Cinéma : la souscription des Sofica débutera dès septembre

 |   |  370  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Malgré le coup de rabot sur son avantage fiscal, ce produit d'investissement dans l'audiovisuel reste attractif. Mais les parts sont difficiles à obtenir.

Cette année, il faudra s'y prendre tôt pour obtenir des parts de Sofica (sociétés de financement de l'industrie cinématographique et de l'audiovisuel), un produit conçu en 1985 et qui permet de réduire ses impôts en investissant dans le septième art. Le calendrier a en effet été dévoilé la semaine dernière par le CNC (Centre national du cinéma et de l'image animée).

En accord avec le ministère du Budget, les agréments, qui donnent le top départ de la commercialisation, seront délivrés courant septembre, au lieu de fin octobre en 2010.

Les particuliers auront donc plus de temps pour investir : il y a quelques années, la commercialisation se déroulait sur les deux dernières semaines de décembre, un délai beaucoup trop court pour « faire le plein ». Et, en 2010, le coup d'envoi avait eu lieu fin octobre.

Les Sofica n'ont pas échappé au coup de rabot qui sera appliqué pour les parts vendues à la rentrée 2011 (Sofica 2012). La réduction d'impôts n'est plus que de 36 % des sommes investies, contre 40 % auparavant. Lorsque les Sofica investissent au moins 10 % dans des sociétés de réalisations d'oeuvres cinématographiques ou audiovisuelles (ce qui est presque toujours le cas), l'avantage fiscal passe à 43 % (48 % auparavant). L'investissement étant doublement plafonné à 18.000 euros et à 25 % du revenu net global.

Inutile d'attendre des plus values de ce placement qui mobilise les sommes durant cinq ans. La rentabilité provient uniquement de l'avantage fiscal car les Sofica restituent la plupart du temps entre 65 et 100 % du capital investi. Il n'empêche, cet investissement dans le cinéma reste attractif : plus de 5 % par an brut si 85 % du capital est restitué (voir illustration).

Les Sofica présentent toutefois deux inconvénients. D'abord, le manque de transparence sur leurs performances, qui ne sont pas publiques. Ensuite, les parts (5.000 à 8.000 euros selon les Sofica) sont difficiles à obtenir. Elles sont souvent réservées aux clients de la banque privée. Plus accessible mais plus aléatoire : préréserver des parts sur un site Internet (comme Best-sofica.com, Nos-sofica.com, ou 123sofica.com) qui les attribuent par tirage au sort et selon la règle du « premier arrivé, premier servi ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2011 à 7:48 :
investir dans des produits dont on ne connait pas les performances...
a écrit le 10/06/2011 à 15:29 :
"Elles sont souvent réservées aux clients de la banque privée" : en France, plus t'es riche, moins tu payes d'impôts ! Les classes moyennes sont toujours les plus mal loties : trop riches pour avoir le droit aux aides pour les pauvres (bourses étudiantes notamment ce qui empêche leurs enfants de faire des longues études) mais trop pauvres pour accéder aux "aides" pour les riches...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :