La Caisse des dépôts investit dans le logement très social

 |   |  394  mots
En France, Adoma loge depuis plus de trente ans les travailleurs immigrés d'Afrique du nord et d'Afrique subsaharienne
En France, Adoma loge depuis plus de trente ans les travailleurs immigrés d'Afrique du nord et d'Afrique subsaharienne (Crédits : Décideurs en région)
Le spécialiste du logement très social Adoma compte construire des logements pour les jeunes en situation de précarité. Et cela, grâce au soutien de la Caisse des dépôts à travers sa filiale SNI.

En grande difficulté financière il y a de cela 4 ans, le spécialiste du logement très social Adoma vient de finaliser la mise en œuvre d'un pacte d'actionnaires avec la Caisse des dépôts et consignations, par l'intermédiaire de sa filiale SNI.

Cette dernière va ainsi devenir actionnaire majoritaire de l'ancienne Sonacotra. "Le capital d'Adoma était jusqu'à présent partagé entre l'Etat (57%) et la SNI (42%). L'Etat restera un actionnaire important d'Adoma: sa participation, d'après la loi, ne pouvant pas descendre sous le seuil d'un tiers du capital", a expliqué le groupe dans un communiqué.

Soutenant la transaction, les syndicats (FO, CGT, CFDT, CFE-CGC, UNSA) n'ont d'ailleurs pas manqué de rappeler que "cette opération nécessite le maintien d'une participation de l'Etat comme le rappelle la loi" afin d'assurer la mission historique de service public d'Adoma.

Développer l'offre pour les jeunes précaires

Si une prise de contrôle d'Adoma par la Société nationale immobilière (SNI) dégage un tel consensus, c'est avant tout parce qu'elle permettra à ce bailleur très social de bénéficier de marges de manœuvre supplémentaires pour développer une nouvelle offre.
Les besoins très sociaux augmentent avec la crise et de nouveaux publics sollicitent des petits logements, notamment des jeunes en situation d'échec à la sortie de leurs études.

Ainsi Adoma a assuré qu'elle développera une offre nouvelle de logements au bénéfice des jeunes actifs précaires. Par ailleurs, "à la demande de l'Etat, Adoma poursuivra son développement dans l'accueil, l'hébergement et l'accompagnement des demandeurs d'asile", explique la société dans un communiqué.

Rénover des logements obsolètes

D'ici à 2020, Adoma rénovera le tiers de son parc de 75.000 logements très sociaux. Aujourd'hui obsolètes, certains vieux logements d'Adoma sont en effet beaucoup trop petits. Ils ne font parfois guère plus de 7 mètres carrés et sont toujours occupés par des travailleurs immigrés d'Afrique du Nord et d'Afrique subsaharienne arrivés il y a trente voire cinquante ans en France.

Pour plus de confort et respecter les normes, ces logements vont être transformés en studios d'une superficie entre 15 m² et 20 m². Ce qui induit mécaniquement pour Adoma une réduction de son parc, mais qui sera compensée par la construction de 25.000 nouveaux logements d'ici à 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2014 à 6:00 :
Elle investit ou elle nous endette? Et juste pour rire: quand seront rendues obligatoires les publications des rémunération des politiques à la tête des organismes HLM et associés?
a écrit le 18/12/2014 à 9:53 :
Pourquoi titrez-vous la caisse des dépôts investit dans le logement social alors que le vrai titre est " la caisse... dépense dans le logement social " ?
a écrit le 18/12/2014 à 8:09 :
On nage en plein dans le communisme, la France est vraiment la digne héritière de l'ex URSS
Réponse de le 18/12/2014 à 10:20 :
Je considère la France comme un des meilleurs succès du communisme de l'ancienne Russie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :