La BCE face à son impuissance

 |   |  1653  mots
La BCE et ses limites.
La BCE et ses limites. (Crédits : © Ralph Orlowski / Reuters)
Aucune annonce n'est attendue de la part de Mario Draghi jeudi 21 juillet. Mais la BCE doit de plus en plus faire face au manque d'efficacité de sa logique monétaire sans soutien extérieur.

La réunion de la BCE de ce 21 juillet s'annonçait normalement comme tranquille. En plein été, Mario Draghi n'aurait normalement eu qu'à demander de la patience sur les premiers effets de ces nouvelles mesures annoncées en mars et dont certaines n'ont été lancées effectivement qu'en juin, comme le rachat de dette privée ou le nouveau système de refinancement long-terme bonifié pour les banques qui prêtent aux PME (TLTRO II). On se serait donné rendez-vous à la rentrée pour un premier bilan et les questions sérieuses. Mais c'était sans compter avec le vote britannique du 23 juin et le choix du Brexit qui a provoqué une vague d'incertitudes sur les marchés et dans l'économie et qui a rapidement rouvert le dossier délicat de la santé du secteur bancaire italien.

Attente après le Brexit

La réunion de jeudi sera donc assez suivie et l'on observera avec intérêt la réponse que Mario Draghi entend donner au Brexit, alors que la Banque d'Angleterre, le 14 juillet, a décidé de ne pas modifier sa politique monétaire et de laisser son taux principal de refinancement à 0,5 %. Pas davantage que son homologue londonien Mark Carey, Mario Draghi ne devrait modifier effectivement la politique de la BCE : les taux ne devraient pas bouger et les mesures de politique non-conventionnelle devraient demeurer en place. C'est bien plutôt l'analyse de la situation et les signaux envoyés vers l'avenir qui seront scrutés à la loupe.

La BCE, rappelons-le, est beaucoup plus avancée dans sa politique monétaire accommodante que la Banque d'Angleterre, alors même que la zone euro est moins exposée aux conséquences du Brexit que le Royaume-Uni dans un premier temps. Le dispositif peut donc être jugé, pour l'instant, suffisant : un taux de refinancement à 0 %, un taux de dépôt à -0,4 %, des rachats de titres sur les marchés pour 80 milliards d'euros mensuels et les TLTRO II représentent un arsenal déjà très fourni. Comme la Banque d'Angleterre, la BCE a donc toutes les raisons d'attendre de pouvoir juger de l'effet du Brexit sur la croissance de la zone euro. Mais cette attente pourrait bien cacher surtout de l'impuissance.

Absence de dynamique des prix

Car en réalité, pour la BCE, le Brexit n'est qu'une donnée d'un problème qui, depuis deux ans, est toujours le même : l'incapacité, malgré les centaines de milliards d'euros injectés sur les marchés à dynamiser la croissance. Certes, la BCE peut se réjouir de voir passer en juin le taux d'inflation annuel de la zone euro en territoire positif avec une hausse de 0,1 % suivant deux mois de baisse (-0,2 % en avril et -0,1 en mai), mais il y a là en réalité, peu de raison de se réjouir. Le ralentissement de la baisse annuelle des prix de l'énergie imprime un effet mécanique de remontée du taux d'inflation, tandis que l'inflation sous-jacente, hors énergie, alimentation et tabac remonte de 0,1 point et reste à 0,9 %, assez faible. Du reste, sur un mois, les prix sous-jacents sont demeurés stables. Même si la remontée à 1,1 % sur un an (contre 1 % en mai) du prix des services est encourageant, la dynamique inflationniste demeure très faible en zone euro.

Et c'est un problème pour la BCE. Sans cette dynamique de prix, l'économie est condamnée à une croissance médiocre. D'autant qu'un des moteurs de la croissance passée est désormais en danger : la consommation des ménages, alimentée par la baisse des prix de l'énergie va bientôt perdre cet appui (les prix énergétiques ont remonté de 1,7 % sur un mois en juin). Les gains de pouvoir d'achat vont se réduire et la consommation des ménages va naturellement s'en ressentir dans la mesure où l'on ne voit guère - sauf en Allemagne - les salaires nominaux prendre le relais. Privés des gains directs de cette manne du prix de l'essence en baisse, les ménages vont être tentés de reporter ou comprimer leurs achats, faisant pression à la baisse sur les autres prix.

Croissance faible

On sait, par ailleurs, que l'inflation faible pénalise l'investissement - à quoi bon investir dans un futur où les marges resteront limitées par des prix faibles et où la concurrence par les prix dominera ? - mais aussi rend le poids de la dette nominale plus élevé pour les agents endettés. Au final, le problème inflationniste demeure entier pour la BCE. Pour preuve, la croissance semble manquer d'entrain depuis le très bon premier trimestre de 2016 où le PIB avait bondi de 0,6 %. L'indice PMI Markit composite des directeurs d'achat a stagné en juin, suggérant que la zone euro aurait « connu la plus faible croissance depuis la fin 2014 ». Pour preuve, la production industrielle a reculé dans la zone euro de 1,2 % sur un mois en mai, avec notamment un recul de 2 % des biens d'investissement. Bref, il y a fort à parier que la croissance de la zone euro au deuxième trimestre soit si faible qu'elle efface en partie le brillant début de l'année. Tout ne tient plus qu'à la bonne volonté des ménages, dont on a vu la fragilité, tandis que le moteur externe demeure extrêmement faible, le commerce mondial demeurant stagnant.

Le Brexit tombe donc mal. La zone euro n'avait guère besoin d'un élément d'affaiblissement supplémentaire, même si la BCE n'a estimé qu'à 0,5 point de PIB sur trois ans l'effet négatif de cet événement sur la croissance. Le problème est bien celui de la confiance, celle-là même qui manque aux banques italiennes. Les doutes sur la troisième économique de la zone euro sont devenus, après le 23 juin, un enjeu majeur. Pour l'Italie, d'abord, car la politique de la BCE est inutile si le secteur bancaire ne peut transmettre sa politique. Pour le reste de la zone euro ensuite, car tant que ce problème demeurera, tant que Matteo Renzi sera fragilisé politiquement, c'est bien sur tout l'édifice de la zone euro que demeurera un doute.

Une BCE démunie ou presque

L'ennui, c'est que la BCE est désormais assez démunie. Certes, elle dispose encore d'outils et Mario Draghi pourra peut-être jeudi en évoquer quelques-uns pour une éventuelle utilisation à la rentrée : allongement à septembre 2017 du programme de rachat de titres dont la fin est programmé à mars 2017 aujourd'hui ; nouvelle baisse du taux de dépôt ; nouvel élargissement des titres à racheter... Le problème, c'est qu'il est désormais clair qu'aucun des outils de politique monétaire à disposition ne semble capable de réellement de résoudre l'équation de l'économie de la zone euro. Ces moyens sont des bonnes lignes de défense, mais elles ne créent pas des besoins qui n'existent pas, ni de l'activité. Aussi aller plus loin pourrait être inutile et, in fine, nocif en créant des bulles financières et en pesant sur la rentabilité de certaines banques.

Remise en cause urgente de la doctrine de la BCE

Il semble donc urgent de s'interroger sur la pertinence de la logique qui préside à la logique de la BCE : la baisse des taux ne provoque pas l'acte d'investissement, sauf peut-être dans des cas de renouvellement impérieux ou de maintenance de l'outil industriel. C'est bien la perspective de croissance et de nouvelles demandes qui déterminent la décision de l'investissement. Or, la BCE ne peut pas, par les moyens actuels, fournir ces perspectives, même si elle tente avec le TLTRO II ou les rachats de dettes privées, ce n'est que de façon imparfaite et indirecte. Mario Draghi semble conscient de ces limites. Selon Reuters, il devrait jeudi demander aux gouvernements « d'agir davantage » pour soutenir l'économie de la zone euro.

La politique à contre-courant de la zone euro

Mais Mario Draghi a peu de chance d'être entendu, encore une fois. En zone euro, l'Allemagne refuse toute relance, même indirecte via la Banque européenne d'investissement. Elle reste attachée à l'idée que seule les « réformes structurelles », souvent déflationnistes, permettront de relancer la croissance. Une croyance mise en échec depuis six longues années, mais qui reste la doctrine officielle de la zone euro. La décision de la Commission européenne de lancer une procédure de sanctions contre le Portugal et l'Espagne sous la pression allemande ainsi que l'oubli de l'abandon de la politique d'ajustement unilatéral un temps évoqué après le 23 juin prouvent assez que la zone euro refuse toute action sur la demande par les pouvoirs publics. Peu importe que l'OCDE demande aussi plus de dépenses, peu importe qu'au Japon, en Chine, au Royaume-Uni, ce soutien public à la demande soit en place ou au cœur des réflexions, la zone euro reste attachée à sa doctrine ricardienne : réduire les déficits permet d'assurer la confiance des agents économiques. Pourtant, les déficits ont été réduits fortement en zone euro depuis 2010 et la confiance dans l'avenir demeure faible.

Impuissance

Le pragmatisme de Mario Draghi semble de plus en plus inopérant face à la doctrine du « respect de la règle avant tout » défendue par le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble. En Italie ou au Portugal, ces règles bancaires ou budgétaires, sapent les efforts de la BCE et rendent sa politique vaine. Partout, les politiques mènent ou des politiques neutres ou des politiques franchement déflationnistes et l'on tape sur les doigts de ceux qui ne s'y plient pas. In fine, Mario Draghi, seul, semble réduit à tourner en rond en assurant tout le monde de l'efficacité d'une politique qui prouve chaque jour un peu plus ses limites. Seul rempart contre la croissance et l'inflation faibles, il est de plus en plus impuissant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/07/2016 à 10:30 :
Tant que l'Europe ne sera pas construite avec des bases et des règles cohérentes. Tant que le nombre de pays, si différents, primera sur la qualité et la vision des projets, on arrivera à rien. Pire, on s'enlise !
a écrit le 19/07/2016 à 21:37 :
J'accepte que la bce me prête. j'ai des emprûnts
a écrit le 19/07/2016 à 18:18 :
La responsabilité financière incombe en premier lieu aux investisseurs et au management de la banque qui ont pris les risques d´accorder des crédits à des clients dont la réputation était/s´est dégradée. Après avoir récupéré ce qu´il pouvait en être de ces créances pourries il conviendrait d´inviter les clients les plus fortunés ( dépôts de 100.000 et plus ) à la résorption du déficit. En troisième lieu un fonds de secours d´abord national pourrait cracher au bassinet ....La liquidation serait la solution ultime...Il va de soi que d´autres banques de dimension internationale (Deutsche Bank, Paribas...etc ) soient impliquées...Tant pis ! Il faut que cesse la privatisation des profits et la nationalisation des pertes supportées par le contribuable !
a écrit le 19/07/2016 à 17:14 :
Vraiment il est temps d'en finir avec le néo.libéralisme. A croire que l'on a vraiment des incompétents à la tête de l'UE. En effet d'un còté on prone l'austérité et de l'autre la relance.Quel que soit la manière la relance est condamnée d'avance et voici pourquoi et c'est facile à comprendre. Mème un élève de 1 ère année de fac économie le comprendrait.
Austérité, signifie restrictions de tous odres, dont la consommation, cela implique que la structure de production est largement supérieure à la demande. D'où pas d'investissement du tout et mème, fermeture de l'outil de production, licenciement et 10 % de la main d'ouvre au chômage en France et sans espoir de retrouver du travail, pour 9 sur 10 de ces chômeurs, selon le FMI qui n'est pourtant pas un modèle en économie dirigée. N'est-ce-pas ?
Tant que cette évidence, ne sera pas comprise par les dirigeants, la crise continuera.
a écrit le 19/07/2016 à 11:05 :
Moralité: l'utilisation massive de la planche à billet (et ses moyens dérivés) n'a jamais fait croitre un pays ou une zone monétaire, et ne fait que croitre l'instabilité ambiante (bonjour les bulles en préparation). Mais, o surprise, ça on le savait déja.
a écrit le 19/07/2016 à 8:22 :
Désolé mais non, ce sont bien les allemands qui ont raisons sur le fond.
Ce sont bien les réformes conjoncturelles si il faut mener. Affirmer, comme dans cet article, que des politiques "déflationnistes" ont échouées est in mensonges : elles n ont jamais été mises en œuvre! Notre dette s accroît, les pouvoirs publics continuent à augmenter les impôts et à se servir de ces ressources pour des dépenses de fonctionnement et non d investissement.
Le pouvoir d achat des ménages a systématiquement (sauf 1 an) en progression supérieure à la croissance... Il est donc temps de rééquilibrer notre économie qui, pour preuve, est résolument en déficit du commerce extérieur.
Lorsque ces politiques "déflationnistes" auront été mises en œuvre nous jugerons (à quand un budget de l état en excédent ...?).
Certes, il peut être encore tentant de continuer à creuser notre déficit, nos dettes et notre tombe (ou plutôt celle de nos enfants) dans une période de taux bas. Mais nos politiques nous ont suffisamment prouve leurs incompétences (dépenses électoralistes de fonctionnement court terme vs investissement qui profitera au successeur ...).
a écrit le 19/07/2016 à 5:25 :
vous n'avez toujours pas compris qu'une dépense d'un ménage n'a rien d'une production : vous vous entêtez dans vos aneries !!! et en plus on découvre, quelques mois après qu'en fait d'investissements, il s'agissait d'achat de flotte de voitures !! comme si une voiture était un investissement !!! on croit rêver : des êtres humains ont fait science po pour sortir de pareilles stupidités !!!!
Réponse de le 19/07/2016 à 8:56 :
Exact.
Et MD et ses copains économistes n'ont toujours pas compris qu'il ne sert à rien d'inonder le marché quand il n'y a pas de demande.
Une grande part des ménages s'appauvrissent, une grande partie des entreprises n'ont pas de perspectives.
Le modèle expansionniste démontre son inefficacité mais le dogme demeure.
a écrit le 18/07/2016 à 18:16 :
Les preuves se multiplient, il semblerait que comme le conseille M. Santini il faille désintégrer cette europe là qui part dans toutes les directions en fonction des intérêts de chacun sans que quiconque soit en mesure de l'en empêcher.

Mike le poulet sans tête en est mort certes mais a vécu quand même 18 mois.
Réponse de le 18/07/2016 à 23:04 :
Plutôt que de désintégrer je préférerai qu'on concentre. Mais c'est une évidence, que l'Allemagne ne veut pas voir, que la situation actuelle n'est plus tenable.
Réponse de le 19/07/2016 à 11:02 :
Nostradamus a parlé. Bon plus sérieusement c'ets tout de même assez drole de voir les europhobes pester contre les mesures qu'ils promeuvent eux meme, à savoir la maitrise de la banque centrale pour faire tourner la planche a billet.
Mais voila, la planche a billet n'a sur le moyen/long terme strictement aucun effet sur la croissance d'un pays. Ca ne fait jouer que l'inflation a distance dans le temps.
Réponse de le 19/07/2016 à 11:53 :
"Nostradamus a parlé. Bon plus sérieusement"

Ah parce que c'était une blague ?

"les europhobes"

Mais vous parlez de qui ? De moi ? De Godin ? De Santi ? Vous pensez que c'est un complot ?

La planche a billet permet aux états unis de rester la tête hors de l'eau, donc au lieu de parler dans le vide en admirant votre nombril regardez ce qu'il se passe ailleurs, dans la réalité, merci.
Réponse de le 19/07/2016 à 11:59 :
A Tom: Désintégrer le mot est fort en effet maintenant hélas de part l'inertie totale de nos décideurs économiques et politiques c'est un mot adapté.

Je suis pour l'europe des peuples, je suis contre l'europe du fric, j'ai voté contre maastricht (mon tout premier vote) et contre le traité constitutionnel européen et l'avenir nous a donné raison.

Je pense que cette idée d'europe des peuples est encore largement majoritaire dans la tête des citoyens européens mais par contre que cette europe oligarchique de la compromission et des multinationales ne passent plus du tout.

ET que même de nous assimiler aux fachos ça ne fonctionne plus pour nous empêcher d'exprimer le profond rejet de cette europe là.

Il faut une europe mais casser ce placebo totalement gangrené pour repartir sur des bases saines parce qu'avec des gens contaminés cela ne sera jamais possible.

J'aime l'europe et les européens, par contre je déteste les charlatans et les margoulins qui n'ont que misère et mort à nous proposer.
Réponse de le 19/07/2016 à 15:07 :
@Citoyen blasé: en l'occurence je vous répondai à vous, pusique mon message s'inscrit en réponse du votre.
La planche a billet n'a quasiment aucun effet sur la croissance a moyen/long terme. Cela fait deja un petit bout de temps qu'on le sait avec certitude. Ca n'a d'ailleurs jamais ete le but des maneouvres de la BCE qui en a pleine conscience. Le but de la BCE etait d'abord d'essayer de faire chuter drastiquement les taux d'interets sur les dettes souveraines, afin d'eviter la faillite d'un grand pays de l'Eurozone (et ca c'est réussi à l'heur eactuelle). Puis dans un 2eme temps d'eviter la déflation pure (et ça c'est plus compliqué, car ca dépend de facteurs que la BCE ne maitrise pas).
Mais croire que la planche a billet relance la croissance durablement est une vaste farce. Seules les gouvernements par leur politique economique générale (pour peu qu'elle soit adequate) peuvent le faire....
Maintenant, oui je vous taquinait sur facilité a critiquer des décisions que vos hérauts appellent eux meme de leurs voeux. Un peu de coherence ca ne nuit jamais vous savez ;)
Réponse de le 19/07/2016 à 16:48 :
le problème est en période de crise la palisse dirait que la demande est dirigée par la pyramide maslowvienne : se nourrir , se vêtir et se loger et se déplacer , partant de là on voit bien que volkswagen continue de faire un carton avec audit, que ZARA continue son chiffre d'affaires , que le logement se calme mais que les prix ne baissent pas. Ce faisant Effectivement les mesures d'austérité peuvent porter sur l'économie de 80 milliards d'euros d'allocations et de RSA , vu que les allocations sont données au deuxième enfant et pas au premier alors que c'est le contraire en europe, que le rsa est refusé aux moins de 18 ans alors que certains travaillent, que l'on peut supprimer 60 milliards d'aide directe aux grandes entreprises, 70 milliards de niches fiscales et 18 milliards de cice vu que tout est pour les grandes entreprises et rien aux TPE . On a déjà 228 milliards d'économies par an et 30 milliards de formation professionnelle et on tombe à 258 milliards et 9 ans on rembourse totalement la dette. Cependant le gouvernement de la BDF disait qu'on avait 4461 milliards de patrimoine financier pour une dette de 2000 mds d'euros. Cherchez l'erreur
Réponse de le 20/07/2016 à 9:51 :
KId A, je sais qu'il n'y a pas plus aveugle que celui qui ne veut voir mais pourriez vous me dire où j'ai dis que la planche à billets relançait la croissance ?

Non je ne l'ai pas dis, j'ai juste dit que la place à billets permet aux états unis de se sortir de cette baisse généralisée et mondiale de la consommation des ménages et donc de cette profonde crise dans laquelle nous ont mit les financiers en 2008.

Compensant ainsi en partie l'argent que détournent les multinationales et les milliardaires des états via le circuit de la redistribution indispensable pour la consommation des ménages.

Merci de mieux me lire la prochaine fois svp cela vous aurait évité un commentaire si long à côté de la plaque et donc de l'énergie dépensée pour rien, en ces temps de canicule ce n'est pas rien.
Réponse de le 20/07/2016 à 9:56 :
En effet citoyen en colère, volkswagen a réussi à dissimuler en partie le fait au grand public que les moteurs des audi sont les mêmes que ceux de leurs volkwagen.

Mais bon vw est très habile en ce qui concerne sa capacité de communication, ils sont loin de faire les meilleurs voitures du monde, par contre c'est le constructeur qui sait le mieux mentir au monde, pas étonnant d'ailleurs qu'ils aient du coup tenté une fraude aussi énorme, si les américains n'avaient pas porté le truc cela serait passé sans problème. ils sont très forts on ne peut que leur reconnaître.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :