Logement à Paris : les candidats ne pensent pas assez "métropole"

 |   |  505  mots
Anne Hidalgo a engagé les hostilités en promettant de produire 10.000 logements par an.
Anne Hidalgo a engagé les hostilités en promettant de "produire 10.000 logements par an". (Crédits : Reuters)
Les propositions des candidats à la mairie de Paris en matière de logement ne tiennent pas assez compte du Grand Paris, selon des experts en urbanisme.

A Paris, le logement s'est imposé comme le thème central de la campagne électorale pour les municipales de mars 2014. Les prix de l'immobilier dans la capitale ont, il faut dire, plus que doublé en 10 ans, et s'y loger est devenu quasiment mission impossible : seulement un ménage sur trois (moins d'un ménage sur cinq pour les 25-45 ans) est en capacité d'acheter un bien immobilier correspondant à ses besoins, selon une étude menée par l'université Paris Dauphine et le Crédit Foncier.

Le logement, cheval de bataille des candidats à la mairie de Paris

Face à ce casse-tête, les principaux candidats aux municipales ont fait du logement leur cheval de bataille. Au PS, Anne Hidalgo a engagé les hostilités en promettant de "produire 10.000 logements par an", dont un tiers de nouvelles constructions, et deux tiers de réaménagements (de casernes par exemple) et la transformation de bureaux.

A droite, on concentre la campagne sur les classes moyennes, que la municipalité sortante aurait "fait fuir" de Paris. L'UMP reproche à l'équipe Delanoë d'avoir mené une politique de préemption en achetant très cher des logements "qui ont échappé aux Parisiens" en définitive. "Il faut réinvestir dans le logement intermédiaire", martèle Nathalie Kosciusko-Morizet, qui souhaite aussi "une part d'accession à la propriété" dans tous les nouveaux projets. Marielle de Sarnez (MoDem) prône pour sa part de couvrir les voies ferrées et les parties enterrées du périphérique pour y construire des logements.

Les propositions ne vont pas au-delà du périphérique

Reste que ces propositions formulées par les différents partis politiques ne sont pas assez pensées à l'échelle de la métropole regrettent certains experts. "C'est dommage que le débat se concentre sur Paris intra-muros", déplore à l'AFP Stéphanie Vermeersch, chargée de recherche en urbanisme au CNRS.
Ville très dense, la capitale souffre d'un manque de terrains disponibles. "Les possibilités de construction en dur dans Paris sont très limitées ", souligne également à l'AFP Yankel Fijalkow, professeur des universités en urbanisme, habitat et développement social durable. Pour que la pression sur les prix diminue, il est donc nécessaire de penser l'offre de logements bien au-delà du périphérique.

"Si l'on raisonne à l'échelle de Paris Métropole, on trouvera des terrains pour construire", assure M. Fijalkow. Une démarche qui impliquerait de repenser le modèle actuel et de travailler en étroite collaboration avec les communes voisines, mais aussi la RATP.

Créer d'autres zones attractives

Au final, il semble nécessaire de créer d'autres zones d'attractivité autour de la capitale. "Au lieu de se demander comment loger tout le monde dans Paris, il faudrait réfléchir à comment faire pour que l'hyper-centre ne soit plus la seule zone attractive" grâce à ses équipements culturels, scolaires ou de transports, estime Stéphanie Vermeersch. Histoire d'anticiper la création de la métropole du Grand Paris prévue pour le 1er janvier 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/10/2013 à 9:30 :
Hidalgo qui a pris sa retraite à 52 ans est sans doute un exemple typique de ce produit cette oligarchie UMPS
a écrit le 27/10/2013 à 20:29 :
Moche , définitely ugly...
a écrit le 27/10/2013 à 20:23 :
London...Smart is beautiful...
a écrit le 27/10/2013 à 20:09 :
Je trouve que ça circule trop. Camions , grosses bagnoles...ça pollue tout ça.
a écrit le 27/10/2013 à 20:06 :
la sale trogne des parisiens...ça donne pas envie de faire la teuf...
a écrit le 27/10/2013 à 19:58 :
Une étude américaine indique que les filles sont moins intelligentes et cool à Paris qu'à Londres. Faut aller à Londres.
a écrit le 27/10/2013 à 19:27 :
C'est insupportable...6 heures de transport par jour dans des métros et des trains crasseux...non merci. Etudiant à Grenoble. Où la vie est belle.
a écrit le 27/10/2013 à 19:01 :
Oui mais en dehors de Paris les transports sont à bout de souffle, déjà au delà de la saturation et les temps de transports très longs...
a écrit le 27/10/2013 à 17:39 :
Je suis étonnée par la saleté de Paris , dans presque tous les quartiers. ça pue. Des papiers qui trainent partout. Des clochards avinés par centaines...l'odeur ignoble du métro... Berk !!!
a écrit le 27/10/2013 à 10:10 :
Le parisien se croit intelligent. Il clame lire D'Annunzio mais en fait , il ne comprend que des BD basiques. Le parisien se croit aisé. En fait , quand il a tout payé , il revouvelle son crédit , c'est ça son pognon : le crédit. Le parisien se croit privilégié. En fait , il est là pour faire figurant. A Paris , seules existent les personnalités , souvent contestables , souvent sordides. Les parisiens se croient à la pointe du progrès. En fait , ils sont la 5ème roue surexposée de la charrette.
a écrit le 27/10/2013 à 9:56 :
C'est le problème , à Paris...Fréquenter des écolos et des bobos à longueur de journée est le pire supplice imaginé par l'homme à ce jour. On se tire vers le soleil et on les laisse s'engueuler entre eux , puiqu'ils ne savent faire que ça. Ce qui donne cette ambiance détestable à la ville.
a écrit le 27/10/2013 à 9:38 :
Vu de chez nous, vos 3 candidates pensent plus à se faire élire, qu'à vous les Parisiens ?
Réponse de le 27/10/2013 à 9:58 :
Vu de Nice , tout ce qui se passe à Paris prend une dimension grotesque et ubuesque.
Réponse de le 27/10/2013 à 10:17 :
vu de Paris, quand on voit votre maire on se demande bien ce qu'ils ont dans le carafon les Niçois, alors ce qu'ils trouvent ubuesque ou grotesque...Et on pourrait parler du fonctionnement de la justice chez vous, qui n'est pas sans rappeler votre passé récent, tout transalpin. Arrêtez donc de regarder Paris et balayez devant chez vous.
a écrit le 26/10/2013 à 17:46 :
qu'avec le vieillissement...Paris va ressembler de plus en plus à un hospice.
Réponse de le 26/10/2013 à 21:04 :
Paris est la ville de France la plus jeune. Il y aura toujours beaucoup d'écoles à Paris donc ce n'est pas prêt de changer.
Certes l'ENA a été transférée à Strasbourg, ce qui est parfaitement stupide car les profs dans leur grande majorité travaillent à Paris. Le bâtiment de la rue de l'Université a été repris par Sciences Po.
Réponse de le 27/10/2013 à 1:01 :
Les étudiants n'ont plus les moyens d'étudier à Paris. Consultez les dernières stats. Et beaucoup choisissent maintenant l'étranger.
a écrit le 26/10/2013 à 16:51 :
Avec les faillites des groupes français , les sièges sociaux vont fermer. Les entreprises survivantes délocaliseront à l'étranger ou en lointaine banlieue. Le coût de la vie extrèmement élevé va éloigner des dizaines voire des centaines de milliers de travailleurs , conquis par le télé-travail et cloud-computing. Les étudiants trouvent aussi bien en province pour 3 fois moins cher. Tout ce que j'avais à Paris , je viens de finir de le vendre. Et , la baisse arrive...et elle va être mortelle.
Réponse de le 26/10/2013 à 17:16 :
En Europe comme ville mondiale il y a Londres et Paris (demain Istanbul quoiqu'on en pense au minimum un pied dans l'Europe géographique) et c'est pas prêt de changer. Par ailleurs, les derniers chiffres de transactions et de prix ne sont toujours pas à la baisse à Paris, au contraire. Du coup même si je peux comprendre les bonnes raisons qui peuvent pousser à quitter Paris ou l'Ile de France, je ne crois absolument pas dans une chute mortelle. Ce n'est d'ailleurs pas contradictoire avec un renforcement souhaitable de la décentralisation et l'affirmation de nos régions et autres métropoles en France. Je vous souhaite dans tous les cas plein de bonnes choses là où vous êtres désormais.
a écrit le 26/10/2013 à 16:27 :
Il faut arrêter de favoriser fiscalement l'immobilier.
C'est un fait que dans Paris, il n'est plus guère possible de construire.
Certaines villes dans le monde, ont été confrontées à un marché immobilier très tendu. L'une des solutions pour limiter la hausse, fut d'interdire l'acquisition d'un logement à une personne qui n'habitait pas dans la ville. Si vous n'achetiez pas le bien pour votre usage personnel, vous étiez écartés de l'opération.
A Paris, depuis des années une partie de la hausse est justifiée par les étrangers. Mais qu'en est-il des provinciaux ou des résidents de l'ile de France qui achètent des appartements dans n'importe quel état, à n'importe quel prix, pour faire de la location au prix maximum?
Le problème ne peut être résolu qu'au niveau de la région.
Sans artificialiser de nouveaux terrains, la petite couronne pourrait être densifiée en remplaçant les anciennes petites constructions ouvrières véritables passoires énergétiques par de jolis immeubles à énergie positive.
Réponse de le 26/10/2013 à 17:07 :
La grande majorité des hommes politiques est blindée d'immobilier, donc il sera toujours plus ou moins favorisé. D'ailleurs, c'est le PEL qui va peut-être échapper à la taxation rétroactive des gains.... On se demande aussi pourquoi on investit en bourse sur des valeurs françaises (la fameuse taxe de bourse ne frappe que ceux qui gardent au delà du délai de règlement-livraison de 3 jours, donc maintenant je fais pas mal d'ID sur les valeurs du CAC. Une aberration...)
Réponse de le 26/10/2013 à 20:58 :
que les politiques n'ont que de l'immobilier, j'ai laissé un commentaire en ce sens suite à l'article sur le PEL et CEL. Ils ne connaissent que ça l'immobilier, il faut reconnaître qu'à Paris depuis 15 ans, ce fut juteux.
Sauf que tout le monde n'a pas pour objectif de s'acheter un appart à Paris. Et maintenant à 10 000 du m2, ça n'est plus un coup gagnant assuré!
Réponse de le 26/10/2013 à 23:32 :
Si la majorité des élus politiques est blindée d'immobilier, c'est qu'il leur est accordé un prêt à taux O % pour acheter un appartement à Paris, lorsqu'ils sont élus députés ou sénateurs. Voilà la réponse ! ........ Mais la même chose n'est pas faite pour les autres Français lorsqu'ils sont obligés d'aller travailler à Paris ! ENCORE 1 PRIVILEGE de + POUR NOS ELUS !?
a écrit le 26/10/2013 à 12:54 :
Il faut décentraliser la France et Paris.
Réponse de le 26/10/2013 à 20:30 :
Et mettre la France a Paris? C'est déjà le cas dans la tête des politiciens pour qui le reste de la France n'est constitué que de pouilleux...
a écrit le 26/10/2013 à 11:56 :
Paris est une ville qui perd progressivement ses attraits. Et ce mouvement n'est pas prêt de ralentir. Dans 10 ans , ce sera un désert. Si vous voulez du prix raisonnable , de la culture , la proximité de la montagne et de la mer , une population cosmopolite dont beaucoup d'américains , des magasins ouverts le week-end , il faut acheter à Barcelone , c'est plus qu'évident. Et la vie y est moins chère. Soleil permanent.
Réponse de le 26/10/2013 à 17:18 :
"Dans 10 ans c'est un désert", vous seriez pas un professionnel de l'immobilier espagnol?
Réponse de le 26/10/2013 à 17:57 :
Non , je ne suis pas un professionnel. Je gère le patrimoine d'une fondation. Mon conseiller est un bureau américain.
Réponse de le 26/10/2013 à 18:50 :
"Et la vie y est moins chère" si Paris est si chère comme vous dites, c'est tout simplement parce que la plupart des entreprisesnationales et internationales y ont leurs sièges sociaux donc je vois mal comment on pourrait acheter a Barcelone en travaillant a Paris. Et niveau culturel, pas sure que Barcelone soit mieux que Paris mais bon.....l'herbe est toujours plus verte ailleurs, n'est-ce-pas?
Réponse de le 27/10/2013 à 1:05 :
Je travaille maintenant à Barcelone. J'y ai délocalisé mon équipe.
a écrit le 26/10/2013 à 11:05 :
finement joué le "Pentagone a la francaise" en plein Paris, il est vrai que ces messieurs
ne souhaitent pas trop s'eloigner du "Bon Marché" !
a écrit le 26/10/2013 à 11:00 :
Il faut augmenter les prix à Paris et faire payer tout le monde les couts réels de cette ville pour la France. Les activités industrielles et administratives s'installeraient très vite dans d'autres régions et villes. 2 ou 3 heures de chemin par jours. Les gens ne le font pas pour leur plaisirs. Ou on est avec les grands projets de la décentralisations?
a écrit le 26/10/2013 à 8:53 :
"Au lieu de se demander comment loger tout le monde dans Paris, il faudrait réfléchir à comment faire pour que l'hyper-centre ne soit plus la seule zone attractive"

Enfin du bon sens ! ca fait des années que je repète que le problème parisien n est pas pris a sa bonne echelle .
tout le monde veut habiter intra muros ou construire du logement dans intra muros alors que la zone est deja surdensifiée et surpeuplée
a écrit le 26/10/2013 à 1:38 :
Anne, Nathalie , Marielle prenez langue avec Stéphanie et faites nous rêvez au Grand Paris de nos enfants et petits enfants
Merci d'avance pour eux
a écrit le 26/10/2013 à 1:30 :
On peut aussi mettre 100 millions de personnes dans 15 niveaux de sous-sol et ou au-dessus des cimetières ... mais surtout dans Paris ..!
Nous avons les femmes politiques que l'ont méritent .. elles valent bien nos hommes politiques = aussi NULLES
Bravo les filles ou Mesdames ...!


Réponse de le 26/10/2013 à 9:56 :
Aucune de vos 3 candidates n'est compétente en matière de logement, elles sont nulles ! Elles essayent "d'attraper" les électeurs ! Aucun des Maires des Communes périphériques ne veut des logements sociaux, qui égalent "personnes à problèmes", des impôts en plus, des aides sociales en plus, les charges locatives pas payées qui seront mises à la charge du Conseil Général, etc etc
Réponse de le 26/10/2013 à 16:31 :
Ces 3 gonzesses sont la Honte de la France. Elles n'ont jamais travaillé , elles ne savent pas ce que c'est .
a écrit le 26/10/2013 à 1:21 :
Bravo Stéphanie ,
C'est super et suis à 100% avec toi
Tu as tout bon... mais avec 20 ans d'avance
Avec nos carcans politiques+ringards .. cela ne passera pas
Merci pour tout



a écrit le 25/10/2013 à 21:58 :
En même temps c'est les élections de Paris, les candidates vont pas annoncer qu'elles vont construire d'autorité à tel endroit. Y a des gens et des communes déjà autour de Paris, si ,si quelques millions et il parait qu'ils votent même. Ca sent le boudin, la métropole, avec encore la région, les départements, les communautés d'agglo, les communes, les arrondissements. Je veux les entendre sur les économies.
a écrit le 25/10/2013 à 21:23 :
si les politiques avaient pensé à développer leurs banlieues en les rendant vivables, leurs électeurs ne se concentreraient pas sur Paris, Paris, Paris, Paris; c'est insuportable de toujours entendre parler de Paris, Paris, Paris, Paris! Hidalgo doit aller s'occuper des banlieues en Ile de france si elle en est capable. elle servirait. faut pas rêver non plus.
a écrit le 25/10/2013 à 18:00 :
Excellente idée de sortir de Paris. Son air , son haut degré de pollution est très propice à l'apparition du cancer. L'idéal étant de se situer au-delà de la zone des 50 km.
Réponse de le 25/10/2013 à 21:18 :
En pleine Beauce donc. Avec un petit pavillon bâti sur une terre agricole et relié à Paris par une autoroute urbaine.
a écrit le 25/10/2013 à 17:44 :
Bravo , c'est très bien de penser Grand Paris au niveau logements et les transports qui vont avec, mais aussi Roland Garros et autres
a écrit le 25/10/2013 à 17:33 :
Ils sont naïfs ces urbanistes. A mon avis, les maires des communes périphériques de Paris ne veulent pas entendre parler d'un tel projet. Ils tiennent trop à leur petit pouvoir.
Réponse de le 25/10/2013 à 23:59 :
s'agirait juste déjà d'en discuter de façon un peu plus global que "tiens je vais construire chez toi 600 logements" et le petit maire de banlieue proche( plupart des villes à + de 30000 habitants quand même) n' est pas aux ordres du maire de Paris, mais à celui de ses administrés. Si le projet était déjà lisible et en plus bon, nul doute qu'il recevrait l'approbation de ces Franciliens. Pour le moment c'est le bazar et ça avance masqué, un peu comme l'UE...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :