Industrie : Ayrault met l'accent sur la baisse des coûts salariaux

 |   |  624  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Ouvrant la Conférence nationale de l'industrie, le chef du gouvernement annonce une discussion sans tabou sur la compétitivité industrielle. Il met en avant le coût du travail et les modalités de financement de la protection sociale

L'industrie française va mal. Il suffit d'un chiffre pour se convaincre d'un tel constat : la production manufacturière, au mois de mai, se situait 10,2% en dessous de son niveau moyen de l'année 2005 (année de référence pour les calculs de l'Insee). La récession de la fin 2008 et début 2009 n'a absolument pas été effacée par l'industrie, aucun rattrapage sérieux n'ayant eu lieu depuis.
C'est dire l'ampleur du défi auquel a accepté de se confronter Arnaud Montebourg, en devenant ministre du « redressement productif ». Alors que Jean-Marc Ayrault a appelé, ce mercredi, devant la Conférence nationale de l'industrie à un « sursaut collectif » pour faire repartir la machine, le candidat aux primaires socialistes ne veut pas se cantonner au rôle de pompier de l'industrie, tentant de sauver des entreprises en faillite sur tout le territoire. Il veut théoriser le redressement de l'industrie française. Cela passe par une amélioration de la compétitivité. Laquelle ?

Ayrault promet une discussion sans tabou sur le coût du travail
Louis Gallois , commissaire général à l'investissement, a été justement chargé par Jean-Marc Ayrault d'une mission sur la compétitivité des entreprises. Il rendra « mi-octobre » ses conclusions, a annoncé mercredi Matignon. Jean-Marc Ayrault lui demande de formuler des propositions concrètes afin « d'améliorer l'environnement » des entreprises. Planchant sur cette question ce week end, lors des rencontres d'Aix, l'ancien président d'EADS a clairement indiqué quel était le problème numéro un, de son point de vue : celui du coût du travail, et pas seulement sur les bas salaires. Voilà pourquoi il préconisé un choc d'offre prenant la forme d'un transfert de 30 à 50 milliards d'euros de cotisations patronales sur la CSG.
Le choix de confier à Louis Gallois de présenter des propositions, dont on voit bien l'orientation, est donc lourd de sens : cela signifie que le gouvernement croit d'abord à la nécessité de réduire les coûts salariaux.
A preuve : Jean-Marc Ayrault a promis ce mardi, que « l'ensemble des leviers de la compétitivité (seraient) discutés, et cela sans tabou ». « Je pense à la question, souvent évoquée dans l'industrie, du coût du travail et aux modalités de financement de la protection sociale », a enchaîné le premier ministre, sans évoquer explicitement une éventuelle hausse de la CSG. Arnaud Montebourg évoque, lui, un "plan de reconquête", et souligne: "nous n'avancerons pas sur le front de la compétitivité en évitant de prendre à bras le corps la question du financement de la protection sociale" a-t-il déclaré. mais pas question de " remettre en question les niveaux de rémunérations nets des travailleurs". Ce seront donc les retraités et les revenus de l'épargne qui seraient appelés à payer...

Un effet de ciseau entre hausse des coûts et baisse des prix de vente
Une étude de Natixis, publiée mardi, résume l'ampleur du problème en deux chiffres : de 1998 à 2012, le coût salarial unitaire -coût par unité produite- a augmenté de 8%. Dans le même temps, les prix au niveau industriel ont chuté de 8%. Comment faire face à un tel effet de ciseaux ? Cette situation intenable tient « au faible niveau de gamme de la production française » souligne Patrick Artus, auteur de l'étude. Trop orientés vers le moyen de gamme, les industriels français sont incapables d'imposer leurs prix, à la différence de leurs concurrents allemands. Ils se voient donc contraints de les ajuster à la baisse pour répondre à la concurrence des émergents.
Ce décalage entre coûts salariaux et prix de vente a bien sûr provoqué une dégradation de la profitabilité de l'industrie, dont le taux de marge est tombé en 2011 à son plus bas niveau depuis 1985.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2012 à 9:54 :
Les socialistes sont maintenant confrontés aux dures réalités du pouvoir et de l'économie qu'ils faisaient semblant de ne pas connaître notamment pendant la campagne électorale.
Comme ils peuvent pas reprendre l'idée de Sarkozy la TVA sociale pour faire baisser le coût du travail en France. Il vont augmenter la CSG, Le CRDS etc. Mais c'est encore plus injuste.
En effet cela touche notre épargne et la rémunération des placements de notre épargne.
Or l'argent que nous avons épargné a déjà subi tous les impôts, les charges sociales etc..
On nous réimpose notre épargne fruit de notre travail. C'est particulièrement injuste pour les actifs.
La TVA sociale touche tous le monde mais avant autre imposition c'est plus logique et mois mauvais pour notre épargne qui va nous servir de complément important à nos faibles retraites à venir.
Bien à vous
Réponse de le 13/07/2012 à 12:34 :
un discours de riche. La CSG comme la TVA touchent tout le monde, mais la TVA concernent des dépenses auxquelles personnes ne peut échapper. Il faut bien se nourrir, se soigner, se chauffer, s'éclairer, payer son loyer, entretenir et mettre du carburant dans sa voiture. Hors, ceux qui payent de la TVA et qui n'ont pas les moyens d'épargner n'ont pas volé leur argent. L'argent qu'ils utilisent pour ces dépenses est aussi le fruit de leur travail. Augmenter la CSG est plus juste. Cela concerne tous les revenus, ceux du travail et ceux de l'épargne. L'assiette est plus large.
vous dites que c'est particulièrement injuste pour les actifs mais cette taxation concerne aussi les inactifs. Quand vous placez votre argent, les gains obtenus ne sont pas le fruit de votre activité. Vus avez 2 revenus: ceux liés à votre travail et ceux lés a vos placements. D'un coté vous etes un actif et de l'autre un inactif
Réponse de le 29/08/2012 à 11:03 :
Je serais d'accord avec le raisonnement de Gérard s'il n'y avait pas d'inflation et si des taxes à l'importation complétaient la CSG. La CSG ne frappe pas les importations de produits de pays à bas coûts. Mais cela fait deux gros bémols.
a écrit le 12/07/2012 à 17:33 :
la retraite a 60 ans que fait se premier ministre a 62 ans il ne veux que la retraite doré ces un menteur et regardé le bien se regard faux sa ces le vrais socialiste donne moi ta montre je te donnerais l heurs quelle tristesse dans se gouvernement ministre de la justice pas de maintien et noir et des gris et des jaune et des espagnoles de pure souche la France et foutu dommage c était un bien beaux pays qui et gouverné par des vieux et des gamine et des et beaucoup trop d étrangers jais aimé mon pays mais ces fini la France comme disait sardou elle et tombés
Réponse de le 13/07/2012 à 12:35 :
Quelle tristesse de lire une intervention aussi mal écrite et avec autant de fautes
a écrit le 12/07/2012 à 12:33 :
Ayrault se trompe !
Baisse des coûts salariaux = Augmentation des impôts = Moins de pouvoir d'achat = Moins d'emploi et plus de chômage = Plus d'impôts =
Réponse de le 12/07/2012 à 13:12 :


DEJA.. LA CONFIANCE N EST PLUS . mais (comme je n ai pas vote pour eux ) vogue la galere
Réponse de le 13/07/2012 à 10:49 :
Perso, je ne croyais pas à leurs beaux discours et suis d'accord pour dire que leur programme ne va pas arranger la crise.. Il faut du pouvoir d'achat, des entreprises et c'est cela qu'il faut sauver.
a écrit le 12/07/2012 à 11:18 :


RIEN NE VA PLUS.... Bretagne a petite vitesse...gros chantiers annules..comme remerciement..LES SOCIALISTES PREPARENT ILS DEJA LEUR PROCHAINE DEFAITE ???

a écrit le 12/07/2012 à 10:44 :
Il est vrai qu'avec des "revenus" à 11 chiffres ( voir les patrons les mieux payes dans les actualites ) on peu dire que le cout du travail est trop eleve . De qui se moque t'on ? .
Réponse de le 12/07/2012 à 11:17 :
Les moqueries durent depuis trop longtemps, les peuples vont entrer en révoltes, les voyous du CAC 40 et de la finance peuvent prendre le maquiset laisser les portes de leurs fortunes grandes ouvertes, sinon la vie ne vaudra pas cher !!!
Réponse de le 12/07/2012 à 11:24 :
Cette démonstration n'a pour but que d'éviter de tenter résoudre des vrais équations économiques.
Ce n'est pas en brandissant les quelques anomalies de paye exhorbitantes que l'on masquera longtemps le fait que le public est une charge désormais insurmontable pour le privé.
Bonne journée.
Réponse de le 12/07/2012 à 12:29 :
les gros patrons avec de gros salaires ???
j'ai entendu durant la campagne présidentielle : "prenez le pouvoir" : eh bien c'est le moment : vendez des voitures vous pourrez ainsi faire tourner les usines !!!
a écrit le 12/07/2012 à 10:24 :
Politique schizophrene,ayrault ne veut pas faire peser sur les salaries le cout de la competetivite d'un cote,et de l'autre il annonce que les salaires sont en gros trop eleve en france(peut etre deverait il pendant 3 mois essayer de vivre avec un smic,sans apl,logement de fonction,voiture de fonction.Ca leur mettrait un peu plus les pieds dans la realitee)
Quid des couts des actionnaires?Les dividendes mirobolantes qu'il faut verser chaques annees,qui sont autant d'argent en moins pour l'investissement de la boite et l'amelioration des salaires.Car sans salaires convenables,pas de consomation made in france et donc un cycle infernal qui se met en place.Quand en france la moitiee de la population sera sous le seuil de pauvretee et l'autre moitiee seront devenu dealers,les 1% qui tiennent les manettes devront se poser les bonnes questions au risque de finir sur l'echafaud
Réponse de le 12/07/2012 à 11:20 :
quid du coût des actionnaires ???
réponse : l'actionnaire prête de l'argent pour faire tourner l'outil industriel
avant de vendre une voiture, il faut payer la recherche, la matière première, les salaires, l'electricité, etc... cet argent c'est soit la banque qui le fournit et il Faut payer les intérêts annuellement et rembourser le capital.
par ailleurs il faut 3 000 ? par mois et par personne pour acheter made in France !!!
a écrit le 12/07/2012 à 9:59 :
Est-ce que les revenus mirobolants de ces povres chefs d'entreprises ( leurs bateaux ne tiennent plus dans les ports etc...) sont compris dans le cout de la production en FRANCE ? Cela fait longtemps que je me pose la question ....Etant salarie , je n'ai pas l'impression de trop gagner ( à moins que l'on ne compare nos salaires à ceux de chinois ou autres esclaves de la planete......)
a écrit le 12/07/2012 à 7:09 :
Quand ce pays aura-t-il le courage de faire un grenelle sans tabou sur le coût de tous ces élus ( trop de ministres, trop de députés, trop de sénateurs, trop de préfet, trop de conseils régionaux, trop de tout dans ces strates de l'administration). De plus, si vous y ajouter tous les planqués (copains et copines) que l'on retrouvent dans une multitude d'organismes liés à la fonction publique vous rembourserez votre dette en quelques années et n'aurez aucun souci pour développer ce pays.
Réponse de le 12/07/2012 à 7:27 :
permettez un détail : ce n'est pas "trop" de ministres, .... mais bien "à quoi servent-ils" : prenons l'exemple d'un préfet : à quoi sert-il ?? c'est un personnage qui fait le plein d'avantages : à quoi sert-il ? : il ne produit rien, ne créé aucun emploi avec son argent personnel !, et on peut dire la même chose d'un député, d'un ministre, d'un sénateur...
Réponse de le 12/07/2012 à 7:50 :
C'est pas vrai, j'étais pas planquée au Conseil Economique et social, hein François!
Réponse de le 12/07/2012 à 9:53 :
J'irai meme plus loin: la réforme créant le conseillé territorial qui devait remplacer le conseillé général et le conseillé régional a été supprimée.
Cette réforme supprimait 3000 élus ! Le gouvernement veut bien faire des économie a la seule condition de ne pas toucher aux postes des copains. Si la droite en avait fait autant la France serait dans la rue.
Réponse de le 12/07/2012 à 11:26 :
on ecrit "le conseiller".on n'a pas du vous conseiller sur l'ortografe
Réponse de le 12/07/2012 à 12:26 :
Au donneur de leçon: Orthographe svp!
a écrit le 12/07/2012 à 6:49 :
@Truck : vous faîtes erreur : la mondialisation n'est pas le problème, c'est la solution :
pensez-vous que la France pourrait acheter tous les Airbus construits ?
les 2/3 de la production agricole partent à l'exportation.
et on peut continuer comme cela pour tous les secteurs.
sachez par ailleurs que nous sommes des populations qui avons tout ce que nécessaire, c'est pourquoi ce sont les pays émergents qui sont les meilleurs clients pour nos entreprises.
l'export est pour nos entreprises indispensable !!!!
mais le coût du travail n'est pas et loin s'en faut le problème de l'industrie française, il y a aussi les politiques fiscales et juridiques qui évoluent toujours dans le mauvais sens : on ne supporte pas que Total fasse des bénéfices, or il en a un besoin gigantesque pour financer les recherches pétrolières !!!
enfin, si le français aimait, comme les allemands, ses entreprises, on n'en serait pas là !!!!
Dans ce pays, l'entrepreneur (j'en ai été un) est le Roi quand il créé sa boîte, et le lendemain du dépôt des documents, il devient un bandit !!!
Réponse de le 12/07/2012 à 7:31 :
Pas faux mais il n'empêche qu'il y a une guerre des monnaies et que comme des naïfs, les européens se sont privés de cette arme !
Réponse de le 12/07/2012 à 7:35 :
En effet vous avez pleinement raison, mais malheureusement tant que le peuple de ce pays n'aura pas compris que son assistanat via l'état se fait au détriment de son propre développement et entre nous bien entretenu par tous nos politiques car c'est leur intérêt, les Français auront toujours l'esprit coopérative.
Réponse de le 12/07/2012 à 8:55 :
@Henri : vous parlez de monnaie, mais les allemands ont la même monnaie !!!
ce n'est pas une monnaie forte qui pose des problèmes, c'est une monnaie faible qui en pose : si vous avez des produits à vendre peu importe la monnaie : vous aurez des clients !!
Réponse de le 12/07/2012 à 11:08 :
@Bertrand:Ce que vous oubliez de dire c'est que l'euro est indexe sur le mark.En fait l'euro c le mark,c'etait la condition pour que l'allemagne rentre dans l'ue.Voila vous l'avez votre reponse.Les allemands n'ont pas eu a changer de monnaie coontrairement aux autres pays dont leurs monnaies nationales etaient largement moins eleve que le mark
Réponse de le 12/07/2012 à 11:20 :
dire que c'est inexé sur le mark est pas vrai ... certes cela reprensente la moitié par rapport au franc, mais quand meme! ! !
Réponse de le 12/07/2012 à 11:48 :
@rb : totalement faux ! Le calcul de l'Euro a été bien plus complexe qu'un simple indexage (ca se dit?..). Il a fallu prendre en compte l'inflation de tous les pays de la Zone, du rapport entre chaque monnaie nationale avec le Dollar, etc... Il se trouve effectivement que pour les Allemands le conversion est très simple mais il s'agit plus d'un hasard que d'une opération programmé.
Réponse de le 12/07/2012 à 12:25 :
@ Bertrand
J'avais compris que les allemands avaient adopté l'euro... Et aussi que c'est mieux d'avoir des produits à vendre pour...vendre !
C'est ce que je fais tous les jours et pour l'instant ça se passe bien, merci !
Reprenons donc un peu de hauteur de vue : Tous les états européens de Euroland ont abandonné leur souveraineté monétaire lors du passage à l'euro mais sans aucune politique économique ni budgétaire ni fiscale commune !
Au final Euroland n'a donc aucune politique monétaire du fait des divergences profondes en son sein.
Pendant ce temps là, la Chine et les USA abusent de l'arme monétaire.
Demandez aux brésiliens ce qu'ils en pensent !
Réponse de le 12/07/2012 à 12:34 :
de toute façon, peu importe que l'? soit ou pas indèxé sur le mark, les allemands ont de bons produits à vendre et pas nous !!!!
Réponse de le 12/07/2012 à 13:31 :
En forçant le trait, oui sur pas mal de produits industriels (machine outils etc.) c'est vrai !
Pendant ce temps là, on sape la compétitivité de nos rares filières d'excellence : aucune vision ou cohérence, tout un tas de parasites qui gravitent autour des entreprises etc.
Réponse de le 12/07/2012 à 13:55 :
Les strates des parasites qui gravitent autour des entreprises sont à SUPPRIMER, elles sont facile à identifier : les CCI, les Agences Blas blas banquets (nationales, régionales, départementales) Oseo innovation ex Anvar, les CRITT, les centres experts de rien du tout, les services des grandes agglomérations, VOILA une grande partie des fossoyeurs ... surpayés et inutiles.
Réponse de le 12/07/2012 à 14:01 :
Rensignez vous les amis,l'euro c le mark.C fou,consultez les sites internet. C'etait la conditoin de l'allemagne pour entrer dans l'ue.
Et non pas peu importe car la monnaie est le reflet de la realitee d'une economie d'un pays. Ce n'est pas pour rien si la grece,l'espgne,le portugal etcetc se sont efondre,etant donne que leur monnaie nationale etaient largement moindre que le mark/euro et donc forcement en passant au mark/euro ca reencherit le prix de leurs produits et deviennent non competitifs
"En fait, l?Euro est le faux-nez du mark allemand. La vérité, c?est que l?euro s?appelle le mark. Le mark fort était destiné à l?économie allemande, qui est une économie amont, qui produit les machines dont les autres pays ont besoin pour produire leurs voitures, leurs avions, ou leurs betteraves. Chaque fois que le mark montait, les exportations allemandes montaient. Magnifique cercle vertueux. En plus, la hausse du mark obligeait les entrepreneurs allemands à faire des efforts pour améliorer la qualité de leurs machines, ce qui fait qu?ils devenaient de plus en plus compétitifs ! Double cercle vertueux ! ":http://www.marianne2.fr/L-euro-l-autre-nom-du-Mark_a189696.html
a écrit le 12/07/2012 à 6:42 :
Souvenez-vous chers citoyens, Il y a encore quelques mois tous les députés socialistes avec en tête le président et le premier ministre d'aujourd'hui critiquaient avec virulence cette même analyse que faisait l'ancien gouvernement. Par ailleurs tous les médias eux aussi crier au scandale et n'étaient pas en reste pour matraquer Mrs Sarkozy et Fillon. Comment peut-on faire confiance à de tels dirigeants girouettes ?
a écrit le 11/07/2012 à 22:39 :
Voila l'objectif clair de l'UMP et du PS réunis dans leurs logiques merveilleuses de l'ouverture à tous les vents de la Mondialisation qui n'enrhument que les moins qualifiés des travailleurs tandis qu'eux, nos dirigeants, sont bien au chaud, payés à trahir. Abaisser les salaires, abattre l'Etat-Providence, assassiner les nations.
Réponse de le 12/07/2012 à 6:43 :
Mais vous venez de quel planete? Les nations communistes sont mortes, Les propheties de Karl Marx et Lenin n'ont jamais ete realise.Il est temps d'aller de l'avant Arlette. A moins qu'on se ferme au monde et on devient une autre Coree. Ce mettre au niveau des pays pauvres et emergent, c'est ca le "Nouveau' partage des richesses que les communistes voulaient.
a écrit le 11/07/2012 à 22:34 :
Il fait surtout fort sur la baisse du moral des français et leur pouvoir d'achat
a écrit le 11/07/2012 à 22:34 :
Il fait surtout fort sur la baisse du moral des français et leur pouvoir d'achat
a écrit le 11/07/2012 à 20:57 :
Il se prend pour Sarkozy, pale copie comme son patron "normal" de chez tweet.
a écrit le 11/07/2012 à 19:20 :
Il ne faudrait pas que Hollande et Ayrault soient à ce point "pollués" par les rangaines du Medef sur la compétitivité et in finé fassent du piètre Sarkozysme et du mauvais Chiraquisme, et du benêt Raffarinisme et du suffisant Fillonisme. La force de l?Allemagne, ce sont les productions à TRèS HAUTES VALEURS AJOUTéES. Les complaintes du Medef ne sont que des pleurnicheries de patrons vieillots, ringards qui ont oublié de financer leur recherche et développement pour d'innover et produire des productions à très fortes valeurs ajoutées. L?Etat doit avant tout s'intéresser plutôt au mal de l'innovation française.
Pour Oseo Innovation, la meilleure solution serait de fermer l'officine, véritable étouffoir de l'innovation. AINSI SOIT TERMINéE le massacre de l'innovation, les salariés d'Oseo n'auront qu'à exercer leurs piètres talents en créant leur auto-entreprisemisère. Pour mesurer le désastre de l?innovation", il suffit de lire 2 rapports qui mettent en évidence la place de la France ne matière d'innovation : * Pour l?indice mondial global de l?innovation (GII) de l'INSEAD/OMPI, la France se positionne à la 24ème place au plan mondial, et 16ème européenne ** Pour l?indice mondial d'efficacité de l?innovation (GII), La France se positionne à la 64ème place au plan mondial, et 27ème européenne *** l'étude europa positionne la France dans la catégorie des "adeptes de l'innovation", à la 11ème place sur 27 pays européens - voici les liens des rapports en question : rapport europa : http://ec.europa.eu/enterprise/policies/innovation/files/ius-2011_en.pdf
et au 24ème rang mondial lire le rapport europa :
http://www.wipo.int/export/sites/www/freepublications/en/economics/gii_2012.pdf
QUEL DéSASTRE à mettre au crédit d'Oseo innovation, des CRITT, des pôles de NéGATiVE COMPéTiViTé !!!
Réponse de le 11/07/2012 à 21:33 :
Beaucoup de gens parlent de l'innovation depuis les salons et les officines de consultants. Moi j'ai conçu une dizaine de brevets et pourtant je trouve qu'on ferait mieux de mettre au travail les gens et de diminuer le déficit du commerce extérieur avec des productions de bonne qualité. En France un adulte sur trois ne travaille pas (rien qu'en terme de retraités il y a seulement 170 cotisants pour 100 retraités). On a besoin de travail pour tous, du travail honorable, pas dégradant, qui tiennent compte des possibilités des travailleurs. On n'a pas besoin de chercheurs (d'ailleurs on pourrait aussi mettre en place des indicateurs sur l'efficacité de la recherche, mais c'est vrai qu'une tentative dans ce sens a créé une belle offensive des soit disant chercheurs du CNRS il y a quelques années). On ne peut pas non plus continuer à retirer complètement les gens du travail pour en faire des retraités. Il nous faut des emploi,s pas trop difficile, pour des gens moyens, comme au Japon par exemple. Pas des postes internationaux pour cranes d'oeufs qui ne pensent qu'à leur prestigieuse carrière. Du boulot pour tous, y compris les faibles de corps et d'esprit et tant pis pour la vanité de nos énarques.
Réponse de le 11/07/2012 à 21:58 :
si l'innovation c'est monter la csg au point de dégouter ceux qui travaillent on n'a pas choisit les bons, mais les plus mauvais.
Réponse de le 12/07/2012 à 7:22 :
votre analyse sur l'innovation est tout à fait biaisée ; avez-vous déjà créé une entreprise sur de l'innovation ?? non j'imagine.
alors pour votre info : l'innovation c'est d'abord et avant tout de l'argent, beaucoup d'argent, or on invente chaque jour des impôts, on veut détruire les riches, ceux qui seraient d'accord pour financer sans garantie de retour.
j'ai moi-même voulu mettre sur le marché des graines germées.
mais la recherche française dans ce domaine est inexistante, il faut donc financer toute la recherche (1 an, 2 ans, on ne sait pas !!)
n'ayant pas trouvé les fonds nécessaires, j'ai du arrêté !!!
arrêtons de tuer le capital et il financera la recherche et les PME
ce qu'il a fait au travers de la loi TEPA, mais notre Sarkozy national n'a pas été foutu de faire une étude là-dessus !!!!!
Réponse de le 12/07/2012 à 11:24 :
Oui il faut bruler les VERRUES que constituent les strates infinies d'officines parapubliques qui ne servent à rien, blabateurs d'innovation, logés dans des batiements luxueux de verre, dont les gesticulations [ils ne font rien, ils ne travaillent pas, ils encaissent des salaires mirobolants et gèrent leurs carrières de pseudo-fonctionnaires]. VOILA LE CANCER de la FRANCE. DIRECTION la CRéMATION. POINT BARRE. CA SUFFIT.
Réponse de le 29/08/2012 à 9:47 :
tout a fait vrai ...MAIS nos elus sont soit sourds .....aveugles .... partisants ..... inconpetents.... complices...
a écrit le 11/07/2012 à 19:10 :
dans l'usine ou je travaille on investit des milliers d'euros dans des salles fumeurs !! pour que les collegues puissent fumer en toute quietude , alors pourquoi aider les entreprises ???? on ne sait plus quoi faire de l'argent .......
Réponse de le 11/07/2012 à 22:21 :
mais quand tu fumes tu paie des impôts, beaucoup d'impôts et tu touches moins de retraite. C'est pas génial ça. Il faudrait rendre obligatoire de fumer deux paquets par jour à tous ceux nés en janvier, mars et avril pour commencer et à partir de 12 ans ppour le sexe masculin et 15 ans pour le sexe féminin
Réponse de le 11/07/2012 à 22:21 :
mais quand tu fumes tu paie des impôts, beaucoup d'impôts et tu touches moins de retraite. C'est pas génial ça. Il faudrait rendre obligatoire de fumer deux paquets par jour à tous ceux nés en janvier, mars et avril pour commencer et à partir de 12 ans ppour le sexe masculin et 15 ans pour le sexe féminin
Réponse de le 11/07/2012 à 22:36 :
C'est pas possible, pas constitutionnel. Peut-être avec de la beu ça passerait le CC, mais c'est pas sur;
Réponse de le 12/07/2012 à 10:57 :
Analyse erronée, une fois déduite les taxes et retraites non-versées, le coût du tabac est encore de près de 50 milliards d'euros soit 3% du PIB.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :