Valls va-t-il remuer le monde du logement social ?

 |   |  444  mots
Manuel Valls a expliqué lors du congrès HLM que l'Etat ne pourra pas donner plus au logement social.
Manuel Valls a expliqué lors du congrès HLM que l'Etat ne pourra pas donner plus au logement social. (Crédits : reuters.com)
Le premier ministre a milité pour plus de mobilité dans le parc HLM, lors du congrès HLM de Lyon. Il compte optimiser l'occupation du parc social.

Le mouvement HLM attendait des mesures fortes, lors de la visite de Manuel Valls au congrès HLM de Lyon. Il a surtout obtenu un constat clair de la situation actuelle : au regard des moyens limités de l'Etat à court et moyen terme, le mouvement HLM devra faire mieux en termes de construction et de justice sociale, mais sans davantage de moyens. "L'Etat ne pourra faire plus", a ainsi clairement indiqué Manuel Valls, ce jeudi. Le Premier ministre a toutefois assuré au monde du logement social que l'Etat maintiendrait ses aides au mouvement HLM. Il a même indiqué que l'abattement de 30% de la taxe foncière sera maintenu dans 1.300 quartiers prioritaires. Une mesure salvatrice pour nombre de communes.

Optimiser la mobilité dans le parc social

Le Premier ministre a en revanche fixé rendez vous aux acteurs du monde HLM pour réfléchir à l'optimisation de l'occupation du parc locatif social. Un sujet très sensible dans le monde HLM. Ainsi, Manuel Valls a rappelé que le taux de rotation annuel des locataires du parc social était en baisse depuis les années 2000, et qu'il s'élève désormais à seulement 9%, un taux "deux fois inférieur à celui du parc locatif privé !", a déploré le Premier ministre. Ce qui fait que seulement 450.000 logements sont remis chaque année sur le marché, sans compter les constructions neuves. Un nombre largement insuffisant au regard des besoins croissants des ménages en logements moins chers.

Des questions qui fâchent...

Si Manuel Valls a assuré que le maintien dans un logement social "était un droit pour les familles les plus modestes", il a cependant affirmé son désir de vouloir faire changer les choses en posant quelques questions qui fâchent :

"Un logement social, ce ne peut être une rente de situation. Dès lors, comment favoriser la mobilité dans le parc social ? Comment faire qu'un plus grand nombre de personnes en bénéficient ? Faut-il moderniser radicalement les attributions ? Faut-il des loyers en fonction des locataires ? Continuer à appliquer des quotas ? Remettre en cause le droit au maintien dans les lieux ? Inciter davantage à l'accession à la propriété ?",

a ainsi questionné Manuel Valls, sans pour autant apporter de réponses.

... et des réponses en fin d'année

Pour répondre à ces questions, les acteurs du logement social, les associations de consommateurs, les élus et les partenaires sociaux sont chargés par Manuel Valls de présenter des propositions d'ici la fin de l'année à Sylvia Pinel, la ministre du Logement. De quoi, peut-être, s'attaquer aux vieux marronniers qui bloquent le marché du logement social. Au risque d'aller trop loin dans la libéralisation du secteur ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/09/2014 à 21:47 :
Un logement social, ce ne peut être une rente de situation. Dès lors, comment favoriser la mobilité dans le parc social ? --> Je lui suggère de demander au redresseur de tords de gauche : Chevènement et son logement social du Vème arrondissement .
a écrit le 26/09/2014 à 19:38 :
remettre l'appartement en vente sur le marche prive puisqu'il n'a plus de vocation sociale... ca devrait faire reflechir les hlm..
a écrit le 26/09/2014 à 19:21 :
j'espere que cela sera relayé par les media. il est temps de voir clairement ceux qui sont incapables de se remettre en cause.
a écrit le 26/09/2014 à 13:46 :
La solution est simple. Lorsqu'un locataire rentre dans un logement social, il a un loyé correspondant au loyé dans le privé. On applique ensuite une aide. Si c'est revenu augmente, l'aide est diminuée voir supprimée. Du coup, le locataire n'a plus aucune raison financière à rester dans le logement.
a écrit le 26/09/2014 à 5:01 :
Prendre des mesures pour baisser drastiquement les prix de l'immobilier de l'ordre de 30% incitera ceux qui peuvent a quitter les HLM.
Réponse de le 26/09/2014 à 10:48 :
Il faut aussi baisser le prix des artisans de 30%,des impôts de 30% des supermarchés de 30% les salaires des fonctionnaires de 30% et des restaurants 3 étoiles pour inciter les gens a y aller et les fonctionnaires a aller dans le privée.
Réponse de le 26/09/2014 à 11:00 :
Oui ! Plus de réglementations et plus d'impôts pour résoudre la situation !!!
Réponse de le 26/09/2014 à 13:28 :
"prendre des mesures", ça peut aussi être couper toutes les subventions fiscales...Mais on ne lit jamais que ce que l'on veut bien lire...
a écrit le 25/09/2014 à 23:07 :
pensez aux belles réalisations comme sur les hauteur de Nice c'est assez significatif du parc !
a écrit le 25/09/2014 à 22:35 :
Retraité, cadre sup, locataire d'un appartement de 3 pièces dans un ILN de la ville de Paris qui me sert de pieds à terre quand je viens à paris. Depuis 10 ans j'attends qu'on me vire...j'attend toujours. Il y a des millliers de gens dans mon cas. Ce n'est quand mème pas à moi de partir!
Réponse de le 26/09/2014 à 13:27 :
Non, ce n'est pas à vous de partir...Tant que vous n'êtes pas du genre à vous plaindre de votre voisin qui abuse aussi d'une situation à votre détriment.
a écrit le 25/09/2014 à 21:39 :
boff boff, les Français n'attendent rien de Valls et de son gouvernement de pantouflards énarquiens incompétents méprisants et maladroits à souhait.
a écrit le 25/09/2014 à 20:55 :
Quand on pense que la droite n'a rien fait sur ce sujet.
En même temps, s'ils avaient fait ce qu'il fallait, on les aurait traité de méchants tueurs de pauvres.
La seule solution : révision du loyer tous les ans en fonction des revenus et bail de 3 ans renouvelables avec possibilité de changer de locataire si les loyers sont devenus trop élevés
a écrit le 25/09/2014 à 18:51 :
solution pour faire bouger les locataires hlm qui dépassent de près de 50 % les plafonds de revenu servant à l'obtention d'un appartement :
- l'avantage en nature calculez sur la différence entre le loyer hlm et le loyer intermédiaire moyen et dès lors l'incorporer dans leur revenu imposable du locataire.
a écrit le 25/09/2014 à 18:24 :
Valls a mît 6 mois pour se dégonfler
sur tous les sujets

Il va faire a minimum avec des annonces et des reculades

Sur les professions réglementer sur les économies sur la réforme des régions sur les 50 milliards d économies sur l ouverture du dimanche sur les seuils sociaux

Voilà la vérité qui me désole il est tombe dans l inaction et le baratin d énarque
Sa côté de popularité va rejoindre hollande et ils finiront dans la longue liste des impuissants de la république

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :