Au G20, la Turquie veut promouvoir la finance islamique

 |   |  650  mots
L'ambassadrice du G20 en Turquie, Ayşe Sinirlioğlu, assure que le G20 est une occasion de promouvoir la finance islamique qui constitue une opportunité pour l'économie mondiale. Ici, l'ambassadrice en conférence de presse à Bodrum, le 15 juin 2015.
L'ambassadrice du G20 en Turquie, Ayşe Sinirlioğlu, assure que le G20 est une occasion de promouvoir la finance islamique "qui constitue une opportunité pour l'économie mondiale". Ici, l'ambassadrice en conférence de presse à Bodrum, le 15 juin 2015. (Crédits : SB)
La Turquie, 17e puissance économique mondiale, accueillera le sommet du G20 en novembre prochain. Parmi ses trois objectifs affichés pour soutenir la croissance, le pays plaide pour une économie plus "inclusive". La finance islamique –une finance alternative conforme aux principes de la charia- pourrait, selon la présidence du G20 turc, répondre au problème du financement des entreprises. Pour autant, la promotion de cette finance trouvera-t-elle un écho chez les autres puissances mondiales ?

"La Turquie souhaite promouvoir la finance islamique auprès des membres du G20". Au Mozambique, le 11 juin dernier, lors d'une réunion de la banque islamique de développement (BID) à Maputo,  Burhanettin Aktas, le vice-conseiller au Trésor a donné le ton. Mais un tel type de financement a-t-il des chances de se développer dans les pays occidentaux ? A Bodrum, en pleine préparation du G20 qui aura lieu à Antalya en novembre, l'ambassadrice du G20 en Turquie, Ayşe Sinirlioğlu en est convaincue : "Notre usage (de cette finance) est encore très limité en Turquie. Mais d'autres pays, comme la Grande-Bretagne sont de grands utilisateurs. Le G20 est une occasion de promouvoir ce type de financement qui constitue une opportunité pour l'économie mondiale".

Quant aux éventuelles réticences, l'ambassadrice turque n'y croit pas : "Il y a une attitude très positive de nombreux pays autour de ce financement parce qu'en réalité, plusieurs d'entre eux utilisent déjà ces actifs et ce n'est pas un problème". Emre Deliveli, économiste de formation, chroniqueur économique pour le Hurriyet Daily News, présent aux réunions préparatoires du G20 assure que le développement de cette finance est stratégique pour le pays : " En Turquie, le gouvernement veut commencer par créer une grande place financière à Istanbul. Dans ce domaine, ils veulent se concentrer sur les actifs islamiques. En effet,  nous sommes un pays musulman et c'est un avantage à mettre en avant".

La Turquie, à la croisée de deux civilisations, ambassadrice de la finance islamique

La finance islamique, apparue sous sa forme moderne au début des années 1970, pèserait aujourd'hui près de 2.000 milliards de dollars, selon le Al Huda Center of Islamic Banking and Economics (CIBE). Si cette finance enregistre une croissance à deux chiffres (entre 20 et 25%) , elle ne représente que 2% de l'économie mondiale des affaires, d'après la spécialiste de la finance islamique Kaouther Jouaber, également maître de conférences à Paris-Dauphine. Ce segment a aussi bien mieux résisté à la crise de 2008, puisque cette finance prohibe la spéculation et le prêt à intérêt. Une opportunité à saisir pour Ankara : "La Turquie a raison de poser ce thème sur la table car elle a une expertise dans ce domaine, et elle est à la croisée de deux civilisations. De plus, elle le fait dans un cadre laïque, ce qui lui donne plus de crédibilité", décrypte Kaouther Jouaber.

 De plus, si la Turquie souhaite que les regards des puissances mondiales convergent en ce sens, elle a presque mis de côté la dimension première qui est religieuse : "En Turquie, on ne parle pas de finance islamique mais on utilise le terme de finance participative. Cela permet de parler du thème avec plus d'aisance", détaille la spécialiste. Et malgré son appellation "finance islamique", elle n'est pas réservée exclusivement à un public qui pratique l'islam.

 La finance islamique n'est pas réservée aux musulmans

Ainsi, cette finance, qui n'a pas vocation à supplanter la finance conventionnelle mais à être un complément, séduit aussi des pays non musulmans depuis plusieurs années, assure Emre Deliveli, "Singapour utilise la finance islamique et pourtant ce n'est pas un pays majoritairement musulman, au même titre que la Grande-Bretagne". Elle pourrait aussi intéresser d'autres pays : " En Europe, où vivent de nombreux musulmans, ce type de financement pourrait trouver son public. La France en fait partie », poursuit-il.

 En Malaisie, pays pionnier en la matière, et qui concentre près de deux tiers des émissions mondiales de sukuk (équivalent des obligations), cette finance séduit aussi d'autres communautés, explique Kaouther Jouaber : "La Malaisie est un pays où plusieurs communautés et religions se côtoient. Et la finance islamique s'adresse à tout le monde, les malaisiens d'origine chinoise sont d'ailleurs de grands utilisateurs de cette finance".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/06/2015 à 1:53 :
bravo a la turquie
a écrit le 20/06/2015 à 19:39 :
Ça dérange personne dans les médias que le G20 est lieu en Turquie, le principal allié de Daesch ???
Réponse de le 21/06/2015 à 14:03 :
La Turquie n'est pas l'allié principal de Daech. Regardez l'intervention soviétique en Afghanistan. C'est le meilleur exemple. La Turquie soutient tout ce qui peut faire tomber Assad et/ou réduire à néant les groupes kurdes armés. Elle soutient les modérés, les laïcs, etc .... La Turquie joue avec le feu. La Turquie joue à l'américaine. Les États-Unis ont fait la même chose dans les années 80. On connait la suite.
PS : Les pays occidentaux achètent en sous main du pétrole à Daech.
a écrit le 20/06/2015 à 15:44 :
Il ne faut pas charrier avec la charia. Dire aux islamistes que certaines choses ne sont pas acceptables ni pour leurs populations ni pour les nôtres est un devoir de toute personne humaine. Il est à noter cependant que nous avons été beaucoup moins rigoureux avec le socialisme, encore aujourd'hui, ce qui érode beaucoup notre pouvoir de donneurs de leçons. Ils faut aussi leurs dire à ces islamistes que certaines pratiques sont acceptables. C'est le cas de la finance islamique qui ressemble beaucoup à la finance chrétienne prônée avec succès en son temps (123 ApJC) par Calixte qui deviendra Pape. La Bible rappelons-le pour ceux à qui cela échapperait est aussi un précis d'économie. D'autres pratiques étrangères récentes, on depuis fait dériver nos bonnes résolutions vers un enfer que nous dénonçons fortement tout en le combattant mollement. La finance islamique reprend donc la bonne route et espérons-le fera peut-être que nous nous pencherons sur nos travers; espérons aussi que les musulmans se pencheront eux sur les leurs.
a écrit le 20/06/2015 à 11:05 :
Il me semble que le Royaume-Uni nous est passé devant au classement mondial de puissance économique. Ce même pays qui a lui accueillit la banque islamique. Nous très fort dans la stupidité, c est une certitude. Continuons à concentrer nos force a s'acharner sur l'Islam. A ce rythme là nous serons très vite à hauteur des puissances africaines à moins qu'ils nous dépassent aussi ^^
Réponse de le 21/06/2015 à 14:07 :
Ici, on appelle finance islamique ce qui devrait plutôt s'appeler finance participative, car la Turquie ne fait pas de différences entre musulmans et non-musulmans.
a écrit le 20/06/2015 à 11:00 :
A voir les commentaires peu consistant pour critiquer les propositions de la Turquie, on peut vite sentir l'esprit facho de beaucoup de lecteur de la Tribune. C'est sur que nous n'avons pas de leçon a recevoir d'un pays avec une plus forte croissance économique. Continuons à avancer à reculons nous sommes l'élite du monde :)
a écrit le 20/06/2015 à 10:17 :
La finance est en principe neutre ; elle n'est ni chrétienne, ni bouddhiste, ni hindouiste ou zoroastrienne. A noter la sempiternelle présence de la religion dans les affaires publiques et/ou politiques de certains pays.
Réponse de le 20/06/2015 à 12:56 :
EXAT??LE MONDE DE LA FINANCE ET INPENETRABLE COMME LA RELIGION??? CE QUI N ENPECHE PAS QUE LES ETATS DOIVENT SURVEILLEZ L UTILISATION LA PROVENANCE ET L UTULISATIONS DE CES CAPITAUX NOUVEAUX? QUI RISQUENT D ETRE DE L ARGENT SALE/GUERRE DROGUE EXET???
Réponse de le 20/06/2015 à 15:54 :
Inexact, @Solokov. La partie non trnanscendante d'une religion correspond à un concept économique. Il tient sa force dans la foi qui guide son application et son évolution. Tout religieux se réfère justement à sa religion avant tout autre. En France la république n'a fait que prendre les chaussons de ce qui a été fait par la religion. Là où il n'y a pas de religion il n'y a pas d'évolution. Mais je peux comprendre que l'éducation orientée toute républicaine à laquelle vous avez été confronté vous porte de de tels raisonnements. Reste à vous d'en vérifier l'éclairage.
a écrit le 20/06/2015 à 9:22 :
La Turquie tout le temps à donner des leçon au autres, c'est normal.
Vous êtes jaloux que la Turquie progesse en terme d'économie et que la France au contraire baisse. La Turquie n'as jamais aider Daech mais au contraire la Turquie ouvre ces portes aux réfugies syriens (1.3 millions actuellement en Turquie)
a écrit le 19/06/2015 à 23:47 :
La Turquie donne toujours l'exemple, bravo !
a écrit le 19/06/2015 à 22:56 :
Non merci. Ou non "tout court" si vous faites semblant de ne pas comprendre.
a écrit le 19/06/2015 à 22:09 :
On s'en fout de ce que propose la Turquie. Ils font ce qu'ils veulent chez eux (comme soutenir les islamistes contre nous) mais qu'ils ne viennent pas nous donner des leçons.
Réponse de le 20/06/2015 à 19:33 :
prend de la hauteur et regarde bien vraiment bien
a écrit le 19/06/2015 à 21:13 :
c vous qui soutenais daech la Turquie soutien les refugiers
a écrit le 19/06/2015 à 18:41 :
Faire le G20 chez la première puissance qui soutient Daesh c'est plutôt original !
Réponse de le 20/06/2015 à 19:36 :
Soutenir Daesh !!!!!! C'est qui qui envoie des hommes pour soutenir Daesh. Ouvre les yeux soit objectif..................
a écrit le 19/06/2015 à 18:39 :
Faire le G20 chez un pays qui soutient Daesh c'est plutôt comique ! Ou triste...
Réponse de le 21/06/2015 à 21:34 :
hmm cb de français combattent pour daech ? Franchement répond et dit moi qui soutient daech j' attend ta réponse aller petit je veut savoir .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :