L'activité privée dans le rouge pour la première fois en 13 mois

 |   |  335  mots
L'environnement économique est "toujours fragile", selon Markit.
L'environnement économique est "toujours fragile", selon Markit. (Crédits : Reuters)
L'activité du secteur privé en France a été plombée par le recul dans les services et la production manufacturière en février. Les prestataires de services sont toutefois optimistes. En

Publié le 22/02/2016 à 11:08. Mis à jour le 22/02/2016 à 12:51.

Alors qu'elle retrouvait encore des couleurs le mois dernier, l'activité privée est dans le rouge en février pour la première fois depuis janvier 2015. L'indice Flash Composite de l'Activité Globale en France, publié par Markit lundi 22 février, se replie à 49,8, contre 50,2 en janvier. Pour rappel, au-dessus de 50, l'activité croît, en dessous elle se contracte. Dans le détail, le secteur privé a notamment été minée par la faible activité de services qui s'inscrit dans le rouge à 49,8, au plus bas depuis deux mois. Également, la production manufacturière est au plus bas depuis six mois à 49,6.

Les nouvelles affaires diminuent en volume pour la première fois depuis six mois, en raison notamment d'une diminution des nouvelles commandes à l'export, ce qui reflète un "environnement économique toujours fragile".

"La faiblesse de la demande, conjuguée à de fortes pressions concurrentielles, incite les entreprises à mettre en œuvre la plus forte réduction de leurs tarifs depuis plus d'un an, tendance illustrant le maintien de pressions déflationnistes au cours du mois", explique Jack Kennedy pour Markit.

     | Lire Le made in France est-il trop cher et pas assez innovant ?

Des perspectives encourageantes

Néanmoins, Markit note deux points positifs. Une industrie manufacturière au plus haut depuis deux mois, à 50,3. Par ailleurs, la société d'information financière attend une éclaircie:

"La confiance des prestataires de services français s'améliore, les perspectives d'activité atteignant leur plus haut niveau depuis six mois", explique Jack Kennedy.

Les prestataires de services français prévoient notamment une hausse des nouveaux contrats et la pénétration de nouveaux marchés en 2016.

Une croissance de l'activité privée au ralenti en Europe

Globalement en Europe, La croissance de l'activité privée dans la zone euro a continué de ralentir en février. L'indice "PMI" composite s'affiche à 52,7.

Le cabinet précise que "l'activité économique de la zone euro enregistre sa plus faible croissance depuis plus d'un an et les tensions déflationnistes s'intensifient en février".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2016 à 11:19 :
Comment pourrait-il en être autrement alors que le système économique est tellement usé, retapé, troué, recousu, raccommodé, rafistolé qu'il ne tient plus que par la trame...et la trame est en train de lâcher. Plus de trame, plus de tissu (social au sens large). Il faut retisser du nouveau tissu, avec du fil neuf, sur des métiers neufs, et surtout ne pas essayer de refaire du neuf avec du (des) vieux.
a écrit le 23/02/2016 à 7:29 :
C'est vrai qu'une légère baisse de l'indice Markit qui est peu fiable est une catastrophe.
a écrit le 22/02/2016 à 16:26 :
On parle d’un Brexit, aura-t-on un Franxit ? Le Parlement Européen n’est-il pas à examiner pour la baisse du produit par habitant ? On publie que la production française serait au niveau de 1994. Comme autrefois le général de gaulle, aura-t-on une protestation ? Fera-t-on un procès de Nuremberg pour des institutions qui discriminent les diplômés dans l’emploi ?
a écrit le 22/02/2016 à 16:08 :
tout ce charabia pseudo économique pour nous dire que l'économie est dans les chaussettes.
a écrit le 22/02/2016 à 13:31 :
L’activité manufacturière est-elle sabotée ou bien insuffisamment aidée, on critiquerait les aides à 70% ? On publie que la Slovénie aurait intégré l’euro en 2007. Le pays a-t-il bénéficié de l’intégration et les citoyens en ont-ils conscience. Aller en zone euro pour obtenir des conditions d’existence pires n’a pas d’intérêt. On ne note pas de baisse spécifique de la population, a-t-on le syndrome des ombres ? En 2008 le PIB par habitant est déclaré à 30816 et en 2014 il est déclaré à 28059. Si nous sommes dans le même Parlement européen, ne doit-on pas se poser la question de savoir si depuis 2007 le Parlement a-t-il pour objectif d’appauvrir cette population ou bien est-ce un souci de compétence à la sortie de crise. Ainsi cette situation se note dans de nombreux pays d’Europe mais pas dans le monde, n’est-ce pas pathologique d’une défaillance de l’Europe ou bien de certains dirigeants ? Le but est-il d’appauvrir la population ? Existe-t-il un système qui vampirise les revenus, un génie des Carpates avec des crocs dans les forces vives. Ne sommes-nous pas de méchants Européens sans valeurs humanistes qui prenons des peuples dans l’Europe et qu’on maltraite ? Le Parlement Européen n’est-il pas foncièrement cruel avec des radicaux bons à rien ? N’est-ce pas un précédent dans l’histoire que cette crise de 2009 ? En revanche la Slovaquie voit la population augmenter et le produit par habitant publié en 2014 est supérieur à 2007, sans savoir le degré de fiabilité de ces informations hors administrations. La Grèce est-elle victime de l’Europe si elle entre en 2001 et que le produit par habitant est passé de 25884 à 24502 ? On note également une valeur de 32408 en 2007 et donc on aurait une chute de PIB assez conséquente. Existe-t-il des responsables ou bien sommes-nous au fait du prince ? Ne devrait-on examiner la baisse de population entre 2010 et 2014 au titre d’une forme de maltraitance ? La proportion des jeunes en Grèce n’est-elle pas particulièrement faible à 14,7 contre 19,5 aux USA. L’Europe n’a-t-elle pas un problème fondamental avec le développement et la croissance ? Le baby-boom n’agit-il pas comme un génie des Carpates qui pompe les revenus des jeunes et actifs, par exemple en France des professions ont des salaires inférieurs de moitié pour les jeunes ce qui n’est pas le cas dans les autres pays et pour le même métier aux USA on a le double pour la même profession et ce dans des pays pas plus riches que la France, n’avons-nous pas affaire à une génération dévoyée qui bénéficie de surcroit d’un effet richesse en ayant augmenté les prix des logements sans financement spécifique pour les retraites des jeunes et actifs dont certains seraient sans droits ? Depuis 2000, ne sème-t-on pas le chaos en Europe, on fait dans l’inflation, dans l’incitation à la spéculation stérile, les investissements improductifs sans aide adéquate à l’industrie et on empêche le développement et la prospérité de la classe moyenne…

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :