"L'embarrassant Monsieur Valls" ne prendra pas le train En Marche !

 |   |  1421  mots
[Le] Parti socialiste est mort, il est derrière nous a justifié Manuel Valls après avoir déclaré, un peu vite semble-t-il, sa candidature aux législatives pour la majorité présidentielle. Problème, il semble être allé un peu vite en besogne et de fait se retrouve dans une situation très inconfortable.
"[Le] Parti socialiste est mort, il est derrière nous" a justifié Manuel Valls après avoir déclaré, un peu vite semble-t-il, sa candidature aux législatives pour la majorité présidentielle. Problème, il semble être allé un peu vite en besogne et de fait se retrouve dans une situation très inconfortable. (Crédits : Robert Pratta)
Pour l'ex-Premier ministre, c'est ce qui s'appelle se trouver au milieu du gué. Et y rester ! Le désormais "sans parti fixe" ne sera finalement pas investi par le mouvement En Marche!". Mais le mouvement d'Emmanuel Macron ne présentera pas de candidat LREM contre lui, a expliqué Richard Ferrand ce jeudi à 16h. La descente aux enfers n'est pas finie, puisque Valls est convoqué devant la commission des conflits du PS, avec le risque d'en être radié...

( Article publié mardi 9 mai 2017 à 9:04, et mis à jour depuis régulièrement )

Dernier épisode de l'embarrassante affaire Valls - certains n'hésitent pas à parler de "l'embarrassant Monsieur Valls" : ce jeudi 11 mai après-midi à Paris, en direct sur BFMTV, lorsque le secrétaire général d'En Marche, Richard Ferrand, a annoncé la publication de la liste des 428 candidats qui concourront sous les couleurs de La République en Marche (LREM) les 11 et 18 juin. Après une longue introduction centrée sur le gros travail de sélection de la commission d'investiture et le respect des promesses de campagne (parité femmes-hommes, plus de la moitié des candidats issus de la société civile...), Richard Ferrand, brosse le portrait de quelques-uns de ces nouveaux candidats. Puis il  répond aux questions de la presse.

Au journaliste de BFMTV qui lui demande si la candidature de Manuel Valls a été acceptée, il explique que le cas de l'ex-Premier ministre a été attentivement étudié mais que sa candidature ne répondait pas aux critères de sélection - notamment, elle ne respecte pas la règle, "connue depuis le 19 janvier", du maximum de trois mandats de parlementaire. Mais comme il s'agit d'un ancien Premier ministre, et qu'"il n'est pas question d'humilier", le secrétaire général d'En Marche explique que le mouvement ne présentera pas de candidat en face de Manuel Valls -c'est-à-dire que la candidate prévue dans la 1re circonscription de l'Essonne à Evry se retirera.

Par ailleurs, Richard Ferrand, député du Finistère et bras droit d'Emmanuel Macron pour la campagne présidentielle, a officiellement quitté le Parti socialiste il y a deux jours, le mardi 9 mai, pour porter "les couleurs de La République en marche et de la majorité présidentielle".

| Lire Législatives 2017 : La République en Marche présente ses premiers candidats, sans Valls

Après le rejet de son investiture par le parti d'Emmanuel Macron, quelle porte de sortie reste-t-il à Manuel Valls ? Les jours qui viennent le diront. Mais déjà du côté de son parti d'origine, le Parti socialiste, les choses se corsent.

Mercredi 10 mai, en effet, le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis a annoncé, sur Beur FM, qu'"une procédure est en cours" concernant Manuel Valls, qui "est déferré devant la commission des conflits" du parti, rapporte LeLab/Europe1. La sanction qu'il encourt est la radiation de son parti. Le motif ne serait pas sa demande d'investiture à LREM mais son appel à voter Macron au lieu du vainqueur de la primaire de la gauche.

Auparavant, c'était la confirmation ce mercredi 10 mai matin au micro d'Europe 1 par Jean-Paul Delevoye que l'ex-Premier ministre ne peut pour l'heure prétendre à une investiture sous l'étiquette du mouvement présidentiel La République en Marche (LREM), parce qu'il n'est pas adhérent du mouvement En Marche! (Au passage, Delevoye explique que Bruno Le Maire se trouve dans la même situation.)

"Nous voyons bien, aujourd'hui, qu'il n'est pas forcément opportun pour le mouvement En Marche! d'intégrer la candidature de Manuel Valls.", explique notamment Jean-Paul Delevoye sur Europe1. Sans toutefois fermer la porte : "Et en même temps, il faut analyser la parole d'un Premier ministre", concluait-il.

Après une présidentielle particulièrement décoiffante, les législatives démarrent donc sur les chapeaux de roues. Cette nouvelle saga a débuté hier mardi 9 mai, au surlendemain de la victoire d'Emmanuel Macron.

"Je veux la réussite d'Emmanuel Macron", avait annoncé Manuel Valls, au micro de RTL mardi 9 mai. L'ancien Premier ministre, éliminé le 29 janvier au second tour de de la primaire socialiste, a déclaré officiellement ce matin-là à la radio sa candidature aux élections législatives sous l'étiquette "La République en marche" (LREM), le mouvement nouvellement renommé d'Emmanuel Macron.

"Parce que je suis un républicain, un homme de gauche, parce que je reste socialiste, je ne vais pas renier trente ans d'engagement de ma vie politique[...] Parce que je sais que gouverner la France c'est difficile, je ne suis pas en embuscade", a-t-il justifié.

Valls dans une position très inconfortable

La situation de Valls n'est pas des plus simple après sa "trahison" de Benoît Hamon et des règles de la primaire de la gauche.

D'un côté, dans sa première circonscription de l'Essonne à Evry, il pourrait se voir opposé un candidat... socialiste. Car Benoît Hamon prépare sa contre-offensive ce mardi lors de la réunion du bureau national rue de Solférino. Selon Libération, "les hamonistes vont réclamer, à l'occasion de ce BN, que l'investiture socialiste soit retirée à tout candidat ayant fait défaut à leur champion." On sait depuis ce matin ce qu'il en est : que l'ex-premier ministre est convoqué devant la commission des conflits du PS. Par la voix de Jean-Christophe Cambadélis, le Parti socialiste a également annoncé qu'il présentera des candidats dans "plus de 400 circonscriptions pour les législatives", les 11 et 18 juin.

     >LireLes législatives s'annoncent douloureuses au PS

Cela pour le PS. De l'autre côté, il a été sommé par Emmanuel Macron, mardi 2 mai de démissionner du parti socialiste s'il veut une investiture dans son mouvement pour les législatives, dans une citation rapportée par le Figaro:

«On a eu des désaccords mais (s'il) est prêt à participer à cette majorité présidentielle et à quitter le PS, il le pourra», déclarait-il mardi sur RMC/BFMTV.

"Ce Parti socialiste est mort, il est derrière nous"

Mardi matin, sur RTL, Manuel Valls n'avait pas manqué d'appeler à "donner une majorité large et cohérente au nouveau président", invitant en même temps "tous les députés sortants, les progressistes qui ont appelé à voter Emmanuel Macron avant le premier tour" à faire de même. Concernant le PS, il a ajouté:

 "Il ne s'agit pas d'avoir des états d'âme, il s'agit d'avoir une vision claire. Le parti doit se dépasser et il devrait être beaucoup plus clair que cela. Ce Parti socialiste est mort, il est derrière nous, pas son histoire et ses valeurs, mais il doit se dépasser."

Chez Macron, on faisait mine de ne pas être au courant de sa candidature

L'ancien Premier ministre avait soutenu Emmanuel Macron avant le premier tour de la présidentielle, au grand dam de Benoît Hamon, candidat socialiste de la Belle alliance populaire.

Dans sa réaction quasi immédiate à cette annonce, sur Europe 1, Benjamin Griveaux, porte-parole d'Emmanuel Macron, feignait la surprise tout en jouant la fermeté avec un strict rappel à la procédure:

"[Manuel Valls] n'a pas déposé sa demande de candidature auprès de la commission d'investiture ou alors sa candidature m'a échappé[...] Il lui reste 24 heures. La procédure est la même pour tout le monde, ancien premier ministre compris."

Surpris également, Christophe Castaner, député des Alpes-de-Haute-Provence et proche soutien d'Emmanuel Macron réagissait lui aussi mardi matin sur France Info:

"Il se trompe en se déclarant déjà candidat [...] C'est un protocole identique pour tous (...) la République des privilèges est terminée."

Une candidate LREM déjà investie à Evry

Sur BFMTV, Jean-Paul Delevoye, le président de la Commission d'investiture du mouvement d'Emmanuel Macron a expliqué mardi qu'une candidate dans la circonscription de Manuel Valls avait déjà été choisie, et que cette nouvelle candidature -de Manuel Valls donc- nécessitera une nouvelle étude de cas.

«Si le délai est encore possible, la commission qui se réunit demain analysera cette candidature comme les autres et nous prendrons notre décision en totale indépendance», a déclaré Jean-Paul Delevoye, selon Le Figaro.

L'examen des candidats entre "soutien sincère" ou "calcul stratégique"

D'autant que «nous allons être extrêmement attentifs à ce qui est une sincérité de soutien ou une opération de calculs stratégique que nous n'acceptons pas», précisait encore en guise d'avertissement le président de la Commission d'investiture.

Les candidats aux législatives des 11 et 18 juin, pour le mouvement La République en marche doivent être connus d'ici à jeudi 11 mai. Pour l'instant, selon le président de la Commission d'investiture Jean-Paul Delevoye, les noms de 500 candidats ont été arrêtés.

>Lire: Législatives 2017 : La République en Marche présente ses premiers candidats, sans Valls

(Avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/05/2017 à 7:46 :
Toujours aussi 49-3 sur les photos
Il aurait dû rejoindre le FN
a écrit le 12/05/2017 à 1:12 :
Traitement de faveur pour Valls ? Et la moralisation de la vie politique que Macron avait promis avec force conviction ? Vomitif !
a écrit le 11/05/2017 à 18:39 :
Valls va aller seul devant ses électeurs ... il n'en n'est plus à une gamelle près ;

car en effet,

aux primaires de 2012, 1ère gamelle avec moins de 5 % des socialistes qui ont voté pour lui

aux primaires 2017, 2ème gamelle Valls rejeté par les siens alors qu'il était convaincu et sur de sa drôle de "science"

aux législatives 2017, pour un 4ème mandat de carriériste, responsable de l'échec du socialisme en France, sa probabilité de prendre une 3ème gamelle est plus que forte.

Valls a perdu tout sens des réalités, il est maintenant associé au 49-3 digne des pires dictatures autoritaires jusqu'auboutiste ...
a écrit le 11/05/2017 à 17:10 :
La République en Marche vient déjà de mentir aux français et aux françaises, pas 577 députés. Déjà une première magouille, un steak de fin de mois, une gamelle pour un médiocre. Il n'y a pas de changement dans les valeurs des politiques Magouilles, Tambouilles et Détournement de fonds public. Un vieux député, ex ministre du 49.3, C'est en Marche la Recyclerie???? La République est déjà morte? En route pour les Magouilles avec les vieux Jupéiste? Vais-je être censuré?
Réponse de le 11/05/2017 à 18:18 :
Incompréhensible votre article. Pour moi c'est écrire pour ne rien dire .
a écrit le 11/05/2017 à 16:38 :
le PS a entierement raison d éliminer ces traites qui ne pensent qu a la carriere politique au détriment de la société
a écrit le 11/05/2017 à 16:27 :
Valls nous l'a un peu joué à la fillon non ? "ben quoi (retourner sa veste/détourner de l'argent public) tout le monde le fait pourquoi vous me le reprochez ?"

La célèbre phrase si savoureuse car au final tellement vraie de Audiard a fait le tour d'internet par contre il faut croire qu'elle n'est pas encore connue au sein des partis politiques.

C'est l'avantage qu'il y ai toujours du mal dans le bien et du bien dans le mal, de voir Valls dans cette position plus qu'inconfortable est particulièrement délectable.
a écrit le 11/05/2017 à 10:35 :
"Analyser la parole d'un 1er ministre " ? Qu'a t-il bien voulu dire ?
Valls n'a aucune conviction, il navigue a vue au mieux de ses interets. Que va faire Macron ?
a écrit le 11/05/2017 à 10:25 :
Les élections diverses sont (étaient ?) sensées faire élire des représentants du peuple, capable d'écouter pour devenir leurs porte paroles face à l'administration. Les partis ne sont pas (n'ont jamais été ?) là pour écouter le peuple, c'est même plutôt le contraire. Ils ne sont que des organismes de propagation d'idéologie destinés a lobotomiser leur audience. En cela ils sont totalement assimilables aux diverses religions s'étripant sur la planète au nom de pères noels tous plus bidons les uns que les autres...
Un homme politique se prétendant vraiment représentant du peuple devrait plutôt être fier de ne faire partie d'aucune de ces politicoreligions de pacotille.
Par ailleurs, quelqu'un souhaitant faire sa carrière au service de la nation peut tout a fait devenir fonctionnaire de l'administration, ceci est bien différent, même si les politocards ont tendance a confondre les deux... Etre membre d'un quelconque parti politique, sourd par construction, pour faire carrière, ne représente en rien la voix de ses électeurs..
a écrit le 11/05/2017 à 8:36 :
Le fossoyeur du PS ? Ce n'est pas Valls puisque son programme est repris intégralement pour les législatives. C'est sauf les naïfs Melenchon dont l'objectif dès le début à été de réserver au PS le sort que Mitterand avait réservé au PC :le faire disparaître. Ce pauvre Hamon n'avait rien compris de cet enjeu. Le réveil est douloureux. v
a écrit le 11/05/2017 à 0:41 :
Vous etes fini mr valls vous avez tenté un 49.3 pour entrer chez E.M mais la majorité chez E.M ont voté contre le 49.3 le resultat recalé puis vous avez essayé de d'avoir la double nationalité P.S et E.M alors que vous etiez pour la dechéance et la ils vous ont rappelé d'appliquer pour vous ce que vous desirez pour autruis ,en fin de compte vos armes préferés se retourne contre vous !!! ça c'est beau boire de la coupe que vous avez proposé aux autres il y a une justice dans ce monde
Réponse de le 11/05/2017 à 8:26 :
@Frederic: tout à fait, le 49.3 est trop brutal, il faut le remplacer par les ordonnances. La sémantique est importante pour les bac +2, merci Jospin, qui de toute façon n'y comprendront rien. L'ordonnance, ça rappelle le bon docteur qui va soigner ses patients, non :-)
Réponse de le 11/05/2017 à 11:47 :
Oui pour être soigné le code du travail il va etre soigné quand la loi de l'entreprise pour être exacte la loi des patrons vu le rapport des forces dans les entreprises sera au dessus de la loi de la république ??? Et quand les patrons voyous qui font des licenciements abusifs seront sanctionné à minimum aux prud'hommes protegé par les ordinnances macron il faut voir l'etat du salarié malade qui aura gouté le remède macron.nous insoumis nous ferons tout pour faire barrage de toute façon avec la loi macron dans 5 ans les insoumis seront la majorité
a écrit le 10/05/2017 à 18:58 :
Après les signes évidents de proximité de François Hollande vis-à-vis d'Emmanuel Macron lors de la commémoration du 8 mai, le ralliement de Manuel Valls serait un signal de plus (de trop?) de la filiation Hollandaise. Or EM (Emmanuel Macron / En Marche) ne peut pas prétendre renouveler la pratique politique, et conserver l'élan populaire dont il bénéficie, s'il recycle trop d'éléments de cette classe politique qu'il a si brillamment réussi à ringardiser.
a écrit le 10/05/2017 à 18:03 :
Ils appellent tous à voter pour n'importe qui, au mépris de leurs engagements partisans et de la volonté exprimée par leurs électeurs, et après ils s'étonnent encore de se retrouver "sans parti fixe"...
a écrit le 10/05/2017 à 16:33 :
Laisser M.Valls au bord du fossé serait une grave erreur de la part d'E.Macron. Le même genre d'erreur que F.Hollande a pu commettre avec F.Bayrou. Un petit boulet aujourd'hui pour un gros problème dans 5 ans. D'autant quand cas d'attentat dans les 5 semaines qui viennent, l'image un peu tendre d'un E.Macron en terme sécurité, pourra être largement compensée par un M.Valls. Humilier un ancien premier ministre ne sert à rien, E.Macron doit se montrer magnanime et rassembler autour de lui, ne pas se voir trop beau et faire grand.
Réponse de le 10/05/2017 à 16:52 :
la majorité des Francais n en veulent pas.. c est clair.. pas d épines dans notre gouvernement
Réponse de le 10/05/2017 à 18:41 :
@Paul: je partage pleinement votre position; se priver d'un des meilleurs politiques français est tout simplement une grave faute. Nous avons trop peu de cadres du calibre de Manuel Valls. Mieux vaut l'avoir avec, que contre. Et Manuel Valls a montré, avec Hollande, qu'il est capable de se discipliner et de ne pas jouer au frondeur. Je ne comprend pas la position de la commission présidée d'ailleurs par une personne qui devrait être à la retraite. (et je ne partage pas toutes les vues de Manuel Valls, loin s'en faut)..
Réponse de le 10/05/2017 à 19:00 :
je ne suis pas certain que laisser Mr. Bayrou sur le bord du fossé soit une erreur. Il le fait très bien tout seul, même s'il prend soin de se retrouver sous les feux des projecteurs une fois tous les cinq ans par on ne sait quelle magie médiatique.
a écrit le 10/05/2017 à 15:00 :
Valls n'a pas besoin de l'investiture LREM ! et encore moins de celle du PS pour être réélu député sur son seul nom et sans étiquette. Maron, qui n'aura probablement pas de majorité absolue, ne crachera pas sur le soutien de Valls à l'assemblée. Qu'il se mette en réserve de la république jusqu'à ce que Macron se trouve à son tour confronté au réel. Il sera bien temps alors de faire revenir ce poids lourd politique du centre gauche qu'est Valls.
Réponse de le 10/05/2017 à 16:18 :
Il est présomptueux de dire que Valls peut être élu sur son seul nom,

Valls 49-3 a été rejeté 2 fois de suite par les siens aux Primaires en 2012 et en 2017

et de surcroît dans son fief de Evry, il est maintenant minoritaire déboulonné ... comme les statues des dictateurs après les révolutions

Valls 49-3 cumule 2 gifles électorales, il faudrait être kamikaze pour aller en chercher une 3ème !!!
Réponse de le 10/05/2017 à 22:46 :
Je suis prêt à prendre les paris sur la réélection de Valls même sans investiture LREM ni PS à Evry. D'ailleurs être exclu du PS, vieux rafiot naufragé en train de sombrer, serait certainement une chance pour lui.
Réponse de le 11/05/2017 à 8:06 :
Valls a été battu lors de primaires ouvertes en 2012 et 2017, pas par les électeurs d'Evry. Ne confondons pas les corps électoraux. De toutes façons vu le destin des candidats choisis par des primaires en 2017... mieux vaut les oublier. L'exclusion du PS pourrait être un vrai plus pour lui. exemple :
-Jean Monnier, maire PS sortant d'Angers en 1983, exclu du PS pour avoir refusé de faire une liste d'union de la gauche avec le PCF : réélu triomphalement.
-Robert Vigouroux, successeur PS de Defferre à Marseille, exclu du PS pour avoir refusé de céder la place en 1989 à Michel Pezet : très confortablement réélu
-Olivier Falorni, exclu pour s'être présenté face à Ségolène Royal aux législatives de 2012 à la Rochelle, très confortablement élu
Valls ne doit caresser qu'un seul rêve, celui d'être exclu du PS.
a écrit le 10/05/2017 à 14:30 :
Le rebondissement spectaculaire de Valls viendrai émerger,

Valls rejoindrai DSK, et Jack Lang au Macoc pour former un gouvernement du Maroc avec Belkacem et Elkomerie
Réponse de le 10/05/2017 à 22:48 :
On voit mal comment Myriam El Khomri pourrait ne pas, tôt ou tard, faire partie de l'équipe Macron.
a écrit le 10/05/2017 à 14:20 :
La soupe doit être bonne ! Qu'importe le parti pourvu que je me fasse une place au soleil ! Et ils n'ont même pas honte ! Quelle tristesse ces politiques soi-disant "au service de la France".
a écrit le 10/05/2017 à 13:27 :
Quand je vois toutes ces analyses de vieux policards
Valls a été premier ministre
Valls est compétent
Etc etc
Macron n est pas aussi idiot

Il représente ce que l'on ne veux plus voir
Des types prêt à tout pour des postes
Sans convictions autre que leur gueule

Macron prouve qu'il est différent et Valls va dégager pour un moment
Réponse de le 10/05/2017 à 22:54 :
Oui, pour un moment... juste le temps que les premières équipes de Macron, totalement novices, se cassent lamentablement le nez. On ne peut pas dire que, à part peut être Raymond Barre, les personnalités issues de la société civile aient jamais eu une grande réussite gouvernementale...
a écrit le 10/05/2017 à 13:23 :
Ce genre de brutus est tres dangereux à integrer dans un parti il va chercher à prendre les commandes et à la premiére occasion ou il sera sûr de son coups il vous plante dans le dos. je suis contre le programme de macron concernant le code du travail mais pas contre la personne que j'ai trouvé sympatique dans le reportage je suis pas naïf cela fait partie de la com il reste un adversaire tant qu'il touche au code du travail .mais il a une qualité ou il marque des points , il va face aux salariés pour duscuter mêmé s'il reçoit des œufs et se fait chahuter il ne fuit pas contrairement à fillon ou d'autres et rien que pour ça je lui dit bravo c'est un acte de courage ce pour ça que je me permet de donner un conseil ces brutus genre valls le maire etc ect laisse tomber mr le president macron
a écrit le 10/05/2017 à 12:47 :
La traversée du désert commence pour MV. Je crois que Macron va lui faire payer, très petitement, leurs désaccords (qui se réduisent à des conflits d'Ego). Macron va priver la France d'un politique de premier plan, et c'est une mesquinerie. LE PS est fini, et la sortie de MV en est le dernier épisode: merci aux frondeurs.
Réponse de le 10/05/2017 à 13:24 :
Valls n'a plus rien à faire au PS.

La clarification nécessaire sur la ligne du PS a été faite aux primaires.

Ceux qui ne sont pas de gauche, peuvent et doivent partir, il y a de la place pour un parti entre l'UMP et le PS, Macron l'a prouvé!

Faire gagner le PS avec un programme digne des insoumis et faire les réformes libérales que l'UMP n'a jamais osé faire une fois élu... je crois que ce sont les Hollande, Valls, Moscovici... qui ont presque tué le PS.

Il reste cependant au moins 25% des électeurs sur la ligne du PS actuel, mais il faudra retourner les chercher chez Mélenchon, chez Macron et même chez eux car certains ne se sont pas déplacés!
Réponse de le 10/05/2017 à 14:24 :
@gringo: euh, Macron n'a encore rien prouvé. Ne jamais mettre la charrue avent les bœufs même si Hollande se réjouit de la victoire de son poulain. Ne disait-il pas "moi président" et on connait la suite. Lui président a été le déclin de la France a un niveau impensable, n'est-ce pas :-)
Réponse de le 11/05/2017 à 20:41 :
"La clarification nécessaire sur la ligne du PS a été faite aux primaires." Ben non, c'était une primaire ouverte. On peut même soupçonner que de nombreux macroniens sont allés y voter pour écarter celui qui était plus ou moins sur la même ligne que Macron et faire en sorte que celui qui mènerait inéluctablement au crash présidentiel avec son programme surréaliste soit désigné pour dégager le terrain.
a écrit le 10/05/2017 à 11:56 :
Valls et bien d'autres élus PS sont embarrassés. Ces responsables qui veulent rejoindre Macron prouvent que le mouvement En Marche est plus que compatible avec les idées de gauche. Les français voulaient tourner la page de ce quinquennat raté, c'est mal parti, on va voir les investitures afin de savoir la proportion de socialistes qui vont être recyclés
sous une autre étiquette. Des conseillers généraux, des élus locaux , des fonctionnaires , des députés etc .... A suivre
Réponse de le 10/05/2017 à 13:33 :
Hollande est détesté à gauche comme à droite, mais le peuple a voté pour la continuation et l'accélération de sa politique.

Je pense que vous ne savez pas vraiment ce que sont le idées de gauche, et si ce sont la justice, le respect de la dignité humaine, l'accès à l'éducation pour tous, la protection des plus faibles... j'espère que l'action de Macron y sera compatible.
a écrit le 10/05/2017 à 11:52 :
Il n'aurait jamais du être à cette place. Qu'il retourne dans les oubliettes de l'histoire dont il n'aurait jamais du sortir
a écrit le 10/05/2017 à 11:45 :
avec ses liens indefectibles avec Israel, il devrait pouvoir se recaser...du coté de Tel-Aviv
a écrit le 10/05/2017 à 11:28 :
Ce n'est pas en coupant des tetes que Macron fera une vraie politique d'ouverture.il ne pourra pas se passer de l'expérience et de certains talents
Réponse de le 10/05/2017 à 12:49 :
Pour une fois, vous êtes au premier degré?
Réponse de le 10/05/2017 à 16:00 :
Les talents qui ont fait passer le PS de 27% à 6%?

Il faut absolument que Macron les prenne!
a écrit le 10/05/2017 à 11:07 :
Les charognards se battent déjà pour les restes du socialisme hollando-mitterandien.
Il fallait bien s'y attendre.
a écrit le 10/05/2017 à 8:03 :
Manque de sagesse et de maturité.
Malgré ses réflexes un peu autoritaires, parfois autoritaristes, il a tout de même des qualités, au moins des convictions.
Il lui faudra certainement affirmer ses compétences, avec un peu de modestie et pour cela repartir sur un poste plus éloigné du gouvernement. Peu être en tant que candidat anti extrême ?
a écrit le 10/05/2017 à 6:01 :
Manuel Valls n'est plus à une trahison près. Sa carrière politique est finie. Sa candidature ne présente aucun intérêt pour le mouvement EM. Il lui reste encore le FN et LR pour postuler.
Réponse de le 10/05/2017 à 10:27 :
@Danielz: quasiment tous ne sont pas à une trahison près. L'hypocrisie voudra que comme d'habitude tout le monde se classe dans la catégorie des résistants après la bagarre. Bobby Sands ne disait-il pas "on me jugera comme héros ou terroriste selon l'issue du conflit" et aujourd'hui, même ceux qui le traitait de terroriste en font un héros :-)
a écrit le 10/05/2017 à 0:14 :
Si Macron l'accepte dans son camp, c'est lui qui endossera la trahison du peuple.
a écrit le 09/05/2017 à 21:48 :
Valls du P.S et le maire chez le L.R deux face pour un brutus si la trahison avait un visage c'est eux
a écrit le 09/05/2017 à 21:46 :
Les petits poissons ne représentant qu'eux mêmes, type Valls, estrozy ou Le maire n'intéressent pas Macron qui veut se rallier non pas des individus mais des têtes d'affiche venant accompagnées !!
a écrit le 09/05/2017 à 21:33 :
Encore un qui va à la gamelle et d'une manière très caricaturale
a écrit le 09/05/2017 à 20:27 :
La tromperie va éclater au grand jour. La grande désillusion a déjà commencé...
a écrit le 09/05/2017 à 18:44 :
On ne voit pas ce qui choque dans la candidature de Valls. Entre Macron et lui, sur le plan politique, il n'y a pas l'épaisseur d'une feuille de cigarette. C'est la droite pareille à elle-même, défendant le capital contre le travail, l'Europe des banques et des affaires. De Fillon à Valls, en passant par Macron et Hollande, c'est la même politique de l'offre qui a échoué partout. Le système quoi...
a écrit le 09/05/2017 à 15:03 :
Le Maire et Estrosi en marche vers Macron : la droite explose et la gauche de même ! J'adore...
Réponse de le 10/05/2017 à 14:39 :
C'est surtout le grand n'importe quoi.
a écrit le 09/05/2017 à 15:02 :
Il serait extrêmement dangereux pour Macron de reprendre Valls, sous une forme ou une autre. D'abord parce que c'est l'ancien monde, celui que le nouveau président voulait dynamiter. Symboliquement, cela passerait donc presque comme un premier reniement. Ensuite parce que la personnalité de Valls est très clivante. Il n'a pas été choisi à la primaire socialiste, ni en 2012 ni en 2017. Il n'est pas bien perçu dans l'opinion publique, d'autant moins qu'il a toujours eu une tendance à se montrer passablement opportuniste. Enfin, il représente pour Macron, particulièrement à l'intérieur du système, un danger permanent pour la poursuite de sa politique. Valls, c'est l'assurance de la fronde. En conclusion, moins Valls aura de poids dans la politique, mieux ce sera pour tout le monde.
Réponse de le 09/05/2017 à 17:39 :
"D'abord parce que c'est l'ancien monde, celui que le nouveau président voulait dynamiter".

Faudra le dire à sa femme de 64 ans et les 80% des 65 ans et + ayant voté pour lui, bref l'ancien monde qu'il veut dynamiter.
a écrit le 09/05/2017 à 14:14 :
Manquerai plus que Segolene, Duflot et Placé pour faire du neuf avec du vieux ...
Réponse de le 09/05/2017 à 15:02 :
TRES BIEN VU , AFFLELOU ...DE MARTINE AUBRY !!!!
a écrit le 09/05/2017 à 13:51 :
Je suis d'accord avec vous ça va être vraiment très très dur pour Valls et franchement je pense que tout le monde l'a déjà oublié.

Et si macron n'avait pas été élu on l'aurait oublié aussi vite, ça s'oublie bien un politicien.
a écrit le 09/05/2017 à 13:20 :
prendre valls serait une trahison .
a écrit le 09/05/2017 à 13:18 :
Valls n'est probablement pas une prise de guerre intéréssante pour Macron.

Les deux hommes ne peuvent pas se voir en photo, Valls est démonétisé auprès de l'électorat de gauche qui l'a viré aux primaires, c'est l'archétype du politicard professionnel et il se rallie une fois que la guerre est finie pour voler au secours de la victoire.

Je ne pense pas qu'il soit jamais investi par la REM, ce serait symboliquement très fâcheux, un peu comme si Dupond gnangnan rejoignait le FN....
a écrit le 09/05/2017 à 13:18 :
La présidentielle se décide par le vote des électeurs âgés. Qui ont peur de quitter l'Europe. Et si l'on additionne les voix de Macron, Hamon et Fillon au premier tour, nous nous rendons compte – ô surprise – que les candidats pro-européens ont remporté la majorité. L’européisme est une forme de conservatisme. Le résultat de ce grand cirque électoral, c’est que le vote de Maastricht est reconduit au premier tour de la présidentielle. Le programme d’Emmanuel Macron est européiste… On est dans un pays qui fait semblant d’exister.

Le rêve français, c’est de sortir de l’histoire. (TDG)

http://www.tdg.ch/monde/europe/emmanuel-todd-fn-veut-pouvoir/story/15850879
Réponse de le 09/05/2017 à 19:12 :
@Teddy: je pense que La Tribune devrait censurer ces commentaires discriminatoires comme le tien ! Dans toutes les couches de la société, chacun a ses propres intérêts et vote en fonction de cela. Tous les électeurs âgés ne sont pas riches ou pauvres, tous n'ont pas peur de la même chose et tous (ou presque) ont des enfants et des petits enfants dont l'avenir les préoccupent :-)
a écrit le 09/05/2017 à 12:59 :
Si "En Marche" accepte Valls en son sein, il est très probable que les Français les sanctionneront et que Macron n'aie pas de majorité pour gouverner. Commettront ils cette erreur?
a écrit le 09/05/2017 à 12:52 :
C'est une blague, j'espère ! Valls ne pense qu'à lui, et franchement comme renouvellement ....
a écrit le 09/05/2017 à 12:51 :
Mr Valls n'a pas respecté ses engagements élémentaires.
A l'instar de Marion Lepen, à Nantes ou Rennes,il reste peu réceptif aux particularismes culturels des Bretons.
a écrit le 09/05/2017 à 12:28 :
Nous espérons que la république en marche n'investira pas ce traitre qui cherche à tout prix à se recaser quelque part
a écrit le 09/05/2017 à 12:11 :
Nous n'avons plus le choix, la France doit se moderniser ou alors c'est le déclin ! je constate que tous nos politicards de tous bords sont en train de se bousculer au portillon... C'est vrai la soupe est tellement bonne..
Pour certains, ils recommencent la politique politicienne destructrice pour la France, et les français on ont raz le bol de tous ces individus qui ne pensent qu'a leur nombril au détriment de ce que veut majoritairement le peuple ! Sortir de cette ornière idéologique archaïque et sans issue !
Certains non toujours pas compris.....
Réponse de le 09/05/2017 à 14:10 :
@chap
"Certains non toujours pas compris....."
Si on regarde les résultats du 1er tour, cela fait environ 50% de Français....
C'st désespérant
Cordialement
a écrit le 09/05/2017 à 11:46 :
Macron va récupérer l'ensemble des députés PS qui vont se présenter sous sa bannière.
Ainsi, la gauche qui devait être battue , sera de nouveau très présente dans l'hémicycle
recyclée mais toujours la même. Bien joué , les français qui voulaient du changement vont être servis.
a écrit le 09/05/2017 à 11:33 :
si Macron donne son accord pour investir Valls , c'est que ce dernier doit disposer d'un bon dossier... de conviction !
la moralisation de la vie politique est une belle aventure .
a écrit le 09/05/2017 à 11:25 :
Pfff le mec mange à tous les râteliers. Aucun honneur aucune parole. Il l'a prouvé en ne soutenant pas Benoît Hamon après les primaires alors qu'il s'était engagé à le faire. On ne veut plus de ces mecs là qui ne pensent qu'à prendre des postes.
Réponse de le 09/05/2017 à 12:26 :
@Cedric: n'est-ce pas le cas de beaucoup ? Comment vont-ils faire pour expliquer qu'il faut voter pour eux, alors qu'hier, ils disaient qu'il fallait voter Macron ? Valls, comme bien d'autres, ne cherche qu'à obtenir ne serait-ce qu'un strapontin à la cour du nouveau monarque :-)
a écrit le 09/05/2017 à 11:23 :
Ce serait trop domage que le charismatique macron passe d'entree de jeu pour un guignol en recyclant valls.la il va falloir que le staff d'en marche montre un peu d'autorite au risque de partir en vrille direct
Réponse de le 09/05/2017 à 15:05 :
Tout à fait d'accord. Qu'il soit poli ou impoli, le refus d'intégrer Valls doit être clair et net. Si Macron ne commence pas par cet acte autoritaire fort, il est fichu.
a écrit le 09/05/2017 à 11:16 :
Valls est bien implanté à Evry, il rendrait davantage service à Macron en se présentant sans étiquette (il gagnerait sans gros problème) et en rejoignant plus tard (en fait quand Macron rencontrera ses premiers vents contraires et aura besoin de rappeler des poids lourds politiques une fois que se sera une nouvelle fois dissipée l'illusion de la société civile) la majorité présidentielle.
a écrit le 09/05/2017 à 11:10 :
/// LA MOITIE DES HOMMES POLITIQUES SONT DES BON A RIEN LES AUTRES SONT PRES A TOUS/// COLUCHE///
a écrit le 09/05/2017 à 10:30 :
La machine à recyclage à demarée et j'avait raison on prend du vieux pour faire du neuf Permettez moi de rire . Desolant ce spectacle de voir tout le monde courir à la soupe ils peuvent se raconter des histoires à eux même mais tous ont renié leurs valeurs pour une chaise avant ils chantaient la main sur le cœur l'hymne de la fideité à leurs partis le P.S ou le L.R et aujourd'hui à qui trahisse le premier des vrais juda c'est la fin de la droite et la gauche ça c'est sûr , ce spectacle le confirme et les electeurs savent maintenant qu'ils etaient fidèle à des partis et des gens qui n'ont pas de valeurs ni d'honneurs je pense qu'il y a beaucoups de personnes qui vont quitter le PS et le LR c'est la fin de cette supercherie qui dure depuis 40 ans oui la fin du bipartisme et de blanc bonnet bonnet blanc et tant mieux
Réponse de le 09/05/2017 à 11:55 :
Pas vraiment la fin du bipartisme. On glisse vers le systeme US, une gauche/centre/droite modérée française qui devient ce qu'on appelait avant la droite et qui représente "la gauche US", et une partie de la droite et du FN dans ce qui est la droite US.

Ca revient au même.
a écrit le 09/05/2017 à 10:15 :
Les résultats évryens au 1er tour :

Inscrits : 24 981
Votants : 18 323 – 73,3%
Blancs et nuls : 585 – 3,2%
Exprimés : 17 740 – 96,8%

N.Dupont-Aignan : 610 voix – 3,4%
M.Le Pen : 2 081 voix – 11,7%
E.Macron : 4 779 voix – 26,9%
B.Hamon : 1 538 voix – 8,7%
N.Arthaud : 110 voix – 0,6%
P.Poutou : 253 voix – 1,4%
J.Cheminade : 32 voix – 0,2%
J.Lassalle : 113 voix – 0,6%
J-L.Mélenchon : 6 155 voix – 34,7%
F.Asselineau : 302 voix – 1,7%
F.Fillon : 1771 voix – 10%
a écrit le 09/05/2017 à 9:36 :
le ps est mort, les lr sont morts, le fn est mort
bon, tt le monde veut vite se raccrocher au train pour un mandat
Réponse de le 09/05/2017 à 9:56 :
Rassurez-vous, il reste ce parti de libération par essence ..essentiel qui s' appelle l' UPR ...
a écrit le 09/05/2017 à 9:33 :
Valls, un nom prédestiné!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :