La Tribune

Aide financière : l'Europe refuse le chantage chinois

Copyright Reuters
Copyright Reuters
latribune.fr, avec reuters  |   -  363  mots
Les négociations entre l'Europe et la Chine pour une participation de Pékin à l'aide à la zone euro sont dans une impasse après le refus opposé par des responsables européens à d'accepter au moins une des conditions posées par la Chine, a-t-on appris vendredi de deux sources différentes.

Les négociations entre l'Europe et la Chine pour une participation de Pékin à l'aide à la zone euro sont dans une impasse après le refus opposé par des responsables européens à d'accepter au moins une des conditions posées par la Chine, a-t-on appris vendredi de deux sources différentes.

En l'échange de son aide, Pékin réclamait qu'on lui reconnaisse davantage de poids au Fonds monétaire international (FMI), un statut d'économie de marché à l'Organisation mondiale du commerce ou la levée de l'embargo européen sur les armes, ont dit les sources.

La plus simple des solutions aurait été que l'Union cède sur la question du FMI ce que les Européens ont refusé de faire lorsqu'ils ont compris que la Chine ne leur viendrait en aide qu'en l'échange d'une influence plus forte dans la prise de décision au FMI et une accélération de l'inclusion du yuan dans le panier des DTS.

Reconnaître à la Chine un poids plus important au FMI se serait fait au détriment des Européens, voire en diluant l'influence des Etats-Unis.

"Nous sommes prêts à aider, mais nous ne sommes pas une association caritative", a dit l'une des sources, résumant la pensée des dirigeants chinois.

"Les Etats-Unis et le FMI posent eux aussi leurs conditions(en l'échange de leur aide), il n'est donc pas déraisonnable que la Chine en fasse autant."

Les espoirs nourris par Pékin de voir le yuan entrer dans le panier de référence du FMI ont été douchés jeudi lorsque sa directrice générale Christine Lagarde a déclaré que l'heure de le faire n'était pas encore venue.

Certains dirigeants européens reprochent aux Chinois une forme d'opportunisme en profitant de la crise de la dette pour accroître leur influence.

"Je n'aime pas toutes ces discussions sur l'idée selon laquelle l'Europe fait la manche en Chine, parce que l'Europe a les moyens de s'en sortir d'elle même si elle trouve les ressources nécessaires", a dit cette semaine un haut responsable européen qui s'exprimait sous le sceau de l'anonymat.

Réagir

Commentaires

bob  a écrit le 14/11/2011 à 12:22 :

TVA douaniere vite ! Ca les calmera. L'Europe pourrait tres bien leur dire "aidez nous gratuitement ou on monte les frais de douanne de 200%" voire meme leur dire due l'Euro sera fixé 1 euros= 1 yuan.

tim  a écrit le 13/11/2011 à 9:37 :

La situation n'est pas saine: le developpement de la Chine ressemble furieusement a celui du Japon 70-90, avec les memes causes (deficit commercial US), et les memes effets (bulle immobiliere, nationalisme et arrogance). Les pays causasiens ("blancs") sont bien contents de profiter de l'aubaine de cette croissance financee directement par le credit asiatique, tant que cela peut durer.

Le jeu est essentiellement geopolitique, les causasiens veulent conserver un controle mondial sans correspondance avec la realite demographique, economique ou culturel.

Le probleme est que le gouvernement actuel de la Chine n'est pas aussi naif que ce que les caucasiens le souhaiterait.

lucien  a répondu le 13/11/2011 à 18:21:

En conclusion vous résumez la géopolitique, l'économie etc à un affrontement entre le monde des "blancs" et les "autres mondes". Pourquoi pas.

Burton  a répondu le 14/11/2011 à 10:35:

Vision simpliste de la réalité qui vous dépasse grandement. Ce n'est que lorsque les exploités chinois se soulèveront que tout rentrera dans l'ordre...... mais est-ce dans leurs gènes ?? .....

pvd spectateur  a écrit le 13/11/2011 à 9:27 :

Ne seriez -vous pas en train de subir les revers de la médaille de vos différents systèmes financiers,non envisagés à sa création?'allez -vous vivre et subir les memes" supplices" supportés par les pays en voie de développement pendant des décennies et qui leurs ont fait " régresser " et tomber dans un gouffre sans fond?A nous tous de tirer une bonne fois pour toute,pour un avenir meilleur de ce monde ,le bon système où chacun bénéficiera équitablement de son contenu

ykamo  a écrit le 13/11/2011 à 9:15 :

le pays n'ont pas d'amis, il n'ont que des intérêts. La Chine a raison de profiter de la situation de l'Euro.

Patrickb  a répondu le 13/11/2011 à 14:57:

@ yakamo: d'accord qu'on a pas d'amis, que des intérèts communs, mais je ne crois pas que la Chine profite. On leur achète, alors pourquoi ne vendraient-ils pas ??? C'est la base de toute entreprise que de vendre ses produits et services :-)