Le chef du gouvernement autrichien pour une Union bancaire européenne

 |   |  321  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le chef du gouvernement autrichien, le chancelier Werner Faymann, s'est prononcé ce dimanche pour "une Union bancaire", avec des règles de contrôle strictes, au lendemain de la demande d'aide de l'Espagne et de l'accord de la zone euro pour lui prêter jusqu'à 100 milliards d'euros.
"Cela a été certainement une erreur de donner vie à l'euro sans créer les nécessaires instruments de contrôle", a déclaré le chancelier social-démocrate aux quotidiens autrichiens Kurier et Österreich dans leur édition dominicale. Les Etats-Unis ont "une dette plus importante que celle de l'Europe", "mais ils disposent des instruments nécessaires pour maîtriser cette dette". Ce sera un processus certainement long, mais, à son issue, une "Union bancaire" devra exister, a-t-il ajouté, avec des règles qui s'appliqueront aussi aux marchés financiers.


Mise au point d'un programme de croissance,

Par ailleurs, le chancelier Werner Faymann attend du sommet européen les 28 et 29 juin de premiers pas quant à la mise au point d'un programme de croissance, parallèlement au Pacte budgétaire et d'austérité déjà conclu: "Des mesures efficaces de croissance doivent être décidées et les fonds de l'Union européenne qui n'ont pas encore été débloqués doivent être investis dans des programmes permettant la création d'emplois". Enfin, le chancelier a rappelé qu'il comptait lors du sommet européen sur "des plans concrets en vue de l'instauration d'une taxe sur les transactions financières".

Renflouer le secteur bancaire

Le plan d'aide pour l'Espagne, quatrième économie de la zone euro après l'Allemagne, la France et l'Italie, sera le quatrième pour un pays de l'Union monétaire depuis le début de la crise financière, fin 2009, après la Grèce, l'Irlande et le Portugal.Il s'agira cette fois de renflouer le secteur bancaire de l'Espagne, asphyxié par son exposition à l'immobilier, pour un montant évalué par l'Eurogroupe à 100 milliards d'euros au maximum.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2012 à 13:43 :
Comment cela se fait-il que la mère merkel ne l'ai pas ramenée cette fois, il lui manque son vasal sarko certainement? Elle n'oser plus, avec la Grèce la presse allemande avait lancé un campagne de dénigrement sans pareil et au plus bas niveau. Et la elle est toute coites la teutonne!
a écrit le 10/06/2012 à 16:27 :
je me demande si les lecteurs de österreich, Kurrier ( et du Spiegel) en aurront appris un peu plus; quand la com est chargée de brouiller le réel comme dirait Rajoy!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :