Le plan d'économie de 50 milliards d'euros va supprimer 60.000 emplois

 |   |  249  mots
Dans les chiffres, l'impact négatif sur la croissance serait de 0,7 % par an en moyenne entre 2015 et 2017, écrit la députée Valérie Rabault. (Photo : Reuters)
Dans les chiffres, l'impact négatif sur la croissance serait "de 0,7 % par an en moyenne entre 2015 et 2017", écrit la députée Valérie Rabault. (Photo : Reuters) (Crédits : REUTERS/Lee Jae-Won)
Un document de la rapporteuse du Budget indique que 190.000 créations d'emplois auront lieu d'ici 2017, insuffisantes toutefois pour compenser la suppression de 250.000 postes.

Un "impact négatif sur la croissance et la suppression de 250.000 emplois", voici ce que pourrait entraîner le plan d'économie de 50 milliards d'euros proposé par le gouvernement dans le cadre du projet de loi de finances rectificative, selon un rapport publié ce week-end par  la rapporteuse générale du Budget.

Dans les chiffres, l'impact sur la croissance serait "de 0,7 % par an en moyenne entre 2015 et 2017", écrit la députée Valérie Rabault. 

190.000 créations d'emplois

Elle tempère toutefois ces prévisions en estimant qu'"une partie de cet impact sera neutralisée par l'adoption de mesures fortes en faveur de la réduction des charges des entreprises et du pouvoir d'achat des ménages dans le cadre du pacte de responsabilité et de solidarité".

>> LIRE La "vraie-fausse" suppression des cotisations patronales au niveau du Smic

Le gain de croissance escompté serait ainsi de 0,6 point avec 190.000 créations d'emplois d'ici 2017, indique le document de la rapporteuse du Budget.

Le projet de budget rectificatif doit être examiné à partir de lundi à l'Assemblée nationale. Début juin, des députés PS frondeurs s'en sont désolidarisés, proposant un contre-budget alternatif

Des "calculs extrêmement théoriques" pour Sapin

Le ministre des Finances Michel Sapin a estimé lundi matin sur France Info étaient "des calculs totalement en chambre, des calculs extrêmement théoriques" venant "d'un certain nombre d'économiste", dont Valérie Rabault "se fait l'écho".  

Article publié à 07h51 , mis à jour à 11h21.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/06/2014 à 11:56 :
Le commentaire de Sapin, au demeurant quelque peu condescendant, laisse penser que l'idéologie est plus présente qu'on ne le croit dans ce gouvernement. On joue l'opposition à Merkel pour la forme mais dans le fond on est convaincu qu'elle a raison. C'est une aubaine finalement qu'elle soit au pouvoir en Allemagne.
a écrit le 24/06/2014 à 7:25 :
Ou est le problème ?
Il suffira de créer 60000 emplois bidons de plus.
a écrit le 23/06/2014 à 22:05 :
Bah, si il y en a qui se font du souci pour leurs jobs, d'un autre côté Mr Hollande va partir à Rio , pour changer d'air, et pour admirer" les bleus sur place....Comme quoi, nous ne pouvons pas avoir "les mêmes valeurs"...Hélas !
a écrit le 23/06/2014 à 21:51 :
et l'inversion de la courbe alors ???
a écrit le 23/06/2014 à 18:41 :
Il est évident que pour réaliser 50 milliards d'économies, il faudra moins faire appel aux entreprises privées (ne comptons pas sur des économies de frais de personnel), ce qui induira des suppressions d'emplois ou des non-embauches. Mais que ceux qui mettent en avant ces suppressions d'emplois se rassurent : notre Gouvernement d'incompétents au moins au plan "Economie" ne réalisera jamais les économies annoncées et les milliards déversés sur les entreprises profiteront surtout aux multinationales qui en profiteront pour soigner leurs actionnaires et se développer à l'étranger.
a écrit le 23/06/2014 à 16:49 :
Elle porte bien son nom !
a écrit le 23/06/2014 à 14:43 :
Si les fonctionnaires n'avaient plus d'emploi à vie , ce serait plus de justice dans la société par rapport aux gens du prive. Si les régimes spéciaux étaient supprimés cela ferait plus de justice par rapport aux gens du prive. Si les retraites du public étaient calculées comme celles du prive cela ferait plus de justice par rapport aux gens du prive.etc etc...... Moi, si j'étais président de la justice sociale c'est ce que je ferais
a écrit le 23/06/2014 à 14:19 :
Quand on n'a plus besoin d'un fonctionnaire titulaire parce que sa tâche n'a plus lieu d'être, on se débrouille pour lui trouver un poste fictif puisqu'il n'est pas licenciable.
D'où, l'inertie des coûts de la fonction publique qui ne peut pas s'adapter par le personnel sous statut.
Tout le problème est là.
Réponse de le 23/06/2014 à 14:38 :
En quelques années la fonction publique donc les impôts diminueraient assez sensiblement
Réponse de le 23/06/2014 à 18:12 :
En fait il existe un dispositif pour imposer la mobilité si un poste est supprimé dans un service . 3 postes sont proposés (si possible des postes à l'autre bout de la France ou des postes dont personne ne veut). Si l'agent refuse les postes, l'administration peut le licencier.
a écrit le 23/06/2014 à 14:08 :
Ferait faire beaucoup d'économies dans la fonction publique surtout , car dans le prive cela fait longtemps que les cadres ou assimiles travaillent plus de 39 heures eux , voire pour beaucoup plus de 10 heures par jour et cela sans être payés plus !
a écrit le 23/06/2014 à 12:59 :
Plus l'Etat depense et plus il y aurait de croissance... A ce tarif, on devrait etre les champions d'Europe loin devant les Allemands. Manque de bol, on a rendu le capital non rentable a force de taxe et de cout du travail eleve et il n'y a plus d'investissements. On produit des chomeurs.
a écrit le 23/06/2014 à 12:49 :
c'est bien le gouvernement met en place des plans comme dans toute l'Europe qui font monter le chomage !
a écrit le 23/06/2014 à 12:32 :
Encore une fois, vue à court terme.
Certes, le plan d'économie de 50 milliards aura une incidence sur le nombre de poste de fonctionnaires. Mais n'oublions pas qu'un fonctionnaire certes apporte un service aux citoyens (bien que cela soit malheureusement parfois le contraire...), mais qu'en revanche, il n'apporte rien au PIB: aucune production de bien.
De plus, le poids de la fonction publique en France est bien trop fort, et ralentit le fonctionnement de l''économie. Chose que les syndicats de fonctionnaires nient de toutes leurs forces, mais c'est pourtant bien la réalité. En fait, il nous faut moins d'Etat, mais mieux! En clair, que la fonction publique abandonne tout ce qui n'est pas régalien, et se concentre sur ledit régalien. Certes, une baisse des emplois dans un premier temps, pour mieux en créer ensuite dans le secteur privé... Encore faut-il regarder un peu plus loin que le bout de son nez, et ailleurs que son nombril...
Réponse de le 23/06/2014 à 14:52 :
les éboueurs ne devraient plus ramasser vos ordures après ces remarques désobligeantes sur les fonctionnaires !
Réponse de le 23/06/2014 à 16:35 :
C'est sûr, ils sont à plaindre, ils travaillent 4 heures par jour et sont payés 7 !!
a écrit le 23/06/2014 à 11:21 :
Veuillez m'excuser d'avance pour les fautes d'inattention glissées dans le texte...
a écrit le 23/06/2014 à 11:16 :
Certains pensent que la suppression des fonctionnaires est LA solution, et que le non remplacement d'1 départ à la retraite sur 2 n'est pas un moyen assez rapide pour effectuer cette purge.
Cas concret : Au sein des ex Services Vétérinaires, rattachés aux DD(CS)PP, c'est bien 100 % des départs qui ne sont pas remplacés. Résultat au sein de mon service ayant en charge le contrôle de l'ensemble de la chaîne alimentaire d'un département : en l'espace de 4 ans, la programmation annuelle des inspections est passée de 1 000 à à peine 250. Coincidence ou non, le nombre des alertes sanitaires et des toxi-infections alimentaires croit. C'est bien le consommateur qui trinque au final au nom de la réduction des dépenses.
Que les politiques veuillent réduire le nombre de fonctionnaires, pourquoi pas... mais qu'ils cessent la politique pure et dure des chiffres en supprimant tout azimut sans réfléchir à supprimer les postes réellement inutiles.
Au passage rassurez-vous tout de même, les postes de cadres, "sanctuarisés", sont bien conservés au détriment des agents techniques...
Réponse de le 23/06/2014 à 12:37 :
Eh oui on ne dégraisse pas la sur administration de l éducation national ni les postes en triple dans les mairies et les régions
Triste pays
Réponse de le 23/06/2014 à 12:49 :
Qui paye l'alcool a la dde
Réponse de le 23/06/2014 à 12:53 :
Les conseils municipaux biens arroses sur le dos du peuple
a écrit le 23/06/2014 à 10:57 :
Pour certains, la suppression des fonctionnaires semblent être la solution miracle. Ils ajoutent que le non remplacement des départs en retraite est trop long et que la purge prendra ainsi trop de temps...
Pour information, au sein des services vétérinaires des DDPP (ex DSV, fonction publique d'état), c'est 100 % des départs qui ne sont pas remplacés. Résultats : si je prends l'exemple de ma direction et plus particulièrement le cas du service qui a en charge l'inspection de l'ensemble de la chaîne alimentaire, nous sommes passés en l'espace de 4 ans de 1 000 inspections programmées à à peine 250. Au final, c'est bien le nombre des alertes locales , nationales et des toxi-infections alimentaires qui croit... Et c'est bien le consommateur qui trinque.
Réponse de le 23/06/2014 à 11:19 :
Oups, croyant mon post perdu, j'en ai réédité un... ceci dit le second est peu plus complet...
a écrit le 23/06/2014 à 10:53 :
Comme un drogué qui a besoin de sa morphine, la France a besoin de ses déficits, elle a peur de "décrocher". Les emplois dopés au déficit c'est malheureusement fini, la dette est au maximum possible....
a écrit le 23/06/2014 à 10:50 :
regardez en Grèce comme ce genre de politique à bien marché ! il y avait 8 % de chomage en Grèce et maintenant 28 % de chomage !
Réponse de le 23/06/2014 à 12:39 :
N importe quoi dépenser 2 fois plus que vos gains et vous verrez si il faudra pas réduire le train de vie

La relance par la Conso ça fait 30 et on voit le résultat

Aux boulots !!!!
Réponse de le 23/06/2014 à 12:51 :
vous avez raison ils sont passés de 8 % à 28 % de chomage mais ce n'est pas suffisant il faut passer de 28 % à 38 %; au boulot !
Réponse de le 23/06/2014 à 13:33 :
@youpi : A vous lire, il suffirait donc d'augmenter les taxes sur les entreprises pour faire disparaitre le chômage !! Arriver à encore prendre le modèle soviétique comme exemple : chapeau !!
a écrit le 23/06/2014 à 10:47 :
quand dit pierre + 29 % de salaire en 1 an ?
a écrit le 23/06/2014 à 10:15 :
pas grave tout ça puisque le chômage va énormément régresser en juin.
En effet pole emploi vient de changer complètement son site internet et des bataillons complets vont se louper au pointage !!!
Réponse de le 23/06/2014 à 12:55 :
L'effet foot vat nous aidez a vous faire avaler des couleuvres
a écrit le 23/06/2014 à 9:42 :
ça ne marche pas mais ne vous inquiétez pas on va le faire qu'en même pour faire plaisir au medef !
a écrit le 23/06/2014 à 9:41 :
ça ne marche pas mais ne vous inquiétez pas on va le faire qu'en même pour faire plaisir au medef !
Réponse de le 23/06/2014 à 13:37 :
Vous avez raison, Marie : la courbe du chômage continuera de s'inverser toute seule d'ici... 2017? 2022 ?? C'est bien connu : le système soviétique est le plus efficace...
a écrit le 23/06/2014 à 9:34 :
Pis t'as pas intérêt à dire que t'es pas content hein. Ya Valls her commandant qui ne supporte plus la critique.
a écrit le 23/06/2014 à 9:30 :
Si la suppression de 250 000 mille emplois concerne surtout des postes de fonctionnaires, territoriaux, chu... Qui va s'en plaindre, personne. Cela fera des économies pour l'état et les contribuables du privé et mettra fin à cette caste de nababs qui ruine notre pays !
Réponse de le 23/06/2014 à 9:53 :
Mon œil : les collectivités passeront juste moins de marchés publics aux entreprises privées. Quand on sera en pleine récession chronique, même les petits rentiers comme le bon docteur vont déguster !
a écrit le 23/06/2014 à 9:20 :
puisque ce sont des emplois à vie.
On ne peut jouer que sur des départs à la retraite non remplacés.
Et il faudrait beaucoup de temps pour arriver à un résultat significatif si cette mesure était envisagée.
La baisse future des dépenses publiques détruira en fait essentiellement des emplois privés et des contractuels mal payés du public (souvent rentables).
Réponse de le 23/06/2014 à 9:52 :
Il n'y a que les ânes bâtés pour croire qu'on va réduire le nombre de fonctionnaires : ce sont les investissements publics qui vont morfler, dont les commandes aux entreprises privées de BTP !
Réponse de le 23/06/2014 à 9:56 :
Et c'est bien là le problème car l'économie de la France nécessite des actions donnant des résultats à cours termes ou, au pire, à moyen terme.
Les collectivités locales continues d'embaucher.
Réponse de le 23/06/2014 à 12:17 :
Il suffit de diviser par deux la valeur du point d'indice des fonctionnaires de categorie A tant que le deficit budgetaire est au dessus de 3% du PIB. Personne ne sera vire, mais beaucoup re-orienteront leur carriere vers des jobs prives.
a écrit le 23/06/2014 à 9:09 :
ah j'ai bien rit a cet article , merci , encore des idées reçues qui finalement auront des effets encore plus catastrophique en matière d'emploi , les solutions miracles on voit ce que cela peut donner , nous sommes dans une crise sans precedent et en prime avec une concurrence internationale féroce ce qui veut dire que le pib annuel ne peut évoluer qu'entre 1 a 2,5 par an .. voir 3 a 5 pour les US , alors que dans les pays émergents cela peut être le double mais faut voir le niveau de vie aussi .. donc ce sera pas si simple de faire croire qu'il y'a qu'a faut qu'on .. trop d'optimisme comme trop de pessimismes mènent a rien ..
a écrit le 23/06/2014 à 8:52 :
Dites-moi, ça fait chère l'emploi?
Réponse de le 23/06/2014 à 9:54 :
En effet

50 000 000 000 / 60 000 = 833 000 donc pour chaque emploi nous économisons 800k€ !
Plus on ne va pas me dire que sur le 60 000 il n'y a pas des postes inutiles.
a écrit le 23/06/2014 à 8:43 :
l'ultralibéralisme ne marche pas.
Réponse de le 23/06/2014 à 8:47 :
le socialisme encore moins!
Réponse de le 23/06/2014 à 10:06 :
On est dans une social-democratie qui carbure a la dette et qui va dans le mur. Un petite dose de liberalisme aiderait a sauver le systeme. L'ultra-liberalisme cela n'existe pas en Europe.
a écrit le 23/06/2014 à 8:42 :
En fin de compte tout les salaires sont des emprunts sur le marché privé.... on n'a pas fini d'emprunter!
a écrit le 23/06/2014 à 8:35 :
malheureusement il ne va pas supprimer ceux qui ne servent à rien genre SENATEURS et la moitie des autres elus,les sous prefectures ,les intermittants du spectacle tous ces refugies CHASSEURS DE PRESTATIONS SOCIALES
Réponse de le 23/06/2014 à 8:44 :
Supprimer l’État et vous n'aurez plus de dette!
Réponse de le 23/06/2014 à 13:33 :
@BREF; Vous croyez qu'avec moitié moins d"elus l'etat ne fonctionne plus ????
a écrit le 23/06/2014 à 8:17 :
Si le gouvernement supprime des postes des fonctionnaires et que les entreprises ou les commerçants créent des emplois privés, ce n'est pas grave : les dépenses abyssales de l'Etat vont diminuer petit à petit. Et c'est tant mieux. L'état ne peut pas continuer à emprunter tous les ans 80 milliards pour payer ses frais de fonctionnement, la santé, l'école, etc.... Le budget doit être équilibré pour ne pas plomber les générations futures.
Réponse de le 23/06/2014 à 8:38 :
Encore un dieu de l'économie qui commente! Par pitié désactivez les commentaires!
Réponse de le 23/06/2014 à 10:50 :
Désactivez les commentaires et les gains de productivité obtenus permettront le redressement de l'économie française, mais nos hommes politiques n'auront jamais le courage de prendre cette mesure !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :