titres pétroliers boirons le bouillon. En conséquence, mon conseil : commandez votre pétrole dans un baril deux pièces-cuisine : vous risquerez fort de devoir finir vos jours dedans...!
Réponse de le 25/11/2011 à 14:10 :
Tout ça est bien évidemment incertain, personne n'a la science infuse, mais seulement quelques esprits éclairés à défaut de faire partie du cénacle des initiés ou si vous préférez de ceux qui font et défont les prix des actifs quels qu'ils soient. En ce qui concerne l'immobilier parisien la difficulté en effet réside à deux niveaux, la première c'est de pouvoir se reloger pas trop cher (les loyers sont assez élevés), la deuxième c'est l'amortissement des frais d'acquisition et les travaux effectués au moment où l'on prend possession du bien comme on dit. Ceux qui ont acheté il y a 10 ou 15 ans, on c'est vrai un avantage certain.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :