Téléchargez
notre application
Ouvrir

Mort d'un étudiant américain après avoir été libéré par la Corée du Nord

reuters.com  |   |  334  mots
Deces d'otto warmbier, ancien detenu en coree du nord[reuters.com]
(Crédits : Kyodo Kyodo)

WASHINGTON (Reuters) - Un étudiant américain de 22 ans qui avait passé 17 mois dans les geôles nord-coréennes avant d'être rapatrié il y a une semaine pour "raisons humanitaires" dans un état de coma avancé, s'est éteint lundi dans l'hôpital de Cincinnati où il avait été admis, a annoncé sa famille.

Otto Warmbier, étudiant à l'Université de Virginie, avait été condamné à quinze ans de travaux forcés en janvier 2016 pour "agissements contre l'Etat", en l'occurrence avoir tenté de dérober à son hôtel de Pyongyang une affiche de propagande.

Il était plongé depuis plus d'un an dans le coma pour une raison inconnue. Le rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits humains en Corée du Nord a demandé la semaine dernière à Pyongyang de s'expliquer sur son état de santé.

"Malheureusement, l'horrible maltraitance sadique dont a été victime notre fils de la part des Nord-Coréens a fait en sorte qu'il n'y ait pas d'autre issue possible que celle à laquelle nous sommes confrontés aujourd'hui", dit la famille d'Otto Warmbier dans un communiqué.

Le décès du jeune homme a été constaté lundi en début d'après-midi au Centre médical de l'Université de Cincinatti, précise-t-elle.

Le président américain Donald Trump a présenté ses condoléances à la famille Warmbier, condamnant dans un communiqué "la brutalité du régime nord-coréen dont nous pleurons la dernière minute."

La semaine dernière, Fred Warmbier, le père d'Otto Warmbier, a dit que son fils avait été "brutalisé" durant sa détention.

Trois autres Américains sont toujours en détention en Corée du Nord. Ils ont été vus par le diplomate américain, Joseph Yun, qui a négocié la libération d'Otto Warmbier.

Les tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord sont vives depuis que Pyongyang a repris ses tirs de missile, notamment balistiques, ces derniers mois.

(Steve Gorman, Tangi Salaün pour le service français)