Les professionnels du bâtiment ne croient pas à l'"explosion d'une bulle immobilière"

 |   |  271  mots
Copyright DENIS/REA
La Fédération française du bâtiment écarte l'idée d'un effondrement des prix dans la plupart de ses scénarios.

Les prix dans le domaine de l'immobilier vont se maintenir à un niveau élevé. C'est en tout cas ce que considèrent les professionnels du bâtiment, qui ont exclu mardi "une explosion d'une bulle immobilière" lors d'un colloque intitulé "L'immobilier est-il un handicap pour la France?".

"Malgré l'effondrement du volume des transactions et le recul massif des mises en chantier, les prix de l'immobilier ne se sont pas écroulés depuis 2010", a fait remarquer Didier Ridoret, le président de la Fédération française du bâtiment (FFB). "Les prix devraient s'orienter à la baisse durant plusieurs trimestres" ont toutefois concédé les représentants de la fédération.

Nombreux sont les vendeurs qui refusent de baisser leur prix

La situation en France ne devrait donc pas suivre l'exemple de l'Espagne ou des Etats-Unis, car "les besoins en logements liés à la démographie, au vieillissement et à la décohabitation persisteront", ont noté les professionnels. Surtout que de nombreux vendeurs refusent de baisser leur prix, quitte à patienter plusieurs mois, voire à ne pas vendre. Les besoins sont estimés à 500.000 logements neufs par an alors que le nombre de mises en chantier à chuté en 2012 à 304 234, très loin des objectifs des pouvoirs publics.

Attention aux taux d'intérêt

Néanmoins, "une forte hausse des taux d'intérêt et l'impact du vieillissement de la population sur les décisions de vente et d'achat" pourraient provoquer un afflux de biens sur le marché de la part de ménages riches en patrimoine immobilier mais pauvres en revenus, et donc un risque très grand d'une chute des prix, nuance la FFB.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/03/2013 à 21:51 :
Ni les professionnels du bâtiment ni aucune autre CSP ne finance le marché immobilier.
Ce sont les banques qui le font.
Et les banques considèrent que le marché est baissier et va le rester durablement.
Le reste c'est de la littérature anxiolytique pour pseudo-investisseurs ou acquéreurs "malins" qui ont acheté en haut du marché, c.à.d 2005-2007 en zone non tendue, et
2010-2011 en zone tendue.
Le coup du "ça fait des années qu'on nous promet la baisse", les banques s'en foutent.
La baisse c'est maintenant.
Réponse de le 18/03/2013 à 12:21 :
+1. C'est pas pour rien qu'elles demandent plus d'apport personnel tout en prenant une garantie hypothécaire à -30%. Double effet ciseau sur la valeur du bien afin de s'assurer de ne pas avoir de perte à la revente en cas de défaut de l'emprunteur...
a écrit le 09/03/2013 à 15:46 :
alors c'est pas la peine de leur filer les aides pour lesquelles ils pleurent continuellement...
Réponse de le 11/03/2013 à 12:00 :
Qui réclame des aides dans ce pays?
Réponse de le 12/03/2013 à 9:25 :
Les "pseudos professionnels" de l'immobilier. Ces "professionnels" de l'immobilier qui nous parlent de "marché" se régulant mais poussent des cris d?orfraie dés que les subventions diminuent. Des aides en défiscalisation, PTZ+, ... toutes ces aides (dizaines de milliards de fonds publics... donc des impôts de tous au profit de quelques uns) qui n'ont servies qu'à entretenir artificiellement une hausse des prix totalement décorrélée des revenus. On a mit le malade sous perfusion intensive créant une dépendance dont aujourd'hui on arrive plus à guérir. Le remède est finalement pire que le mal, il aurait mieux valu ne rien faire il y a quelques années, cela aurait ramené le "marché" à un niveau raisonnable et permit de mettre fin au mythe de "la bulle immobilière existe partout dans le monde sauf en France" (pays magique des rentiers heureux...). Comment un pays de richesse à priori supérieure à la notre, de densité de population 2.3 fois plus élevée (pays plus peuplé sur une surface plus faible que la France) et avec des normes d'isolation plus contraignantes comme l'Allemagne arrive à avoir un cout de la construction plus faible que le notre... cherchez l'erreur !
Mais "rassurons nous" avec les politiques de QE des banques centrales, les mêmes causes ayant les mêmes effets, bientôt nous serons confrontés au même problème de manière plus générale...
Réponse de le 12/03/2013 à 14:06 :
à ajouter.
a écrit le 08/03/2013 à 11:20 :
voui voui pas d?éclatement puisque l?évolution de ces dernières années a été régulière et proportionnelle a l'accroissement des revenus disponibles des français.Pas d?éclatement de bulle, on y croit tous. Elle a déjà commencé a se dégonfler la bulle à Paris: à qualité égale on paye 15% moins cher cette année qu'au sommet de la bulle. La faible baisse de moyenne n'est pas parlante car l'échantillon s'est réduit aux appartements de grande qualité. Tous le monde sait qu'un effondrement de volume précède toujours un effondrement de prix et plus les "professionnels" paniqués diffuseront des messages affirmant le contraire plus la situation s?aggravera.

a écrit le 08/03/2013 à 11:00 :
C'est sur ca vient... cette fois ca va exploser... c'est sur là...Ca fait 15 ans que je le dis...
Réponse de le 08/03/2013 à 12:52 :
Arguments ?
Réponse de le 20/03/2013 à 21:46 :
"a maae soleil" : encore un agent immobilier jeunatre ou un renier debutant qui na pas connu la crise de 8 ans des annes 90.... ca va lui faire tout drole;. lol
a écrit le 07/03/2013 à 17:01 :
Les français demandent simplement d'avoir les mm prix que ceux pratiqués en Allemagne, Belgique ou Espagne, idem pour les locations...BERLIN ouest est à 2430? (prix moyen) le m².
PRIX du m² logement NEUF en 2011:
? 1. France : 3 790 euros/m² (+6,2 % par rapport à 2010)
? 2. Royaume-Uni : 3 025 euros/m² (+2,5 %)
? 3. Italie : 2 792 euros/m² (-1,8 %)
? 5. Belgique : 2 027 euros/m² (+3,1 %)
? 8. Espagne : 1 740 euros/m² (-5,6 %)
? 9. Allemagne : 1 290 euros/m² (+4 %)
? 12. Hongrie : 784 euros/m² (-23 %)
*Etude conduite simultanément en Autriche, en Belgique, en République Tchèque, au Danemark, en France, en Allemagne, en Hongrie, en Italie, aux Pays-Bas, en Pologne, en Espagne et au Royaume-Uni. Les analyses ont été effectuées à partir des données de marché disponibles dans chacun des pays, provenant en partie pour la France, de l?Insee, de l?OCDE, du Conseil supérieur du notariat, de la Chambre de Notaires de Paris, et du Conseil Général de l?environnement.
Comme nous allons devenir de + en + pauvre, il faudra bien que les prix baissent malgré la demande très forte avec nos 400-500000 habitants supplémentaires chaque année!
a écrit le 07/03/2013 à 14:54 :
Pauvre héhé-cavaliere : après dix longues années d'attente de l'éclatement de la pseudo-bulle, toujours de mauvaises nouvelles sur le terrain et à l'horizon : d'autres experts viennent confirmer que l'immobilier ne s'écroulera pas... Désolé ! Lire :

http://www.lesechos.fr/patrimoine/immobilier/actu/0202628952106-immobilier-pourquoi-les-prix-se-maintiendront-a-un-niveau-eleve-545039.php
Réponse de le 07/03/2013 à 16:39 :
Du coup tu te réjouis du fait que les gens qui ne pouvaient pas acheter il ya 10 ans , le peuvent encore moins ?
Réponse de le 08/03/2013 à 11:21 :
les "experts" de Xerfi n'ont pas fait ces derniers temps UNE SEULE prévision juste, regardez donc leurs dernières prévisions c'est juste à se tordre de rire, Pour le coup si ils prévoient que l'immobilier ne baissera pas, on a toutes les chances de penser que l'immobilier baissera.
Réponse de le 08/03/2013 à 12:58 :
Bof, de toute façon, la réalité est toujours la plus forte. Et la réalité c'est quoi ? Des volumes en forte baisse, des délais qui s'allongent fortement, un secteur d'intermédiaires (AI) qui dégraisse...Bref, tous les signes d'un marché qui ne pratique pas les bons prix. Par ailleurs, et heureusement pour moi, cela ne fait pas 10 ans que j'attends, juste un an ou deux. Et les 50.000? que viennent de perdre les biens qui m'intéressent depuis un an à l'affichage me confortent dans mon choix (il me permettent même d'attendre encore deux ou trois ans en location et de rester bénéficiaire au bout, même sans compter les intérêts d'emprunt des 50.000 !).
Réponse de le 08/03/2013 à 13:12 :
Lu l'article. Il part quand même sur un postulat : les ajustements se feront sur les volumes. Sous entendu, les proprios ne baisseront pas leurs prix. Hors, une fois les vendeurs touristes sortis du marché, reste les ventes "obligatoire" (mutations, etc...). Celles-là se feront forcément, en s'ajustant sur les capacités financières des acheteurs. Et les nouveaux entrants sur l'offre, s'aligneront forcément sur les ventes réalisées pour fixer leur prix. CQFD. Et puis, quand on connait la vraie définition du prix de marché (à savoir que ce n'est pas juste le point de rencontre de l'offre et la demande, mais aussi et surtout le point auquel le MAXIMUM de transactions se réalisent), on comprend bien que héhécavaliere and consorts sont dans le vrai...CQFD bis.
Réponse de le 08/03/2013 à 23:34 :
histoire de rafraichir les memoires
en 1991 (-40% de baisse à Paris entre 1991 et 1998) aussi les professionels se voulaient rassurant: pas de baisse, puis petite baisse modérée puis reprise, et derniere etape pas de bulle:
une petite lecture de l'historique détaillé ici:
http://esprit-riche.com/immobilier-1991%C2%A0-retour-sur-la-crise-du-siecle/
a écrit le 07/03/2013 à 14:43 :
Il faut 50000 euros d'apport a un couple de 36 ans avec un salaire de 4430 euros/mois pour pouvoir en moyenne acheter un premier bien immobilier en France et ce sur des durées extravagantes (25 ans minimum). Moi je m'interroge. Quel est le pourcentage de couple de 36 ans qui gagne 4430 euros net/mois? Il ne faut bien évidemment pas prendre en compte Paris ou les salaires sont certes plus haut, mais ou un couple primo accédant doit compter un age de 37 ans un revenu de 8000/ mois et un apport de 200000. Le chômage augmente, la revalorisation salariale est atone, le taux d?endettement des ménages est de 83% en constante progression. Comment diable les jeunes français peuvent il acheter? Que se passera t'il quand les taux vont augmenter? Les professionnels du secteur ont permis une augmentation de 147% en 12 ans des prix a la vente en argumentant sur ces points: La baisse des taux d?intérêt. Il vont augmenter ne serait ce que pour endiguer la hausse de l'euro Les incitations fiscales (taux zéro, loi de défiscalisation...). L?état est en faillite et ne peut plus se permettre de maintenir artificiellement le marché. L'augmentation de l'espérance de vie. On a atteint le point critique et quand on parle de crédit sur 40 ans, il ne reste plus grand chose a faire Le manque de logement. Les jeunes restent vivre chez leur parents du a l'incertitude du marchés du travail ou privilégie des collocations. Les conditions de crédit exigées par les banques limites l?accès a la propriété des primo accédant. La demande étrangère. Les étrangers se retirent de France. Le marché y est le plus surévalué au monde et les contraintes fiscales finissent de décourager les plus téméraires. L'espagne et la grece offre des opportunité en terme d'achat et l'allemagne en terme d'investissement (marché sous évalué de 16% et dynamisme économique) Le marché locatif. Avec le taux d'endettement des ménages les risques d'impayés se multiplient. De plus les frais d'entretien et la protection des locataires rendent cet investissement de mois en moins attrayant. L'avenir s' annonce bien sombre dans l'immobilier et les professionnels l'on bien compris puisque ORPI demande aux vendeurs de diminuer les prix de leur biens de 5 a 15%. Avant de penser aux commissions il espère d'abord sauver leur emplois. Et ce n'est qu'un début car quand la panique s'installera les prix chuteront drastiquement. Même s'il chute de plus de 50% un particulier qui a acheté en 2000 sera encore largement gagnant. Il y'a beaucoup de marge a la baisse!
Réponse de le 20/03/2013 à 21:48 :
dautant plus que les socialos ont eu une brillante idee: ce couple moyen on va leur supprimer les allocs et surtout le complement de mode de garde, entrainant une chute vertigineuse de 1000 euros / mois pour deux enfants,d e pouvoir d'achat!
a écrit le 07/03/2013 à 14:33 :
discours entendu: çà monte à toute vitesse et puis çà ne peut que monter ensuite, il y a un petit ralentissement de la hausse, çà monte encore à paris, çà stagne, il y a une petite baisse technique, ça baisse mais peu, çà ne peut pas baisser etc... On voit que depuis 1 an le discours a progressivement changé. Après un soutien politique et fiscal majeur est venu le temps de la taxation qui monte monte monte. L'Etat vous a subventionné pour un produit que vous ne pouvez pas cacher ni expatrier: c'était un placement aussi pour l'état, maintenant il faut que çà rapporte ( à l'état). Monter ou baisser, la loi du marché tant invoquée a été falsifiée dans un sens, elle le sera dans l'autre. Si les politiques au pouvoir vendent, vendez tout de suite, sinon çà montera de nouveau.
Réponse de le 07/03/2013 à 15:56 :
La vache ! Alors là, ca monte, ca baisse, ca stagne, ca remonte, dans un sens, dans l'autre... On sait même pas de quoi vous parlez. Rien compris.
a écrit le 07/03/2013 à 13:29 :
La bulle immobiliere c est surtout la bulle des impots sur le patrimoine ( taxe fonciere PV ), la bulle des contraintes sur la construction . Que nos experts comme duflot comparent avec l etranger
Réponse de le 07/03/2013 à 15:17 :
En effet entre diagnostics de plus en plus pléthoriques, normes ubuesques, droits de mutation, taxe foncière gonflant au gré de la mégalomanie et du clientèlisme des élus (en effet ciseau avec la réduction actuelle et prévisible des dotations de l'état, de plus on peut penser que l'après élections 2014 fera mal sur ce front là) le foncier français vit en économie soviétique..
Réponse de le 07/03/2013 à 16:16 :
Lu chez d'autres blogueurs expert comme vous que ce serait plutôt après 2028 et en tout cas, sûr de chez sûr certain pour 2052. Donc oui, ça urge.
a écrit le 07/03/2013 à 12:59 :
Aux USA, ils ont eut la crise des subprimes, puis ce fut l'Espagne. Et vous pensez que la France est épargnée ? C'est comme la ligne Maginot qui protège des voisins ? Ou les frontières qui protègent du nuage de Tchernobyl ?
Réponse de le 07/03/2013 à 14:42 :
Il y a encore des personnes qui croient que la situation de l'Espagne et des Etats Unis est la même que celle de la France. Documentez-vous au lieu de dire des choses superficielles.
Réponse de le 08/03/2013 à 10:58 :
Ca n'a rien à voir effectivement, en France l'emprunteur est protégé par la limite imposée d'emprunt qui est de 30%max de ses revenus, et les Français généralement privilégient les taux fixes.
Un américain n'arrive meme pas à imaginer cela possible. Ils vivent à crédit depuis qu'ils sont étudiants.
a écrit le 07/03/2013 à 12:43 :
Le problème ce n'est pas le coût de l'immobilier, c'est celui du pouvoir d'achat. Avec un Smig a 2000 ?uros, le problème est réglé.
a écrit le 07/03/2013 à 11:52 :
Regardez les dates du forum en lien ci-dessous : en 2004, il y a 9 ans, les adeptes de la bulle prévoyaient déjà son éclatement imminent !!!!! Regardez et riez un bon coup.

http://forum.hardware.fr/hfr/Discussions/Societe/achat-immobilier-krach-sujet_35843_2.htm
Réponse de le 07/03/2013 à 13:04 :
Attention, les données économiques montraient une baisse mais l'état a soutenu pendant 10 ans l'immobilier. Ces aides n'étaient pas prévisible. Aujourd'hui, l'état supprime peu à peu toutes les aides sur l'immobilier. La donne a changée. Résultat, il y a un effondrement de la demande et la baisse commence à arriver même à Paris.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:10 :
Un de ces jours, quand vous ferez le calcul de ce que vous a coûté (et à coûté au pays) les mesures fiscales qui ont soutenu artificiellement le marché depuis 2006, vous arrêterez de rire...Mais peut être êtes vous retraité sans enfants ni petits enfants, auquel cas on pourrait comprendre que cela vous importe peu.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:36 :
Grand Merci, oh @Mort, Grand Prêtre de l'archibulle, vous me redonnez espoir ! Désolé d'avoir douté après seulement neuf années de vaine attente. Vous êtes dans la Vérité et j'entonne avec vous le grand mantra : "Haré Bulla !" "Haro bulla !"
Réponse de le 07/03/2013 à 13:45 :
Héhé : Sornette ! L'immobilier a rapporté une véritable fortune au pays, parce que l'on appelle les "frais de mutation". Mais bon, vous savez pas.
Réponse de le 07/03/2013 à 14:39 :
et oui mort de rire c'est justement ceux qui ont acheté en 2004 et qui ont payé le double en interet de credit, qui sont riches virtuellement (avec isf) mais on n'est vraiment riche que quand on vend alors ris bien car on verra qui rira au moment de vendre apres 2014 ou 2019
Réponse de le 08/03/2013 à 13:03 :
Les frais de mutation, ça engraisse les politiques et l'Etat. Quid de nos entreprises ? Combien de fric en loyers/taxes et pas en investissement / emploi ? Pour info (je crois que cela peut vous être utile) : investissement / emploi d'aujourd'hui = richesse de demain.
a écrit le 07/03/2013 à 11:34 :
Un indicateur peut utilisé, annonciateur en général de dégringolade de l?immobilier au delà des stocks à vendre de plus en plus important ,est l'effondrement des commandes de camions neufs pour le BTP plus de 50%.. Il faut attendre sauf obligation pour acheter son logis les prix devraient baisser comme au début des années 1990 de 20 à 40% voir plus selon les régions...
Réponse de le 07/03/2013 à 12:31 :
58% des français sont propriétaires et 70% ont fini de payer. Par conséquent, peu de chances de voir un effondrement comme en Espagne ou aux USA, où les propriétaires ne pouvaient plus payer leur crédit.
Ne mettront en vente que ceux qui sont vraiment forcés et qui ne peuvent mettre en location. Les autres attendront des jours meilleurs pour vendre.
Une baisse massive des prix a donc peu de chances de se réaliser et compte-tenu que les taux vont remonter, il n'est pas dit que la baisse limitée des prix couvrira le renchérissement du crédit, qui en plus réduira la capacité d'emprûnt.
Par ailleurs, celui qui est locataire et qui attend continue de payer son loyer, un peu à fonds perdus.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:09 :
"Les autres attendront des jours meilleurs pour vendre" raisonnement faux.
Pensez aux impots locaux qui augmentent chaque année. Un bien vide se dégrade rapidement. En cas de chute de prix, les loyers vont suivre aussi (c'est deja le cas).
De plus, tout le monde n'a pas acheté au plus haut. Beaucoup de propriétaire ont leur bien depuis 20 ans. Donc en cas de revente, pour eux, ils ne seront pas en moins value.
Sans oublier les successions (tres nombreuse), dans ce cas, les enfants veulent récupérer l'argent rapidement.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:09 :
"Les autres attendront des jours meilleurs pour vendre" raisonnement faux.
Pensez aux impots locaux qui augmentent chaque année. Un bien vide se dégrade rapidement. En cas de chute de prix, les loyers vont suivre aussi (c'est deja le cas).
De plus, tout le monde n'a pas acheté au plus haut. Beaucoup de propriétaire ont leur bien depuis 20 ans. Donc en cas de revente, pour eux, ils ne seront pas en moins value.
Sans oublier les successions (tres nombreuse), dans ce cas, les enfants veulent récupérer l'argent rapidement.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:15 :
Hausse des taux + hausse du chômage, ça pousse à la hausse des prix ? Ensuite, votre discours, comme souvent chez les posteurs pensant comme vous, oublient que les niveaux de volume de ventes connus jusqu'à récemment étaient "anormaux" et beaucoup trop elevés, tout comme les prix...Quand on achète un maison en s'endettant sur 20 ans et en voulant la revendre 4 ans plus tard en faisant une plus value, cela s'appelle de la spéculation ! Une fois cette partie spéculative supprimée, ne reste que les transactions "obligatoires" (mutations, divorces, décès...) qui, elles, devront bien s'adapter au capacités financières des acheteurs...Et le pouvoir d'achat des français, vous le voyez comment ? Je ne crois pas qu'il pousse à l'optimisme !
Réponse de le 07/03/2013 à 13:54 :
Si une grande partie à fini de payer, il n'y a plus de frein alors à une politique massive visant à une baisse de prix non ?
a écrit le 07/03/2013 à 11:18 :
Je rappelle que la majorité des Français sont propriétaires et en accession à la propriété, ils feront tout pour que les prix augmentent et ils en ont intérêt, les autres ils n'avaient qu'à acheter avant la bulle.
Réponse de le 07/03/2013 à 12:15 :
C'est les français les plus forts en économie.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:27 :
Je m'appelle Il Cavaliere et je suis Archiprêtre
Dans la secte de la bulle qui domine l'immobilier
D'où l'éclatement viendra qui me fera héros
En attendant ce jour je m'ennuie quelquefois
Alors je vais au bourg voir les filles en troupeaux
Mais elles rêvent d'amour et moi de la bulle et des chevaux...
D'après Zangra de Jacques Brel
Réponse de le 07/03/2013 à 16:56 :
"la majorité des Français sont propriétaires et en accession à la propriété, ils feront tout pour que les prix augmentent et ils en ont intérêt"
1 - les français propriétaires qui veulent s'agrandir (1 ou 2 pièces en plus) ont intérêt à ce que les prix baissent, pas qu'ils montent justement!
2 - les ventes se sont effrondées, les prix baissent un peu partout (même à Paris où on découvre que 3% d'acheteurs étrangers ne permettent pas de faire tenir les prix!).
3 - quand les taux vont arrêter de descendre ça va faire mal
4 - ce n'est pas parcequ'on veut qqch très fort qu'il s'autoréalise: la majorité des français veut aussi que le chomage baisse, idem pour les impôts!
a écrit le 07/03/2013 à 11:14 :
Eh fma44, la France serait mal barrée si l'immobilier se résumait a ceux qui heritent de leurs parents.
Des salariés existent et qui arrivent (ou arrivaient) a financer leur logement a credit...mais c'est vrai qu'au delà des deux pièces c'est rare que ce soit uniquement avec des salaires qu'on s'en sort. Pour fnancer il reste le Loto, l'argent des vols, de la drogue, des braquages et des casses!
Réponse de le 07/03/2013 à 12:27 :
l'argent sale impossible a recycler dans l'immo, sauf bien sur avec des notaires "marrons"
ce qui devrait se trouver helas.
a écrit le 07/03/2013 à 11:08 :
Même en Ile de France, on trouve des maisons à acheter pour moins de 90.000 euro. Ne rêvez pas ! les prix ne tomberont pas plus bas.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:11 :
Ah bon! Les chomeurs vont achetés. Ou bien les salariés qui n'ont plus d'augmentation ?
Ah non, c'est les riches étrangers qui veulent venir en France pour payer l'ISF et les 75% d'impots.
Les transactions sont en chute libre, ce n'est pas pour rien. Les prix suivront c'est l'offre et la demande.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:50 :
@ @réalité Vous n'avez pas vraiment le sens des ... réalités, là on parle pas des "riches étrangers" mais de français très modestes qui peuvent néanmoins s'offrir une maison, et en Ile de France; Les riches étrangers ne pas intéressés par une maison française qui ne vaut même pas le quart d'une de leur voiture !
a écrit le 07/03/2013 à 11:05 :
Il faut être un peu intelligent et detecter les cons et les étourdis pour gagner de l'argent dans l'immobilier en France. Mais somme toute c'est assez facile.
La rénovation de l'ancien est un peu la cerise sur le gateau.
Les pleureuses n'ont encore rien compris en France.
Il ne fallait pas quitter l'école trop tôt. Que ce soit la gauche ou la droite, les lois sont faites pour être contournées, si on sait lire et raisonner.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:16 :
Je vous souhaite de vous retrouver dans une société sans loi...
a écrit le 07/03/2013 à 10:45 :
un petit point de hausse sur les taux pourrait bien etre l'aiguille qui la ferait crever, cette bulle.
Réponse de le 07/03/2013 à 12:06 :
rdv second semestre, la fin des haricots.
a écrit le 07/03/2013 à 10:41 :
Je lisais dernièrement que la baisse des transactions immobilières privait les départements d'une part importante de leurs ressources .Ce qui confirme que " quand le batiment va tout va "
Réponse de le 07/03/2013 à 13:12 :
Mais l'argent qui part dans l'immobilier ne profite pas aux entreprises donc aux developpements d'un pays.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:39 :
L'argent de l'immobilier profite aux entreprises : il y a création de richesse sans aucune immobilisation : celui qui achète désépargne pour donner à celui qui vend et réépargne exactement la même somme ! Juste un jeu d'écriture, mais aucune immobilisation de capital. L'immobilier n'immobilise aucun argent. Au contraire il en rapporte beaucoup quand les étrangers achètent en devise à Paris,
Réponse de le 07/03/2013 à 14:31 :
ce que tu décris est un flux pas une création, et effectivement dans un flux ya pas d'immobilisation. Après si on compte sur les ventes aux étrangers pour alimenter ce flux , on va pas bien loin. si la france était auto suffisante en tout ton système pourrait marché mais c'est pas vraiment le cas. une économie basé sur l'immobilier est néfaste pour l'économie car il aspire la richesse des autres secteurs pour se financer.
Réponse de le 08/03/2013 à 13:07 :
Le flux c'est une chose, mais faut prendre de plus haut : quand un marché (l'immo) mobilise de plus en plus de flux, cela se fait au détriment d'un autre, la masse monétaire étant par nature "finie" à un instant T. Donc, plus vous mobilisez de fric pour les échanges immo, moins il y en a pour d'autres échanges/marchés.
a écrit le 07/03/2013 à 10:16 :
Quand le bâtiment va, tous vas! Mais pas la et malheureusement ce n'ai pas demain que ça va revenir.
a écrit le 07/03/2013 à 10:11 :
La surévaluation des prix par rapport au revenu des ménages ??? Voir articles ci-dessous :
Selon une étude réalisée par "The Economist", le marché immobilier français est le numéro un mondial pour la surévaluation des prix par rapport au revenu des ménages, et le quatrième plus surévalué par rapport aux loyers. Surévaluation de l'immobilier dans une économie chancelante !!!
En savoir plus sur http://www.atlantico.fr/decryptage/immobilier-prochaine-claque-qui-attend-economie-francaise-wolf-richter-613019.html#Xg55KtJhQKtGMov8.99
L'immobilier français est largement surévalué
En savoir plus sur http://www.latribune.fr/vos-finances/immobilier/20130116trib000742943/l-immobilier-francais-est-largement-surevalue.html

Le Risque de Krach est Bien Réel : Jacques Friggit a retracé l?évolution du rapport "prix immobilier/revenu" sur les dernières années en France, aux États-Unis et au Royaume-Uni.
En savoir plus sur http://www.immobilier-danger.com/Les-prix-de-l-immobilier-sont-plus-061.html
Réponse de le 07/03/2013 à 11:37 :
Il n'y a pas de bulle immobilière en France, cela répété et confirmé depuis avant 2008. Regardez les commentaires sous l'article des Echos datant de !! 2006 !! et référencé ci-dessous. Déjà, il y a maintenant !! 7 ans !! la secte de la bulle annonçait ralentissement et explosion imminente. !! 7 !! ans après, la pseudo bulle n'a toujours pas explosé. Et pendant ce temps, la moitié du crédit aurait déjà été remboursé et l'investissement immobilier largement rentabilisé sur la seule économie de loyer (sans même parler de revente) !!. Je comprends le désespoir et les incantations d'"Il Cavaliere" à la sainte venue de la divine explosion : http://forums.lesechos.fr/echos_immobilier3/finances-personnelles/immobilier/-1157460897.htm?cpag=3&here=1157460897
Réponse de le 07/03/2013 à 12:17 :
http://forums.lesechos.fr/echos_immobilier3/finances-personnelles/immobilier/logement-y-a-t-il-une-bulle-immobiliere-discussion-fermee-1157460897.htm?cpag=3&here=1157460897
Réponse de le 07/03/2013 à 13:14 :
+120% en 10 ans grâce aux aides de l'état et aux taux intérêts bas. C'est une bulle immobilière et elle est en train d'éclater!
Réponse de le 07/03/2013 à 13:20 :
Et l'environnement fiscal favorable à la demande, vous en faites quoi de ce paramètre ? Et un gouvernement qui privilégie une politique de la demande à une politique de l'offre, vous en faites quoi ? Et les impacts négatifs sur l'économie (aujourd'hui même l'italie redémarre là où la France continue de s'enfoncer dans le marasme), vous en faites quoi ? Ces impacts, ils améliorent votre satisfaction d'avoir eu raison au détriment de l'avenir de ce pays ?
Réponse de le 07/03/2013 à 13:57 :
Comme le disait Giscard il y a peu : << C'est un peuple individualiste et extrêmement tourné vers l'intérêt personnel et qui donc ne recherche pas l'intérêt collectif. >>
Voilà le pb
Réponse de le 07/03/2013 à 13:59 :
Mais oui héhé bullesque ! La bulle millénaire éclatera demain. Je ne doute pas. Je crois.
Réponse de le 11/03/2013 à 12:53 :
Décennale plutôt que millénaire...Il est marrant de voir les tenants du nouveau paradigme ("les prix sont hauts et resteront toujours haut") répondrent de façon de moins en moins argumentée et de plus en plus façon "trollolol"...Est ce le changement de fond des articles sur lesquels nous intervenons qui vous chagrine ? Avez vous fait une mauvaise affaire en achetant en 2006/2008 ?
a écrit le 07/03/2013 à 10:10 :
En France ce n'est pas avec un salaire qu'on peut investir dans l'immobilier. Ce sont les générations parentes qui peuvent financer au générations enfants, l'état le sait bien. Pour ceux qui n'ont pas cette chance, c'est la file d'attente aux offices HLM.
Réponse de le 07/03/2013 à 11:16 :
Avant de penser aux allocations familiales il fallait prévoir du patrimoine avant de faire des enfants...
Réponse de le 07/03/2013 à 13:51 :
Oui, seulement, la nature est mal faite : passé 60 ans il devient difficile de procréer, même avec l'aide de la science. Dommage car c'est à ce (bel) âge que non seulement on est libéré des contraintes du travail mais qu'en plus certains ont du patrimoine....

a écrit le 07/03/2013 à 9:45 :
rien d etonnant que les pro du batiment ne parlent pas de crash ni de bulle: si vous vouslez vendre, c est pas tres malin de dire a votre cleint que demain il pourra avoir la meme chose 20 % moins cher
Par contre le texte final est interessant "une forte hausse des taux d'intérêt et l'impact du vieillissement de la population sur les décisions de vente et d'achat" pourraient provoquer un afflux de biens sur le marché de la part de ménages riches en patrimoine immobilier mais pauvres en revenus
Autrement dit, baisse previsible surtout que bientot les vieux vont devoir vendre pour payer leur maison de retraite (a moins qu on trouve encore le moyen de faire payer les actifs pour ca) et que ceux qui ont achete avec un credit au taquet ne puisse plus payer (ca va vite un licenciement, un divorce ou simplement une bonne hausse de l essence)
Réponse de le 07/03/2013 à 10:21 :
Une hausse des taux peut se faire de plus très brutalement contrairement à la baisse. Cela devrait faire réfléchir ceux qui hésitent à vendre et attendent un petit peu.....
Réponse de le 07/03/2013 à 10:37 :
Les taux de crédit n'ont jamais été aussi bas , c'est le bon moment pour renégocier son crédit immobilier !
Financement des maisons de retraite avec vente de son bien immobilier en viager !!!
Réponse de le 07/03/2013 à 10:50 :
"Crédit au taquet" : on reconnait l'une de vos répétitives et élégantes expressions (avec "papy boomers" etc.). Combien de centaines de messages "bullesques" écrivez-vous par jour sur les forums de La Tribune (et autres) ? Etes vous rémunéré pour cette monodique litanie digne d'une secte ? Ou juste un obsessionnel sous un traitement insuffisant ? Pour le lecteur, ces invocations rituelles à l'explosion de la très sainte bulle sont lassantes
Réponse de le 07/03/2013 à 12:09 :
Attention, si achat prix fort et taux bas, impossibilité à l'avenir de renégocier son pret. attendez second semestre.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:29 :
Comprenez un truc : le problème c'est pas le prix auquel on affiche sa maison, le problème c'est ce que peuvent réellement payer les gens intéressés par votre type de bien...
Réponse de le 11/03/2013 à 14:15 :
Vous voulez dire que "IL CAVALIERE" n'est qu'un troll et qu'il n'est en fait qu'un baissier déguisé ?
La pour le coup je suis déçu, moi qui croyait que c'était réellement un papy aigri.
a écrit le 07/03/2013 à 9:35 :
Avec la crise, certains planchent déjà sur une solution: des maisons à cout bas, et qui seront obsolètes au bout de 50 ans!!!!!! Une obsolescence programmée dans le bâtiment?????? Eh oui , une de plus!!! Et en plus celle là est décomplexée!!!!
Réponse de le 07/03/2013 à 10:27 :
Un tas de planches comme aux USA coûte évidemment beaucoup moins cher à construire. De toutes manières, une maison individuelle est un non sens, alors bon, 50 ans de durée de vie c'est déjà trop ...
Réponse de le 07/03/2013 à 10:46 :
Quand je vois les appartements construits à côté de chez moi, je me demande pourquoi des morceaux n'en tombent pas déjà.
Réponse de le 07/03/2013 à 12:20 :
Une maison individuelle est peut-être un non-sens du point de vue strictement économique, mais du point de vue social, ça vaut largement les barres d'immeubles où on empile et on entasse les gens comme des lapins. Le villes vont devenir de plus en plus invivables: insécurité, pollution...l'homme n'est pas fait pour habiter dans du béton, voir du béton ni marcher sur du béton ou du goudron. Il lui faut de la terre, des cailloux, des arbres, du vert et de l'espace, choses qu'on ne trouve qu'à l'extérieur des villes dans un habitat non-collectif.
Réponse de le 07/03/2013 à 12:28 :
@Thargor
Coluche le disait déjà il y a 30 ans: "Maison Merlin cages à lapin". Chez Merlin, c'est pas la maison qui est chère, c'est le crédit. Tu paies pendant quarante ans et à la fin les ruines sont à toi...Notre système économique qui est basé sur une croissance sans fin ne peut que dériver sur l'obsolescence programmée, la ruine des maisons est programmée, tout est fabriqué, construit pour être remplacé le plus rapidement possible, parce qu'il faut que la machine économique tourne. Ce qu'on oublie, c'est que les matières premières et surtout l'énergie ne sont pas inépuisables, et les pollution générées loin d'être négligeables! Le retour de bâton va être sévère.
a écrit le 07/03/2013 à 9:14 :
Ce qui est amusant c'est que la hausse des prix est due à la politique sociale généreuse, fonctionnaires ( solvabilité assurée) CDI bien protégé, APL, PTZ, Scellier, allocations familiales pour maintenir la démographie donc la demande et les transferts sociaux taxés sur le boulot se retrouvent dans la poche des inactifs...
a écrit le 07/03/2013 à 9:11 :
Plus l'immobilier est cher, plus les Français sont riches, c'est un atout majeur de compétitivité, la France est le pays où les rentiers de l'immobilier sont les plus nombreux et de plus ils ne concurrencent pas diplômés dans la recherche d'un emploi. La France doit être le seul pays au monde où ceux qui ne travaillent pas gagnent de l'argent.
Réponse de le 07/03/2013 à 10:05 :
si on veut continuer à s'enrichir, il faut coute que coute que l'immobilier augmente. Vive la pierre, d'ailleurs il faudrait remplacer l'euro par un équivalent caillou , ça serait plus pratique pour les transactions.
a écrit le 07/03/2013 à 9:09 :
commentaire intelligent de rourou; s'il y a autant de logement vacants en france , c'est parce que c'est long et compliqué de mettre dehors un locataire qui ne vous paye pas et qui souvent a dégradé l' appartement;expérience vécue,avec pourtant des personnes qui avaient des aides etc
a écrit le 07/03/2013 à 8:52 :
ca etre les chômeurs qui vont achetés. les gens ce touche avec leur prix délirant
les vendeurs rêve encore le réveil va être très dure hollande va leur coller des taxes il n aime pas les propriétaires bailleur ni les patron bientôt la France sera un champ de ruine.
Réponse de le 07/03/2013 à 14:23 :
Bah, dans un champ de ruine, mieux vaut encore disposer d'un toit...
a écrit le 07/03/2013 à 8:51 :
Mais justement, déconnexion il y a au niveau des prix: Si on arrête ou diminue du jour au lendemain le flux de tous les carburants qui ont fait la hausse et maintenu le secteur du bâtiment sous perfusion pendant 15 ans: défiscalisation type scellier, aides diverses au logement (type APL ou aides au logement étudiant sans conditions de ressources), exonération des plus values au bout de 15 ans, exonération des plus values sur résidence principale, déduction des intérêts d'emprunts pour la résidence principale (la France de propriétaires de Sarko, comme il y a la Roumanie de propriétaires ou la Grèce de propriétaires), valeur ISF réduite pour la Res Princ, taux d'intérêts au raz de la moquette, emprunts jusqu'à 30 ans et jusqu'à 110 % du montant etc etc... Où pensez-vous que va aller le marché ? Les vendeurs ne vont s'attacher à leur certitude que l'immobilier ne baisse jamais que pendant 2 ou 3 ans (comme en 90/93) pour ensuite lâcher 30 à 40 % sur le prix initial, voire plus car, contrairement aux années 90, la crise économique est vraiment violente.
Réponse de le 07/03/2013 à 14:26 :
Ouais, alors en cas de crise économique violente, comme vous dites, je recommande de disposer en tout premier lieu et en toute urgence de son habitation. Si au contraire le climat économique s'embellit, si la bourse repart, alors là oui, l'immobilier cessera de monter.
a écrit le 07/03/2013 à 8:40 :
Ils ont raison les professionnels de l'immobilier les jeunes ne se révoltent pas ils peuvent mettre les prix qu'ils veulent.
Réponse de le 07/03/2013 à 9:38 :
les jeunes quittent la France. a qui vont ils vendre au prix fort leurs clapiers ? aux RMIstes ??
a écrit le 07/03/2013 à 8:37 :
"time is on my side".
a écrit le 07/03/2013 à 8:23 :
L'état, droite ou gauche, va tout faire pour maintenir les prix et garantir notre rente immobilière payée par les jeunes. Toute autre politique serait un suicide électoral.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:18 :
Vous devriez suivre l'actualité. Hollande fait tout pour faire baisser les prix. Il a clairement dit.
Etant de droite, je partage ce point, faut mieux que l'argent soit investi dans nos entreprises.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:18 :
Vous devriez suivre l'actualité. Hollande fait tout pour faire baisser les prix. Il a clairement dit.
Etant de droite, je partage ce point, faut mieux que l'argent soit investi dans nos entreprises.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:18 :
Vous devriez suivre l'actualité. Hollande fait tout pour faire baisser les prix. Il a clairement dit.
Etant de droite, je partage ce point, faut mieux que l'argent soit investi dans nos entreprises.
a écrit le 07/03/2013 à 7:38 :
Pour qu'il y ait bulle il faut qu'il y ait une vraie déconnexion de l'offre et de la demande. Hors actuellement ce n'est absolument pas le cas: si les ventes sont en forte baisse, les besoins des personnes cherchant une location sont très importants. La plupart des propriétaires (et des investisseurs) savent que les cycles immobiliers sont assez réguliers autour de 8, 10 ans. Ceux qui ne sont pas obligés de vendre (hors besoin de cash, divorces...) se placent donc en attente en louant leurs biens (plusieurs candidats pour une offre, même en campagne). La baisse est inévitable, un crach impossible vu le peu de mises en chantier et la demande soutenue du marché locatif.
Réponse de le 07/03/2013 à 9:28 :
Vous, vous avez dû acheter il y peu de temps aux prix bullesques propre à notre cher pays. Notez que les bas taux n'empêchent pas la baisse des transactions, que le chômage augmente (10% aujourd'hui!), les impôts augmentent, les scellier autres ptz sont donc devenus in-finançables, ce marché d'arnaque générationnel qui a gavé nos propres parents est foutu. La preuve vous citez les locataires mais ont-ils vraiment le choix vu ces prix stratosphériques?...
Réponse de le 07/03/2013 à 9:39 :
n'importe quoi.. Vous tenez ce discours parce que vous êtes propriétaire, et surement pas d'un seul logement...

On vous a jamais appris que la pénurie était une légende?
Réponse de le 07/03/2013 à 9:41 :
il faut aussi que la demande soit solvable.
Si vous avez de la demande mais que personne ne peut payer autant, c erst comme si vous aviez aucune demande
Le marche a ete solvabilise par l etat (PTZ, scellier et autres) qui permettaient aux gens de payer plus. maintetant c est fini: pire l etat crible de dette va augmenter les impots et vu l etat de l economie, les revenus vont stagner au mieux
Donc crash en vue (surtout si on pense que 20 % des jeunes diplomes quittent la france pour tourver du travail. c est pas avec des smicard/rmiste que vous allez trouver des acheteurs)
Réponse de le 07/03/2013 à 13:20 :
Locataire, les proprietaires me mangent dans la main. Pourquoi ? Parce que j'ai un tres bon salaire dans une grosse boite. Cela devient tres tres rare. Je négocie facielement des baisses en montrant mes feuilles de paie.
Tout ca pour vous dire que plus personne n'a d'argent. Qui peut acheter ou louer a ces prix ? Il y a donc une bulle.
a écrit le 07/03/2013 à 6:34 :
Ah les agents immobiles liés (à leurs intérêts)
a écrit le 07/03/2013 à 0:20 :
C'est le propre des bulles, on y croit que quand elles ont pété !
Réponse de le 07/03/2013 à 6:41 :
Tout a fait d'accord et plus les professionnels disent "y a pas de bulle" plus il faut se mefier et serrer les fesses.
Réponse de le 07/03/2013 à 11:55 :
A force de serrer les fesses depuis au moins 9 ans, tu dois avoir des crampes, non ? Mais également de belles fesses musclées, remarque :

http://forum.hardware.fr/hfr/Discussions/Societe/achat-immobilier-krach-sujet_35843_2.htm
Réponse de le 07/03/2013 à 13:32 :
Et vos impôts qui ont financé la perfusion de l'immo, elle vous fait pas serrer les fesses ?
a écrit le 06/03/2013 à 23:35 :
Entre le titre de l'article qui laisse à penser qu'une forte baisse des prix n'est pas envisagé par la FFB et la dernière phrase on se demande ce qu'il faut retenir au fond... Pas de scénario de forte baisse mais une hausse des taux additionnée au vieillissement de la population donnerait une chute des prix ! C'est une réponse de Normand ça ! On ne va pas attendre que tous les vieux "riche" en patrimoine meurent pour pouvoir se loger à des prix décents, si ?? Ahhh j'oubliais on aura probablement émigré vers un autre pays d'ici là...
a écrit le 06/03/2013 à 22:05 :
L'immobilier a besoin d'une chose, taxer lourdement tout l'immobilier vacant, taxer tout l'immobilier spéculatif et en 1er lieu tout l'immobilier de résidences secondaires fermées 11mois sur 12 .. ainsi les propriétaires auront une bonne motivation pour louer ou vendre au plus vite ... ce qui ne manquera pas de solutionner très efficacement les porblèmes de logements et de faire baisser les loyers et les prix au M² ...
Réponse de le 06/03/2013 à 23:42 :
Bien sur tout le monde rêve d'habiter dans une station balnéaire ou au fond de la campagne, à 500 km de son travail. Si on pouvait virer les locataires mauvais payeurs en 15 jours sans procédure tarabiscotée , avec un marché locatif moins fiscalisé, le parc de logements vacants ne tarderait pas à disparaître. C'est bizarre, l'Etat n'explore jamais de lui-même les solutions consistant à libéraliser les secteurs, nos énarques préfèrent toujours vouloir penser à notre place et instaurer des règles qui sclérosent le fonctionnement économique.
a écrit le 06/03/2013 à 21:43 :
Il me semble qu'il y'a 600 000 logements vides en ile de france que les proprios refusent de louer et un peu plus de 2millions de logements vides en France. Décidément,en France tout est manipulé comme l'inflation.
a écrit le 06/03/2013 à 20:18 :
En même temps ce sont ceux qui ont le moins intérêt à ce que la bulle explose.... Ils vont pas dire "vendez vite vite avant que le marché se casse la figure et nous avec"....
a écrit le 06/03/2013 à 20:17 :
Pas beaucoup d'imagination pour le titre, toute la presse reprend en c?ur « pas d'explosion d'une « bulle immobilière ». Le formatage des cerveaux ne cacherait-il pas un problème, si je regarde la courbe de Friggit (sur le lien ci-dessous) et je compare le pic des années 90, j'enlève le « pas d' », dans votre titre.
http://www.immobilier-danger.com/Courbe-de-Friggit-024.html
a écrit le 06/03/2013 à 20:15 :
et bien raison de + pour ne pas les aider avec des dispositifs d'aides en tout genres !
Réponse de le 06/03/2013 à 20:41 :
Exact, une bonen raison pour que l'Etat s'exonère de leur approter quelque aide que ce soit, en effet les entreprises du batiment sont les grands acheteurs de gros 4x4 Luxueux, grands clients de la restauration de Luxe, très grands consommateurs des vins Grands Cru et très grands pratiqaunts de la corruption dans la lignée des italiens du Sud de la botte !!!
Réponse de le 07/03/2013 à 9:03 :
Ce commentaire empreint de jalousie et d'envie, réclame en plus d'avantage "d'aide de l'état", mais des aides de l'état il y en a plein, et c'est la raison pour laquelle les logement sont si rares et chers en France. L'interventionisme étatique et la mise en place de plein de niches fiscales, les pret à taux zéro, l'impossibilité de virer les mauvais locataires avant plusieurs mois, ou jamais dans le cas d'une famille, meme des clandestins, tout cela nuit gravement au marché immobilier qui devrait être libre et dynamique. au loieu de ça tout est compliqué, bloqué, très cher, alors que si on laissait le marché s'organiser lui meme les prix des logements seraient bien moins cher, comme en Allemange ou le cout du logement ne représente qu'environ 15% des revenus mensuels moyens du citoyen. En Allemagne, à Berlin, les prix sont 2 fois moins cher qu'à Paris, étonnant pour le pays le plus fort, et le plus riche d'Europe. Mais voilà les allemands ont la chance d ene pas subir le socialisme, et l'état n'intervient pas dans l'économie à tout bout de champ, et les prix moyen du m2 allemand est au niveau des années 80 en France, les potentiel de plus values sont bien supérieur.
Les français, chouttés à l'état providence, ne prennent pas conscience que c'est justement l'état, ses administrations, ses niches fiscales, ses aides à l'accession qui endettent des jeûnes sus 30 ou 50 ans, qui favorisent cette bulle, et la sclérose de ce marché. Se loger en France est devenu un luxe, alors qu'il est si simple ailleurs meme en Europe.
Réponse de le 07/03/2013 à 9:42 :
QUi à part Sarkozy a favoriser les investisseurs à coût de niches fiscales? Vous en voulez au socialisme mais le problème est bien le libéralisme providentiel aidé par la l'ex classe politique.
Réponse de le 07/03/2013 à 10:43 :
Drôle.
Les socialistes actuelles abondonnent les aides à l'immo.
Les gouvernements de droite précédents aidaient à tout va jusqu'à ralentir l'explosion de la bulle en 2009 à coups de milliards du contribuables.
Les borloo, De Robien et autres Scellier, les ptz ptz+ ect c'est pas d'hollande.
Je pense qu vous n'avez rien compris, sauf que vous êtes un brave militant qui est incapable d'esprit critique.
On peut être libéral vouir ultra libéral et voir que les subventions chiraquiennes et sarkoziennes ont bcp plus fait de mal que l'actuel majorité.
Ici je ne parle que d'immobilier et d'économie.
Réponse de le 07/03/2013 à 10:49 :
à hansorider. Je vois que vous ne me comprenez pas. Je ne parle pas de parti politique de droite ou de gauche, et je ne vois pas le rapport avec Sarkozy, sauf que comme les socialo, et entant que conservateur de gauche, Sarkozy c'était la meme chose, 26 nouveaux impots en 5 ans, c'est tout sauf du libéralisme. L'UMP ce sont les conservateurs gauchisant, et le PS ce sont les collectivistes (a tendance ultra proche de Mélenchon). Donc je ne parle pas d epolitique mais de choix UMPS de ces 30 dernières années en terme d'immobilier.
Toute aide de l'état avec l'argent des contribuables pour permettre d'acheter des biens immobiliers pour des gens qui à la base n'avaient les moyens, c'est un peu ce qu'ont fait les américains avec leurs subprimes, cela s'appelle manipuler le marché pour des raisons politiciennes, d'élections et d'interets privés n'ayant aucun rapport avec un marché libre et libéré. Que cela vous gene ou pas je reprends mon exemple Allemand, pays autrement plus respectueux du droit privé et d el'économie de marché, les prix à Berlin sont deux fois inférieurs à la France pour un pays qui a PIB bien plus important. Le prix des loyers ne représentent meme pas 15 % du montant moyen des salaires. Mais en Allemagne, il n'y a pas d'aide, de subvention, de crédit à taux zéro, bref toutes ces formules anti libérales qui paient les contribuables, qui endettent des jeunes sur 50 ans, tellement ces aides nuisent ai marché et font gonfler les prix.
Un seul conseil achetez de l'immobilier en Allemagne, car la il n'y a pas de bulle, loin de la, les plus values sont à venir.
Réponse de le 07/03/2013 à 10:56 :
à hansorider, pour votre info, l'interventionisme d'état comme les niches fiscales décidés par `Srko, ou la gauche, c'est de l'étatisme, l'inverse du libéralisme. Lisez donc la définition de ce mot, meme si je sais qu'en France le mot "libéral" est complètement déformé et galvaudé par les politicards de tous poils. Le libéralisme empéche ces niches, ses aides qui nuisent à terme aux plus modestes, qui nuisent au marché, font gonfler artificiellement les prix. Les USA ont fait la meme erreur avec les subprimes, en voulant permettre à des fauchés d'acheter au dessus de leur moyen. Contrairement à ce qui les médias alliés du pouvoir, les USA ne sont pas si libéral que ça la preuve. Vous avez vu le résultat ? Ecroulement du marché immobilier, les familles dehors de leurs logements qu'elles ne peuvent plus payer, etc..Et bien voila ce que font les gouvernements français droite gauche et par définition anti libéraux. Cessez de répéter ce que vous disent les médias, et étudiez vous memes au moins la définition de ce terme "libéralisme" qui vous employez à tors.
Réponse de le 07/03/2013 à 13:47 :
+10000

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :