Immobilier : les Français sont prêts à tout pour accéder à la propriété

 |   |  364  mots
Les Français, pour plus de la moitié sont pessimistes sur leurs chances de devenir propriétaires - à tout le moins, il s'imaginent y parvenir tardivement, entre 45 ans et 54 ans.
Les Français, pour plus de la moitié sont pessimistes sur leurs chances de devenir propriétaires - à tout le moins, il s'imaginent y parvenir tardivement, entre 45 ans et 54 ans. (Crédits : Unsplash/Hernan Lucio)
L'achat de son propre logement reste un objectif pour la majorité des Français. Et ils sont nombreux à être prêts à se sacrifier pour l'atteindre.

Jusqu'où irez-vous pour obtenir la maison de vos rêves ? Non, ce n'est pas le concept tordu d'une nouvelle émission de télé réalité mais c'est bien le sujet du dernier "Baromètre du rêve immobilier", réalisé par le site de recherche immobilière Bien'ici, dont les résultats ont été publiés le 26 septembre 2017. Et le constat est sans appel : 87% des femmes et 76% des hommes sont prêts à faire des sacrifices pour accéder à la propriété.

Le budget vacances/sorties/voyages serait le premier à être diminué pour permettre la réalisation d'un projet immobilier, un choix cité par 33% des femmes et 38% des hommes. Vient ensuite le budget vêtements/habillement, que 29% des femmes et 16% des hommes seraient prêts à rogner, puis le budget cadeau (14% pour les femmes, 12% pour les hommes), et enfin, le budget aménagement/mobilier/décoration (10% des femmes, 16% des hommes).

Les Franciliens très très motivés (les Corses, pas du tout)

Plus promptes aux sacrifices en matière de budget, les femmes sont également davantage prêtes à des sacrifices géographiques pour accéder à la propriété. Ainsi, 57% d'entre elles seraient prêtes à changer de département ou de région pour accéder plus facilement à la propriété, contre 49% pour les hommes.

Outre les différences entre les sexes, le baromètre de Bien'ici met également en lumière de fortes disparités entre les régions. Ainsi, 34% des personnes prêtes aux sacrifices pour accéder à la propriété habitent en Île-de-France, alors que ce taux tombe à 3% dans quatre régions (Normandie, Bretagne, Hauts-de-France et Bourgogne Franche-Comté) et à 1% en Corse.

Plus de la moitié des Français pessimistes sur leurs chances de réussir

Enfin, les Français sont généralement assez pessimistes quant à leurs capacités d'accession à la propriété : 51% de femmes et 54% des hommes pensent qu'il est "très difficile" d'y accéder. Et ils se voient également propriétaires assez tard ans leur vie, car la tranche d'âge qui arrive en tête chez les femmes (25%) comme chez les hommes (24%) est celle des 45-54 ans.

| Lire aussi : Immobilier locatif : quel est le profil type du propriétaire ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/10/2017 à 9:09 :
Il n'y a pas de bon ou mauvais moment pour acheter.
il y a une situation financière et économique.

Le vrai problème est que la majorité des acquéreurs ne comprennent rien aux lois de l'immobilier.
Acheter n'est pas une fin en soi on le fait pour quelque chose de précis se créer un capital.

Si louer coûte moins cher alors on peut économiser autrement et placer son argent. Par contre cela demande d'autres compétences et malheureusement le niveau des conseils en France est si bas que personne ou très peu y comprennent.

L'immobilier c'est le BTP c'est une mafia. Le développement du parc locatif est indigne. En zone dense et prioritaire il faudrait préempter les micro pavaillon et construire du multifamilles aux normes et ne faire que de la location avec un mimum d'achat.

Il existe des pays oui la location est reine allemagne autriche... mais c'est une politique publique.
a écrit le 28/09/2017 à 0:53 :
Ben il faut rester progmatique, disons si vous payez 500 € par mois un loyer (pavillon en pays de la loire ) et que le crédit vous coûte 600€, pourquoi s'en priver.
Et si vous en hlm zône relou à 700€ encore plus .
1000€ faut laisser tomber la vie est courte
a écrit le 27/09/2017 à 15:07 :
Immobilier : les Français sont prêts à tout pour accéder à la propriété

Vu le type de contrat de travail que l'on propose actuellement , c'est pas gagner.Sans parler que ce gouvernement veut des salariés plus mobile.
a écrit le 27/09/2017 à 11:59 :
Tout à fait d'accord avec Alatar. En achetant aujourd'hui, on engraisse des acheteurs qui font des plus-values hallucinantes.
Mais le problème de fond demeure. Tant qu'on persistera à concentrer l'activité économique sur une petite zone géographique, la région parisienne, les prix resteront élevés dans ces zones là.
a écrit le 27/09/2017 à 9:24 :
Avec les taux US qui remontent comme prevu, les accedants vont avoir des surprises.
a écrit le 27/09/2017 à 9:24 :
Le constat est connu et partagé par le gouvernement, il faut maintenant agir pour de vrai :
1. Ré-expliquer pourquoi la bulle immobilière est très néfaste
2. Fixer un objectif : revenir à des niveaux de prix historiques par rapport aux revenus (donc prix à diviser par trois)
3. Agir
- limiter la demande : obligation d'apport de 30%, limite du crédit à 15ans, plafonner les loyers
- augmenter l'offre : validité des permis de construire limitée à 5 ans, moins de normes
- supprimer la spéculation sur le foncier : nouveaux permis exclusivement sur des terrains appartenant à l'état qui saisit le foncier (au prix du non constructible) => marre de voir ces rentiers / petits héritiers passer leurs journées à glander
- se servir sur la bulle : taxe de 4% de la valeur immobilière avec abattements en fonction du nombre de résidents et des impôts et charges déjà payés => seuls les rentiers ou ceux qui ne déclarent pas assez de revenus paieront (ou vendront)

Au lieu de ça, macron crée l'ifi une belle usine à gaz car les prêts sont déductibles et les biens professionnels ne sont pas taxes => bref de belles portes pour les avocats fiscalistes et afin que les vrais riches ne paient pas (les hôtels particuliers vont tous être des biens professionnels avec des sociétés bidons)
a écrit le 27/09/2017 à 8:29 :
genial, on a une generation d endettes, qui va plomber l economie est restraignant la consommation et donc a terme l emploi en france. Tout ca pouir acheter un pavillon fait dans les annees 60-70 qui perdra 30 % de sa valeur dans 15 ans (les taux ne vont pas rester bas eternellement, les subventions a l immobilier vont disparaitre (en cours pour l APL, a quand pour PTZ et pinel ?) et bien sur la generation du papy boom va bientot devoir vendre (deces ou maison de retraite medicalisee a payer))

Enfin faut voir le cote positif, avec autant de gens pret a acheter, on va depasser l albanie en % de proprietaire et augmenter notre avance sur des pays misereux comme la suisse ou la RFA ...
Réponse de le 27/09/2017 à 9:11 :
@cd
"genial, on a une generation d endettes, qui va plomber l economie est restraignant la consommation et donc a terme l emploi en france."

Vous mettez là le doigt sur un des problèmes majeurs liés à la politique du logement cher.
Non, ce n'est pas par plaisir que ma génération emprunte un demi-million d'euros pour la moindre épave en ruines en banlieue ("trois-pièces de charme proche transports"), achetée en bon état (neuf ou remis à neuf) pour 150 000€ dans les années 90, à portée de bourse du moindre. Et ce sont les mêmes vendeurs qui hurlent à la mort dès qu'on leur demande de payer 3 centimes d'impôts sur "leur" plus-value de 350 000€ (argent gagné en dormant dans ledit appartement ou en le mettant en location pour toucher des loyers en plus de la plus-value) ou qu'on leur explique que, d'après leurs prétentions de vendeurs ("bien évidemment que mes 2 appartements de 50 mètres carré dans Paris valent 700 000€ pièce si tu veux me les acheter"), ils sont éligibles à l'ISF ("Comment? Mais c'est scandaleux, on me demande de payer l'ISF pour 2 petites bicoques sans prétention!").
Du coup, oui, on fait des sacrifices, y compris ceux d'entre nous qui ont des salaires de cadres, censés consommer et faire tourner l'Économie.

A noter également que les pays que vous citez (Allemagne, Suisse) pratiquent l'encadrement des loyers et même parfois des prix, et même, parfois, le loyer implicite pour les propriétaires occupants. On l'a vu, la moindre évocation d'une de ces mesures en France vaut un concerto de cris d'orfraie et l'idée est rapidement enterrée. Ça doit faire partie des éléments du "modèle allemand" qu'il ne faut surtout pas copier.

PS : j'ai cité les prix de petite couronne parisienne, mais dans les 10-15 plus grandes métropoles du pays, où on peut espérer trouver du boulot, les prix ont eux aussi pris entre +230% et +300% en 15 ans.
Réponse de le 27/09/2017 à 9:27 :
Non moi je sais que je ne serais jamais propriétaire et que je finirais tôt ou tard à la rue a cause des loyers chers ! la génération précaire n'a comme solution et elle est urgente la mise en place comme aux usa des campings avec mobil homes, moins cher et plus accessible à nos tristes revenues mais les hypocrites de maires n'en veulent pas ! pas assez rentable pour eux.
Réponse de le 27/09/2017 à 15:06 :
Vous etes certes victime mais aussi coupable. Car personne ne vous force a vous endetter et a surpayer !
Si les vendeurs ne trouvaient pas d acheteurs ils seraient obliger de revoir leurs pretentions a la baisse

Dans mon cas personnel, je me refuse a acheter quoique ce soit (c est vrai que ca fait quelque fois des debats animes avec ma femme). C est pas purement altruiste car je suis persuade qu acheter maintenant c est faire une tres mauvaise affaire car les prix sur le long terme ne peuvent que baisser (les boomers vont devoir vendre un jour et l etat commence a vouloir arreter de subventionner le secteur: la fin des PTZ et Pinel va etre snaglante. Si on ajoute le flux vendeur des boomers, la moins value est assuree d ici 10-15 ans-> avant que le credit ne soit payé)
Réponse de le 27/09/2017 à 15:10 :
@cd: "restreignant la consommation et l'emploi en France": un grand nombre de gens sont déjà submergés par des bidules électroniques de piètre qualité, souvent inutiles, et très souvent importés. Donc l'emploi en France ne serait en rien amélioré, ces produits n'étant plus fabriqués en France
Réponse de le 28/09/2017 à 12:39 :
@alatar : totalement d accord pour aligner la fiscalité immobilière et toute la fiscalité immobilière sur l allemagne ..Sauf que la evidemment vous n êtes plus d accord ..à savoir ramener les PV à 10 ans comme tous les pays d europe , supprimer ISF comme tous les pays d europe et fiscalité sur revenus locatifs au même taux ..Mais un point sur le quel nous sommes d accord supprimer l une des plus grosses niches fiscales qui existe : exoneration PV pour résidence principale
Réponse de le 28/09/2017 à 16:26 :
@@Alatar
"Vous etes certes victime mais aussi coupable. Car personne ne vous force a vous endetter et a surpayer !
Si les vendeurs ne trouvaient pas d acheteurs ils seraient obliger de revoir leurs pretentions a la baisse"
Ce qui impliquerait quand même des choses assez énormes : que TOUTES les générations nées après 1980 fassent la grève des achats immo (et encaissent sans broncher les hausses hallucinantes de loyer que nous infligeront les détenteurs dans un parc 100% locatif où ils seront en grosse position de force, sachant que déjà dans la situation actuelle les loyers ont doublé sur 15 ans), que les héritiers non plus n'achètent rien, que les étrangers non plus n'achètent rien, et que les vendeurs potentiels aient absolument besoin de vendre (alors que tous les appartements en location se loueraient très facilement et à prix d'or). Bref, ça relève de l'utopie.
Réponse de le 28/09/2017 à 16:29 :
@azer
"un grand nombre de gens sont déjà submergés par des bidules électroniques de piètre qualité, souvent inutiles, et très souvent importés. Donc l'emploi en France ne serait en rien amélioré, ces produits n'étant plus fabriqués en France"
Contrairement aux poncifs, les budgets n'ont pas augmenté dans ce domaine. À l'époque, la moindre TV, le moindre téléphone fixe, le moindre appareil électroménager coûtaient une fortune. Maintenant ça ne coûte plus grand chose. Le seul poste de dépense qui a explosé est le poste logement. De plus, si on n'engloutissait pas des sommes hallucinantes juste pour avoir un toit, on pourrait acheter du qualitatif made in France, au lieu d'aller dans le discount acheter de la camelote chinoise.
Réponse de le 28/09/2017 à 16:37 :
@malcomprenant
"totalement d accord pour aligner la fiscalité immobilière et toute la fiscalité immobilière sur l allemagne ..Sauf que la evidemment vous n êtes plus d accord .."
Je n'ai jamais dit ça. Le modèle allemand comporte tout un tas de choses que vous et tout un tas de gens semblent peu enclins à importer. En vrac :
- Encadrement des prix immo et des loyers. On importe?
- Prix immo qui n'ont pas fait x4 dans les villes. On importe? Ok, on impose à tous les vendeurs de diviser leurs prix par 4.
- Interdiction TOTALE d'AirBnB dans la capitale. On importe?
- Impôt sur le Revenu beaucoup plus élevé qu'en France. En Allemagne, quand on gagne 2000€ par mois, on paye 12 000€ par an d'impôt sur le revenu. On importe?
- Syndicats qui ont 30% des pouvoirs aux Conseils d'Administration des entreprises. On importe?
- CDI plus protecteur que le CDI français. On importe?
- Tendance à la baisse des volumes horaires dans les entreprises. Beaucoup descendent au dessous de 35 heures par semaine, pendant qu'en France on nous explique que tout irait mieux si les gens bossaient 48 heures par semaine. On importe?
- Patrons compétents, anciens ingénieurs, et pas juste fifils d'un type qui a un jour créé une boîte. On importe?

Bref, ceux qui parlent du "modèle allemand" ne s'en servent généralement que pour choisir un petit morceau et affaiblir certaines protections sociales. Ils ne veulent surtout pas du reste. Alors qu'il faut prendre dans la globalité.
a écrit le 27/09/2017 à 8:22 :
L'accès à la propriété sera moins un objectif parès les augmentations substantielles des taxes et impôts immobiliers du gouvernement Macron :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :