Retraite à 62 voire 65 ans : le gouvernement juge inévitable de repousser l'âge légal

 |   |  528  mots
Le ministre du Travail, Eric Woerth, estime qu'il faut agir sur l'âge légal de départ à la retraite pour "résoudre les difficultés de nos régimes". Mais "aucune décision n'a encore été prise sur le niveau auquel il faudrait porter l'âge légal".

Relever l'âge légal de départ à la retraite est inévitable. Après plusieurs dirigeants de l'UMP, c'est Eric Woerth qui enfonce le clou ce mardi. "L'augmentation de la durée de cotisation est actée jusqu'en 2020 par la loi de 2003. Si on veut résoudre les difficultés de nos régimes d'ici à cette date et augmenter la durée d'activité dans les prochaines années, il faut donc agir également sur l'âge légal de départ à la retraite", a-t-il indiqué.

"C'est une option logique pour le gouvernement", a ajouté le ministre du Travail dans un entretien publié par le site Internet de Paris-Match. Mais "aucune décision n'a encore été prise sur le niveau auquel il faudrait porter l'âge légal".

Cette position rejoint celle du parti de la majorité, qui a présenté ce mardi ses propositions sur les retraites lors d'une convention nationale à l'Assemblée nationale, deux jours avant une nouvelle journée de mobilisation syndicale.

"A l'UMP, on pense qu'il va falloir travailler plus, plus longtemps", a déclaré la secrétaire nationale de l'UMP en charge des retraites, Nathalie Kosciusko-Morizet, sur Canal+. "La seule porte fermée, c'est de baisser le niveau des pensions", a ajouté la secrétaire d'Etat.

"Relever l'âge légal de la retraite est inévitable à condition de mettre en place la reconnaissance de la pénibilité" et d'améliorer le taux d'emploi des seniors, ajoute le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, dans Le Parisien. A ses yeux, "il n'y a pas de partie de cache-cache" entre les partenaires sociaux et le gouvernement et "l'attitude du Parti socialiste est totalement irresponsable" quand il refuse de toucher à l'âge légal.

62 VOIRE 65 ANS ?

"Les décisions ne sont pas prises", a de nouveau souligné sur France Info le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel mais dimanche, le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi, a affirmé que "forcément", on s'orientait "plus ou moins" vers une augmentation de l'âge de la retraite.

De plus, "à titre personnel", Arnaud Robinet, chargé des retraites à l'UMP, déclare mardi que "62 ans (lui) semble un minimum". Dans Les Echos, il ajoute que "65 ans est dans le domaine du possible si on se place à l'horizon 2030".

Ni Xavier Bertrand ni Nathalie Kosciusko-Morizet ne se prononcent sur le niveau de l'âge légal à venir. Pour renforcer l'emploi des seniors, l'ancien ministre du Travail évoque plusieurs pistes comme le temps partiel en fin de carrière, compensé financièrement, ou la suppression des cotisations chômage patronales et salariales pour les embauches de seniors.

Pour l'UMP, la capitalisation "ne doit pas être taboue". "Il faut donner le choix aux Français de mieux gérer leur épargne-retraite dans les entreprises", estime Xavier Bertrand. Au chapitre financement, le gouvernement a annoncé la création d'une cotisation des hauts revenus sans donner plus de précisions.

L'UMP parle de son côté d'une contribution sociale sur les stock-options et les retraites chapeaux, d'une hausse des contributions sur les dividendes et les valeurs immobilières et juge qu'il faut creuser l'idée d'une cotisation spéciale sur les revenus financiers des entreprises.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2010 à 16:21 :
J'ai été surpris d'apprendre que l'informatique bloque la réforme des retraites.
Selon Jean-Luc Mélanchon, il serait impossible de modifier le mode de calcul des retraites des fonctionnaires car l'Etat n'a pas conservé les données informatiques nécessaires.
Seule solution : décaler l'application de la réforme d'une quinzaine d'années, le temps de reconstituer progressivement les données !!!
a écrit le 27/05/2010 à 9:19 :
Elle est idiote cette reforme, elle nous détourne de vrais pb. Qui est capable de dire que les employeurs vont avoir de travail à proposer à une personne de 63 ans alors qu?aujourd?hui même le taux de chômage est de double que pour les autres populations !

Si seulement du travail était proposer au 3 891 000 toutes catégories confondues le pb de retraite serait en grand parti résolut par les non-restitutions des assedics et autres aides de ces mêmes personnes et de plus une cotisation retraite de leur emploi serait pris à la source comme pour le reste de la population.

Un chômeur pas fier de l?être??.

Source population chômage: http://www.chomiste-land.com/chiffrechomage.htm
a écrit le 27/05/2010 à 8:19 :
Quand un gouvernement aura le courage de s'attaquer aux régime spéciaux?
ce sont toujours les même qui sont touchés
a écrit le 26/05/2010 à 4:15 :
Ok pour une réforme et un report de l'âge légale de la retraite... Mais en quoi les revenus du capital doivent être taxés pour financer un mécanisme d'assurance qui n'a rien à voir avec ceux ci ? C'est juste de l'idéologie dont on pourrait penser qui ne devrait pas être issue d'un parti de droite. Et j'apprends que les régimes spéciaux ne seraient pas touchés... C'est une plaisanterie ???!
a écrit le 25/05/2010 à 20:56 :
Ce sera , à mon avis, une réforme à ''minima''pour couvrir les 5 ans qui viennent à cause des élections à venir, Raffarin a déja fait cela , il racontait partout qu'il avait réussi la réforme sur les retraites.
Les français réclament des chaises longues pas des coups de gourdains !
a écrit le 25/05/2010 à 19:03 :
Il faudrait d'abord commencer par mieux répartir les richesses de l'état et réduire son train de vie, mettre fin aux régimes spéciaux, taxer lourdement les banques, obliger les investisseurs à payer les actions auxquelles ils souscrivent et sanctionner toute spéculation boursière abusive. Il faudrait aussi alléger les charges des petites entreprises pour leur permettre d'être plus compétitives et d'embaucher des salariés qui seront acteurs économiques à leur tour et pourront se projeter dans l'avenir. ... Ce n'est pas l'age de la retraite dont faut se préoccuper d'abord, car de l'argent, il y en a, il faut oser et avoir le courage d'aller le chercher où il est. Le gouvernement l'a déjà fait pour les banques !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :