Encadrement des loyers : dépasser les querelles de chapelle

 |   |  607  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour avoir communiqué sévèrement sur le bien fondé des honoraires perçus par les agents immobiliers, le ministère du Logement subit la rébellion de la profession. Celle-ci a décidé de suspendre l'envoi de données des observatoires régionaux des loyers pilotes, indispensable pour que la future loi sur l'encadrement des loyers soit efficiente.

Voilà une façon de communiquer qui n?a pas plu. Le 12 juin dernier, un communiqué du ministère du Logement accusait certains professionnels de l'immobilier de pratiquer des "tarifs injustifiés et excessifs", et de ne pas respecter leurs obligations vis-à-vis du consommateur. Estimant ces propos méprisants, les professionnels du secteur, via la Fédération nationale de l?immobilier (Fnaim), ont décidé de ne plus faire remonter les données du marché locatif dans les 18 villes pilotes où sont mis en place des observatoires des loyers.
Ces derniers sont censés servir à l'application de la loi sur l?encadrement des loyers, dont le dispositif final devrait être connu ce mercredi 26 juin lors de la présentation de la loi pour l'accès au logement et un urbanisme rénové (Alur) par Cécile Duflot au Conseil des ministres.
Promesse de campagne de François Hollande, la loi sur l'encadrement des loyers doit théoriquement permettre à un locataire, à partir d?indicateurs fiables, de pouvoir protester s'il paie plus que le loyer de marché.

Sans la participation des professionels, difficile d'avoir un indicateur fiable des loyers

La participation des professionnels de l?immobilier à ce dispositif semble indispensable car actuellement, les informations en matière de prix sont trop diffuses. Quelques dizaines de dispositifs d?étude des loyers existent. Mais leurs sources, leurs méthodes et leur fiabilité varient. Du côté des pouvoirs publics, l?Observatoire des loyers de l?agglomération parisienne (Olap) est le plus reconnu, mais il ne couvre pas tout le territoire. En province, certaines initiatives ont porté leurs fruits comme à Rennes, où l?Observatoire de l?habitat de l?agence d?urbanisme et de développement intercommunal de l?agglomération rennaise (Audiar) fait foi. Du côté des acteurs privés, l?observatoire Clameur (Connaître les loyers et analyser les marchés sur les espaces urbains et ruraux), sert de référence à tous les professionnels. Mais ses résultats peuvent parfois intriguer dans les zones les plus tendues. À Paris par exemple, Clameur publie des prix moyens au mètre carré oscillant entre 20 et 30 euros par mois en moyenne suivant l?arrondissement. Des niveaux qui sont éloignés de la réalité, notamment concernant les petits appartements, pourtant majoritaires. 

Une rébellion qui tombe mal

Pour rendre le nouvel Observatoire le plus efficient possible, le ministère doit donc réunir un maximum de données provenant de tous les opérateurs du marché. Ce qui n?est plus le cas actuellement. Le conflit ouvert entre la profession et les pouvoirs publics tombe donc très mal. D?autant que la présentation du projet de loi "Alur" est pour cette semaine.
L?erreur du ministère du Logement aura en fait été de ne pas avoir ménagé la sensibilité des professionnels de l?immobilier à quelques jours de la présentation de la loi. Surtout après s?être appuyé pendant plusieurs mois sur leurs recommandations pour toute une série de mesures visant notamment la formation, et la transparence vis-à-vis du client.
Même si, en tout état de cause, les professionnels de l'immobilier ont réagi de manière trop véhémente. Car pendant ce temps là, le niveau des loyers dans certaines zones demeure beaucoup trop élevé et continue de rogner sérieusement le pouvoir d?achat des ménages français.

>> Pour aller plus loin:

>> Consultez nos annonces immobilières

>> Découvrez le prix de l'immobilier dans votre rue

>> Réalisez votre diagnostic immobilier

>> Comparez les devis pour vos travaux

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2013 à 16:22 :
Il y a quelque chose d'inéluctable. Quand on est locataire, on pense souvent que les proprios sont des nantis jusqu'au jour ou on accède soi-même a la propriété et que l'on devienne loueur ou que l'on veuille simplement entretenir sa résidence principale, on s'aperçoit qu'il y a des frais multiples et obligations et bien entendu, le point vue change... Toujours une question de perspective, pas toujours une question d'exploitation abusive des locataires...
Réponse de le 01/07/2013 à 13:52 :
On n'achète pas un logement pour faire du locatif sans avoir fait un calcul de rentabilité prenant en compte tous les postes de produits et de charges sur plusieurs années. En gros, on n'est pas censé découvrir qu'un logement, ça coûte, qu'on soit bailleur, proprio ou locataire.
Réponse de le 04/07/2013 à 21:49 :
Les calculs passés sont malheureusement invalidés quand les règles d'imposition changent dramatiquement...J'avais prévu de revendre après 12 - 15, maintenant il faut attendre 25-30 ans. Les impôts expat ont augmentés de 15.5% du jour au lendemain, etc...je suis d'accord qu'on doit faire ses calculs, mais c'est plus compliqué et peu motivant quand les règles valsent sans arrêt, non?
a écrit le 27/06/2013 à 9:35 :
Quant on joue a l'apprenti sorcier on paie les dégâts:
Projet du gouvernement 500 000 logements en 2013 résultat attendu 250 000 soit la moitié.
Conclusion: Les lois et projets quasiment mensuels de Mme Duflot brouillent la situation,change les paramètres continuellement.
Comment dans ses conditions s'engager pour vingt ans d'investissement?
Réponse de le 01/07/2013 à 9:47 :
pas de soucis, vas donc investir ailleurs mon ami, dans les entreprises , pour créer de l'emploi et pas des rentes, par exemple
a écrit le 26/06/2013 à 15:27 :
Apparemment, cadeau bonux: fin du LNMP pour les locations de résidences principales. Ca va faire bobo ça, une bonne partie de l?intérêt était l'amortissement, ça deviendrait du foncier classique (soit super nul).
a écrit le 25/06/2013 à 16:18 :
on joue le jeu des profiteurs du marché. le marché est élevé par rapport à notre pouvoir d'achat. les prix montent ou se maintiennent au plus haut et nos salaires sont touchés par l?érosion de l'inflation et des impôts.
il faut baisser les prix de l'immobilier pour équilibrer avec la situation économique...8000 euro à Paris, et c'est les prix dans des zones très mauvaises"...Barbes à 5000 à 6000 euro et certains veulent plus...C'est le délire...
Immeuble mal entretenu dans un quartier moyen frôle les 8000 à 9000 euro et le bon immobilier, c'est sup à 10 000 euro...
les loyers sont un parasitisme, les étudiants et jeunes diplômés sont sacrifiés pour consituer le patrimoine des autres...
En France, on a dit non à la retraite par capitalisation et la solution, c'est la retraite par l'immobilier..
les agents immobiliers dont certains sont arnaqueurs ne mettent plus le nombre de métres sur les annonces...un petit 3 pièces pour dire 25 à 30m2...et le prix à 900 euro min...bientôt un smic pour un studio à Paris...
Je suis pour la liberté des prix, mais j'ai peur d'une crise de l'immobilier en France...
a écrit le 25/06/2013 à 15:50 :
MOi ce que je ne comprends chez les Français, c'est leur manque de rationnalité. On veut faire payer les agences qui s'en mettent aps les poches : PAS CONTENT? PAS CONTENT. On fait payer les gens qui touchent un max de pognon et qui vive plus que bien : PAS CONTENT, PAS CONTENT. On fais payer les entreprises : PAS CONTENT, PAS CONTENT. On parle de réduire les fraudes fiscales : PAS CONTENT, PAS CONTENT. Donc faut pas se plaindre que le français paye plus d'impôts. Chaque solution pour éviter d'en payer est refusé par les français. On fais quoi alors ? Pas de coupe de budget, pas de coupe de sécurité sociale (ou alors que pour certaines personnes : merci la démocratie !!), pas de hausse d'impôts, faut pas taxer les retraités, ....

Si vous avez les solutions, sans coupez les budgets ou faire payer plus d'impôts (aux entreprises et particuliers), chapeau !!!

a écrit le 25/06/2013 à 15:20 :
Les français ont élu un gouvernement de division, dans tous les domaines ! Il accroît délibérément les tensions. Il multiplie les invectives, même à l'international ! Quand ce n'est pas Obama qui est désigné, c'est Barroso ou A Merkel... Les dégâts seront longs à réparer...
Réponse de le 01/07/2013 à 9:50 :
ceux de l'ump que l'on a encore plein la figure
a écrit le 25/06/2013 à 12:52 :
La vérité est simple : On a une démographie positive, donc des besoins de logement. On a de l'espace, donc on peut construire... Mais depuis des décennies, on rationne le terrain constructible (d'où son prix), on hyper réglemente la construction (normes de plus en plus contraignantes, COS...), on surtaxe l'immobilier (enregistrement, taxe d'équipements, + values, revenus fonciers taxés sur une base surévaluée, ISF, taxe fonciere...) on privilégie le locataire... d'où retrait des institutionnels, retrait des investisseurs privés, d'où dans les zones où la demande est forte (IDF , Lyonnais etc...) pénurie et augmentation des prix à tous les niveaux (foncier, bâti neuf et ancien, et bien sûr loyers) . Que faut-il faire ? Simple !! Le contraire de ce qui a été fait et de ce que veux faire Mme Duflot.
Réponse de le 25/06/2013 à 16:47 :
le seul mot de bien c'est la baisse des loyers : moins d'impayés, et je peux ajouter que si les propriétaires ne sont pas contents de leurs locataires ils n'ont qu'à vendre plutôt que de chercher à se faire entretenir par la population qui se lève tôt.
Réponse de le 25/06/2013 à 19:10 :
Voilà le 1er bouclier :-) Vous n'avez pas saisi le concept, c'est un cercle vertueux. Les locataires sont très protégés en France, c'est un fait (ps : je suis locataire). Les locataires honnêtes, l'écrasante majorité, payent pour les 2% et quelques d'"indélicats". En effet, les propriétaires se couvrent du risque d'impayés (procédure longue, coûteuse, parfois pas de recouvrement des loyers impayés...) en majorant le loyer. Un peu plus de célérité et de sévérité avec les locataires indélicats : expulsion après 3 mois d'impayés si pas d'accord avec le proprio, ce n'est quand même pas du despotisme et ça se pratique un peu partout. En conséquence, moins d'impayés --> baisse des loyers, baisse des loyers --> moins d'impayés.
Réponse de le 26/06/2013 à 17:52 :
je me leve tot, je suis proprio depuis 5 mois, et franchement je ne pense pas voler les gens, j'ai fait refaire l'isolation, j'ai installé des pompes a chaleurs,...bref j'ai tout refait aujourd'hui la facture est de 25000euros par appart, avec un loyer de 420 euros a la base je pensé pouvoir l'augmenter de 100euros pour rentrer dans mes frais. est bien en fait je ne peux pas car je ne peux pas dépasser le loyer de plus de 20% et cette mesure est valable seulement 5ans. donc dans 5ans mon loyer reviendra à 420euros. Alors les personnes qui pense que les proprio n'en on que pour leurs gueules...je veux bien aider mais j'ai des échéance à couvrir. Ca ne donne vraiment pas envie de faire des amélioration pour les locataire.
Réponse de le 27/06/2013 à 15:26 :
Il ne faut pas compter sur les loyers pour financer intégralement les travaux d'amélioration (et aucunement les travaux d'entretien). Cette ressource est limitée par l'usage qui veut que le revenu du locataire doit au moins être égal à 3 voire 4 fois le loyer. A 100? de plus par mois, sur un loyer de 420? à la base, vous allez limiter le nombre de candidats potentiels.
a écrit le 25/06/2013 à 12:25 :
La vérité c'est qu?après avoir encouragé la bulle (droite et gauche réunis!! tous ensemble !!tous ensemble), ils ont trop peur maintenant de la dégringolade (genre chute du niagara) alors ils font de l'encadrement de loyer , histoire de dire qu'ils font quelque chose pour ces pauvres français écrasés par le cout du loyer (ou du crédit); et par la même occasion, se dédouaner de leurs responsabilités passées et à venir!!!!!
a écrit le 25/06/2013 à 11:58 :
Encadrer les loyers est une idée démagogique et quelque peu sovietique...
Sur quels critères et comment justifier qu'un logement en mauvais état puisse grâce à ce mécanisme justifie du même prix qu'un logement en très bon état et rénove par on propriétaire qui n'a à priori plus de droit - impossible de déloger un locataire indélicat, un maximum d'impôts de toute part, frais de rénovation et maintenant plafonnement arbitraire des loyers - une honte.

Je suis dans l'obligation de louer mon appartement car je suis partie à l'étranger pour travailler au lieu de toucher un chômage en France. À l'étranger, je paie un loyer cher mais qui reflete la loi de la demande et de l'offre. Je ne m'en plains pas - j'assume. En tant qu'expat cette année j'ai vu mes impôts fonciers augmentes de 15.5% du jour au lendemain car je paie maintenant les taxes sociales type CSG sans aucun bénéfice en retour car je vis à l'étranger. Je ne peux pas non plus déduire ces taxes comme les français de mes revenus salaries car je n'en perçois pas en France... Quelle justice sociale d'être stigmatisé pour être un/une bosseur et de se bouffer 70h par semaines de travail sans se plaindre et sans nécessairement toucher la lune. J'aurais du opter pour le chômage et les HLM a l'évidence. Moins d'argent cetes, mais du temps libre c'est très précieux.
Réponse de le 25/06/2013 à 16:55 :
Parfaitement d'accord avec ce que vous dites sans compter que les commentaires des locataires ne reflètent pas la réalité, quand le propriétaire comme vous j'imagine assume son prêt pendant une vingtaine d'années et que de surcroit il est taxé à mort, qu'il a un risque énorme d'avoir des locataires indélicats, qui en plus lui massacre son bien , quel intérêt de rester propriétaire bailleur??? que des ennuis et plus aucun avantage c'est bien pour cà que la plupart vendent maintenant et que l'on se retrouve avec une masse très importantes de biens à la vente sur le marché quel que soit l'endroit en france, mais plus particulièrement sur la cote d'azur, paris et idf, et la région languedoc roussillon. alors le pompon de bloquer les loyers c'était vraiment la seule chose à ne pas faire et ils l'ont fait le gouvernement zéro pointé
Réponse de le 26/06/2013 à 8:39 :
"alors le pompon de bloquer les loyers c'était vraiment la seule chose à ne pas faire" : Le but annoncé est de faire baisser les prix de l'immobilier qui ont exclu les primo-accédant du marché au grand bonheur de ceux qui se font du sucre sur leur dos. Le zéro pointé revient à ceux qui vous ont permis d'intégrer les APL dans le calcul des loyers : Vous avez bénéficiez assez longtemps d'un marché libre et subventionné pour vous taire quand on cesse de manipuler celui ci pour vous permettre de dépouiller la jeunesse! Vous êtes de parfait inutiles dès lors que vous remplacez des propriétaires occupants : La fête est finie, vendez!
Réponse de le 01/07/2013 à 9:53 :
le propriétaire est taxé à mort?

mais alors vendez, braves gens, pour n'être plus taxé
a écrit le 25/06/2013 à 11:33 :
quand je compare le loyer de ma soeur qui habite à Berlin et le mien, Parisien, je suis choqué. Ma soeur paye 640 euro, chauffage compris pour 96 m2 dans le centre de Berlin, moi 1092 pour un 48 m2 à Paris, sans chauffage bien entendu. A salaire à peu près égal, on n'a pas besoin de chercher d'où vient la dynamique économique tant salué des Allemands puisque le niveau de vie est forcement meilleur si les loyers ne représentent pas la moitié de nos salaires. Qu'on ne me fasse pas pleurer du sort des propriétaires : le mien n'investit rien. c'est une famille de rentiers que je qualifie de radin, l'agence Immobilière appartient à mon propriétaire, un vrai système tout bénef.
a écrit le 25/06/2013 à 10:14 :
L'immobilier est un des postes les plus importants, si ce n'est pas le plus important de la dépense des Français. Comment est-il possible d'être compétitif quand on a des loyers ou des prix de vente au mètre carré aussi élevés. Qu'est-ce qui explique un doublement, même un triplement des prix de l'immobilier en 10 ou 15 ans. En dehors des agences immobilières, des banques,des notaires, des spéculateurs ,c'est vrai que cela rapporte aussi des recettes supplémentaires à nos finances publiques bien malades , mais à quel prix. L'augmentation des prix immobiliers se répercute sur les prix de production, de consommation, des salaires, de la compétitivité des entreprises! Faut ensuite s'étonner du chômage qui en découle?
Réponse de le 25/06/2013 à 16:50 :
dans le monde merveilleux de l'ump qui nous a bien mis dedans et qui bien évidement vont nous sauver en 2017 à les entendre
a écrit le 25/06/2013 à 9:50 :
On renie ses idées pour des places chaudes au gouvernement.....celui ci, nul doute qu'il "marquera l'histoire " !
a écrit le 25/06/2013 à 9:43 :
On peut ne pas être d'accord avec tout ce que la ministre du logement dit au fait. Mais sur le point des rémunérations excessives des agents immobiliers a-t-elle tort? Lors d'une transaction de vente, certaines agences immobilières réclament le double! d'autres! 9% au lieu de 4 à 4,5% du prix de vente. Cela ressemble fort aux pratiques des vendeurs de fenêtres double vitrage! Cependant dans l'augmentation des prix de l'immobilier beaucoup y ont trouvé leurs comptes: les agents immobiliers, les notaires, l'Etat, les spéculateurs. Lorsqu'on dénonce certaines pratiques, pour y remédier il faut aller jusqu'au bout, c'est peut-être contre l'intérêt des pouvoirs publics (gauche ou droite confondues) qui ne veulent pas renoncer à cette manne!
a écrit le 25/06/2013 à 8:46 :
Les français ont élu un gouvernement de division. Dans de nombreux domaines, il accroît délibérément les tensions. Il multiplie les invectives, même à l'international ! Les dégâts seront longs à réparer...
Réponse de le 26/06/2013 à 8:50 :
Les chiffres montrent un transfert de richesse des jeunes vers les moins jeunes. Cessez de vous planquez derrière l'état qui ne récupère qu'une partie des 40 milliards annuels injecté pour subventionner votre marché libre : Vous vous gavez sur le dos de la jeunesse et vous voudriez échapper aux taxes sur votre enrichissement sans cause. Qu'est-ce qui fait la valeur d'un bien immobilier : Les transports et les écoles! C'est peut-être vous qui mettez en place les réseaux de transports? Allez, allez, ne vous fatiguez pas, personne n'est dupe sur vos motivations.
a écrit le 25/06/2013 à 8:16 :
De ce gouvernement qui stigmatise ceux qui ne sont pas de sa caste , de ses clients et ... de gauche .Ils abiment la France à longueur de polémique , et nous font perdre du temps à longueur d autosatisfaction
a écrit le 25/06/2013 à 7:19 :
Cette ministre, prête à faire tous les grands écarts pour conserver son fauteuil ministériel navigue à vue depuis sa prise de fonction sans connaissance réelles du secteur. En clair, après l'élection de Hollande il se devait de caser un ou deux ministres de son parti allié (quels que soient leurs compétences). Elle a d'abord cru qu'elle pouvait créer 500 000 logements rien qu'en y croyant très fort (un peu comme notre Président pour la courbe du chômage), sans un euro en poche et en se passant des investisseurs. Machine arrière quelques mois plus tard avec la loi qui porte son nom (boudée pour l'instant), puis en déroulant de nouveau le tapis rouge aux institutionnels il y a quelques semaines. On ne peut pas lui en vouloir de ne pas essayer, mais c'est brouillon, ça part dans tous les sens et c'est particulièrement inefficace!
a écrit le 25/06/2013 à 7:11 :
Apres un dispositif pas incitatif la dernière trouvaille de notre ministre est top ! J arrête tout investissement dans l immobilier. A elle seule, elle va faire revenir du monde en bourse. Dommage pour le déficit de logements
a écrit le 25/06/2013 à 1:25 :
pas besoin des AI pour collecter des données, le fisc peut tres bien s'en charger !

il suffit de rajouter 2/3 cases sur la feuille d imposition pour que les bailleurs indiquent le montant des loyers !
a écrit le 24/06/2013 à 22:01 :
le pb de ce gvt, c'est qu'il passe son temps a vomir sur les gens, tt en restant persuade que leurs victimes vont rester des esclaves consentants.... ils decouvrent la realite? c'est pas plus mal ( au moins quand ils decouvriront la realite du niveau d'investissement, ils auront ete vaccines...)
a écrit le 24/06/2013 à 21:26 :
La Ministre du Logement, MME. Cécile Duflot, est toujours dans les nuages, comme on peut le voir dans les images. Elle n'a pas trouvé encore la cause réel du problème. La plupart de bailleurs ne connaissent pas l'agence Immobilière, ils ne connaissent que les syndicats des copropriétaires. C'est à cause d'eux que chaque jour un peu plus, les loyers augmentent. Les syndicats gèrent d'une telle façon... ils volent l'argent des bailleurs de force, au nom de « gros travaux », machins choses... en plus la loi les favorise ! Alors au lieu d'encadrer les loyers, il faut faire le nécessaire pour que les syndicats ne puissent pas prendre l'avantage avec certains copropriétaires, et chaque fois à l'assemblé général, ils minimisent la majorité de ceux qui sont en dehors de leur « conseil ». Les Agences immobilières sont plus efficaces car en cas de problèmes elles nous aident et c'est un avantage. Mais pour quand il s'agit de l'augmentation des loyers, ce sont les syndicats les responsables, pas les bailleurs. Alors au lieu d'encadrer les loyers, il faut « baisser » le pouvoir des Agences Immobilières, pour qu'elles ne puissent pas en imposer aux bailleurs à l'assemblé générale. C'est ça la solution, Mme. la Ministre.
a écrit le 24/06/2013 à 20:45 :
il ne faut pas encadrer les loyers, il faut les faire chuter ,donc l'etat doit lui meme en fixer leprix il est criminel de gagner de l'argent dans un domaine vital pour l'humain :le foyer ,comme l'eau le gaz ,l'electricite la sante tout cela doit etre propriete de l'etat.
a écrit le 24/06/2013 à 20:24 :
La Duflot à bien chercher ce qui lui arrive et devra meme s'estimer heureuse si elle n 'est
pas ridiculisée davantage ..... Quand on est aussi incompétente mieux vaut se faire toute
petite et non fanfaronner !!!!
a écrit le 24/06/2013 à 20:03 :
nos ministres ne savent que chercher des boucs émissaires à leur incapacité...et pan sur les patrons...et pan sur les banquiers...et pan sur Barroso et pan sur les agents immobiliers...et pan et pan....à force de taper gare au retour du bâton !
a écrit le 24/06/2013 à 20:01 :
Il existe un moyen extrêmement simple pour encadrer les loyers : même variation que la taxe foncière
Réponse de le 26/06/2013 à 8:58 :
"évidemment je serai dans l obligation de le faire si on encadre les loyers" : Cessez de prendre vos locataires pour des imbéciles... Si vous avez un "client" à 700 euros, vous louerez à 700 euros. Si vous avez un client à 800 euros, vous louez à 800 euros. N'essayez pas de nous vendre la loi du marché uniquement quand ça vous arrange : Si vous venez à être trop taxé, vous vendrez, l'offre augmentera et les prix baisseront au grand bonheur de ceux qui achetaient à métier égal il y a 10 ans. A défaut, ils finiront par fuir un pays parasité par la rente immobilière dopé par leurs impôts au profit des inactifs.
a écrit le 24/06/2013 à 19:35 :
C'est juste excellent comme réponse du berger à la bergère.
a écrit le 24/06/2013 à 18:51 :
En 2013, on parle de loyer pour lesquels les loyers sont plafonnés par l'état???
Mais on est ou la????
Réponse de le 26/06/2013 à 9:00 :
Loyers libre et subventionnés par les APL = Escroquerie à classer au même rang que les PTZ et Scellier qui vous ont permis de vendre plus cher. Cessez de jouer les victimes de l'état : Vous avez assez bénéficié de son clientélisme.
a écrit le 24/06/2013 à 18:48 :
C'est quoi cet observatoire à la noix. Gel des loyers en valeur absolue comme le propose Merkel dans certaines villes d'Allemagne. Une bulle immobilière est toujours une tumeur qui détourne la richesse qui pourrait être investie dans l'industrie
Réponse de le 25/06/2013 à 17:00 :
C'est impossible de faire la même chose en france, car en allemagne contrairement à la france les locataires paient leurs loyers et entretiennent leurs locations, ce qui est loin d'être le cas en france car en plus on protège les locataires indélicats au lieu de les sanctionner donc les propriétaires en ont assez d'être pris pour des vaches à lait ...si Mme DUFLOT faisait une loi suffisamment sévère envers les personnes qui massacrent les appartements et ne paient rien qu'on arrive plus à virer en plus il n'y aurait plus de problèmes il reviendrait de nouveau des biens à la location puisque les propriétaires auraient une chance de récupérer leur bien en bon état et paye normalement et les loyers baisseraient.
Réponse de le 25/06/2013 à 19:13 :
2% d'impayés en France, révisez votre jugement sur la base des faits et non pas des on-dits de comptoir. Quant à l'entretien, il n'est pas qu'à la charge du locataire, le propriétaire a sa part également et les responsabilités de chacun sont décrites de façon claire et complète dans la loi.
Quant à l'assouplissement de la protection des locataires, sur ce point, nous sommes d'accord.
a écrit le 24/06/2013 à 18:38 :
Tiens, la Tribune fait le SAV de la vaillante ministre. La politique "tout pour le locataire" est donc bien vue. Pour un journal économique, c'est quand même assez hallucinant ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :