"Une bande organisée de spéculateurs cherche à faire tomber les pays de la zone euro"

 |   |  759  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Olivier Roller)
Edouard Tétreau, associé-gérant de Mediafin, conseil en stratégie, professeur à HEC, estime que le moment est venu de mettre les spéculateurs hors d'état de nuire.

Les écarts de taux entre l'Allemagne et l'Italie sont à des niveaux historiques. Pourquoi les marchés financiers s'attaquent-ils à ce pays ?

D'abord, ce ne sont pas "les marchés financiers", mais une bande organisée de spéculateurs, mobiles, bien armés et à ce jour anonymes, qui cherchent à faire tomber les pays de la zone euro les uns après les autres. Grâce aux efforts de la BCE et de l'Eurogroupe, cette bande a, à ce jour, raté son coup. Elle a même perdu de l'argent sur la Grèce qui n'a pas fait défaut, contrairement à ce que certaines agences de ratings, étonnamment complices, voudraient nous faire croire. Aujourd'hui, cette bande s'attaque à l'Italie, l'Espagne. Demain, ce sera au tour de la France. Le moment est venu demettreces spéculateurs hors d'état de nuire.

N'est-il pas un peu facile de désigner toujours les spéculateurs ?

Ce qui est facile, c'est de ne pas nommer les choses et de laisser faire. A l'heure actuelle, certains fonds d'investissements et établissements bancaires, américains, britanniques mais aussi européens - c'est un comble - ont un intérêt financier à mettre des pays européens en faillite. Ils le font en achetant des CDS sur les dettes européennes, en vendant des titres à découvert, en alimentant le marché de rumeurs, qui font les choux gras et les gros titres d'une certaine presse financière. La première mesure des autorités de marché et des dirigeants politiques doit être, au nom de la transparence des marchés, de forcer l'identification de ces spéculateurs. Quels fonds ont intérêt à faire tomber l'Europe ? Quels établissements arment ces fonds avec des prêts, ou des titres - parfois à leur insu ? Après avoir rendu public ce listing, il faut -vite- se donner les moyens de blacklister ces institutions. Au nom de quel masochisme devrait-on continuer de les laisser opérer sur le marché européen ? Nous sommes actuellement dans une guerre financière qui ne dit pas son nom. Elle réclame des mesures à la hauteur des enjeux. En résumé : une institution prise en flagrant délit d'attaque sur les dettes souveraines européennes doit se voir interdire l'accès aux marchéseuropéens. Ni plus, ni moins.Dans cette guerre, je suis pour le moins perplexe face à la myopie des marchés financiers, qui tirent quotidiennement sur la zone euro, oubliant que deux Etats souverains ont des finances publiques au moins aussi délabrées que la Grèce : la Grande-Bretagne (un déficit correspondant à 9% du PIB) et les Etats-Unis, qui pourraient faire défaut dans quinze jours sur leur dette, et qui ne savent pas s'ils vont faire 1.500 ou 1.700 milliards de dollars de déficits en 2011. La timidité des américaines agences de notation sur le sujet est aussi curieuse que leurs triple A sur les subprimesde 2008...

Qu'attendent les responsables politiques européens pour réagir ?

Je ne sais pas. C'est maintenant que ça se passe. Cet automne, il sera trop tard. Trois actions doivent être entreprises : 1. Dans les prochains jours, le listing et le "blacklisting" des institutions spéculant contre la zone euro. 2. Une initiative franco-allemande sur les marchés, par exemple un achat massif de dettes souveraines espagnoles et italiennes. Nos amis allemands le savent : si ces pays font défaut, leurs banques sautent. La solidarité européenne est aussi une bonne politique nationale. 3. Avant le 2 août prochain, date à laquelle les Etats-Unis auront atteint leur plafond de dette autorisé par la loi, nomination d'un ministre européen des finances ayant pour mission première la mutualisation des dettes nationales européennes. C'est l'heure de vérité de l'Europe : soit chacun se replie sur son pré carré national, et tout le monde est perdant ; soit nous sortons de la crise par le haut, avec une union fédérale budgétaire et fiscale, et donc politique.

Tout cela nécessite du temps ?

S'il a fallu quelques heures pour décider une opération militaire en Lybie, on peut se donner quelques jours pour endiguer la spéculation, et quelques semaines pour unir les forces des Trésors allemand, français, italien, espagnol. Après, nous aurons le temps de passer aux choses sérieuses : la remise en ordre de nos finances publiques, à commencer par la France ; la responsabilisation de l'Allemagne face à son engagement européen, notamment en termes de défense ; et la constitution des Etats-Unis d'Europe.

(*) Par ailleurs, fondateur du site www.etatsunisdeuropoe.com et auteur de "Quand le dollar nous tue" (Editions Grasset)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2012 à 6:26 :
Avec des faux bénéfices, puisque réalisé par le biais de l'endettement des pays de l'Union Monétaire, et par le rachat d'entreprises en dehors de celle-ci grâce à un Euro surévalué, les grosses entreprises, surtout allemandes, avaient des visées de conquête que les autres pays ne pouvaient accepter.
De la la réaction légitime à cette tentative de main mise par l'axe franco-allemand.
a écrit le 07/01/2012 à 16:21 :
La tribune doit être racheté, mais pourquoi ne laisse-t-elle pas la liberté d'expression dans une tribune ?
a écrit le 07/01/2012 à 16:18 :
Avec la complexcité des textes, les spéculateurs existeront toujours; mais il est faux d'enseigner que les flux de l'économie et des échanges, ne peuvent être réglementé. Les chefs d'Etats sont en effet impuissant et sans pouvoir, mais certainement pas par le "gouvernement de la CITY" qui a réussi à encaisser des intérêts pour du papier imprimé dollar, et à les dissimuler sans taxes dans des Paradis fiscaux qu'aucun dirigeant ne veux faire disparaître, préférant envoyer des bombes sur les innocents.
a écrit le 06/01/2012 à 18:24 :
Bof, plus personne ne veux vraiment de l'euro, l'euro qui nous ruine, l'euro qui nous a appauvrit et l'euro qui nous tue !
on le verra bien au premier tour des Présidentielles ou tous ceux qui soutiennent l'europe seront battus
a écrit le 03/01/2012 à 20:50 :
ha bon il y a des bons spéculateurs / investisseur et des mauvais spéculateurs / investisseur ?
connaissez vous un seul investisseur qui choisisse d'investir à fond perdus?

la solution interne à l'aurope passe plutot par un lien plus fort entre capital et travail pour les entreprises et entre dettes et citoyens pour les états. c'est lorsque des fonds externes aux entreprises et aux état viennent spéculer que la situation devient incontrolable et instable.

donc les marchés locaux on besoin de garde fous et limite d'ouverture à l'extérieur et les marchés intérieurs ont besoins de limite pour ne pas faire des "bulles" de liquidités et de dettes (privés ou publique) qui déséquilibrent les marchés : les US et l'europe emettent de la dette publique et privé et des liquidités achetées par la chine et les pays de l'OPEP. avec la complicité des états on nous fait crédit du pétrole et des biens de consommation mais on en payera le prix un jour.

en revanche les japonnais endettés a 200% ne sont pas menancés sur leur dette qui est principalement détenue par des épargnants japonnais. il est plus facile de trouver et maitriser des spéculateurs qui mettent en péril les monaies lorsqu'ils sont locaux. c'est plus facile mais ca n'a pas empéché certains gros industriels allemands de spéculer contre leur propre pays.
au final les citoyens ont quand meme plus de chance de pouvoir rattraper et sanctionner les responsables économiques et souvent politique lorsque le mal est découvert.
a écrit le 03/01/2012 à 10:53 :
Prof à HEC ?? Remarquez qu'on peut être prof de n'importe quoi, n'importe où et être un imbécile ! Hein !? Une question parmi tant d'autres : n'est ce pas normal après tout de payer un intérêt honnête (plus proche de 5% que de 0)... N'est-pas curieux cette vilaine habitude de rémunérer quasi rien de l'argent durement gagner !? Des attaques contre l'Euro ? Mais elles sont alimentées pas les politiques eux-mêmes ! Il faut y voir quelques intérêts à faire baisser une monnaie certainement trop valorisée... et se défendre contre les principaux concurrents de l'Europe, les Usa et le Japon... Je vois bien l'euro revenir à parité avec le dollar... J'ai lu ça et là des commentaires intéressants, récurrents... Comme la volonté d'en finir avec la technocratie, ou diminuer de moitié le poids de l'Etat dans le PIB, ou diminuer de 80% le poids du système social, ou privatiser intégralement l'assurance maladie, ou faire disparaitre le système d'allocation chômage, etc
Réformer, remettre les gens au travail... Il est étonnant que des millions de gens soient payer à rester à la maison, alors que ceux qui financent ces aides (les cadres sup, moyens et les gens aisés et très aisés) ont les pires difficultés à trouver quelques heures d'aides journalières pour faire le pont entre leur vie de famille et leur(s) activité(s)...
j'ai lu aussi : interdire de pouvoir être élu plus de 12 ans dans toute une vie : bonne idée ! ça ferait tourner le pouvoir... et l'argent...
J'ai lu aussi taxer les très gros héritages... (plus de 25 millions d'euros) et "moins taxer l'individu pendant sa vie" !
etc
Réponse de le 03/01/2012 à 13:10 :
Tout a fait d'accord...

Quand un prof a HEC veut interdire le marché, c'est vraiment que la progression de la médiocrité dans la société francaise est vraiment complete ...
a écrit le 02/01/2012 à 19:15 :
interdire la spéculation. ca parait tellement simple.. que c'est normal que personne n'y pense. "ils ont fait de grosses études, alors ils font de grosses bêtises"..
a écrit le 02/01/2012 à 13:23 :
Ca y'est! Nous y voilà! La théorie du complot, ça manquait au tableau... On a trouvé notre "Mulder" national, la vérité des marchés est ailleurs?
a écrit le 02/01/2012 à 12:13 :
1)on ne peut pas comparer les usa et l'europe
2) les agences ont dégradé les usa et pas l'europe
3) un conseil plus politico -économique pour sortir de ce m ..... peut être ?
a écrit le 01/01/2012 à 9:40 :
Je suis étonné qu'un tel article puisse être édité dans la Tribune. A qui profitent ces informations...En ce qui me concerne, j'ai toujours pensé qu'un pool, selon un axe USA/GB était à la manoeuvre pour déstabiliser la zone euro.Le dollar, la livre anglaise, la suprématie des places financières de Londres et NY sont à l'origine de cette offensive. Ils ne vont pas gagner, et ils n'ont pas vraiment intérêt d'ailleurs, mais nous sortirons suffisamment affaiblis pour qu'ils continuent à diriger le monde comme ils l'entendent, néo-libéralement.
Réponse de le 02/01/2012 à 11:05 :
Qu'attendons-nous pour en faire autant, néo-libéralement ? Ah oui, il faudrait d'abord abandonner le néo-socialisme...
a écrit le 31/12/2011 à 15:26 :
C'est quoi la spéculation?
C'est quoi la différence entre un investisseur et un spéculateur? l'un perd l'autre gagne?
le spéculateur, lui, gagne à tous les coups?

Réponse de le 04/01/2012 à 4:04 :
Un investisseur pari toujours sur une hausse, un speculateur pari aussi sur une baisse. C'est la possibilite de speculer a la baisse qui doit etre interdite. un exemple de ce qui devrait etre interdit: detenir un CDS mais pas son sous-jacent.
a écrit le 31/12/2011 à 8:10 :
Ce p'tit gars, il y croit.
a écrit le 30/12/2011 à 11:24 :
A qu'il est bien ce site de la Tribune ; ah qu'il est bien ce petit gars là...

On arrive enfin aux bonnes questions ; et aux bonnes terminologies "bande organisée", donc viendrait bientôt "action en bande organisée".

Création de fausse monnaie sur des dettes souveraines "atteintes à l'ordre public, à la souveraineté et à la sûreté de l'Etat"...

Mais que font nos bons amis gesticulateurs médiatiques, nos gouvernants, pour engager une action de police criminelle contre ces braves gens, qui ne sont pas anonymes ni la main désincarnée du marché ;

Après tout une puissance souveraine comme la France dans le cadre de l'UE dispose de tout un attirail juridique - pour ne parler que de celui-là - qu'elle peut fourbir et mobiliser : il a été établi dans le cadre de la lutte antifraude, anti blanchiment ou antiterroriste...

Alors, on bouge, ou on se couche tenu par les bourses ?

Voir mes autres commentaires antérieurs sur la question... Petit Poucet sème ses pierres...
Réponse de le 31/12/2011 à 21:55 :
Il est vraiment très bien ce petit gars... En réponse au coup d'Etat, il propose... d'accéder aux revendications des putschistes : abolir la souveraineté populaire (qui consent au budget depuis 1789) au profit d'un ministre des finances européen : issu de chez Goldman Sachs ? Ou un ancien de Lehman Brothers comme en Espagne ??

A a a !

C'est l'indigné servant de caution au système contre lequel il prétend s'indigner !!!
a écrit le 30/12/2011 à 11:24 :
A qu'il est bien ce site de la Tribune ; ah qu'il est bien ce petit gars là...

On arrive enfin aux bonnes questions ; et aux bonnes terminologies "bande organisée", donc viendrait bientôt "action en bande organisée".

Création de fausse monnaie sur des dettes souveraines "atteintes à l'ordre public, à la souveraineté et à la sûreté de l'Etat"...

Mais que font nos bons amis gesticulateurs médiatiques, nos gouvernants, pour engager une action de police criminelle contre ces braves gens, qui ne sont pas anonymes ni la main désincarnée du marché ;

Après tout une puissance souveraine comme la France dans le cadre de l'UE dispose de tout un attirail juridique - pour ne parler que de celui-là - qu'elle peut fourbir et mobiliser : il a été établi dans le cadre de la lutte antifraude, anti blanchiment ou antiterroriste...

Alors, on bouge, ou on se couche tenu par les bourses ?

Voir mes autres commentaires antérieurs sur la question... Petit Poucet sème ses pierres...
a écrit le 20/08/2011 à 15:17 :
Goldfinger par Dieu, il n'est pas mort, comme on nous l'a fait croire dans le dernier film de James Bond. Cèst Goldfinger, j'en suis sur, qui est derrière tout ça.
a écrit le 18/08/2011 à 17:08 :
Le seul moyen de sortir d'une crise de la dette, ce n'est pas en unissant les Trésors de pays en déficit perpétuel depuis des décennies, mais en mettant sur la table de l'argent frais pour rassurer les créanciers. Il y a deux manières de le faire : en augmentant les impôts ou en coupant à la hache dans les dépenses sociales. La première méthode est impossible en France, où les prélèvements sont déjà excessifs et tuent l'emploi, la deuxième est impossible en période pré-électorale. Donc la France perdra son AAA elle aussi, et l'euro tombera, du moins ne survivra pas sous sa forme actuelle, c'est du simple bon sens.
Réponse de le 29/08/2011 à 16:25 :
Où est le bon sens dans cette affaire (que la GB perde son AAA avant nous et on en reparle), dans une telle crise initiée par la spéculation ? Et tout cela est sensé découler sur quoi ? Un sautage des systèmes de protection sociale ? Et non pas des auteurs de cette même spéculation et de leurs mécanismes qui pourront tranquillement passer à autre chose, se trouver un nouvel os à ronger ? Que feront-ils une fois les Etats et les peuples européens mis à bas ? ll faut être bien naïf pour croire qu'ils participeront gentillement, de tout leur coeur, à l'effort de reconstruction. Ils iront s'enrichir ailleurs (au mieux, ils rachèteront les miettes à bas prix). Et il faudrait les laisser faire sans fin ? N'importe quel partisan de l'économie de marché, de l'effort récompensé, ne peut encore une seule seconde défendre une telle folie et parler ici de SIMPLE BON SENS.
a écrit le 18/08/2011 à 16:15 :
Je connais très peu l'économie, la Tribune m'apprend beaucoup... Mais là j'ai l'impresson d'une théorie du complot en économie.
Un problème qui me taraude. On dit qu'il y a trop de spéculation en bourse. J'en ai l'impression. Mais trop c'est quoi? Est-ce que tout crédit avec intérêt n'est pas de la spéculation ? Il y a des livres là-dessus? Et ou j'aurais la chance que des gens me présentent des idées personnelles ?
Réponse de le 25/11/2012 à 23:03 :
ne pas confondre theorie du complot et geopolitique....
a écrit le 20/07/2011 à 0:41 :
Jamais au grand jamais, la Grèce ne fera défaut! Il faut arrêter de fantasmer! Les dirigeants politiques ont retenu la leçon avec Lemhan Bro. La caractéristique 1ere d'une crise, est qu'elle n'est prévisible que par une poignée d'experts marginalisés. Alors stop!
a écrit le 18/07/2011 à 15:51 :
En finir avec l'euro par ce que il y en a mare de se faire tordre, bientôt il faudra une brouette d'euro pour aller acheter des produit alimentaire. Nous avons été jetés dans l'euro sans aucun garde fou et maintenant le coût de la vie est devenu insupportable. Pour ce qui est de la spéculation si la couche supérieur de la société n'en tirait pas tant de profit peut-être que la vie redeviendrait ce qu'elle était avant 1993 (moins de besoin, plus de travail). Lorsque fut présenté ce miroir au alouettes (la zone euro) les politiques nous ont fait croire que la production européenne subviendrait en interne pour la zone euro. Mais cela a été tellement bien préparé que c'est devenu une vrai passoire. c'est tellement pratique d'importer des produit à bas coût et de réaliser des marges qui dépassent l'entendement mais tellement de gents trempent la dedans que l'on est pas prêt d'en voir la fin.
Réponse de le 18/07/2011 à 18:34 :
Vous allez faire vos courses avec une brouette d'euro?félicitation,vous gagnez du pognon ! milliardaire donc!alors vive l'euroqui vous réussit si bien ,moi je fais mes courses avec 50 euro,ça me suffit;et j'espère que notre monnaie commune va tenir le coup car à voir la dèche pitoyable chez les Anglais avec leur vlivre ,non merci ,pas de francinet !francinet est le nom du petit Franc français jadis habitué à se casser la ...
Réponse de le 21/07/2011 à 18:23 :
la brouette est une expression commune (une métaphore). A une époque il fallait des million de mark pour acheter du pain et pourtant cela fut une déroute complète, une pauvreté absolue. "Bientôt une brouette d'euro" veut dire que le coût de la vie devient de plus en plus difficile pour une majorité de français, principalement les retraités. Exprimer sa pensée ne veux par dire polémiquer mais donner un avis, la partager est le meilleur moyen de s'enrichir intellectuellement s'entend.
Réponse de le 21/07/2011 à 20:56 :
Ne cherchez pas un bouc émissaire à l'échec de la FRance. Ce sont ses dirigeants politiques et d'entreprise qui soit pour les politiques ne connaissent pas leur métier de chef de l'entreprise France, soit pour les entrepreneurs incapables d'innover et d'exporter eT PAS L'EURO. Qu'une vraie europe vec harmonisation fiscale, sociale, économique est indispensable...mais l'euro n'a pas empeché l'Alemagne d'être le premier exportateur mondial et de n'avoir que 6,3% de chomeurs
Réponse de le 31/07/2011 à 5:14 :
@argoinf....avez vous mis les pieds recemment en UK?
il faudrait peut etre sortir de votre vision de "franchouillard..."
Réponse de le 19/08/2011 à 12:53 :
ras , sur que c'etait pas la russie ?
Réponse de le 19/08/2011 à 12:54 :
mais peu importe, moi j'avais compris la metaphore/expression commune ... y'en a qui cherche pas trop dis donc !!! lol
*
reelax, les gars , ca changera rien de toute facon nos commentaires ....
a écrit le 18/07/2011 à 12:58 :
Dans l'eurozone l'Allemagne est excédentaire en balance des biens et des services vis-à-vis de chaque pays: elle siphonne donc les euros de ces pays. Les ? vont dans les poches des entreprises et des salariés et actionnaires allemands! Les pays en déficits auraient dû arrêter leurs importations allemandes depuis des lustres; si tel était le cas l'Allemagne se retrouverait avec 1 à 2 millions de chômeurs en plus! Mais les épargnants allemands et européens via leurs banques ont placé leurs épargnes dans des emprunts des États en difficulté budgétaire sans se soucier de la solvabilité ( un pays en déficits systématiques des balances des biens, des produits et des services ne pourra jamais rembourser ses dettes, sauf à vendre à l'étranger tout son patrimoine et devenir une colonie assistée!)
En France il y a dans le cadre du marché national des régions déficitaires et d'autres excédentaires; la péréquation nationale par les impôts, les dotations aux collectivités territoriales et la prise en charge étatique de la Police, de l'Enseignement, de la Justice etc... permettent le rééquilibrage, alors que la trop faible intégration européenne entraine des déséquilibres croissants et explosifs.
La Chine est depuis plus d'une décennie excédentaire en balance des biens et services de quelques centaines de milliards de$ par an (3000 milliards cumulés!).
Les entreprises exportatrices chinoises présentent leurs $ et ? excédentaires à la banque nationale de Chine qui se doit de créer (planche à billets!) l'équivalent en monnaies locale (yuan) pour payer les salaires des employés et les marges et bénéfices des millionnaires et milliardaires qui investissent dans l'immobilier (bulle!) et les entreprises. Mais la banque nationale de Chine utilise ses réserves une seconde fois par des placements en bons du Trésor US et européens, dans les fonds souverains (étatiques), dans les achats de terres agricoles, d'entreprises (pour le savoir-faire technologique ou le réseau commercial) et de réserves minières à l'étranger! Et de plus sur certains produits la Chine impose des droits de douanes pouvant atteindre 100% sans riposte de l'Occident! Nos acheteurs/importateurs se faisant d'énormes marges sur les importations massives de produits chinois à très bas coût s'opposent à toute mesure qui pourrait froisser la Chine et réduire leurs gros profits!
L'? est surévalué et la BCE refuse tout moyen (hors les taux définis par la lutte contre l'inflation!) pour faire baisser la monnaie par rapport à un $ miné par la création de monnaie de la FED: il existe un moyen pour faire baisser l'? et résoudre les contraintes sur les dettes nationales:
- à savoir créer des liquidités par la BCE, d'environ 1% du PIB européen pendant 5 ans (soit environ 150 milliards de ?/an): cela devrait entraîner une baisse de ? de 5 à 10% /$ sur les 5 ans, ce qui est faible! La livre anglaise a glissé de plus de 10% lors de la crise monétaire et la couronne islandaise de 80% sans révolutions!
- ces liquidités gratuites devraient servir à racheter de la dette grecque au prix du marché (environ 70% du nominal), à prêter aux grecs à un taux de 2%.
- elles peuvent servir aussi à prendre en charge pour une centaine de milliards ?, un volume de un million de logements en Espagne pour soulager les banques de ces actifs plombant, pour les récupérer au fur et à mesure de l'achèvement des logements (financés par les banques) et de leur mise sur le marché pour les acquéreurs privés et les organismes de logements sociaux (avec des prêts à 2%);
- elles devraient servir aussi à financer des programmes rentables d'énergies renouvelables dans l'eurozone. Et d'autres programmes d'utilité publique préparant l'avenir.
Réponse de le 18/07/2011 à 14:45 :
Tout a fais d'accord. Planche a billet, comme aux US. D'ailleurs l'Euro a meilleur reputation que le Dollars, autant en profiter pendant qu'il est encore temps....
Réponse de le 19/07/2011 à 8:14 :
pourquoi restons nous vertueux alors que nous sommes entourés de tricheurs (pays figurant dans l'OMC mais refusant d'en respecter les règles, japon, chine USA,....!).
il conviendrait que la BCE redescende un peu sur terre, sinon nous avons perdu d'avance
Réponse de le 19/08/2011 à 12:55 :
tout a fait, y'a un article, qui dit que les plus gentil gagnent moins que les plus mechants... soyons mechants que diable !
a écrit le 18/07/2011 à 11:29 :
Pendant encore combien de temps, allons-nous nous laisser diriger par une poignée d'hommes ne pensant qu'à s'enrichir sur notre dos...
Il est bien temps de changer les choses, les emeuttes dans certains pays européens ne sont que les prémices d'un soulévent de l'espéce Humaine contre la cupidité, la soif de pouvoir et l'argent... il est parfois nécessaire de repartir à Zéro :)
a écrit le 17/07/2011 à 17:27 :
Mais bien sur ce sont les spéculateurs qui attaquent la dette de l'Italie. Je voudrais juste rappeler à ce monsieur que le marché obligataire italien est l'un des plus liquide au monde, donc pour obtenir une augmentation de 100 points de base du spread il faudrait que ces spéculateurs vendent un paquet de titres. A mon avis des fonds d'investissement qui vendent 100 milliards d'euros d'obligations en moins de 24 heures çà ne doit pas encore exister. Ou alors certains établissements ont bien grandit ces dernières années.
Réponse de le 20/07/2011 à 0:50 :
Moi je dis : y'en a marre des analyses simplistes sous fond de populisme. Merci pour votre commentaire.
a écrit le 17/07/2011 à 8:55 :
L'évidence ne saute apparemment pas aux yeux de nos dirigeants...
Peut-être sont-ils poings liés ? L'abandon de l'euro serait catastrophique et à exclure (inflation, dettes écrasantes, dévaluation, récession...). Par contre les mauvais élèves de l'Europe doivent soit être exclus, soit couverts par une solidarité entre états membres. C'est peut-être les deux possibilités qui doivent être envisagés. Les spéculateurs ne font profiter que des failles du système. C'est aux dirigeants de changer les règles du jeu.
Réponse de le 20/07/2011 à 0:52 :
Etes-vous prêt à sortir de l'euro? Parce que la France est un mauvais élève. En plus d'être mauvais, ce même élève, de par sa taille est très dangereux.
a écrit le 16/07/2011 à 9:42 :
Enfin.. enfin des paroles vraies sur les vraies causes de ce qui arrive en zone euro.. Par contre pourquoi cet immobilisme des pouvoirs? Sans aller jusqu'au complot.. nos politiques sont ils complices?
a écrit le 16/07/2011 à 9:33 :
Excellent article, au moins dans l'analyse de la situation.

Au niveau des solutions, il me semble que l'Europe devrait compléter en supprimant les impôts des CITOYENS achetant de la dette mutualisée et surtaxer ceux qui achètent des produits hors Europe car, il ne faut pas se le cacher : ce sont les citoyens Européens eux-mêmes qui spéculent contre eux par cupidité.
Une sorte d'Europe clairvoyante et protectionniste au niveau financier. Mais ne rêvons pas : je serais très étonné que les Sarkozy, Draghi, .... et autres fils de banquiers ou Bilderbergiens fassent le moindre effort dans ce sens.

Et il ne manque qu'un léger détail : Les noms! les noms! les noms!.
a écrit le 15/07/2011 à 16:46 :
J'ai beau lire et relire ce que dit M. Tétreau, je ne peux pas croire qu'il soit professeur à HEC. J'espère que c'est une erreur.
Réponse de le 15/07/2011 à 18:18 :
c'est clair....Hec prend n coup à sa réputation!!!
Réponse de le 16/07/2011 à 10:13 :
Kipo, pilou, surtout ne donnez aucun arguments à vos critiques, ça vous donnerez trop mal à la tête !
Réponse de le 18/07/2011 à 21:17 :
Darjii surtout n'apprenez pas l'orthographe!
Réponse de le 01/08/2011 à 19:42 :
Mais ce Monsieur n'est nullement professeur à HEC. Il suffit d'aller sur le site de cette école pour le vérifier.
a écrit le 15/07/2011 à 15:27 :
Devaluer l'euro est une solution. Pourquoi ne pas la prendre en consideration ? (baisse de la dette et augmentation de la croissance a court terme)
Réponse de le 16/07/2011 à 1:15 :
Parce-que dévaluer l'EURO ne conviendrait pas à tous les pays de l'union monétaire et surtout pas à l'Allemagne qui verrait son excédant commercial exploser. Excédant commercial permanent et qu'on lui reproche déjà aujourd'hui. Par son excédant commercial l'Allemagne exporte aussi son chômage vers les pays déficitaires tels que la Grèce et la France entre-autres.
Réponse de le 18/07/2011 à 12:42 :
Justement ;) En tout cas une devaluation conviendrait a la majorite des pays de l'UE....
a écrit le 15/07/2011 à 14:29 :
Tous les pays, y compris ceux qui produisent un excèdent commercial en permanence comme l'Allemagne, sont endettés et même sur-endettés. Un fardeau de EURO 14.000,- pèse sur chaque citoyen allemand, y compris nouveau nés et moribonds. Il serait pourtant facile pour tout gouvernement d'un pays à l'économie forte d'avoir un budget équilibré. On peut donc reprocher à l'Allemagne son manque de discipline budgétaire encore plus qu'à la Grèce et autres pays périphériques, qui n'ont que très peu de revenus puisque sous-développés industriellement ou désavantagés par des multiples facteurs naturels.
L'austérité que la BCE, sous le diktat allemand, impose à ces pays a forcement des limites puisque un gouvernement ne peut aller au-delà du raisonnable sans risquer de se voire succéder par un gouvernement d'extrême droite ou gauche.
S'il est vrai que l'on ne devrait pas vivre au dessus de ses moyens il est encore plus vrai que l'on ne doit pas vivre en-dessous de ses besoins.
Augmenter leur productivité en leur permettant d'attirer des investisseurs par des avantages fiscaux serait une aide certainement plus efficace. Des emplois seraient ainsi crées et qui dit emplois dit impôts.
Au-lieu de ça, une campagne de dénigrement, orchestré par les médias aux ordres du capital, surtout en Allemagne, veut nous faire croire que tous les pays de la zone euro ont les mêmes chances et que seule la mauvaise gestion du budget et le gaspillage étaient responsable de leurs dettes. Ceci n'a-t-il pas un petit goût de National-socialisme qui culpabilisait les victimes?
a écrit le 15/07/2011 à 13:03 :
il se fout de nous, il vit sur une autre planète, il ne comprends pas que la vie est devenu invivable, ça va se casser la gueule, les gens en france ne veulent plus de l'euro point c tout.
Réponse de le 16/07/2011 à 8:24 :
Ouais, carcassonne, revenons au franc. L'Euro n'a pas été fait pour nous mais pour le CAC 40.
a écrit le 15/07/2011 à 12:04 :
une bande de politiciens depensent sans compter l'argent publique.
a écrit le 15/07/2011 à 10:00 :
Enfin......... un qui ne manie pas la langue de bois....
nous sommes en otage des agences et surtout de ceux qui n ont aucune pitié par cupidité!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
il serait temps de jouer à armes égales!!!! comment penser un seul instant qu'on s attaque à la grèce déclassé en junk bonds et que les UAS restent avec un triple AAA de qui se moque t on????
Enfin, il est temps de construire une vrai europe avec perte d'une certaine souverainneté et mise en place d'une vraie gouverance économique!!! en effet et pourquoi pas faire baisser l euro à sa juste valeur ? 1.10 à peu près???? et pourquoi ne pas envoyer un signal fort en demandant ouvertement aux chinois d acheter des obligations européennes en masse afin de stabiliser la zone euro et anéantir les spéculateurs ..... nous n avons pas tous les éléments en main et donc...
Réponse de le 15/07/2011 à 13:14 :
Les US restent AAA à 2 semaines d'un probable défaut de paiement (bon les agences "menaces" de baisser la note de la dette US dans un article du jour de la tribune ... elles menacent a 2 semaines du défaut ....) !!!! Par ailleurs défaut qui n'est pas encore arrivé en Grèce ....
Réponse de le 15/07/2011 à 14:16 :
Quelques pistes de réflexion :
- L'état Français est en déficit depuis 40 ans.
- L'état Français paye chaque année presque 50 milliards d'intérêts aux emprunteurs de tous bord. Avec cela, il ne rembourse pas le capital emprunté.
- Sur la base de 25 millions de contribuables en France, 50 milliards d'intérêts, cela représentent une charge de 2 000 euros par contribuable
- Déficit de l'état en 2010 : 150 Milliards (6 000 euros par contribuable)
- Dette de l'état : 1 535 Milliards.
- 50 % des français gagnent moins de 18 990 Euros net par an.
Alors certes, on peut faire contribuer les entreprises (mais pas trop, sinon elles ferment ou partent), certes la Grèce et les USA sont pires que nous (enfin, je crois) mais quand même, Pilouben, au vu de ces éléments, si la France était votre voisin, lui prêteriez vous votre agent sans ressentir une légère inquiétude ?
a écrit le 15/07/2011 à 5:03 :
les commentaires sont extrêmement intéressants et très instructifs...on juge quoi?..le F.M.I ,la B.C.E,les dettes souveraines,l euro,le dollars,les fonds spéculatifs,les agences de notation,la Grèce,l Italie, l Allemagne les P.I.B de chaque pays Européen,les taux de croissance,les déficits chroniques,..tous les pays Européen sont dans "la zone rouge"..mais c est le terme "bande organisée" de spéculateurs qui me laisse songeur..;
a écrit le 14/07/2011 à 14:46 :
Si la spéculation excessive est une mauvaise chose il faut aussi lui reconnaitre l?avantage de lever les lièvres. Honnêtement, y-a-t?il une seule personne pour croire qu?un pays endette a plus de 100% de son PIB en ayant un déficit primaire (hors remboursement de la dette, donc qui doit emprunter pour payer ses fonctionnaires et autres) ne doit pas subir des changements structurels ?
Alors pourquoi pas la Grande Bretagne, les US ou le Japon ? Deux raisons : la première est le contrôle de sa monnaie (la FED fait d?énormes efforts pour faire baisser le dollar et nous rembourser en monnaie de singe ? si je me réfère a la thèse développée dans un de vos précédent livre, et a laquelle j?adhère) et donc la possibilité de dévaluation . La deuxième est la distribution de la dette. Le Japon est un bon exemple : un endettement stratosphérique mais via des titres détenus par les Japonais. Cette dette sera donc remboursée grâce aux impôts sur les successions, la consommation etc. C?est la raison pour laquelle l?Italie n?est pas « attaquée » alors que son ratio dette/pib est beaucoup trop élevé.
Tout le contraire de la Grèce ou du Portugal.
De plus il ne faut pas oublier que ces spéculateurs gèrent l?argent de leurs clients. Qui sont-ils ces fameux clients ? Une partie qui profite de la politique de la FED mais aussi vous et moi qui empruntons pour placer dans l?immobilier, qui achetons des fonds en Euro (sérieusement, a l?heure des taux zero , comment voulez-vous avoir une garantie rendement de 3% de capital sans qu?une partie soit placée la ou il faut pas, et donc obligeant ces gérants a acheter de la protection, ces fameux CDS ?) etc. Bref Monsieur Tetreau vous êtes un des leurs !
Finalement, ils ont bon dos les spéculateurs ! Moi je pense qu?ils vont peut-être sauver l?Euro car obligeant les politiques a admettre que le design de l?euro est simplement mauvais et donc a agir (je sais un politicien qui agit ?)
Réponse de le 16/07/2011 à 9:41 :
Votre suggestion de faire baisser l'Euro à 1.10 US$ (ou 1.00 ?) est intéressante.

Et à votre avis QUI seraient les victimes de la manipulation? Les spéculateurs et le système financier ou les citoyens lambda qui n'ont pas d'excédents à investir, spécialement les salariés et retraités (qui viennent déjà d'en prendre plein la tête?)
a écrit le 14/07/2011 à 13:55 :
Monsieur Tetreau est surement long equity pour ecrire un article avec un dogme pareil. Les agences de notations et les "speculateurs" peuvent bien faire les scenarios qu'ils desirent. Si ces derniers pensent que l'Italie et la France vont faire default et bien laissez respectivement downgrader les Etats et vendre a decouvert. Qui etes-vous pour juger ce qui est "bon" ou "mauvais" pour les marches ou pour les Etats? Epargnez nous votre mauvaise morale et votre quasi-racisme envers les anglo-saxons. La Grece a fait implicitement default de meme que le Portugal et l'Irlande. C'est un fait, pas une speculation perilleuse. Les Etats sont deja tres endettes et produisent encore des deficits gigantesques, il faut les sanctionner. pourquoi leur preter de l'argent a taux reduit ? Continuer d'alimenter ce desastre c'est tuer l'economie de demain.
Je suis content de ne pas avoir etudie des betises pareilles a HEC.
Réponse de le 14/07/2011 à 14:54 :
...dit le prolo contrarié de voir que tous les moutons ne vont pas dans le meme sens.
Réponse de le 14/07/2011 à 14:56 :
"Qui etes-vous pour juger ce qui est "bon" ou "mauvais" pour les marches ou pour les Etats?"

Et ce qui est bien pour l'Homme, l?histoire le peut non ?
Ce n'est pas les marchés financiers et le krach de 1929 qui a été l'une des amorces qui a déclenché au final la seconde guerre mondiale ?
Ce n'est pas la spéculation sur les matières premières qui ont joués sur les émeutes de la faim de ces dernières années ?


Réponse de le 14/07/2011 à 22:06 :
La speculation n'est responsable de rien. La speculation, c'est le resultat de l'action des agents economiques. Un pret, un investissment, un projet : tout est speculation. Il faut etre francais ou idiot pour y voir le "mal". Cet article fait preuve d'une ignorance totale de ce qu'est l'economie de marche et est d'un angelsime navrant. La Grece ne pourra jamais repayer les interets de sa dette car son economie est inexistante. Continuer de la financer c'est detruire de la valeur purement et simplement.
A Bob: je suis trader donc oui je dois etre un prolo (du "peuple") comme tu dis. Pourquoi, toi tu es de sang bleu et vis dans un Chateau en Normandie ?
Réponse de le 15/07/2011 à 6:15 :
Ce que personne ne veut comprendre, qu?est que les effets de la spéculation se démultiplient quand il y a une création monétaire excessive, ce qui s'est produit notamment avec la FED aux Etats-Unis. Cet excès d'argent va quelque part, forcément, et crée des bulles dans certains secteurs, comme les matières premières ou l'immobilier. En fait, plus les Etats interviennent pour une politique monétaire laxiste afin de financer leur déficit, et plus les risques de spéculation excessive dans certains secteurs de l'économie s'accroissent, avec la création de bulles et les risques qui vont avec...
Réponse de le 15/07/2011 à 6:48 :
FF vous dites "La speculation n'est responsable de rien ... Un pret, un investissment, un projet : tout est speculation. " En effet c'est même mathématique.

Cependant en disant cela vous prenez quand même le rôle de Ponce Pilate.
Réponse de le 15/07/2011 à 10:38 :
FF a écrit: "La Grece ne pourra jamais repayer les interets de sa dette car son economie est inexistante. Continuer de la financer c'est detruire de la valeur purement et simplement.". Je partage votre avis sur ce point là. Mais pas celui-ci: "La speculation n'est responsable de rien". Un comportement qui consiste à suivre aveuglement une tendance est dangereux, car il accentue les difficultés d'un pays à honorer ses engagements. Et prendre position sur des instruments dans le seul but de gagner de l'argent au détriment des populations est un acte misérable. La vente à découvert devrait être provisoirement interdite, ainsi que les achats de CDS.
a écrit le 14/07/2011 à 13:11 :
Une bande organisée.....mais la zone euro peu faire face car l'Otan veille sur nos démocraties.
a écrit le 14/07/2011 à 12:34 :
nous ne sommes plus en guerre mais dans l'apres guerre.
apres chaque guerre et quelquesoit le camp on se retrousse les manches et on releve son pays avec ce qu'il reste : le courage et la solidarite (de la sueur et des larmes).
a priori j'ai l'impression que rien a changé je me suis donc trompé car il n'y a pas eu de guerre et c'est plutot cool.
ne soyons donc pas si alarmiste les choses se passent bien et cela ne sert a rien de crier au loup constamment.
a écrit le 14/07/2011 à 11:50 :
l'euro devait empêcher des trop gros spéculateurs de manipuler les petites monnaies nationales, malheureusement le problème s'est déplacé vers les CDS( qui restent nationaux et de nouveau à la portée des gros spéculateurs) et reste donc entier.
a écrit le 14/07/2011 à 11:36 :
Plus sérieusement il semble qu'une bande organisée de politichiens(De Gaulle)cherche à détruire les économies de la zone euro.
a écrit le 14/07/2011 à 10:44 :
Eh bien que de réactions sur cet article qui finalement ne fait que poser une alternative ; soit on continue dans la dérèglementation des marchés financiers depuis 30 ans et on se hara kiri car la zone euro est le dindon de la farce de la mondialisation. Soi on amorce une inflexion vers un contrôle du marché qui aura pour conséquence la fuite des spéculateurs mais aussi de leurs capitaux qui fera paniquer les autres et aura pour conséquence inévitable le repli sur soi de la zone euro. Repli qui n'a de sens que si les Etats de la zone euro restent solidaire, mutualisent leurs efforts et une fois assainies reviennent comme une seule identité dans le jeu mondial des échanges. Donc regardons qui aurai a gagner à cette solidarité, les Etats du Sud et qui aurait àperdre, les Etats du Nord de l'Europe Allemagne en tête. Qui contrôle la BCE (idéologique Allemagne), qui contrôle le conseil de l'Europe (Junker Luxembourgeois) bon et bien c'est plié je crois... on va avoir droit bientôt à un super feu d'artifice... Un gâchis de l'histoire... J'espère me tromper mais un signe est apparu la semaine dernière et est quasi passé sous silence. La CADES (Caisse d'amortissement de la dette sociale) cet à dire la boite noire de la France là où on mets nos déchets, notre poussière sous le tapis, nos impayés, nos retraites, la sécu etc... Cette horreur de la finance étatique, ce "hors bilan" vient d'être noté AAA+ perspective stable... Si c'est pas une invitation aux politiques à faire n'importe quoi à croire qu'ils peuvent jouer solo et j'imagine que vers 2013 quant tout sera foutu que aucune solidarité ne sera plus possible la note passera en CCC-. On prépare le terrain aux futurs spéculateurs sur la dette française !
a écrit le 14/07/2011 à 10:06 :
Allons, allons, assez de la théorie du complot.... Le spéculateurs ont un vrai rôle économique: faire éclater au grand jour ce que les gouvernants nous cachent en permanence. Quand ce ne sont pas les spéculateurs qui perdent de l'argent, ce sont les contribuables. Ils sont un mal nécessaire.
Réponse de le 14/07/2011 à 11:41 :
Ils ne sont un "mal nécessaire" que s'il y a des réglementations strictes pour fixer clairement les règles du jue, de façon équitable. Les Naked CDS, par exemple, sont une abération, et devraient être supprimés et interdits, tout comme la vente à découvert, qui augmenta artificiellement le nombre de titres à la vente pendant certaines périodes, et perturbe les marchés.
a écrit le 14/07/2011 à 10:03 :
Ah bien que de réactions sur cet article qui finalement ne fait que poser une alternative ; soit on continue dans la dérèglementation des marchés financiers depuis 30 ans et on se hara kiri car la zone euro est le dindon de la farce de la mondialisation. Soi on amorce une inflexion vers un contrôle du marché qui aura pour conséquence la fuite des spéculateurs mais aussi de leurs capitaux qui fera paniquer les autres et aura pour conséquence inévitable le repli sur soi de la zone euro. Repli qui n'a de sens que si les Etats de la zone euro restent solidaire, mutualisent leurs efforts et une fois assainies reviennent comme une seule identité dans le jeu mondial des échanges. Donc regardons qui aurai a gagner à cette solidarité, les Etats du Sud et qui aurait àperdre, les Etats du Nord de l'Europe Allemagne en tête. Qui contrôle la BCE (idéologique Allemagne), qui contrôle le conseil de l'Europe (Junker Luxembourgeois) bon et bien c'est plié je crois... on va avoir droit bientôt à un super feu d'artifice... Un gâchis de l'histoire... J'espère me tromper mais un signe est apparu la semaine dernière et est quasi passé sous silence. La CADES (Caisse d'amortissement de la dette sociale) cet à dire la boite noire de la France là où on mets nos déchets, notre poussière sous le tapis, nos impayés, nos retraites, la sécu etc... Cette horreur de la finance étatique, ce "hors bilan" vient d'être noté AAA+ perspective stable... Si c'est pas une invitation aux politiques à faire n'importe quoi à croire qu'ils peuvent jouer solo et j'imagine que vers 2013 quant tout sera foutu que aucune solidarité ne sera possible, elle passera en CCC- ce qu'elle est réellement... C'est bien pensé au profit des futurs speculateurs sur la France qui préparent leur prochain terrain de jeu !
a écrit le 14/07/2011 à 8:00 :
Tout a fait d'accord avec cette analyse, depuis longtemps la FED et le Trésor américain noyautent les organismes de notation afin de faire disparaitre l'Euro au bénéfice de la survie du dollar. DSK fut le premier obstacle a éliminer, c'est chose faite, à qui le tour.
Lire le livre: L'Anarchie Finançière Mondiale: paru aux Editions Edifree sur Internet
a écrit le 14/07/2011 à 5:52 :
Pour simplifier, des organismes qui ont ete hier sauves par l'argent des etats, veulent aujourd'huit preter a ces memes etats a des taux usuraires.C'est scandaleux. Des agences de notation s'amusent a faire monter et baisser bourses et devises. Moody's appartenait partiellement au fonds d'investissement Berkshire Hattaway, qui recevait ainsi les "notations' avant tout le monde.
A qui appartiennent ces "agences", quelles positions leurs proprietaires prennent-ils sur les marches financiers?
Réponse de le 14/07/2011 à 7:32 :
C'est pas étonnant que Warren Buffet est l'homme le plus riche de notre belle planète.
a écrit le 13/07/2011 à 21:57 :
OK, mais vous oubliez la mesure la plus efficace à mon avis : interdire les "naked CDS", qui permettent de s'assurer sur une dette que l'on ne possède pas : c'est "prendre une assurance sur la maison du voisin avant d'y mettre le feu". A interdire d'extrème urgence, pour empécher la spéculation par CDS dont vous parlez.
a écrit le 13/07/2011 à 19:48 :
La Libye s'est comme cela Libye et non Lybie...
a écrit le 13/07/2011 à 19:36 :
Si les pays européens sont solidaires sur leurs dettes et que les agences ne les notent plus AAA, alors les intervenants sur les marchés n'auront plus que la possibilité d'investir en AAA qu'au Canada, en Australie, et bien sûr aux USA ... On verra bien qui investira où, mais il est fort possible qu'ils s'écartent des USA et que le Canada et l'Australie n'est pas la capacité de recevoir tout cet argent. L'Europe reviendra donc rapidement en AAA, et le tour sera joué !?

cf la carte des notations des dettes souveraines sur Alternatives Economiques : http://www.alternatives-economiques.fr/notation-financiere--le-monde-selon-standard---poor-s_fr_art_940_49902.html
Réponse de le 13/07/2011 à 23:19 :
Les notations des agences n'engagent que ceux qui croient en ces notations.
a écrit le 13/07/2011 à 19:10 :
Oui, c?est ça?bandes organisées et bien armées, spéculateurs qui essayent de faire tomber les pays de l?UE, guerre économique, sauvez nos banques?faites-moi rire Mr. Tétreau
Quoique je vous comprends un petit peu ? vous voulez sauver vos actions bancaires et surtout vos investissements ?sûrs?, ex : FCPs investis en obligations d?états surendettés
Quelle étroitesse d?opinion / pensée formatée de la part d?un stratège et professeur d?HEC?

Sans vouloir aux banques, ne sont-ils pas de simples instruments et intermédiaires dans une supercherie financière mondiale conçue pour exploiter les générations actuelles (?investisseurs?) et à venir (futurs endettés / esclaves du système financier) ?

Peut-être qu?une très mauvaise nouvelle commence à émerger pour les ?investisseurs? d?aujourd?hui, trompés par le système : ils ne sont pas propriétaires de grande chose, les chiffres en banque sont investies = consommées, parties dans différentes poches et ils ne récupéreront que des miettes?Quand est-ce que la jeune génération grecque pourra / voudra rembourser 350 milliards d?euros de dettes ? S?ils ne sont pas à 350 milliards de surplus aujourd?hui, pourquoi ils y seraient dans 30 ou même 50 ou 100ans ? Peut-être si on leur donne assez d?imprimantes?Et c?est la même chose pour les autres pays surendettés, y compris la France. Dans tous les cas le jeu tire à sa fin et l?atterrissage s?amorce, les prochaines années ne seront pas rigolos?

Problème ramené à une échelle familiale, est-ce qu?un ou deux enfants, entre 30 et 60 ans de leur âge pourront / voudront rembourser capital et intérêts qui représente les investissements de leur parents, en plus d?être les locataires / endettés du système financier de demain? Parce que nous voudrions vivre une retraite tranquille et sans travailler de 60 à 90 ans ? Ou sont les chiffres d?aujourd?hui virtuels et irrécupérables en valeur ? De plus en plus la dernière, sauf si quelques milliards de jeunes asiatiques ne continuent de travailler dur pour nous occidentaux?mais ils vont avoir leurs aînées à s?en occuper en priorité...

Moi, je vais laisser 0 dettes à mes enfants ou aux enfants des autres, éventuellement une place pour vivre à eux (pour qu?ils ne soient pas les futurs locataires des banques, mais il va falloir continuer de payer les inévitables taxes foncières et autres du royaume ?), peut-être qu?ils réussiront à ne pas devenir les esclaves du système financier de demain.

Refusons l?endettement démesuré qui conduit à l?esclavage financier intergénérationnel, que chaque génération d?investisseurs enregistre ses pertes.
a écrit le 13/07/2011 à 19:04 :
Saisir les opportunités d'investissement sur les marchés financiers n'est pas un acte criminel, reprenez-vous. Seule l'entente complice entre les intervenants de marché (les réseaux), les rumeurs, et les délits d'initiés sont répréhensibles.
a écrit le 13/07/2011 à 15:31 :
De tout temps, les révolutions sont intervenues quand les préoccupations des "bourgeois" faisaient échos à celles des classes moins privilégiées et moins éduquées...

La révolution de 1789 en est un exemple frappant.

N'est-ce pas ce qui en train d'arriver? Ne sommes nous dans une situation où des milliers de jeunes gens ont fait des études en entendant que cela leur permettrait de réussir et où ils s'aperçoivent qu'ils n'ont aucun ou peu d'avenir dans cette société?

L'avenir répondra à nos questions...
a écrit le 13/07/2011 à 14:59 :
Le saviez vous?

Notre dette augmente depuis que l'Etat français (sous l'Ere de Monsieur le Président POMPIDOU) a voté une Loi qui a interdit à la Banque de France le rôle de "créer" la monnaie et a transféré cette tâche aux Banques privées qui facture à l'Etat français les prêts qu'elles consentent en demandant le paiement d'intérêts.

Et si l'on regarde l'historique de notre dette, l'on constate que le problème ne vient pas d'une mauvaise gestion des fonds publics (même si ceux-ci ne sont toujours utilisés comme ils le devraient...) mais des intérêts de la dette qui sont devenus avec le temps, plus importants que nos recettes fiscales et sociales...

Si aujourd'hui, aucun Homme politique ne fait état de ce problème, c'est que les textes européens interdisent de revenir en arrière et de repasser par les banques centrales étatiques ou même la BCE...




Réponse de le 13/07/2011 à 16:55 :
Les Textes Européens ne sont que ce que le peuple européen décidera qu'ils soient, quand il descendra dans la rue pour rappeler dans quel sens est censé fonctionner une démocratie. Ca mériterait un coup de tondeuse a gazon de rappel, il y a des têtes qui dépassent un peu trop...
Réponse de le 17/07/2011 à 10:22 :
Ebahi touche ENFIN le fond du problème : il n'y a personne pour parler du scandale des 50 dernières années, c'est à dire l'obligation des états à emprunter leurs dépenses de fonctionnement sur les marchés financiers, plutôt que de battre eux même monnaie.
a écrit le 13/07/2011 à 14:32 :
M. T'es trop, c'est bien cela, a été recruté par HEC pour comment dire faire en sorte que l'école en question puisse se rattraper aux branches (car à force de former des petits soldats bien comme il faut sans un gramme de sens critique et de c...là où il faut, on est en droit de penser que cette école a une grosse part de responsabilité dans ce qui nous arrive), outre le fait que M. T'es trop est un ancien. Ce Monsieur a écrit quelque bouquins dans lesquels il n'y a pas plus de banalités ou de choses sues (au moins par quelques uns, quelques curieux et quelques professionnels ayant la capacité d'analyser par eux m^mes ce qu'ils voient tous les jours dans leurs boîtes) qu'ailleurs. Dans ces fameux bouquins, il montre quelques dispositions pour l'écriture journalistique. Concrètement il semble beaucoup moins bon puisque sa société Médiafin, a du mal à décoller malgré le battage médiatique de ses bouquins et articles. Comme quoi c'est jamais parfait la communication.
a écrit le 13/07/2011 à 14:27 :
En fait, les états sont considérés comme des entreprises sommées de faire des bénéfices pour les investisseurs du "marché". Nous travaillons, payons nos impôts, nous serrons la ceinture pour le "marché". Il serait peut-être temps de réfléchir à la fonction de la bourse et à la place de la spéculation. En outre, la tentative d'achever l'euro sert de diversion pour que l'état du dollar soit moins voyant.
Réponse de le 13/07/2011 à 15:25 :
ce que tu oublie c'est que si nous sommes dépendant des marchés, c'est pour une bonne raison: nous empruntons de l'argent au marché. Pour ne plus dépendre du marché il faut arrêter de leur demander de l'argent, c'est à dire rembourser notre dette. Conclusion: on ne peut s'en prendre qu à soi même d'être dans une situation pareille.
a écrit le 13/07/2011 à 13:41 :
et vous alors que faites-vous ????
a écrit le 13/07/2011 à 13:21 :
très bon article mais qu'attendent nos politiques !!!
a écrit le 13/07/2011 à 12:00 :
Il faut plus d'Europe, une Nation Europe (çà va faire plaisir à Bastien ;o) = harmonisation complète, fiscalité, investissements, contrôles plus fiables donc économies à la clef et moins de doublons etc. Ce qui n'était pas souhaitable à une époque l'est d'autant plus avec les technologies actuelles. Cà n'empêche pas d'avoir des cultures propres. Ce n'est pas une solution simple mais c'est la moins pire et la plus porteuse d'avenir. Au plan mondial il vaut mieux plusieurs grands pôles qu'une multitudes d'Etats timbres postes repliés parfois sur eux mêmes comme le préconisent certaines politiques et dont on connaît les effets chaque fois défavorables à terme.
Réponse de le 13/07/2011 à 14:04 :
Oui, c'est celà. Et même, à terme, un seul Etat planétaire, où nous serions tous frères (ennemis?). Utopia a déjà été pensé, il y a pas mal de temps. Mais d'autres disent, et j'en suis:''small is beautifull''.
Réponse de le 14/07/2011 à 4:03 :
Un Etat planétaire n'a pas de sens. Par contre des décisions sur des sujets d'intérêts communs évidemment oui (économie, environnement, etc). La multiplication des small n'a généralement jamais fonctionné dans la pratique (querelles de villages, tribus, disparition de civilisations etc.) et face aux grands c'est pire. L'important c'est "l'équilibre" et les "échanges".
Réponse de le 14/07/2011 à 8:05 :
Oui! des sujets d'intérêt commun: la religion financière, par exemple...Dites moi donc ce qui a fonctionné historiquement, si ce n'est la raison du plus fort. Vous avez dit ''civilisation''?
Réponse de le 14/07/2011 à 20:37 :
Ah la la, arrêtez de croire que les nations sont repliées sur elles-mêmes, on croirait entendre un bobo nous parler de la beauté de la diversité de la banlieue alors qu'il habite le 8ème. L'économie ne s'est jamais aussi bien portée qu'à l'heure des nations. Par le biais de contrats, d'investissements croisés et d'ententes mais, en gardant le contrôle des flux et du sol. Votre Europe est un machin innommable, un nain de tourbe aux pieds d'argile dont l'espérance de vie se réduit à néant.
Réponse de le 15/07/2011 à 13:02 :
Dans le monde de bisounours de Bastien (encore un de vos lieux communs!), les choses sont blanches ou noires: la méchante Union Européenne (une dictature, sic!) avec ses cohortes d'eurocrates qui se vautrent dans les gabegies et les gentils citoyens asservis par la bête qui ne demandent qu'à retrouver leur entière souveraineté nationale, pour que tout redevienne beau et coloré.
Et par pitié arrêtez de parler de l'Europe de Maastricht. On est au XXI siècle: entre temps il y a eu 2 autres traités (Amsterdam et Nice) et le traité de réforme de Lisbonne. On a eu du mal à accepter le référendum sur Maastricht et on on ressasse depuis, hein? Malheureusement j'étais trop jeune pour voter, mais déjà je me suis sentie concernée. Moi l'Europe je ne fais pas une fixette dessus, mais grâce à ses avancées mon diplôme est reconnu dans toute l'UE, j'ai fait une thèse de doctorat dans un autre pays de l'Union, j'y vis de puis des années avec droit de vote aux élections communales, ma fille a la double nationalité, je n'ai pas besoin de changer de monnaies quand je reviens en France etc... Alors c'est un fait le système de l'Union a des lacunes, parfois importantes, mais c'est un processus jeune et il doit encore évoluer. Je préfère regarder le présent et l'avenir que rester figé sur le passé, même s'il faut l'analyser pour ne pas reproduire sans arrêt les mêmes erreurs: replis ur soi dévasteur etc...
Réponse de le 15/07/2011 à 14:07 :
Juste une précision: j'ai financé ma thèse et une grande partie de mes études en travaillant. J'ai donc payé des impôts et je n'ai pas vécu "sur le dos de la collectivité" contrairement au mythe...
a écrit le 13/07/2011 à 11:41 :
Bravo pour cet article. Comment identifier les spéculateurs? Qui a les moyens de le faire?
a écrit le 13/07/2011 à 11:36 :
Le plus simple ne serait-il pas que les états et les gens arrêtent de vivre à crédit....
a écrit le 13/07/2011 à 11:36 :
Les spéculateurs sont ceux qui disposent de ces gigantesques tables des marchés.
D' où ma conviction qu' on peut les répérer . Par ailleurs,

Qui aura le courage de séparer à nouveau les banques commerciales des banques d' affaires afin que ces dernières puissent certes spéculer , mais avec leurs fonds propres ET NON AVEC l? EPARGNE PUBLIQUE notamment via les produits dérivés dont les fonds placés ne vont guère aux PME qui en ont bien besoin...
s
a écrit le 13/07/2011 à 11:20 :
L'alerte semble pertinente mais elle manque de fondements comparatifs et de bases pour engager une action. Il faudrait établir un tableau comparatif de données économiques plus pertinentes que le PIB et les rapports d'endettements des principaux pays avec les comparatifs de niveaux de vie en intégrant les protections sociales collectives, les subventions sur l'énergie et la nourriture et des évaluation des protections de type solidarité familiale et épargne de précaution pour avoir des données pertinentes., ce qui n'est pas le cas actuellement et faire apparaître le différentiel d'efficience des individus en considérant le coût des formation comme un investissement.
A mon sens les déséquilibres utilisé pour valoriser les situations feraient apparaître la Grèce bien mieux dotée que la Russie si l'on considère le prélèvement sur le capital que représente les apports des ressources énergétiques.
Sur ces bases les différents intra-européens apparaîtront minimisés et les pressions sur les budgets relativement modeste par rapport à d'autres pays. Le poids des responsabilités de l'accroissement de l'endettement grec devrait en outre impliquer la responsabilité des organisme qui ont favorisé sa croissance en en dissimulant les impacte créant ainsi une asymétrie d'information dans le marché
a écrit le 13/07/2011 à 11:02 :
Les dépenses de chaque état du la zone euro par habitant devraient être à-peu-près les mêmes dans tous les pays de la zone euro, puisque même culture, même monnaie, mêmes pris des produits de base.
Cependant les entrées fiscales des pays sont très différentes, de la les déficit budgétaires des pays économiquement moins forts.
C'est à ce problème qu'il faut trouver remède et la spéculation cessera.
Une union fiscale ou gouvernement économique, comme suggére plus d'une fois et par plus d'un, en serait un.
a écrit le 13/07/2011 à 9:41 :
Oui il existe un complot de spéculateurs, oui la finance internationale s'organise pour piller les états (bilderberg, trilatérale, et autres davos). Tous ont décidé de s'approprier les richesses produites pour l'intérêt d'une minorité et ils ont réussi, ils ont anesthésié les consciences, amolli l'esprit critique, empêché toute contestation intellectuelle, au point qu'aujourd'hui tout le monde renonce et accepte même de se faire tondre sans bouger tout simplement parce que c'est normal et qu'il n'y a pas d'autre choix. Tous les économistes sérieux dénoncent cette entreprise depuis 30 ans, mais comme pour le climat on ne veut pas voir et comprendre ces messages. Quand on sera dans le mur on ne pourra pas dire on ne savait pas.
Réponse de le 13/07/2011 à 11:04 :
La théorie du complot est un peu facile, c'est l'aveuglement de ceux qui ne veulent pas réduire leur train de vie qui les mène à leur ruine.
Aujourd'hui je 'short' la dette européenne car ça devient un mauvais cheval, maintenant demain il y a un ministre des finances européens avec une dette mutualisée tout redevient normal, répondez à cette question, mettriez vous vos économies sur la Grêce?
Réponse de le 13/07/2011 à 11:36 :
La spéculation amplifie malheureusement : on le voit dans régulièrement dans les prix agricoles, de l'énergie etc. Il faudrait que les spéculateurs soient "raisonnables" et c'est un peu paradoxal ;o)
Réponse de le 13/07/2011 à 14:10 :
Je mettrais plus d'une drachme dans la Grèce éternelle, pas dans celle du quarteron de politicards qui s'en partage le gâteau, depuis des décennies, en collaboration étroite avec les armateurs grecs dont la fortune est où vous savez, bien au chaud avec les subventions carottées au sommet des instances européennes.
Réponse de le 13/07/2011 à 15:01 :
Le problème est que pour un Trader je vous trouve bien moutonnier à suivre aveuglément les préconisations d'agences de notation vereuses. Je suis sûr que vous étiez partisan du triple AAA sur CDS et CDO il y a encore 3 ans...pour vous répondre OUI j'investirais sur l'Europe et la Grèce bien plus que sur les Etats Unis ou le Japon qui eux vivent au-dessus de leurs moyens. De plus tous ces ménages surendettés de subprimes vont ont bien servis à vous gaver pendant 5 ans...donc ush ush
a écrit le 13/07/2011 à 9:28 :
Les consommateurs européens (et français) ont détruit leurs propres emplois en achetant massivement des produits importés de pays où des travailleurs esclaves gagnent $1 par jour (ce qui est bien plus immoral que spéculer sur la dette). Je n?ai pas entendu parler de « bande organisée cherchant à faire tomber les entreprises françaises ou européennes » ! Cet article est du plus grand ridicule.
Réponse de le 13/07/2011 à 11:14 :
Oui, cela est vrai, mais en achetant chinois ou autre nous permettons aux riches de ces pays d'acheter des produits de luxe allemand. Ils en sont très friands et ils en ont les moyens grace aux salaires de misère qu'ils payent à leurs esclaves, créant ainsi des emplois en Allemagne






















à ces pays d'importer des produits allemand, créant ainsi des emplois en Allemagne.
a écrit le 13/07/2011 à 9:27 :
Non monsieur, ce ne sont pas les spéculateurs qui sont responsables de cette bérézina mais le fondement même de l'?. Une monnaie unique pour plusieurs pays n'a aucun sens. Car les économies sont différentes et le seront toujours.
Vive l'abandon de cette monnaie de couillon et revenons à des monnaies nationales qui forceront chacun des pays a bien se gérer. La clef est qu'un pays doit être bien gérer, et seule, une monnaie nationale peut forcer une telle conduite.
Réponse de le 13/07/2011 à 10:58 :
Lisez l'article: le dollard, et le déficit US, et l'endettement US font des USA un pays dans la même situation que la Grèce. Où voyez-vous de la bonne gestion dans une monnaie-état nation. Votre nostalgie vous met des oeillères
a écrit le 13/07/2011 à 9:10 :
bonjour,
Je pense qu'à la base un état devrait déjà avoir des comptes équilibrés... Certes il y'a un décallage entre le vote du budget et la récolte fiscale mais se planter de plusieurs milliards c'est une faute de gestion. De plus, ces fautes, on les refait l'année d'après...
Depuis quand on aurait envie de prêter de l'argent à quelqu'un si on sait qu'il ne nous le remboursera pas?
Après qu'il y ait des attaques de la part de spéculateurs sur les pays de la zone euro n'est pas nouveau malheureusement. Ca s'est déjà vu dans les pays d'Amérique centrale. Le but étant de faire un gain en capital après une dévaluation forcé de la monnaie. Si l'Euro tombe on repartirait avec les monnaies nationales qui serait réévaluées à une parité de 6.55 (pour le franc) donc un gros gain en capital. La attaques spéculatives se sont tjrs vues.

Après si on interdisait à ces spéculateurs d'intervenir sur les marchés éuropéens comment ferions nous pour avoir des financements? Certes ces actions sont très novices, et il faudrait plutot cibler les types d'ordres qui sont passés en vue de faire vaciller le marché. Et annuler ces ordres là. C'est tout à fait possible.



Réponse de le 15/07/2011 à 16:27 :
Malgré une dette qui nous étrangle tous dans la zone euro, la France a encore les moyens de prêter de l'argent hors zone euro et ne pas se faire rembourser...Regarde le cadeau que monsieur Fillion vient de faire à la Côte d'Ivoire

http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110715trib000636522/la-france-annulera-1milliard-d-euros-de-dettes-de-la-cote-d-ivoire.html
a écrit le 13/07/2011 à 9:09 :
FredLux a écrit le 12/07/2011 à 16:10 :

"mutualisation des dettes nationales européennes", je suis Luxembourgeois et il est hors de question de 'mutualiser' les dettes de pays mal gérés...pourquoi payerons-nous des dettes de pays laxistes ?


C'est une blague n'est ce pas? "Cotiser à la sécurité sociale? Jamais de la vie je ne suis jamais malade, pourquoi devrais je payer pour les cancéreux?"

Ca m'en laisse pantois.
Réponse de le 13/07/2011 à 10:25 :
vaux mieux pas qu'on t'annonce que t'as un cancer !!!!
Réponse de le 13/07/2011 à 18:00 :
un habitant de paradis fiscal, qui profite en parasite des autres pays, qui déclare vouloir faire mourir son hôte. C'est trop drôle.
a écrit le 13/07/2011 à 8:40 :
Tout est dit. Il s'agit donc de savoir si les pays concernés, ont envie d'agir de concert. Nous sommes dans une situation similaire à début Juin 1940 (toutes choses étant égales). La France avait décidé de jeter l'éponge, en laissant les anglais seuls face à l'Allemagne. Aujourd'hui c'est l'Allemagne le maillon faible politiquement, tant sa force et sa puissance incitent les allemands à penser que l'Europe n'est plus une nécessité. L'enjeu est celui la : que pèse la France, pour faire revenir l'Allemagne à la table d'une union sacrée ?
Réponse de le 13/07/2011 à 16:59 :
Par certains cotés , on serait même plutôt en 1936, tellement les politiques se moquent éperdument de l'objet de leur mandat, et organisent la zizanie entre communautés et états, simplement pour garder leur trône. On sait ce qui s'est passé quelques années après...
a écrit le 13/07/2011 à 7:43 :
"La timidité des américaines agences de notation sur le sujet est aussi curieuse que leurs triple A sur les subprimesde 2008..."

Tout est dit.

Néanmoins une remarques sur le fond : si les agences étaient impartiales, elles seraient vraiment utiles. La Coface, établissement public français, évalue les pays pour aider les investisseurs français car certains pays sont plus dangereux que d'autres pour l'investissement de capitaux.
La notation des supports d'investissement est en soi une bonne idée. Chaque gestionnaire de patrimoine, du petit au coin de la rue au gros en haut de sa tour a accès à une notation identique des supports d'investissement.

Le problème, c'est qu'elles sont aujourd'hui devenues incontournables et qu'elles ne sont plus impartiales. La dette italienne est une miette à coté de la dette US et tout le monde sait que les USA n'ont pas l'intention de rembourser leur dette, la planche à billet qui tourne à fond depuis qq mois en témoignant...
Réponse de le 13/07/2011 à 10:09 :
COFACE appartient depuis quelques années maintenant à Natixis....
a écrit le 13/07/2011 à 7:40 :
et si c'était en Chine que se trouveraient les spéculateurs ? quel recours ? les Chinois font bien ce qu'ils veulent avec leurs yens sous évalués !
Réponse de le 13/07/2011 à 10:47 :
Le yen c'est au japon. La chine c'est le Yuan
a écrit le 13/07/2011 à 6:52 :
Ce qu'il oublie de dire c'est que le bâton a été mis dans la main des spéculateurs par les politiciens qui ont cru qu'ils pouvaient augmenter les impôts ad eternum et vivre au-dessus de leurs moyens, à un moment ou un autre les marchés font gentiment comprendre que l'assistanat social au détriment de la collectivité, cela ne va plus, et c'est ce qui se passe, donc ce monsieur ne comprend pas très bien les causes et les conséquences d'un problème, il est vrai il est économiste et pas juriste, mais il confond les problèmes.
Réponse de le 13/07/2011 à 9:21 :
Ni juriste, ni économiste !!!
Aujourd'hui l'assistanat c'est celui des riches pour les riches, les marchés, ce sont les riches au service des riches qui pillent et asservissent impunément les classes moyennes et populaires.
a écrit le 13/07/2011 à 6:14 :
C'est bien gentil de dire que c'est la faute aux spéculateurs, mais l'organisation financière les favorisent sur l'émission des prêts. L'idée de voir les banques centrales être les principaux fournisseurs de prêts aux états doit être envisagée et non obliger les états à passer par les marchés financiers qui eux empruntent à des taux très bas aux Banques centrales (oat à près de 3.30 % france, 12 % portugal, 16 % grèce alors que la bce prête à 1.5 % aux banques !!!) . Quant à la fluctuation des produits dérivés, que ceux qui s'y engouffrent en assume les conséquences à la hausse comme à la baisse ils étaient déjà à l'origine de la crise financière de 2008/2010. Aujourd'hui les bourses sont essentiellement des marchés financiers spéculatifs décrochés de la réalité des marchés économiques, alors que leurs rôles devraient être la mises de fonds pour le développement de l'économie réelle (augmentation de capital pour les investissements). Il serait temps d'instaurer des taxes dissuasives sur les purs produits financiers éloignés de l'investissement dans l'économie réelle
Réponse de le 13/07/2011 à 7:10 :
Cher Patbetton
Enfin une réaction raisonnée et proche de mes convictions
Vous dites notamment :
L'idée de voir les banques centrales être les principaux fournisseurs de prêts aux états doit être envisagée et non obliger les états à passer par les marchés financiers ...
OK, Mais qui aussi aura le courage de séparer à nouveau les banques commerciales des banques d' affaires afin que ces dernières puissent certes spéculer , mais avec leurs fonds propres ET NON AVEC l? EPARGNE PUBLIQUE notamment via les produits dérivés dont les fonds placés ne vont guère aux PME qui en ont bien besoin...
a écrit le 13/07/2011 à 4:29 :
L'euro est pris en tenaille. Il est affaibli par les dettes des pays de la zone. Il est attaqué par New-York car l'intérêt actuel des EUA est sa descente aux enfers.
a écrit le 12/07/2011 à 21:09 :
On parle depuis longtemps de ce syndicat de spéculateurs. La meilleure réponse est de le prendre à son propre piège. Même si ce groupe réussit, on peut encore le piéger à la sortie par annulation unilatérale des dettes des membres du G 20 façon ancien régime, avec des impôts en sus.
Réponse de le 13/07/2011 à 8:42 :
@ Tulipe :c'est peut être un poil plus compliqué.
Réponse de le 13/07/2011 à 10:07 :
@tulipe;petit detail ces fonds travaillent avec l'epargne des gens et les dettes des etats sont entre les mains des epargnants européens par l'intermediaire des fonds en euro sur l"assurance vie.Vous n'en avez pas ,vos parents ,grands parents,...........
a écrit le 12/07/2011 à 20:45 :
Le jeu américain (agence complice du pouvoir) pour montrer du doigt l arbre épouvantail européen afin de cacher la foret de dettes amércaines est enfin dénoncé. Les USA n' ont qu' un seul but maintenir le leadership du dollar en divisant les européens puis isoler les chinois. Il faut être myope ou idiot ou les 2 pour ne pas le voir.
a écrit le 12/07/2011 à 20:37 :
La Tribune, vous n'avez personne d'autres ??? Il confond : ce n'est pas les marchés financiers qui sont forts c'est Sarkosy qui est faible !!!
a écrit le 12/07/2011 à 20:32 :
C'est la suprématie du dollar qui est menacée . Pour empêcher la Chine de trop s'imposer tirer sur l'Europe est la meilleure stratégie . Qui va monter au créneau contre les yankees , leurs agences et autres fonds de pensions ? Bon courage ...
a écrit le 12/07/2011 à 20:09 :
Les etats unis d'europe?Pour quoi faire!Pour finir comme eux!Non bien sur pour avoir "LE "privilege absolue de battre monnaie?Ce pays aux 53 états à quoi comme statuts!Ces etats peuvent creuser tous les defficits qu'ils veulent ?Elle a fait quoi la californie à deux doigts de la faillite?Elle a emprunté à qui ,sous quelles conditions drastiques,à quels sales banquiers?L'amerique n'a comme seule limite que la quantité de papier et d'encre pour battre monnaie?La spéculation c'est comme la charognerie ,ça ne s'attaque qu'aux faibles !Mais les faibles ils sont faibles pour quoi?Accidents de parcours independants de leurs volontés ou magouille volontaires et reflaichies pour en arriver là?ça peut voler consciemment ou inconsciemment un pays,le grece honnete travailleuse ext... et les allemands faignants profiteurs ,pas vrais?De qui se moque t on!ça vas bientot etre fini car on va exiger que derriere les visages informes des sales speculateurs,des banquiers gangsters on nous dise à "QUI" appartient l'argent qu'ils manipulent.Mais on veut la liste complete,avec le detail des noms,tous les retraités et futurs retraités americains européens et autres ,les pocesseurs de pea,sicav de toutes sortes,opcvm,les fonds placés en assurances vies qui sont en euros mais plaçés en obligations d'état,rien qu'en france les dupont durand c'est des centaines de milliards d'euros,les assurances ,y compris les mutuelles et bien sur le fond de retraite crée par la gauche placé en bourse,la part des complémentaires retraites agirc ,arcco ,placés aussi en bourse ou ailleurs et qui speculent comme tout le monde ,ici ou là ,mais c'est pour une bonne cause ,bien sur, améliorer le rendement de complementaires retraites,ha j'oubliais les fonds d'entreprises qui participent à la consolidation des resultats pour le meilleur(emplois primes investissement ext.....)et bien sur les bébés fonds d'épargnes salariales qui frolent les 100 milliards d'euros, mais ça va exploser, et qui sont pas tous sur des fonds d'entreprises ou éthiques.On veut partout voir afficher le nom de ces gens qui ont de l'argent "placé"entre les mains des speculateurs qui agissent contre les etats honnetes.Si les situations ne sont pas identiques dans les "pige"les grecs doivent bien rigoler ,ils vont rire jaune maintenant,d'avoir réussi une magouille à la ponzy ou à la madoff,vivre pendant dix ans trés nettement au dessus de leurs moyens en baisant l'épargnant européens.Avant la mafia c'était des individus maintenant c'est des pays tres respectables pas vrais!J'ai de l'argent sur des fonds en euros en assurance vie je vais le retirer,je supporte pas de me faire avoir par des etrangers fussent-ils européens!............
a écrit le 12/07/2011 à 19:55 :
Ah, la constitution des "états-unis d'Europe". Nous y voilà ! Si l'Europe va mal (alors qu'elle se portait très bien du temps des nations), c'est parce qu'il n'y a pas assez d'Europe. Et le fait que, de l'autre côté de l'Atlantique, 12 états soient revenus à l'étalon or et que deux, le Minnesota et le New Jersey soit en faillite n'éveille même pas l'intérêt des euro-fédéralistes béats qui préfèreraient voir mourir les trois quarts de la population européenne plutôt que de se rendre compte de leur erreur.
Réponse de le 13/07/2011 à 4:24 :
Très juste. Pour imposer une oligarchie euro-mondialiste, rien de mieux qu'une crise engendrée par l'incompétence et l'avidité de ce réseau.
Réponse de le 13/07/2011 à 8:05 :
J'ai du mal à voir en quoi le système fédéral en tant qu'organisation étatique ou institutionnelle serait la cause de la crise outre-atlantique? Il me semble que nous vivons une crise éconimique et financière. Mais c'est l'hystérie des marchés qui en fait une crise politique. De plus l'Allemagne (une fédération) se porte très bien. Donc évitons les confusions et les raccourcis faciles. Alors on va se calmer un peu et arrêter de tirer à boulets rouges sur les méchants euro-fédéralistes qui tentent de faire basculer l'Europe dans la misère pour leur seuls profit. Ce que les fédéralistes proposent, c'est de franchir un cap supplémentaire dans le processus d'intégration européen avec un coordiantion au niveau européen des politiques budgétaires et fiscales afin d'harmoniser les situations des pays de l'Eurogroupe et eventuellement une mutualisation de la dette . Les Etats Unis d'Europe ne sont pas pour demain et la question de la finalité de l'UE reste ouverte. C'est un débat qu'il faudra avoir à un moment donné ou à un autre de préférence pas en temps de crise ou les réactions sont forcéments émotionnelles.
a écrit le 12/07/2011 à 19:55 :
avouons :-) nos pays sont tellement bien gérés, sans dettes que ces comploteurs n'ont aucune chance de réussite....mais il semble que l'histoire soit en marche, la zone euro est en coma artificiel...et les docteurs de l'eurogroupe vont lui administrer un complément thérapeutique radical : le QE européen, un QE efficace fabriqué par le généralissime J-C T, qui a si bien rempli les livres de comptes de la BCE avec des dizaines de milliards d'emprunts pourris...certes Axel Weber n'était pas d'accord mais c'est du passé. Le temps que la haute finance puisse s'enfuir du piège PIGS et qu'ensuite les contribuables et épargnants européens encaissent le tsunami financier qui va les engloutir :-)
a écrit le 12/07/2011 à 19:51 :
Ce matin, je suis allé acheter du pain. Ma boulangère m'a rendu 2 centimes de moins. Elle a jeté un regard au boucher en face. C'est un complot lybien/spéculateurs, j'en suis sûr ! Dommage que les gens ne reprennent pas l'antériorité des propos des personnages qui font des papiers ou passent à la télévision. Avec le recul, on rit beaucoup. Enfin, si ce type était croque-mort, plus personne ne voudrait mourir.
a écrit le 12/07/2011 à 19:20 :
Pauvres élèves de HEC s'ils ont effectivement un clown comme cela pour professeur !
- Il inverse la cause et les effets (pour lui les économies des pigs sont faibles du fait des "attaques d'une bande organisée" alors que les marchés financiers ne font que rendre visible l?état désastreux des économies européennes)
- Les solutions qu'il propose semblent relever des années 1950 (on nationalise/mutualise les finances européennes et on compte sur l'inflation pour rembourser les dettes). Pour moi ceci ne ferait que déclencher une spirale inflationniste que personne ne serait capable d?arrêter.
Réponse de le 12/07/2011 à 21:48 :
Vos sources en économie sont à réactualiser. Je crois que vous raisonnez comme dans les années 1950 ou " tout le monde il était beau, tout le monde il est gentil"...à moins que vous ne fassiez partie de ce cartel de spéculateurs sans foi ni loi autre que " le fric"qui font des coups mafieux au travers le monde. Une bande de quelques dizaines de copains avec un bon carnet d'adresse, une bonne perversité en commun et le tour est joué! Mais 1929 et surtout 2008, ils n'étaient pas nombreux pour mettre en faillite la planète! Comme la mafia ...un bon réseau...pas nombreux... tous les coups sont permis
Réponse de le 13/07/2011 à 7:33 :
Mais ce monsieur n'est PAS professeur à HEC.
a écrit le 12/07/2011 à 18:05 :
Consternant... Ce type est vraiment un pitre (revoir son récit ridicule chez Taddéi d'une rencontre Hu-Obama au G20 qui était pour lui la preuve d'un grand complot...).
Réponse de le 12/07/2011 à 20:17 :
Oui consternant! Pitre? Regardez vous avant de porter un jugement. Un complot? Non tout simplement depuis les années 80 et les gourous de chicago un réseau financier sans lien avec l'économie s'est mis en place, dans le seul but de" jouer" de "spéculer" au niveau international à la vitesse de la lumière. Ce réseau? 1% de la population posséde 45% de la richesse mondiale et 10.%83% .Comme vous voyez sur ce total une poignée de spéculateur joue sur tout ce qui peur rapporter et il est vrai que si la spéculation sur une entreprise peut rapporter gros, une spéculation sur un pays, en prenant le peuple en otage, en garantie, en hypothèque, un peuple réduit à l'état de "meuble" ou ' d'immeuble"peut raporter beaucoup plus. Et en effet si l'endettement en lui même ils n'en sont pas responsables le seul fait de montrer un pays à la vindicte financière des spéculateurs financiers privés ce qui a pour résultat en effet de rendre impossible le redressement et l'obligation d'aller de charybe en scylla...l'objectif étant bien évidemment la banqueroute et le dépot de bilan ou là ils vont toucher le pactole vu les sommes mises en jeu Soit vous etes une oie blanche, ce dont je doute, soit vous etes de ces spéculateurs et je comprend que vous ne soyez pas concient de vos actes! le propre du financier , comme l'huissier seuls les sous les intéresse...les hommes bien peu.Il y a les guerrier de métier et qui tue au nom de leur mission et ce sans état d'âme...il y a les guerriers de la finance qui eux aussi tuent des peuples pour l'interet de quelques uns et eux aussi sans état d'ame.
Réponse de le 13/07/2011 à 9:27 :
D'accord avec toi, mais maintenant il va falloir passer à l'action contre les spéculateurs, les banksters, les rentiers !!!
a écrit le 12/07/2011 à 17:58 :
Un complot! mais c'est bien sur....
a écrit le 12/07/2011 à 17:26 :
Je ne suis pas d'accord avec ks777 : il faut que la grèce reste dans l'euro. Je lis lis régulièrement les chroniques du Daily Telegraph anglais et je peux vous affirmer que cet organe de presse conservateur et anti européen, n'attend qu'une chose, c'est que la Grèce sorte de l'euro, parce qu'alors, selon cette presse, la monnaie unique exploserait peu après- et c'est ce qu'ils recherchent depuis que l'euro existe !
Réponse de le 12/07/2011 à 19:45 :
bonjour,

Et bien en fait l'Euro risque plus d'exploser avec la Grèce, et consors, que sans elle, vous ne pensez pas? Mais de toute façon ne vous inquietez pas, tant d'energie a été déployée pour imposer l'Euro, comme la constituion européenne, que la marche arriere est proscrite. On trouvera tout type de plan d'aide/relance, mais on ne fera pas sortir un pays de la zone Euro.
La zone Euro traverse effectivement son plus gros orage, cependant je pense que la finalité de tout ceci sera davantage de plans de rigueur, de sclerose des services publics, et de privatisations... bonne soirée à tous
a écrit le 12/07/2011 à 16:44 :
On devrait interdire la speculation.POINT BARRE.
L'investissement,OK mais la speculation,rien que le mot en dit deja beaucoup
Réponse de le 12/07/2011 à 17:02 :
Tout investissement est une speculation.
Réponse de le 12/07/2011 à 20:07 :
Absolument pas.
La speculation est l'achat d'un produit avec espoir de le revendre plus cher.
L'investissement est l'achat d'un produit avec l'espoir de voir son capital investis rémunéré par un flux.
Ce sont 2 demarches differentes.
L'un joue sur les faiblesses de l'etre humain, l'autre est le fruit d'une stratégie adaptée à un objectif long terme.
Réponse de le 12/07/2011 à 20:39 :
Non! "Spéculer c'est profiter des fluctuations du marché pour faire des profits", ce qui n'a rien à voir avec investir dans sa résidence...sauf si vous investissez pour placement spéculatif...avec l'investissement en entreprise et en économie qui se calcule avec des ROI , durée de retour sur investissement . On peut faire un investissement spéculatif...en bourse, en immobilier...mais un invessement n'est pas en général spéculatif....il s'est investi toute sa vie dans son métier...
a écrit le 12/07/2011 à 16:01 :
Tout a fait d'accord sur le fond, depuis quelque temps on assiste manifestement a une attaque de la zone EURO, de facon flagrante...on constate qu'a chaque sauvetage, dans les 24h un autre pays voit sa note degradée, un jour par Fitch, puis par Moody's.... qui notaient quand meme lehman AAA 2jours avant sa faillite...

Il n'y a pas a y voir un complot ou autre, c'est juste réaliste, la finance ne fait pas dans le caritatif, pour repondre à WTF "ancien d'HEC"....quiconque s'y interesse un minimum l'a vite compris... a ce sujet notez le silence en France sur l'arrestation de l'ami banquier egyptien de DSK, et la psychose sur les reserves de Fort Knox, plus constituées de tungstene que d'or....

Cependant je suis en desaccord avec M. tétreau sur les solutions, en effet la raison de cette crise de l'Euro est plus sur le fait que les Etats n'aient plus aucune liberté d'action, tout depends de la BCE, et au contraire renforcer son pouvir serait extremment dangereux... par exemple, pour la grece, la meilleure solution serait de lui laisser la drachme, et de la devaluer... ce qui serait dans le fond un réajustement des valeurs, de toute facon on y arrivera d'une facon ou d'une autre, on ne peut pas rester avec une monnaie unique et les memes decisions pour des economies aussi differentes entre le nord et le sud de l'europe...ce qu'ont fait la Thailande ou la Corée du Sud il ya 14 ans, devaluer leur monnaie, pour avoir aujourd'hui une croissance qu'on n'est pas près de retrouver en Europe...


Ou bien, si on observe avec beaucoup plus de recul, cette attaque de l'Euro est destinée a couvrir la chute annoncée du Dollar, pour garder un certain equilibre, d'autant plus que c'est la seule facon d'influencer le yuan, celui ci se fixant sur l'EUR/USD...
a écrit le 12/07/2011 à 15:22 :
Evidemment la solution reste complexe et nécessite l'expertise des pays membres. Cependant une idée simple et efficace pourrait stopper les spéculation. Les emprunts nécessaires seraient fait globalement par la BCE au nom de l'europe ,puis répartis par ses soins avec les garantis nécessaires. Ceci permettrait à coup sûr de rembourser progressivement cette dette et l'europe n'en sortirait que plus unie.
Réponse de le 14/07/2011 à 10:30 :
cela impliquerait que ce soit la BCE qui géré directement les budgets des Etats, plus besoin de gouvernement et de parlement.
a écrit le 12/07/2011 à 15:14 :
Tous les commentaires de cet article s'appuient sur de bonnes raisons ,de bonnes intentions,de bonnes suggestions , toutes plus légitimement égoïstes les unes que les autres.
Il est à craindre que les leçons de l'Histoire soient oubliées, et qu'au final les armes du peuple révolté donnent le pouvoir à un régime dictatorial .
Réponse de le 12/07/2011 à 17:08 :
faisons de l'histoire:
-1) toutes les grandes politiques se sont appuyées sur des banquiers( Habsbourg, valois, bourbons) ou sur des capitaux empruntés et le plus souvent jamais rendus (industrialisation de la Russie,guerres mondiales etc;)-le spéculateur sait parfaitement ce qu'il risque et au pire il risque même d'être pendu à la lanterne
-enfin les empires s'imposent toujours aux Etats (Etats-Unis et états fédérés) ; espérons que l'Europe s'imposera comme une nouvelle puissance!
a écrit le 12/07/2011 à 15:00 :
On était le 1er avril ? Non, sans rire, M. Tétreau accuse les spéculateurs mais ne remet absolument pas en cause des États qui ont pourtant pendant des années dépensé plus que ce qu'ils encaissaient, et se retrouvent maintenant la tête sous l'eau.

Mais c'est toujours plus facile de trouver un ennemi que de se remettre soi-même en question.

Et tant bien même qu'on trouverait et empêcherait de nuire cette bande de "malfaiteurs spéculateurs", cela résolverait-il le problème de ces États dispendieux ? Un jour ou l'autre, ceux qui ne respectent pas le principe économique de base - je ne peux dépenser plus que je ne produit - se heurtent inévitablement au mur de la réalité financière...
a écrit le 12/07/2011 à 14:52 :
La globalisation des risques n'élimine pas le risque , il le réparti..encore, il faut être sur que cette répartition n'emmène pas toute l' Europe en enfer. Mais bien sur, c'est un argument politique de faire enfin l' Europe politique .;et j'en suis pour, mais en aucun cas un raisonnement financier. Quant aux agences de notation, la rumeur , elle est inhérente au marché ...mais s'il y a plus de marché...on fait comme les communistes russes, on ne pourra plus s'endetter pendant 70 ans. Le marché, c'est comme la démocratie, c'est le moindre mal. Bien sur, il faut le réglementer.
a écrit le 12/07/2011 à 14:27 :
Les positions prises par certains opérateurs de marchés contre l'Euro et/ou sur l' incapacité, aujourd'hui, plus que potentielle de certains pays de la zone Euro à faire face au paiement de leur dette (croissance nulle ou résiduelle, taux de chómage structurel compris entre 13 et 20%, endettement privé - ménages/entreprises - hypertrophié, ...) s'inscrivent dans une logique de "poker économique". L'hyper financiarisation, n'est que la résultante du laisser-faire des grandes économies, championnes déclarées (USA, UK) ou en sous-main (France, Allemagne, ...) d'un libéralisme outrancier associant par un excès de vulgarisation, la création de richesse à l'enrichissement financier sur fond de spéculation.
Aujourd'hui, les "marchés financiers" sont rois, et les politiques en sont réduits à un rôle de second couteau, nous vendant leur basse servilité au financièrement puissant et leur complicité dans un nouvel ordre établi auquel loin d'avoir droit de ban, ils n'ont qu'un illusoire droit de strapontin, sous couvert de GLOBALISATION INELUCTABLE et de SACRIFICE NECESSAIRE de la part des moins-pouvants.

Conspiration, si il y a, n'est autre que celle de ceux de nos représentants, qui à la différence des dîts marchés, ne prennent aucune position commune, décision ou mesure, visant à contre-balancer le pouvoir de spéculateurs, dont les intérêts particuliers se nourrissent de l'apathie, de l'ignorance et du fatalisme des masses, mais aussi et surtout du manque de "couilles" de nos dirigeants.
Réponse de le 12/07/2011 à 15:22 :
Vous vous trompez, les "grandes economies" n'ont cesse, depuis des decennies, de legiferer et de reglementer la finance pour qu'elle servent leurs interets politiques.
Réponse de le 12/07/2011 à 15:22 :
Vous vous trompez, les "grandes economies" n'ont cesse, depuis des decennies, de legiferer et de reglementer la finance pour qu'elle servent leurs interets politiques.
a écrit le 12/07/2011 à 14:23 :
Monsieur,

Je ne vous connais pas et n'ai jamais commenté jamais d'articles de presse auparavant. Mais je me dois de faire une exception dans ce cas. Je trouve troublant qu'un membre du corps professoral d'HEC échafaude et publie une théorie aux relents nauséabonds reposant sur le thème de la machination d'anonymes acteurs "étrangers" de marché. C'est avec ce genre d'inepties colportés par une autorité perçue comme morale et bien fondée que l'on fait le lit de partis politiques dont le fonds de commerce reposent sur le pouvoir de dire non à tout. Remettons un certain nombre de choses à leur place:
1) un spéculateur engage ses deniers propres ou les fonds de ses mandants à ses risques et périls. C'est son capital et sa réputation qui sont en jeu. Il expose ses actifs et tente d'anticiper la réaction des autres acteurs de marché. Si les réglementations relatives aux négoce d'instruments financiers ou à la collusion ne sont pas violées, au nom de quelle loi, ou de quel manquement voudriez vous dénoncer qui que ce soit au motif qu'il spécule contre contre une dette souveraine d'un pays de l'union européenne?
2) Si vous voulez faire disparaître les spéculateurs, je vous propose une bonne vieille alternative: "SOLVE THE PROBLEM" au lieu de blâmer ceux qui en profitent. Votre proposition d'une union fédérale, budgétaire et fiscale débouchant sur une union politique est chimérique dans les circonstances actuelles. Proposons plutôt un schéma crédible de retour à la SOLVABILITE des états en difficulté: accepter que ceux-ci fassent défaut sur une partie de leurs encours et faire porter à chaque détenteur (public ou privé) de ces emprunts défaillants leur prorata respectif de perte sans exercer de contrainte. La solidarité européenne aurait pu être une bonne politique nationale il y a quelques mois, la vitesse de progression de la contagion nous impose maintenant un triage des patients qui ne peuvent survivre dans la cadre actuel de l'euro et leur proposer un schéma connexe transitoire.

un ancien d'HEC
Réponse de le 13/07/2011 à 9:34 :
Valet !!!
a écrit le 12/07/2011 à 14:10 :
"mutualisation des dettes nationales européennes", je suis Luxembourgeois et il est hors de question de 'mutualiser' les dettes de pays mal gérés...pourquoi payerons-nous des dettes de pays laxistes ?
Réponse de le 12/07/2011 à 14:42 :
A emprunteur laxiste, prêteur laxiste. Si les créanciers ne font aucun effort, ce sont des banques allemandes et française qui sautent. Nous en sommes là.
Réponse de le 15/07/2011 à 13:01 :
Tout simplement parce que c'est cela l'Europe....Au niveau national, ca s'appelle la solidarite nationale et la redistribution des richesses (securite sociale, prestations familiales). L'Europe doit servir a cela egalement. C'est aussi simple que cela.
a écrit le 12/07/2011 à 14:07 :
Un spéculateur est avant tout un investisseur qui espère réussir un gain substantiel et de ce fait risque sa chemise. Quid des élites politico-financière initiés-corrompus qui ne risquent rien et gagne à tout les coups?
A HEC on n'apprends vainement l'économie mais surtout le marketing-packaging du vent.
L'expropriation du peuple de sa souveraineté et de ses droits régaliens en échange d'une spéculation sur une retraite et sur l'éternelle misère du reste du monde pour la financer, il semble que cela soit fini.
en passant.
Une manière spectaculaire d'éponger la dette est de payer en "OR" rubis sur l'ongle.
http://www.economist.com/content/global_debt_clock
a écrit le 12/07/2011 à 13:42 :
les spéculateurs n'anticipent le marché que sur des éléments tangibles et précurseurs. il serait souhaitable pour les dirigeants européens de travailler sur les déséquilibres évidents plutôt que de blâmer les spéculateurs qui ne font que déceler des opportunités d'investissement;
a écrit le 12/07/2011 à 13:20 :
Bonjour, merci M. Tétreau de partager vos vues sur ce sujet crucial. Il est regrettable que des échanges manquent de courtoisie et n'apportent rien au débat.
a écrit le 12/07/2011 à 13:13 :
Well, Mr. "hoover", dare telling here that the UK, Japan and the US do not have tremendous debt problems. How comes that they are not under the spot light of the rating agencies and the economic journals (btw the most famous are all english speaking...) ?
a écrit le 12/07/2011 à 13:04 :
ce monsieur illustre parfaitement les raisons de la crise: les "elites" ne comprennent absolument rien au fonctionnement de l'economie moderne. Je suis bien content de ne pas avoir depense 15 000 EUR par an pour recevoir une education a HEC !
Réponse de le 12/07/2011 à 20:24 :
Mais les elites hommes politique sont entourés par les gens les plus competants qui soient puisqu'ils ont les moyens de les payer;experts,specialistes,ext.....les meilleures pointures en économies conseilles justement les responsables politiques;
a écrit le 12/07/2011 à 13:02 :
J'aurais envie de rajouter une chose :
alliance de tous les pays qui ont intérêt à ne plus laisser les usa n'en faire qu'à leur tête avec leur dollar (selon le vieux adage c'est notre monnaie, mais c'est votre problême), europe, asie, russie, etc
Création d'une monnaie de réserve intenationale de réserve alternative au dollar, DTS du fmi, pannier de l'euro, yuan, yen , etc,
Le dollar n'est plus la monnaie internationale
Les états -unis ne peuvent plus financer à crédit leurs aventures miltaires ou leurs cadeaux fiscaux à leur hyper riches.
Les spéculateurs ne peuvent plus spéculer contre l'euro.
Mais à ce niveau le problême n'est plus économique, il est politique, celui de dirigeants européens trop pro-atlantistes pour être assez pro-européens.
a écrit le 12/07/2011 à 12:47 :
Ridiculous conspiracy theory.

Name these speculators!
a écrit le 12/07/2011 à 12:45 :
voici un excellent article que les malveillants ne comprendront que trop bien en le brocardant: à l'heure de la crise " une guerre" est-il dit,il faut à l'Europe son Churchill, celà parait évident.
a écrit le 12/07/2011 à 11:57 :
Ahurissant! En résumé ce stratège nous dit: maintenant qu'une bande d'irresponsables nous ont mis au pied une monnaie unique à des fins de basse manoeuvre politicienne montée par une poignée d'oligarques, et donc mis le feu à la maison Europe, pour sauver la fausse Europe et son euro absurde, demandons aux pays d'abandonner tout ce qu'il leur reste de souveraineté au profit des mêmes oligarques qui sont pris de panique devant les conséquences de leur pyromanie. N'importe quoi!
Réponse de le 12/07/2011 à 13:03 :
Parfaitement d'accord.
Réponse de le 12/07/2011 à 13:05 :
Vous avez parfaitement raison
Réponse de le 12/07/2011 à 15:02 :
Je crois que les europeistes ont définitivement perdu les pédales.
Ce ne sont évidemment pas les dettes le plus grave mais la faillite intellectuelle des zélites...
En 1929 le maire de New York commandait aux gérants de salles de cinéma de projeter des films mettant du baume aux coeurs des spectateurs.
Le commissaire Barnier(ça ne s'invente pas...)lui veut interdire les agences de notation.
Et pourquoi pas les chiffres du chômage?Dans le monde merveilleux des eurocrates il n'y a pas non plus de problème de chômage.
a écrit le 12/07/2011 à 11:39 :
Franchement comment peut on etre aussi ignorant et professeur a HEC? Cela semble difficle a croire. S'il y a des gens qui ont sabote l'Europe, ce sont les grecs qui ont falsifie leurs comptes et les politiques qui ont pris ca pour argent comptant. Les banques ne font que se proteger et elles ont bien raison parce que sinon elles vont sauter. Les theories de conspiration sont amusantes au Cafe du Commerce mais un peu de serieux.
Réponse de le 12/07/2011 à 13:56 :
Si les dirigeants grecs sont en partie responsables, les dirigeants européens en sont les principaux responsables: pas de système politique qui permettent de federer des décisions économiques , liberalisme à tout crin au détriments des peuples européens.
Ce n'est pas de la conspiration, c'est de la bétise de nos élites.Avec votre réflexion , vous etes presque en train de dire que le citoyen américain a fait exprés de ne pas rembourses ses emprunts immobiliers.Faut arreter, vos blagues de comptoir
Réponse de le 12/07/2011 à 20:02 :
Hum, je vous encourage à prendre connaissance d'un article de La Tribune dans lequel le ministre belge disait qu'à l'époque de l'entrée de la Grèce, le cartel savait pertinemment qu'elle n'était pas solvable et ne le serait pas mais ils ont décidé de passer outre, par utopie. En l?occurrence, la faute incombe aux dirigeants européens, pas à la Grèce à qui l'on a ouvert les robinets. Lorsque vous jetez votre portefeuille à un SDF, il ne faut pas vous plaindre ensuite qu'il a dépensé votre argent.
a écrit le 12/07/2011 à 11:10 :
Je vais vous dire qlq chose , quelque soit les montants pour aider la grèce ou n'importe quel pays , çà ne sert à rien car ce sont toujours les financiers (tous des spéculateurs) qui bénéficient de ces fonds . ce qu'il faut faire c'est DE SONGER A REFORMER DE FOND EN COMBLE CE SYSTEME A CE RYTHME LA C'EST IMPOSSIBLE !! sinon vous allez voir à l'avenir tout s'écroule comme une carte et là on verra d'autre nouveau pays comme la Chine et le Brésil diriger ce monde . alors pour moi , le mot d'ordre est REFORME AFIN DE CHASSER TOUT CES RENARDS QUI NE FONT QUE SPECULER SUR LES MALHEURS DES AUTRES
Réponse de le 12/07/2011 à 20:03 :
Pas de méchanceté envers les renards s'il vous plaît, ce sont de gentilles créatures. Vous auriez pu prendre les rats, l'image aurait été plus parlante.
a écrit le 12/07/2011 à 11:04 :
Monsieur Sarkosy avait annoncé lors du précédent g0 la fin de la spéculation et des paradis fiscaux. Dans les faits comment voulez vous que des dirigeants qui soutiennent la nouvelle orientation depuis 1980 et les années thatcher, la financiarisation de l'économie, le capital apatride et la seule préoccupation du profit réduisant les hommes à des machines à profit et a consommer au profit des " maitres" de ce monde puissent mettre en cause un système dont eux et leurs amis profitent ? Voir même l'UK qui vit avec la spéculation de la city? Oui Tétreau a totalement raison: au lieu de faire des guerres contre des moulins à vents en afrique nous devrions nous concentrer pour abattre nos vrais ennemis, ceux qui conspirent à gagner de l'argent sur l'écroulement des autres. Ainsi pourrions nous envisager une fois le couple Sarkosy/Merkel catastrophe pour l'Europe disparu nous fixer un vrai objectif de créer et relancer une raie " Europe, européenne". il faut aussi se rappeler que ce que nous nommons nos amis américains on construit leur domination et leur fortune à partir de l'écroulement des pays d'Europe. Comme on dit l'hérédité ne se nie pas, elle est ancrée en nous.
Réponse de le 12/07/2011 à 20:03 :
Parce que vous croyez les propos de notre président ? Hé bien l'avenir est sombre ...
a écrit le 12/07/2011 à 10:42 :
excellente analyse que je partage
a écrit le 12/07/2011 à 10:25 :
Comme si nous ne le savions pas ou feignions de l'ignorer
L'image du thermomètre 1000 fois rabâchée est vraie en médecine est fausse en matière financière
LE THERMOMETRE FAIT MONTER LA FIEVRE !!!
C'est comme cela que fonctionne la manipulation de cours ! (délit !!!)
Ceci n'exonère pas les Etats européens dont les finances ne sont pas saines (mais pas plus que les US...)

Rappelons que l'aggravation récente des déficits résulte de la crise FINANCIERE et des plans de relance et de sauvetage (et non pas économique - non seulement le thermomètre fait monter la fièvre mais il propage des maladies !!!)

Les "financiers" peuvent vivre grassement certainement pas grace aux prêts à l'économie ni en surfant sur la croissance économique (3 à 10 %, c'est pour eux inexistant)

Ils font leur gras sur les écarts violents et les crises, en spéculant.

Une croissance régulière de l'économie mondiale (en moyenne 4 %) sans soubresauts n'est pour eux, porteuse d'aucun bénéfice et s'avère catastrophique pour les financiers.

Comme l'excès d'avocats a suscité les débordements de la justice US, la caste financière doit créer les conditions pour pouvoir continuer de se gaver !

Dans les années 60 la Bourse était inexistante, les mouvements financiers sporadiques et encadrés ... et la croissance maximale !

Abattons le mythe suivant lequel la financiarisation et ses excès constitue un paramètre de dynamisation de l'économie. Son l'encadrement ne fera pas perdre un millième de point de croissance !

Enfin l'endettement (global état + dette privée) a une autre cause.

Il a contribué à masquer le manque d'efficacité de l'économie libérale dans laquelle nous sommes entrés depuis 1973. (pas le choc pétrolier, le pétrole a baissé comme jamais durant cette période)

Si on fait le bilan de l'enrichissement à savoir :

- 2 à 3 % de croissance annuelle mais sous déduction du patrimoine vendu, à, savoir le bilan net nationalisations / privatisations et de l'endettement proche de 0 en 1973 Etat et ménages compris, nous avons vécu sur l'endettement et la vente des "bijoux de famille".

Bilan : 1945-1973 > Economie dirigée, non financiarisée, échanges internationaux encadrés = CROISSANCE PROSPERITE et PLEIN EMPLOI

1974 - 2011 > Orientation libérale (plus ou moins prononcée) libre échange, privatisations, hyper-financiarisation = CHOMAGE et APPAUVRISSEMENT NET (compte tenu des privatisations et de l'endettement)

Cherchez l'erreur !
a écrit le 12/07/2011 à 10:00 :
nous sommes en guerre économique et financière effectivement ;très intéressante cette analyse ; en effet, la concurrence pour le financement des dettes est ouverte : les USA et les anglais n'ont aucun intérêts à ce que l'Europe puisse se faire financer ses dettes; ça serait des milliards en moins pour le financement de la dette US
Réponse de le 12/07/2011 à 20:05 :
Dommage que vous ne connaissiez pas l'économie. Vous pourriez publier sur Facebook, on n'y trouve n'importe quoi là-bas. Bon, vous croyez réellement que les quelques milliards d'euros d'investissement dans les bons du trésor US font le poids face aux créanciers que sont la Chine et le Japon aux USA ? Je perds mon temps ...
Réponse de le 12/07/2011 à 20:54 :
A priori l'amerique n'a pas besoin de financement de leur dette puisqu'ils ont le privilege de fabriquer des billets de banque autant qu'ils veulent,et ,comme dans le monde il y a autant de monde qui veulent que le dallar monte et que d'autre qui veulent qu'il baisse,eux au milieu ils arrosent avec leur billet.Privilege de la puissance absolue;sous les roi celui çi pouvait supprimer la dette du royaume.Maintenant on supprime surtout pas d'autant que la dette appartient aux americains les retraités actifs et futur alors on joue sur la monnaie,il n'y a plus aucun rapport entre ce qu'est l'économie américaine et le nombre de dollars en circulations,d'ailleurs les américains,savent-ils eux meme le nombre de billet qu'ils ont imprimés depuis 1945?????????Il y a sur terre beaucoup plus de papier dollar que de papier cul,on dirait c"est donc une monnai de singe,oui mais le singe est un énorme gorille qui a du répondant faut pas toucher au nonos griiiiiiiiii(peut etre que le petit yuan deviendra grand........)
a écrit le 12/07/2011 à 9:57 :
Il me semblent que vous avez tous un peu (de) raison...mais certains plus que les autres ! Comment pourrait-on être assez aveugle pour ne pas tirer quelques conclusions du fait que l'euro, même habité de sa valeur symbolique, a représenté depuis bien longtemps le but majeur pour ne pas dire le seul, de la construction européenne, avec une dépense considérable de nos énergies ; et qu'il porte le doute et la suspicion, en lui-même. Les mouvements d'argent sont devenus bien plus faciles, et beaucoup moins onéreux. Qui est gagnant ? Les multinationales, au premier rang desquelles les banques ; les spéculateurs, grands et petits (les particuliers vont sur le Forex! si, si) qui se sont multipliés ces derniers temps (je comparerais cela à la propagation de l'ambroisie le long des autoroutes...) du fait de la circulation à vitesse électronique des transactions; à certains Etats, et regardez les USA (je n'ai pas dit les Américains) qui font la guerre partout hors de chez eux, avec leurs armées financées par déficit budgétaire, un comble (ne devrait-on pas avoir un effondrement du dollar, dans ces conditions?); les agences de notation (3/3 américaines, même si l'une d'entre elles ''appartient''à FIMALAC, soi-disant ''française'') devenues le veau d'or même de ceux qui les décrient (cf nos dirigeants franco-français). Le citoyen lambda ne s'y est guère trompé : ne serait-ce pas pour cela que le fameux traité constitutionnel n'a pas pu être adopté par voie démocratique? Quand le kilo de tomate est passé de 50 centimes de franc à 2 euros (13 francs) qui a empoché la différence? Les paysans sans doute ? Pour les financiers, qui se font appeler économistes, cela a été l'occasion de renforcer et créer des ''marchés dérivés'' à gogo ; les tomates ou le blé, le cuivre, bientôt l'eau, constituant l'alibi, et les dérivés le véritable but : ramasser un paquet de fric, à l'échelon planétaire, et avec l'aide tacite voire active de nos politiques (qui ne dit rien, consent). Qui sait que l'on peut acheter ou vendre des options sur les aléas climatiques (sécheresse par ex) et leurs conséquences (famine donc, et pourquoi pas guerre civile?). Jusqu'où n'iront-ils pas ?
Cela rappelle le surintendant Fouquet, finissant sa vie en geole, pour avoir étalé ses richesses devant Louis XIV, et qui, pour cela, lui fit ''rendre gorge''. Il est plus que temps d'agir. En aurons-nous le courage et la détermination ?
Réponse de le 12/07/2011 à 20:10 :
Il y a du bon et du mauvais dans votre commentaire. Plutôt du bon en fait... Les agences de notations ne sont pas toutes américaines. Dagong est chinoise et elle note nettement moins bien les USA. Pas encore au niveau de leur situation, mais quand même ... En revanche, elle donne un blanc-seing à certaines banques chinoises qui vont capoter. Sur les produits dérivés, vous avez juste. c'est Blythe Masters qui les a inventé et elle s'est positionnée sur les matières premières depuis la fin de l'année 2008. L'euro est une monnaie chère et faible, ce que l'on peut faire de pire si l'on y ajoute que les utilisateurs n'y croient plus, même les chinois qui tentent de sauver les meubles en rachetant nos dettes européennes pourries. N'oublions pas ce que l'on nous a vendu avec la mise en ?uvre de l'Europe de Maastricht. C'est l'heure du bilan et il est catastrophique.
Réponse de le 13/07/2011 à 13:55 :
Catastrophique et cependant prévisible. Mais semble-t-il pas du tout anticipé par nos soi-disant élites politico-financières (à moins que ce ne soit: financiaro-politiciennes).
a écrit le 12/07/2011 à 9:45 :
Le sentiment d'impunité des banques qui ont pris des risques inconsidérés dans les pays fragilisés par la crise financière est intolérable. Et soutenir que l'état se doit d'intervenir par un soutien massif envers ces pays pour éviter une déroute des banques locales est inaudible. Les banques doivent assumer une partie de leurs pertes, ce n'est pas aux contribuables de payer les erreurs (mensonges) des pays défaillants. La dette publique de ces pays européens est si importante que tout se passe comme si nous remplissions le tonneau des danaïdes. Quant à la question sur le fédéralisme et la souveraineté nationale, un débat s'impose.
Réponse de le 12/07/2011 à 10:13 :
entièrement d'accord
Réponse de le 12/07/2011 à 10:29 :
Le problème, êtes vous prêt à ce que le château de cartes s'effondre, à savoir que les banques soient totalement délaissées, entraînant avec elles les comptes des entreprises donc faillites en cascades, chomâge et particuliers sans resources. Jusqu'à ce que ce soit votre propre banque et vos fonds que vous ne puissiez plus récupérer puisque les implications avec les pays d'Europe du Sud sont fortes. Il n'y a pas si longtemps le taux de croissance de la Grèce était de 4% et les banques entre autres, donc vous aussi en profitiez. C'était également la cas lors de l'ouverture de l'Europe aux Pays de l'Est de l'Europe, tant que çà rapportait personne ne se plaignait. Et si la Grèce chute çà ne fera pas non plus les affaires de l'Allemagne et donc de la France. Une des seules solutions c'est plus d'Europe ou retour quelques 50 ans en arrière mais dans un contexte bien moins favorable et un avenir encore plus complexe et très douloureux dans certains cas.
Réponse de le 12/07/2011 à 11:45 :
La seule solution est celle que chacun semble avoir abandonnée : la relance de l'activité économique par des investissements. Pourquoi soutenir sans cesse la Grèce alors que le problème provient d'un manque de compétitivité ? - Ce n'est plus un soutien mais une allocation de ressource dont ils ont besoin, seulement l'Europe n'est pas un pays.
Réponse de le 12/07/2011 à 20:12 :
@ Diogène

Lorsque la croissance Grèce était à 4 %, c'était parce que les subventions européennes coulaient à flot, comme pour l'Espagne qui a tout rénové avec l'argent étranger. La croissance interne réelle hors subvention était nulle.
a écrit le 12/07/2011 à 9:42 :
"La solidarité européenne est aussi une bonne politique nationale."

Je doute fortement cette assertion.
a écrit le 12/07/2011 à 9:40 :
Je suis assez d'accord. Il est difficile de comprendre que le Japon, la Grande Bretagne et les US soient aussi peu sous les projecteurs. S'en prendre à l'Euro, c'est facile à causes des divergences politiques.

L'article de M. Delpla est une belle esquisse de solution européenne à cette crise:

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/debat/020517678470-dette-bleue-et-dettes-rouges-pour-sauver-l-euro-156158.php
a écrit le 12/07/2011 à 9:31 :
C'est extrêmement juste, bien vu et connu en effet. Vouloir supprimer une monnaie telle l'euro arrangerait beaucoup de pays comme Etats-Unis (concurrence dollar), Chine (zone yuan), Russie (zone rouble) et d'autres plus petits. Il faut plus d'Europe et d'harmonisation (fiscalité etc). Dans la seule coopération industrielle, avoir plusieurs monnaies comme auparavant est très coûteux et difficile à gérer : exemple parmi bien d'autres : Airbus. L'erreur n'est pas l'euro mais pas assez d'Europe. Revenir comme auparavant dans un monde plus mondialisé qu'avant avec des pays européens petits et concurrents monétaires serait un très mauvais choix entraînant de nombreux problèmes dans le contexte actuel. Quand un navire a des fuites on n'ouvre pas tout grand les vannes.
Réponse de le 12/07/2011 à 20:16 :
Quand un navire coule, on met les canots à l'eau surtout. La Chine n'a aucun intérêt à voir couler l'euro, elle le subventionne même à coup de milliards en rachetant des dettes pourries pour sauver sa peau lorsque le dollar sera côté à sa juste valeur, juste en dessous du papier-toilette. Par ailleurs, je vous rappelle que jamais les économies ne se sont mieux portées que lorsque les nations existaient. Enfin, comme pseudo, prenez quelque chose de plus crédible qu'économiste. Je ne sais pas, tentez "chaussette", "carambar", "tracteur".
Réponse de le 13/07/2011 à 11:47 :
Carambar me va bien j'aime assez çà ;o) Vous y allez vite sur l'histoire des nations et l'économie, c'est presque une propagande politique votre affirmation. Et vous omettez aisément les guerres et leurs impacts. Faisons plus amplement la nation Europe avec les technologies de communication actuelle et un bon controle d'une gestion harmonisée, çà me paraît la solution la moins pire que de revenir en arrière dans le contexte des évolutions actuelles du monde et une France timbre post. Quant à la Chine analysez plus en profondeur pourquoi elle soutient actuellement l'euro et à quelles conditions. Vous trouverez çà sur le web. Elle fait de belles opérations et par moments çà change et çà pourra encore changer. Les meilleurs défenseurs de l'euro doivent être les européens. Le pseudo Marine vous irait bien !
a écrit le 12/07/2011 à 9:26 :
dévaluons l'euro au moins cela rendra un peu de compétitivité à nos exportations, réduisons les frais de fontionnement des institutions européennes ce sera bien pour réduire un peu les déficits, et cessons de faire l'autruche : si les pays européens n'adoptent pas une ligne commune cet été ce sera l'implosion en fin d'année
a écrit le 12/07/2011 à 9:13 :
Les critiques des Etats en faillite contre les spéculateurs et les agences de notation, c'est comme si les malades critiquaient le thermomètre qui indique 40° de fièvre !
Réponse de le 12/07/2011 à 9:37 :
Le problème c'est que le thermomètre est uniquement américain et se trompe notoirement parfois. De plus la température d'un malade n'est qu'un paramètre parmi bien d'autres. Si la spéculation était objective, elle devrait s'attaquer à plusieurs pays aux situations comparables en même temps. Or là c'est ponctuel et ciblé et donc excessif car le problème ne date pas d'aujourd'hui.
Réponse de le 12/07/2011 à 9:45 :
le vrai malade est couché outre-atlantique : 15 000 milliards de déficit et on se braque sur la Grèce avec ses 150 milliards, soit 100 fois moins et 300 fois moins par tête de pipe. Tout celà n'est que diversion pour maintenir la référence au dollar qui est la devise des Etats Unis et le PROBLEME du reste du monde (dixit un ex président des States) : c'est vrai de vrai.
Réponse de le 12/07/2011 à 20:17 :
@ onawanta

Oui, c'est très juste. La dette européenne, quoique démentielle, n'est rien en comparaison du tsunami puissance 10.000 qui va nous arriver en pleine poire des USA.
a écrit le 12/07/2011 à 9:01 :
Un bel exemple de psychopate qui cherchent des responsables au mauvais endroit . Qu 'un tel Don Quichotte donne des cours dans une ecole de commerce estr consternant
a écrit le 12/07/2011 à 8:57 :
Ce ne sont pas les spéculateurs qui sont à l'origine des déficits primaires de la Grèce, de l'Espagne et de l'Italie (et de la France) mais des problèmes structurels de manque de compétitivité, de faiblesse de l'État (en Grèce et en Italie) et la mise en place des politiques de rigueur.
La spéculation est un catalyseur dans une situation déjà explosive. Quant aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, aucun risque, puisqu'ils impriment eux même leur monnaie.
a écrit le 12/07/2011 à 8:55 :
Ce sont les milieux financiers anglo saxons qui cherchent à faire tomber l'EURO. Les traders s'ennuient et cherchent le meilleur angle d'attaque.
a écrit le 12/07/2011 à 8:55 :
Vouscomprennez toujours pas a quoi servent ces fonds qui speculent, selon vous, sur les dettes europeens. Leurs transactions font parties de la strategie de mitigation de risques. Si vous ne le croyez pas alors montrez-nous vos preuves.
a écrit le 12/07/2011 à 8:50 :
Pathetique. rien a dire de plus. ou alors mignon. Attention derriere vous le grand mecahnt loups.....
Analyse plus simple: les investisseur ne veulent plus preter a des pays surendettes qui prevoient de continuer a s endetter a l infinni
Réponse de le 12/07/2011 à 9:18 :
Alors pourquoi les US sont-ils encore si bien crédités alors que c'est un véritable gouffre? D'accord pour réduire drastiquement la dette publique. On ne peut pas continuer à hypothéquer sur les générations futures. Il faut plus de rigueur dans les comptes publics, mais d'un autre côté il faut sortir du mythe de l'Etat réduit au minimum et de l'auto-régulation des marchés. Il faut un mélange entre contrôle et liberté, sinon comme le disait Sieyès c'est le plus faible qui est asservit.
Réponse de le 12/07/2011 à 10:10 :
Ne vous inquietez pas, les US vont suivres, ainsi que a france l allemagne et tous les pays qui ne sont pas capable d avoir des budget a lequilibre.
les 50 annees d hyporcisie de fause croissance nourrie par l endetttement prive et public doivent prendre fin.
les UK l ont compris. pas suffisement mais sont sur la bonne voie.

L autoregulation est aussi un eberation. mais reguler ce serait plutot Fiscaliser les Assurance vie: Niche fiscale a 80% investis dans la dette souveraigne..... l etat n est aps fou.
Si il n y avait pas eu ce genre de biais incitatifs, on aurait arreter la machine avant.
Reguler oui, mais avec des regle intelligente. parfois reguler c est simplifier et laisser faire les reflexes sains.
a écrit le 12/07/2011 à 8:48 :
Mefions nous des generalisations.Les speculateurs(il y avait apres la guerre les ritals, les juifs puis ce fut les polacks et les islamistes.) Pourquoi ce brillant universitaire ne nous dit pas qui sont les specullateurs ? A-t-il peur d'un proces ? D'autre part, si il est exact que les PIIGS sont les plus attaques, les marches ont ete claires sur les dettesAnglaise et Americaine. Cameron a commence a reduire ses depenses, Obama va le faire.; en Europe personne n'est d'accord, c'est la chienlit.
Réponse de le 12/07/2011 à 9:08 :
Ah vraiment? C'est sûrement pour ca qu'hier encore aucun consensus n'a été trouvé sur les plafond de la dette entre re´publicains et démocrates. Quant-à la GB excusez moi mais je n'ai pas l'impression que son économie soit florissante et que son déficti soit en baisse. Aprés c'est sûrement une question d'interprétation...
Réponse de le 12/07/2011 à 9:42 :
Ce n'est pas la premiere fois que les Republicains et Democrates nous font le coup.Avant la date fatidique, ils trouveront un accord parcequ'aucun des 2 parties ne voudra prendre la responsabilite de l'echec. De plus, ne comparons pas les USA a la Grece.Vous avez raison, l'economie Britanique n'est pas florissante mais le Premier Ministre a pris des dispositions pour reduire la dette, certains disent quelles sont trop drastiques. Reussira-t-il ? c'est la question. Convenez que les solutions aux problemes des PIIGS ne marchent pas.
Réponse de le 12/07/2011 à 10:09 :
C'est vrai qu'elle sne marchent et principalement parce qu'elles tentent de ménager la chèvre te le choux. Elles sont de plus très austères et sont mal vécues par les populations concernées. La Grèce en particulier doit avant tout remetter à plat ses institutions et son système. L'aide doit absolument être conditionnée à des mesures de lutte réelles contre la corruption qui règne à tous les étages. Il faut donner des perspectives aux "PIIGS" et pourquoi pas un investissement dans l'énergie solaire?
Réponse de le 12/07/2011 à 13:57 :
Vous avez raison, c'est vrai que les populations ne suivent pas les politiques. Les Grecques qui ne veulent pas de l'austerite pas plus que les Allemands qui ne veulent pas aider les PIIGS.Les politiques veulent tout faire pour sauver l'Europemais leurs electeurs s'y opposent.
Réponse de le 12/07/2011 à 20:20 :
Oui, quand le peuple est contre ses dirigeants, il faut changer le peuple. Rappelez-moi déjà le nom de cette méthode ... Ah oui, une dictature !
a écrit le 12/07/2011 à 8:32 :
D'accord sur les spéculateurs, qu'il faut mater sur ce plan mais aussi sur celui des matières premières agricoles. Mais pas d'accord pour cette fusion européenne accélérée : c'est le meilleur moyen de faire n'importe quoi.
a écrit le 12/07/2011 à 8:22 :
L'art des réalités

Cet article est assez pathétique,ce ne sont pas les spéculateurs qui ont détruit l'Europe mais les...fédéralistes!
L'Euro n'est que le 3ème "Système Monétaire Européen",et comme les 2 autres il ne fera pas long feux.
Parce que vous n'avez aucune conscience historique,et manifestement une culture économique très relative(l'euro avant même d'être institué était condamné par les économistes les plus capables...),"vous" êtes responsables du désastre.
Indécrottable eurocrate vous êtes aujourd'hui aussi omniscient que l'étaient les huiles du PC à la veille de la chute du mur.L'Histoire sera cruelle avec vous.

"Pour pouvoir aboutir à des solutions valables,il faut tenir compte de la réalité.La politique n'est rien d'autre que l'art des réalités.Or,la réalité,c'est qu'actuellement l'Europe se compose de nations.C'est à partir de ses nations qu'il faut organiser l'Europe et,s'il y a lieu de la défendre.Au lieu d'une fusion intolérable et impraticable,pratiquons l'association.En poursuivant des chimères,on a déjà perdu des années"
De Gaulle 25 février...1953!
Réponse de le 12/07/2011 à 8:37 :
Vous avez raison à mon sens. rappelons nous un peu des conseils du Général. Lui avait bien cerné la question. Son pragmatisme et sa fermeté nous manquent de plus en plus.
Réponse de le 12/07/2011 à 8:54 :
En 1939, l'Europe était aussi divisée en nations, toutes dédaigneuses, et bien entendu, aussi fortes les unes que les autres... Et, pourtant, il a bien fallut, tout comme en 14-18, la puissance décisive d'une fédération d'états (les USA) pour venir les sortir de la panade....
Réponse de le 12/07/2011 à 8:55 :
Ah le ebon vieux temps avec DG qui bloquait les décisions avec sa politique de la chaise vide... Je vois que les eurosceptiques n'ont toujours pas réussi à entrez dans le XX siècle et nous rabattent toujours les oreilles de leurs glorioles mesquines passées.
Puisque chacun y va de sa petite citation j'aiemerais citer un des pères fondateurs de l'Europe, M. Schuman: "L'Europe ne se fera pas d'un coup ni dans une construction d'ensemble".
C'est vous le pathétique: petite question que pèse la France, seule, face à la Chine, ou à l'Inde ou au Brésil? Et ne me faite pas le coup de notre savoir-faire, de notre créativité et de la valeur ajouté. Le temps des Etats-nations est dépassées. Les micros pays européens doivent se fédérer ou sombrer au milieux des géants.
Réponse de le 12/07/2011 à 9:30 :
"L'Euro,un Frankenstein économique"
Friedman

Manifestement c'est vous qui êtes dépassé,votre problème ce sont les peuples,pour poursuivre vos rêves de puissance vous les avez sacrifiez,ils se rappellent aujourd'hui à vôtre bon souvenir...

"Que pèse la France"
Mais c'est vous qui êtes anti-européen,qui avez désintégré l'Europe pas moi(je suis pour une confédération d'Etats-nations,pour une monnaie commune,mais pas unique)!
Réponse de le 12/07/2011 à 9:50 :
A part la Suisse citez moi un exemple de confédération qui ait réussi. Le modéle est ingérable à un échelon aussi vaste que l'UE. Les processus de décisions sont trop lourds. La Fédération ne veut pas dire la centralisation, les peuples sont pris en compte dans leur diversité dans une fédération. C'est la devise de l'UE "Unis dans la diversté". Que le modèle soit perfectible personne ne le met en doute.
Si vous prenez un ultra-libéral des US comme Milton Friedman pour qualifier l'Euro...no comment
Réponse de le 12/07/2011 à 9:52 :
petite question que pèse la France, seule, face à la Chine, ou à l'Inde ou au Brésil?
----

L'Allemagne pese relativement plus que l'USSR pesait en son temps.
Une union economique unissant des economies de tout bord ne peut que nuire a l'economie generale europeene (a moins de construire un super etat, ce que les chauvins europeens et meme les gens normaux n'accepteront jamais meme dans 200 ans).

Je suppose que vous n'avez jamais entendu parler d'une regle d'or d'economie, en anglais "comparative advantage" et "specialisation". Ce que les Allemands font a merveille et que l'Euro menace de detruire.

Vouloir transformer d'un coup l'Europe en E-U est justement ce qui va detruire le projet federaliste car c'est une trop grosse cuillere a faire avaler l'Europe.
Il fallait donner des petites cuilleres sur 10-20 ans et la ca aurait peut etre reussi.

Mais au train ou c'est parti je considere l'Euro mort dans les prochaines annees.
Réponse de le 12/07/2011 à 10:30 :
Merci Hans, mais je n'ai pas vraiment l'impression que l'Allemagne se porte mal de l'Euro. IL y a qqs années encore c'était l'homme malade de l'Europe (je cite des articles de la Handelsbaltt etc...) et là elle s'en sort plutôt bien. Grâce à la spécialisation vous l'avez dit. Elle a misé sur le haut de gamme. Schäuble, pas vraiment le genre directeur de kolkoze, ne cesse de répéter que l'Allemagne doit beaucoup à l'Euro. Ce n'est pas une incantation, mais une réalité. Ou en quoi voyez vous que l'Euro détruise l'économie allemande? Vous oubliez que le processus de fédéralisation est en cours pas depuis 1 ou 2 ans mais depuis plus. Face à la crise il faut franchir un cap d'intégration supplémentaire ou se résoudre à la dislocation. Peut-on souhaiter le chaos qui en résultera? L'Allemagne d'alors vaudra-t-elle toujours autant?
Réponse de le 12/07/2011 à 10:32 :
Friedman, belle référence ! Un idéologue avant tout.
Le dogmatisme qu'il soit économique ou politique, moral ou religieux, socialiste ou libéral est la pire des choses.
Friedman, le "Arlette Laguillier" de l'économie > insérer la cassette et appuyer sur ON
Réponse de le 12/07/2011 à 10:32 :
Friedman, belle référence ! Un idéologue avant tout.
Le dogmatisme qu'il soit économique ou politique, moral ou religieux, socialiste ou libéral est la pire des choses.
Friedman, le "Arlette Laguillier" de l'économie > insérer la cassette et appuyer sur ON
Réponse de le 12/07/2011 à 14:51 :
Vous vous enfoncez encore un peu,si "l'Allemagne se porte bien" c'est justement grâce à l'Euro...L'Allemagne fait son beurre sur le dos des autres pays de "l'Union",l'Euro est un carcan qui permet au pays de mener une désastreuse politique mercantiliste.
Ce n'est pas la Grèce qu'il faut sortir de "l'Union" mais l'Allemagne!
Quand à Friedman,il n'est qu'un économiste parmi tant d'autres...
Réponse de le 12/07/2011 à 20:23 :
Marc, votre analyse est juste. Ne perdez pas votre temps avec europefédérale, cela n'en vaut pas la peine. La réalité rattrapera les bisounours pour les manger.
a écrit le 12/07/2011 à 8:21 :
Voila enfin la vérité. Il faut oser dire la vérité et ne pas avoir peur de ces Vautours
Qui rodent . L'EUROPE est attaquée parce cela dérange d'autres continents.
Réponse de le 12/07/2011 à 8:49 :
quelle vérité? cet intervenant parle d'une bande organisée, et dit qu'il faut maintenant appeler un chat, un chat...ok...mais a t il défini qui compose ce groupe organisé? non. article inutile d'un intervenant usé à la langue de bois
Réponse de le 12/07/2011 à 17:40 :
Boru doit y trouver son compte.
Réponse de le 13/07/2011 à 6:38 :
Alain : sincérement, que retirer de cet article? merci de me citer un seul fait. Ce ne sont que généralités et "on dit". Soit il y a des informations soit il n'y en a pas mais je ne crois pas que cet intervenant apporte grand chose. De plus, je ne comprends pas bien la remarque "l'Europe est attaquée parce que cela derange d'autres continents"..la..je ne vois pas , désolé. La spéculation sur les monnaies touche n'importe quelle monnaie dès lors qu'il y a une brèche. Et l'Europe se dérange toute seule par sa division
a écrit le 12/07/2011 à 8:21 :
Le problème majeur de la dette est le mécanisme d'usure pratiqué sur les emprunts, il suffit de regarder avant 1973, quand notre pays emprunter à la banque de France à taux proche de Zéro... La monnaie était au service de l'économie et du peuple, aujourd'hui c'est le peuple qui deviens esclave de ceux qui créent la monnaie, c'est a dire les BANQUES
Réponse de le 12/07/2011 à 16:09 :
Merci, tres bonne remarque -- cependant c'est surtout le fait qu'un pays soit maitre de sa creation de monnaie qui est important (plutot que deovir la mendier contre interets sur les marchés ou a la BCE) plutot qu'un taux proche de zero, car si le taux n'est pas calqué sur la croissance, c'est inflation rapide en quelques années...
a écrit le 12/07/2011 à 8:18 :
Le monde entier est en crise parce que L'Europe est utilise et non pas construit. Au lieu d'en faire une grande maison pour tous, chacun l'utilise comme une auberge gratuite. "Un tronc d'arbre est plus dur a casser qu'1 millier de petite branche separees".
a écrit le 12/07/2011 à 7:58 :
Des les premières difficultés c'est la débandade. Je ne vois pas un retournement de la situation se profiler !
Réponse de le 12/07/2011 à 20:25 :
Ah ah ah, "les premières difficultés". Oui, si vous pensez que lorsque votre maison brûle, que l'on vole votre voiture tandis que votre femme est violée et vos enfants pendus, ce sont des "premières difficultés", alors je comprends le sens de votre argumentaire.
a écrit le 12/07/2011 à 7:52 :
Un commentaire de plus pour rien on sait bien que tout ça part en vrille. Que voulez-vous on n'a jamais eu autant de nullités. Baroso, Rompuy Junckers et tant d'autres choisis pour leur incompétence, que voulez-vous que ça donne? Les lumières sont éteintes.
Réponse de le 12/07/2011 à 20:26 :
Court et adapté. Un commentaire auquel je souscris.
a écrit le 12/07/2011 à 7:50 :
c'est ce que je disais depuis longtemps : rien ne sera plus comme avant la crise des subprimes, ça va être pire ! Le système financier n'a pas été du tout réformé, aucune mesure n'a été prise suite à la crise des subprimes. La spéculation continue, et c'est pire qu'avant. Nos dirigeants sont passifs (même s'ils donnent l'impression de s'agiter, tel un Sarkozy qui navigue à vue) ! Peut-être est-ce le déclin d'une civilisation, de notre civilisation !
a écrit le 12/07/2011 à 7:49 :
Je tenais juste à rajouter qu'il n'y a rien d'étonnant à ce que des paysqui sont connus depuis des mois sous le nom de PIIGS sur les marchés, largement relayé par la presse spécialisée (ou pas) n'ai plus aucune crédibilité sur ces mêmes marchés, donc aient des difficultés croissantes à se refinancer sur ces mêmes marchés. Avant de participer à un quelconque refinancement, toutes les banques vérifient quelle est l'exposition aux PIIGS de l'institution en question. C'est la "chronique d'une mort annoncée". Une Européenne
a écrit le 12/07/2011 à 7:44 :
HEC n'est plus ce qu'elle était: affligeant!
Réponse de le 12/07/2011 à 8:09 :
Mais bien sûr, tout ça c'est la faute aux gnomes de Zurich, au mur de l'argent, aux francs-maçons et capitalistes en haut-de-forme et cigare qui se sont tous entendus entre eux lors d'un gigantesque dîner luxueux (servi par des domestiques exploités).

Cet article est affligeant de bêtise et d'ignorance crasse... Et ce monsieur est professeur à HEC ?? Il ne faudra vraiment plus s'étonner du déclin intellectuel dramatique de la France...
Réponse de le 12/07/2011 à 8:20 :
Normal tout change dans la vie, même heC, MËME SUPER L'ARTICLE
a écrit le 12/07/2011 à 7:40 :
Très bonne analyse! Entièrement d'accord avec vous! Si seulement vous pouviez être entendu par les gouvernements. Au lieu de se déchirer nous devrions nous unir. Et puis à l'heure de la question énergétique, pourquoi les européens ne font-ils pas le pari de l'énergie renouvellable. La Grèce, l'Espagne, le Portugal et l'Italie sont des terres de soleils. Comme le sud de la France. Pourquoi ne pas relancer la croissance de ces pays sur ces crénaux?
a écrit le 12/07/2011 à 7:35 :
Enfin, quelqu'un qui ose commencer à parler vrai.
Un bon début mais peut mieux faire!
Car, force est de constater que les politiques eux-mêmes ne sont pas très loquaces sur le sujet. Auraient-ils quelques intérêts avec ces fonds?
Il serait pourtant très simple et plus efficace de supprimer les leviers qui leur permettent de telles actions. En premier lieu, d'interdire les ventes à découvert et surtout de revenir au vrai sens de la bourse: mettre en relation un porteur de projet avec un investisseur moyennant un dividende. Pour cela, une taxe inversement proportionnelle à la durée de détention ET partant d'un taux de 99% (!!) favoriserait la stabilité des entreprises... en plus de rapporter de l'argent sur le dos des spéculateurs qui, eux, détruisent de la valeur à leur seul profit.
Alors qu'en ce moment ce qui agite la planète finance "technique" est de pouvoir jouer sur les milli, micro ou nano secondes!!!! Du grand délire de spéculateur!
a écrit le 12/07/2011 à 7:32 :
c'est dit , ya plus qu'à le faire
a écrit le 12/07/2011 à 7:29 :
tout a fait d accord . Monsieur
a écrit le 12/07/2011 à 7:25 :
N'importe quoi!!! Nous les petits porteurs comme les gros, nous n'avons plus confiance dans certains pays (la france n'en est pas loin) alors ns ne voulons plus des dettes pourries et des banques ou assureurs que les etats ont obligés à acheter. Ce n'est pas de la spéculation mais une aversion pour la mauvaise gestion. Ns préférons investir en bourse ou en pierre et terre.
Réponse de le 12/07/2011 à 10:11 :
Trop gros pour être crédible ! Un petit porteur qui croirait à la Bourse ! on rêve ! Si vraiment vous avez quelques fonds, vous les avez investis dans des organismes financiers; dont le seul but, à travers les CDS, est de faire porter par d'autres le poids de la chute qu'ils n'auront eu de cesse de provoquer
Réponse de le 12/07/2011 à 20:28 :
Ah, c'est vous le dernier particulier qui investit dans la bourse en France ? Tout s'explique ...
a écrit le 12/07/2011 à 7:24 :
Merci. Parfois on se sent seul et on se demande ce qui les effraie...
a écrit le 12/07/2011 à 7:22 :
Voila, la solution !
Si on l'applique pas maintenant........... ce sont nos Presidents... nos agreseus !!!!!
a écrit le 12/07/2011 à 7:22 :
le peuple français a dit NON à la constitution Europeen c'est pas pour nous imposer une mutualisation de la dette avec un super ministre de l'euro.
Réponse de le 12/07/2011 à 8:22 :
Tout d'abord ce n'était pas une constitution mais un traité constitutionnel et pour tout autre que les commentateurs du café du commerce ca fait une différence. Et de plus comment pouvez vous vous flattez au nom d'un souvrainisme dépassé d'avoir bloqué l'intégration européenne pour 25 autres pays (Les néeerlandais ayant également voté contre)? Ce sont toujours les mêmes qui se plaignent du manque de démocratie et de transparence de l'Union et qui refusent dans leur aveuglement de doter l'UE de structures appropriées. Cherchez la cohérance!
Réponse de le 12/07/2011 à 10:04 :
Oui je me flatte du souverainisme de la france. et je dis non à l?Europe fédérale.
Réponse de le 17/07/2011 à 13:27 :
Esprit chauviniste régressioniste. Comment peut-on envisager de se désengager de l'europe ? Je ne comprends pas le concept, n'y voit que chaos à l'arrivée.
Réponse de le 17/07/2011 à 19:37 :
je comprends que vous ne soyez pas d'accord avec moi! mais je suis pas chauvin ni régressioniste Je veux simplement que l?Europe reste a sa place. je ne veux pas d'une Europe fédérale c'est simple non

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :