La Tribune

Jérôme Cahuzac : « Nous débrancherons la garantie implicite de l'Etat sur les activités spéculatives des banques »

Copyright Reuters
Copyright Reuters
Propos recueillis par Isabelle Repiton  |   -  1503  mots
Président de la commission des finances de l'Assemblée Nationale, Jérôme Cahuzac est chargé du pôle budget, finances et fiscalité au sein de l'équipe de campagne de François Hollande. Il s'explique sur la réforme bancaire et la régulation financière prévues dans le programme du candidat.

1/ Quel est l?objectif de la séparation des activités de dépôt et spéculatives des banques, qui figure dans le programme de François Hollande ? Lehmann Brothers, banque d'affaires et Northern Rock, banque de détail, ont toutes deux fait faillite. Le modèle de banque universelle n'est il pas le plus solide ?

Dans le cas de Lehmann Brothers, les Etats-Unis ont considéré ne pas être les payeurs en dernier ressort et ont finalement dû sauver l?ensemble de leur secteur financier. Dans l?autre, celui de Northern Rock, le Royaume-Uni a dû purement et simplement nationaliser l?établissement un an après la crise et une intervention massive de la banque d?Angleterre ! Tout cela a un coût lourd pour les citoyens et contribuables et encourage des activités spéculatives qui ne créent pas réellement de valeur.
Notre réflexion est donc cohérente : dès lors que l?Etat est, de fait, payeur en dernier ressort et garant de fait à la fois les dépôts et la stabilité d?ensemble du système financier, il doit veiller à mieux maîtriser les risques qui l?engagent. Dès lors, nous n?acceptons pas de garantir des risques sous-estimés ou mal-estimés tels que les produits exotiques dont personne ne comprend les risques voire la nature, les hedge funds non régulés, etc. Ce risque doit être vendu au juste prix à ceux qui jouent avec la Finance, et le juste prix ne peut pas inclure la garantie implicite des Etats.
Nous débrancherons donc cette garantie des activités spéculatives par une séparation qui permettra, à la fois, d?identifier de manière autonome la garantie des dépôts et de réduire la taille des acteurs de marché qui rend, en elle-même, nécessaire l?intervention éventuelle de la garantie publique (« too big to fail »). Ainsi réévalués, ces produits seront sans doute moins échangés par ceux qui payant plus cher,gagneront dès lors beaucoup moins. Débrancher la garantie implicite des Etats des activités spéculatives et déconnectées de la réalité économique encourage dès lors le concept de banque universelle « à la Française », qui allie des activités de dépôt et des activités de financement de l?économie.
La réforme que nous proposons est donc cohérente avec l?objectif de préserver l?épargne des Français et le financement de l?économie. Mais qu?on ne s?y trompe pas, nous ne cherchons pas à travers ces mesures à affaiblir les banques françaises qui dans l?ensemble et jusqu?ici ont beaucoup mieux résisté à la crise que les banques anglo-saxonnes.

Où se situe la limite entre financement des entreprises et de l'investissement et activités purement financières et spéculatives ?

Nous avons des discussions extrêmement constructives et passionnantes avec les acteurs du secteur bancaire sur le sujet. Il sera peut-être difficile de tracer la limite précise mais on voit bien, en tout cas, ce que l?on a trouvé de part et d?autre.  Quand vous vendez une couverture sur le dollar à une PME européenne exportatrice de l?industrie de l?aéronautique, vous mettez la finance au service de l?économie. Quand vous empruntez pour souscrire des parts d?un hedge fund, lui-même surendetté, qui vous promet des rendements à deux chiffres en spéculant sur des instruments de couverture portant sur des actifs qu?il ne détient pas, il y a consensus sur l?aspect spéculatif et le risque démesuré de cette activité.

Les grandes banques françaises ont commencé à se désendetter et à réduire leur périmètre en cédant des activités de financement et d'investissement. Qu'apportera de plus une loi ?
La loi fixera notamment les modalités d?application de ce qu?on pourrait appeler la « garantie implicite de l?Etat », dans le respect de nos engagements européens. Notre responsabilité est de ne pas exposer l?Etat et nos concitoyens à des risques que nul ne peut apprécier précisément alors que certains établissements bancaires ont des bilans équivalents au PIB de la France !
Elle vise à réduire le risque systémique qui s?est accru au niveau bancaire de la zone euro. Je note d?ailleurs que les marchés analysent désormais souvent les ratios d?endettement publics en agrégeant à l?endettement public direct celui des secteurs financiers dont ils considèrent les Etats solidaires. En sécurisant davantage notre système bancaire, nous réduirons donc l?exposition de l?Etat et le coût de sa dette.

Quand serait adoptée cette loi?

L?agenda de la première année a été communiqué par François Hollande le 4 avril dernier et prévoit que le texte sera présenté au Parlement dès la session extraordinaire de l?été. Et nous poursuivrons notre démarche de concertation.

Cette réforme est elle conciliable pour les banques françaises à leur adaptation aux normes Bâle 3?

Naturellement puisqu?elle conduira, de fait, à un renforcement des règles prudentielles dans le prolongement des travaux internationaux.
La révision de la directive européenne CRD4 visant à la régulation financière va dans le bon sens et est compatible avec notre volonté de régulation, qui sera plus ambitieuse.  Notamment l'interdiction de certains produits ou pratiques spéculatives est très importante. Par ailleurs le cadre en préparation pour les résolutions bancaires va dans le même sens que notre volonté de séparation des activités de crédit et des activités bancaires : il s'agit avant tout de protéger l'argent des épargnants en limitant l'aléa moral.
Concernant les critères Bâle III, il s'agit de trouver le bon équilibre entre la sécurité ? indispensable - et le financement de l'économie réelle. Si les critères de solvabilité paraissent raisonnables, les critères de liquidité soulèvent des interrogations quant à leurs conséquences sur le crédit à l'économie. Par ailleurs, nous serons attentifs à ce que l'application de Bâle III ne crée pas de distorsion de concurrence entre les pays, et notamment entre les Etats-Unis et l'Europe.

L'engagement 7 du programme de François Hollande prévoit l'interdiction pour les banques françaises d'exercer dans les paradis fiscaux : comment ? avec quelles sanctions ?

La droite a prétendu lutter contre les paradis fiscaux avec des mesures d?affichage que le gouvernement s?est ensuite ingénié à vider de leur contenu en multipliant les exceptions et les « clauses de sauvegarde ». On a ainsi décidé une retenue à la source apparemment dissuasive pour taxer les intérêts versés vers un paradis fiscal tout en veillant discrètement ensuite à ne pas l?appliquer ni aux prêts en cours, ni aux instruments les plus spéculatifs que sont les CDS.
Notre politique sera, évidemment, bien différente et nous utiliserons toute la panoplie des sanctions pour faire respecter l?interdiction, à savoir amende administrative et fiscalité dissuasives.

Le programme prévoit aussi la hausse de l'imposition de 15 % des bénéfices des banque. Elle s?ajoutera à l?impot sur le sociétés ?
Nous établirons effectivement une taxation assurant une imposition de 15 % supplémentaires sur le bénéfice des banques. Ils?agira d?une taxation autonome dont les règles de calcul ne seront d?ailleurs pas nécessairement strictement alignées sur celles de l?impôt sur les sociétés mais seront définies pour assurer le rendement prévu. Le rendement de cette mesure est chiffré à 800 millions d?euros et ses paramètres seront calibrés en conséquence.

Concrètement, quelles mesures prévoyez vous pour lutter contre les produits toxiques ?

Nous avons deux objectifs. Le premier est naturellement la protection des consommateurs de produits financiers dangereux. Il est absolument inconcevable que puissent continuer à être commercialisés des produits dont le risque est incalculable pour une personne non initiée, et même une collectivité telle qu?une ville ou un hôpital. De même que notre législation interdit les prêts usuraires, dont la distribution est un délit puni d?emprisonnement, elle doit interdire la commercialisation aux consommateurs de produits dont ils ne peuvent manifestement pas mesurer les risques. En complément des nouvelles normes ainsi édictées, il conviendra également que nos régulateurs sectoriels agissent davantage dans ce domaine.
Notre second objectif est prudentiel et répond à la préoccupation de préserver les deniers publics. Nous ne tolérerons pas plus longtemps que des opérateurs de marché puissent mettre en péril la stabilité de notre système financier en utilisant des instruments aboutissant à une exposition excessive aux risques. En complément de la séparation des activités, nous pourrons faire appel à l?instrument fiscal en taxant davantage les risques de marché.

 

Réagir

Commentaires

Roosevelt 2012  a écrit le 20/04/2012 à 20:06 :

Espérons que ces belles paroles se transformeront effectivement et rapidement en actes.

C'est d'ailleurs un des objectifs du collectif ROOSEVELT 2012 :

Mettre la pression sur le futur gvt pour qu'il mette vraiment en oeuvre :
- une VRAIE séparation des activités d'affaire et dépôt des banques
- une VRAIE taxe Tobin (et pas le gadget totalement inefficace de Sarkozy)

et 13 autres mesures qui sont la condition sine qua non pour nous éviter un effondrement économique et financier lorsque le tsunami américain débarquera d'ici quelques mois...

le tarmo  a écrit le 20/04/2012 à 17:31 :

Cahuzac est un type intelligent qui sera très probablement membre du gouvernement prochain...Si Hollande sait s'entourer sans tomber dans la distribution de prébendes, ça peut marcher.

prise de distance interessante  a écrit le 20/04/2012 à 17:28 :

pour les observateurs, il s agit d un acte politique, prise de distance interessante.. de la naitra, esperons le, un sain rapport de force et une capacité d influence directe, claire et transparente.

ad  a écrit le 20/04/2012 à 16:25 :

Typo : Lehman Brothers. Pas Lehmann.

L'eau du pont Mirabeau  a écrit le 20/04/2012 à 14:26 :

Quelle garantie de l'état ?
Demandez donc au sénateur Teulade condamné avec ses acolytes du conseil d'administration le 10 juin dernier et toujours sénateur si la garantie de l'état a joué pour compenser les pertes de pension du CREF appelé désormais COREM. 450000 fonctionnaires ont ainsi été floués. Voir entre autre Le Populaire du centre du 19/06/2010. Monsieur Cahuzac, une fois en place, ferait bien de faire restituer aux cotisants de la Mutuelle retraite ce que l'état leur doit du fait des agissements de M.Teulade.

Jean  a écrit le 19/04/2012 à 23:24 :

Cela semble intéressant et réfléchi. Ce monsieur sera t'il le prochain ministre des finances ? Il est grand temps, presque 5 ans après le début de la crise des subprimes, de réformer fortement le système bancaire profondément déficient. Comme après la crise de 1929, il aura fallu attendre quelques année (1933), le temps que les dirigeants d'avant crise soient virés, pour que les banques puissent enfin être profondément réformées (cf Glass Steagall Act en 1933, supprimé quelques années avant la crise actuelle, ce qui n'est sans doute pas un hasard).

andre  a écrit le 19/04/2012 à 20:40 :

Il sera très difficile de contrôler, de l'extérieur, les différentes activités (dépôt, investissement, spéculation,...) d'une banque.
Le mieux serait d'avoir deux types de banque, clairement identifiables:
- les banques de dépôt, conservant les activités "traditionnelles" (dépôts, prêts, investissements dans l'économie "réelle") et interdites de spéculation
- les banques d' "affaires", dont le caractère spéculatif sera connu des clients

Merci  a écrit le 19/04/2012 à 18:35 :

Merci au PS de préparer une vraie réforme bancaire ! Vous avez mon vote grâce à cela en grande partie. Bye bye Sarko et sa clique qui dit tout mais ne fait rien (sauf pour les riches)

Henri  a répondu le 19/04/2012 à 19:47:

M. Cahuzac parle de séparer les activités mais pas les banques elles-mêmes : faites-vous semblant de ne pas comprendre la grande différence ?
Si un grand établissement X voit son activité A faire banqueroute, êtes vous assez candide pour croire que ça n'aura aucune répercussion en chaîne sur les dépôts ?
Faites donc confiance aux politiques et vous perdrez...tout

churchill  a écrit le 19/04/2012 à 18:09 :

c'est quand meme la moindre des choses!!!

Spéculos  a écrit le 19/04/2012 à 17:57 :

Mince. Quand on jouera et quand on perdra, ce n'est plus le pauvre c.. de contribuable qui épongera ?
Quand nos bulles créées uniquement pour nous gaver, nous, exploseront, ce sera seulement dans nos g.....s ? C'est pas cool !

jojo  a écrit le 19/04/2012 à 17:39 :

La crise que nous vivons est la seconde du genre après celle de 29. Toute deux ont une même origine : une finance totalement débridée. La dite finance venant se plaquer, pour la démultiplier, sur une autre crise larvée, en l'occurence cette fois ci celle de l'euro. Nous connaissons les conséquences de la crise de 29. La crise d'aujourd'hui va nous plonger, ainsi que d'autres dans le monde, et pour très longtemps dans une totale faillite générale et un marasme terrible si rien de concret et de très fort n'est entrepris maintenant d'extrême urgence. Si l'euro mis en place sans aucune structure de compensation ni même de véritable banque centrale semble convenir dans sa valeur actuelle à l'Allemagne, et tant mieux pour elle d'autant qu'elle a fait les bons efforts, plus ou moins forcés d'ailleurs, à la suite de sa réunification. Il est pour les autres pays intenable puisqu?il correspond dans une réalité à une espèce de réévaluation monétaire incongrue. Pour ce qui concerne la séparation des banques (ou dans les banques) des dépôts/prêts avec la spéculation, ne (re) commençons pas SVP à finasser ou se gargariser avec des mots ou des promesses dont on sait ce qu'elles deviennent. En la matière il ne s'agit pas de débrancher une quelconque garantie de l'Etat sur les activités spéculatives des banques, garantie que l'Etat n'est d'ailleurs pas en mesure d'assumer si non et une fois de plus sur le dos des citoyens, mais bien d'INTERDIRE purement et simplement à toutes les banques faisant du dépôt/prêt TOUTES ACTIVITES SPECULATIVES pour leur propre compte, activités qu'elles sont en outre incapables de maitriser. Ce n'est pourtant pas compliqué !!! Au passage, j'attire l'attention de M. Cahuzac sur le fait que si la loi prévoit bien pour les prêts usuraires des sanctions, notamment pécuniaires. Celles-ci ne sont quasiment jamais appliquées par les tribunaux, ce qui entretient bien entendu pour les banques un sentiment d'impunité et bien sur un encouragement à poursuivre en partant du principe que pas vu pas pris.

Les guignols de l'économie  a répondu le 19/04/2012 à 18:26:

Faire du dépôt pour financer des prêts est une activité purement spéculative.

Iwao  a écrit le 19/04/2012 à 16:55 :

Cahuzac est un médecin défroqué drapé dans la bure de grand inquisiteur des finances socialistes. D'un sectarisme certain, il souffre aussi de myopie sur un certain nombre de points. Le premier concerne la limitation de la capacité des banques et établissements financiers à se prémunir contre les risques politiques, souverains et ceux des marchés en utilisant des produits dérivés. Même interdite, cette capacité continuera d'exister même si Cahuzac et ses affidés interdisent l'utilisation de certains produits jugés toxiques par les ayatollahs socialistes, sauf bien sûr à "iraniser" la France. Le système bancaire et la globalisation offrent une multitude de dispositifs alternatifs qui permettront au banques de continuer à utiliser ces instruments sous le faisceau du radar de l'AMF. Même chose pour les paradis fiscaux. Les plus opaques d'entre eux sont des pays avec lesquels il n'est pas envisageable de rompre (Royaume Uni, Etats Unis) et rien n'est plus simple alors que de structurer des transactions de façon à leur donner tous les attributs de la légitimité.

fma44  a écrit le 19/04/2012 à 15:10 :

ah bon, c'était pas le cas avant ? faut pas se gêner ....

anarchaste  a répondu le 19/04/2012 à 16:34:


Exportations 2011

Allemagne $ 1 543 000 000 000
France3 $ 578 400 000 000
Pays-Bas $ 576 900 000 000
Italie $ 508 900 000 000

Excèdent cial Allemand plus 160 mds euros
Déficit cial Français moins 70 mds euros

D'accord c'est un problème Bancaire!

bili hari  a écrit le 19/04/2012 à 14:33 :

Il est piquant de voir l'état en faillite, incapable de mettre à l'équilibre ses budgets, incapable même de donner une date crédible pour un retour à l'équilibre, de vouloir se méler de la gestion des banques françaises qui ont été ces 5 dernières années profitables (même SG a dégagé des profits l'année Kerviel..). dexia est un cas à part... Il y a beaucoup de non-dits et de mensonges dans tout cela, on accuse les banques de fragilité et on veut encore durcir les taxes, on veut encore durcir la régulation...L'état doit revenir dans ses 22, et enfin gérer plus correctement ce qu'il a à gérer: éducation, police, justice, et SUPPRIMER toutes les autres gabegies. Pour les produits "réservés aux initiés", le monde est grand, et très malheureusement -je ne comprends pas que cela ne saute pas aux yeux de nos "élites"-, ni la France, ni même l'Allemagne, ni évidemment la Belgique, l'Espagne, ou l'Italie, ne possèdent aujourd'hui une place financière importante: nulle part en zone Euro... Il reste londres, NY, Chicago, Singapour mais Paris et Frankfort jouent en deuxième division.. Chronique d'une mort bien annoncée, certaine, "inéluctable" pour parodier Melanchon..

la vigie  a répondu le 19/04/2012 à 19:12:

Vous défendez un modèle mort et moribond. La classe!!!

pasquedubien  a écrit le 19/04/2012 à 14:28 :

Quand je paie mes impôts, en fait , j ' achéte des produits toxiques fraçais, car la nation n ' a que des dettes..et quand l' état emprunte, c' est que ses dépenses, intêrets de la dette inclus, sont supèrieures à ses rentrées.. donc comme M.Jourdain , j' achéte de la dette toxique..Heureusement, que M. Cahuzac va chasser les produits toxiques !!!!

pasquedubien  a écrit le 19/04/2012 à 14:24 :

de droite, je comptais M.Cahzac, dans les PS sensés.. suite à ses interventions plus économiques que partisanes...

Si l ' état n ' avait pas garanti, les banques, ce ne sont pas les banques qui auraient été sanctionnées, mais les petits épargnants; les assurance vie, etc..par le d^pot de bilan des banques ou la banqueroute.. Le PS ne pourra pas émettre des assignats... si la situation se représente , si M.Hollande ou M. Mélanchon gouverne de facto...

dédé  a répondu le 19/04/2012 à 16:16:

a voire:il aurait suffi que l'etat nationalise les banques et que les comptes soient assurés par l'imprimerie de la bce.au contraire on essaye de sauver des banques deja en faillite en imprimant a la bce.ce n'estpas le ps qui émet des assignats mais la bce.son bilan est suppérieur a celui de la fed.et pour quoi?pour rien,on en est revenus au point de départ

une regard  a répondu le 19/04/2012 à 19:14:

merci dédé pour votre clairevoyance et de donner un peu de matière à ce pauvre français de pasquedubien

logic  a écrit le 19/04/2012 à 14:12 :

Hollande a aussi, comme grand projet, de sortir la France de l'OTAN afin de rejoindre, au plus, tôt la Ligue Arabe.... simple anticipation. A bon entendeur...

vive le copinage!  a écrit le 19/04/2012 à 14:12 :

Il faudrait qu'on explique au Francais en quoi un chirugien plastique specialiste dans cuir chevelu et dans l'implantation capillaire est competent pour ce genre de dossier.

http://fr.wikipedia.org/wiki/J%C3%A9r%C3%B4me_Cahuzac

pasquedubien  a répondu le 19/04/2012 à 14:32:

c ' est pourtant évident...

: maquillage, lifting, prothéses ( mamère),

il a dans son arsenalperso de quoi, séduire !!!!

Carrément  a répondu le 19/04/2012 à 14:33:

Je rappelle en passant qu'à l ENA la macro/microéconomie ainsi que la Finance ne sont pas au programme. Que dans les écoles de commerce, ils sont abandonnés à niveau bac + 4 pour tous ceux qui font autre chose que de la Finance. Il en va de même dans les IEP.

La dessus des médecins comme ici, des professeurs d Histoire (Hamon) ou d'allemand (Ayrault) viennent t'annoncer les mesures à prendre....Attention ce n est pas mieux à droite, Baroin par exemple est ridicule et ne sait même pas ce qu'est un SWAP, le VIX ou un effet multiplicateur

Bravo et merci aux comédiens

Tirelire  a répondu le 19/04/2012 à 14:53:

@vive le copinage! Une autre question : un avocat moyen, dans un petit Cabinet français moyen (qui n'implique pas la maîtrise totale de l'anglais) et non international ayant peiné à obtenir son diplôme, a t-il les compétences indispensables pour diriger un pays?

dédé  a répondu le 19/04/2012 à 16:18:

c'était pas un avocat moyen:il s'occupait de défiscaliser les fortunes françaises en suisse.donc haut de gamme

un regard  a répondu le 19/04/2012 à 19:15:

alors dédé vous portez trop bien votre pseudo

Ben  a répondu le 20/04/2012 à 12:50:

En quoi un acteur de cinéma était-il compétent pour devenir président des Etats-Unis ou gouverneur de Californie ? .

En quoi un général était apte à diriger la France ?

L'idée que le diplôme que vous possédez (ou ne possédez pas) détermine votre capacité à réfléchir est typiquement française, malheureusement. Je ne sais pas si ce Monsieur a raison, mais je pense qu'être médecin ne le rend ni inapte ni apte à traiter de questions économiques.

Je connais un excellent sollicitor (avocat anglais) qui a pour tout bagage un diplôme de théologie.

sciences humaines  a répondu le 20/04/2012 à 17:25:

A lire vos interventions, on peut se demander si precisement la finance, dans ses atours techniques et inaccessibles, reserves a une "elite" (y compris notre elite republicaine), n a pas besoin que les sciences humaines se penchent sur elle.. modeles de droit, pensée et valeurs (philosophie), sociologie, geographie meme des marchés financiers.. donc pas choqué que des politiques "non initiés" s attaquent au sujet, aussi parce que nos concitoyens le veulent!!

quoica  a écrit le 19/04/2012 à 14:10 :

heu, c'est pas la peine d'aller voter dimanche alors ?

si si  a répondu le 20/04/2012 à 17:26:

c est important, en votre ame et conscience

Déjà trop taxés  a écrit le 19/04/2012 à 14:01 :

"Dès lors que l?Etat est, de fait, payeur en dernier ressort ". Non, monsieur le chirurgien, "expert? de l'étatisme débridé en crise permanente, l'Etat n'est pas "de fait" payeur en dernier ressort : c'est un choix conscient et intéressé de la caste des politiciens et des hauts fonctionnaires qui s'attribuent cette fonction, pour laquelle ils n'ont aucune compétence, afin de maintenir leur pouvoir immoral sur la population. Garantir uniquement les dépôts n'y changera rien. C'est précisément cette prétention qui engendre les crises en entretenant les prises de risque insensées mais cependant rationnelles. En effet, la principale prise de risque des financiers, c'est d'accepter de prêter aux Etats qui ne produisent strictement aucune richesse et qui sont structurellement insolvables, sauf par l'usage illégitime de la force et de la violence contre leurs peuples. Toutes les crises sont liées aux décisions, aux interventions des Etats dans l'économie. On n'en sortira qu'à la condition du retrait massif des Etats de l'économie, à commencer par le niveau de leur dépenses qui doit être fermement limité à 15% des PIB. Nous sommes déjà trop taxés.

Tirelire  a répondu le 19/04/2012 à 14:55:

Si l?État se retire de l'économie, avez-vous pensé à la façon dont sera financé l'assistanat permanent des chefs d'entreprises français?

whynot  a répondu le 19/04/2012 à 15:37:

Si l'état se retire de l'économie cessera-il ses prélèvements monstrueux de 5 à 600 Mds? sur les entreprises?

dédé  a répondu le 19/04/2012 à 18:35:

@tirelire:non il a dit que 15 pour cent suffisaient.largement de quoi faire.8 pour cent pour dassault cinq pour véolia et le reste pour total

loi bancaire 84-46  a écrit le 19/04/2012 à 14:00 :

C?est sous l?égide de Jacques Delors, ministre de l?Economie et des Finances de François Mitterrand, que la loi bancaire 84-46 du 24 janvier 1984 (dite de « modernisation » ) abrogea la loi du 2 décembre 1945. Elle fit disparaître la distinction fondamentale des activités bancaires sous un titre unique, les « établissements de crédit » , les libérant ainsi de toute contrainte sur l?origine et l?investissement de leurs ressources.
et ce sont les meme gugusses qui nous disent qu on va faire marche arriere, ca ferait sourire si on ne les payait pas avec nos impots!

Autrement, il ne reponds pas a la premiere question! On fait quoi si une banque de detail fait default?

Pas un mot sur Dodd-Frank act et sur le rapport Vickers.

Encore un qui sorte du bac a sable pour aller jouer avec les grands!

michelp  a écrit le 19/04/2012 à 13:53 :

C'est surtout la fuite en avant des politiciens en charge des collectivites locales qui les ont incite a mettre en place des prets structures qui passaient dans leur budget pour financer leur projets electoralistes.
Il faudrait que les politiques reconnaissent un peu leur responsabilite dans le marasme de dettes que les etats, les communes les regions accumulent

Va faloir y alller Cahu  a écrit le 19/04/2012 à 13:29 :

Monsieur Cahuzac la première chose à faire c'est de virer Noyer et sa cohorte de sbires inutiles, ensuite c'est de rendre le pouvoir et les prérogatives aux autorités de surveillance et de contrôle en y nommant des responsables véritablement compétents et qui ont des c.... , et qui comme la Cour des Compte doivent rendre périodiquement des comptes au gouvernement et aux citoyens mais en plus qui doivent sanctionner lourdement lors de toute déficience et toute défaillance des banques. Ensuite, il faut interdire aux banques de dépôts de financer les LBO, les fonds d'investissements, les fonds collectifs (que ceux ci se débrouillent pour pour liquidité), et toutes les banques étrangères hors zone euro. C'est tout con c'est tout simple. Le bilan des banques doit être passé au scanner tous les mois, j'invite les allemands qui se sont fait b... par les banques US a en faire autant, en Allemagne (et ailleurs),c'est pas terrible non plus le contrôle des banques c'est même indigne au pays de la Buba qui finalement n'est pas si vertueuse et professionnelle que ça.

on va voir ce que vous valez vous avez 100 jours  a répondu le 19/04/2012 à 15:01:

Noyer doit également être débarqué de la présidence de la BRI et du board de la BCE, n'importe qui à sa place pourra faire l'affaire, car Noyer c'est même pas 1/10 de Trichet qui déjà ne valait. pas ..., on connait en effet le parcours de ce dernier en France, et également son erreur fatale de faire acheter par la BCE de la dette grecque....SANS DECOTE. Draghi mËme si c'est pas sans risque c'est autre chose, on est ailleurs on a changé de division.

antivert  a répondu le 19/04/2012 à 18:36:

contassot doit aussi etre débarqué de la bdf.on n'a pas besoin d'un chargé du devellopement durable a la bdf