La crise agricole fait grimper l'euroscepticisme au gouvernement Valls

 |   |  912  mots
Dans l'entourage du Premier ministre, la ligne politique n'a jamais été très europhile.
Dans l'entourage du Premier ministre, la ligne politique n'a jamais été très europhile. (Crédits : Reuters)
Dernier épisode en date, lundi 8 février, quand le Premier ministre, Manuel Valls, a pris l’Europe à partie à propos de la crise agricole alors que les manifestations d’éleveurs se multiplient. Un article de notre partenaire Euractiv.

«  La Commission doit activer les pouvoirs dont elle dispose en cas de crise, jusqu'à présent, elle a fait trop peu et trop tard », a estimé le Premier ministre français.

Les permanences de plusieurs élus locaux ont été visitées et des cadavres d'animaux y ont été déposés notamment dans le Lot-et-Garonne, tandis que des manifestations d'exaspérations des éleveurs de porcs reprenaient en Bretagne.

Appel de la France à une régulation du marché

En urgence, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a demandé « des mesures de régulation des marchés » dans un mémorandum préparant le prochain conseil des ministres de l'Agriculture, selon le Premier ministre.

Des déclarations qui ont irrité l'opposition, comme le montre ce tweet de la députée européenne Constance Le Grip

Trop facile de se livrer à du "Brussels bashing" contre la Commission européenne dans la crise agricole, Monsieur @manuelvalls ! 1/3

— constancelegrip (@constancelegrip) 8 Février 2016

De fait, le ministre de l'Agriculture, également porte-parole du gouvernement, a tendance à peu fréquenter les conseils Agriculture de Bruxelles, où il envoie régulièrement des représentants.

Le comportement de la Commission Juncker mal accepté

De l'avis général, l'influence de la France sur les questions agricoles n'est pas au beau fixe depuis l'arrivée de l'Irlandais Phil Hogan aux manettes du portefeuille agriculture à la Commission européenne.

« En fait, la DG Agri est là pour écouter les intérêts anglo-saxons, et se concentre surtout sur l'Irlande », regrette le membre d'une organisation agricole française.

Le comportement de la Commission Juncker est souvent mal accepté à Paris. Dernier épisode en date, l'ouverture d'une enquête pour entente sur les prix dans l'élevage, a particulièrement exacerbé les tensions.

Et à propos du Dieselgate, la ministre de l'Écologie Ségolène Royal s'est aussi laissée aller à critiquer les institutions européennes.

L'euroscepticisme progresse à gauche

L'épisode révèle aussi une tendance de plus en plus claire au sein du gouvernement français : celle d'un euroscepticisme rampant.

Dans l'entourage du Premier ministre, la ligne politique n'a jamais été très europhile. A Davos, déjà, le Premier ministre Manuel Valls avait prévenu que « le projet européen pouvait mourir » si les défis n'étaient pas relevés à très court terme. Il avait aussi prévenu que « l'Europe pouvait sortir de l'Histoire ».

Mais un nouveau cran a été franchi, au point que des conseillers du Premier ministre ne se cachent plus de leur irritation envers Bruxelles.

« Ceux-là mêmes qui nous reprochaient nos critiques sur le fonctionnement de l'UE il y a deux-trois ans ne cessent de dénigrer ce que fait Bruxelles. Les vannes ont lâché, avec la politique sécuritaire, on voit renaître les doutes de la gauche sur l'intégration européenne », affirme un élu français.

Clivages du référendum de 2005

En 2005, la gauche s'était fortement divisée sur la question européenne, à l'occasion du vote sur la constitution européenne. A l'époque, certains membres influents du parti, dont Laurent Fabius mais aussi Manuel Valls, avaient milité pour le « Non ». L'actuel Premier ministre avait fini par appeler à voter pour, et le « Non» l'avait emporté de justesse.

    | Lire : Les Verts dénoncent la duplicité de la France sur l'affaire Volkswagen

Pour tenter de satisfaire les agriculteurs, et notamment les éleveurs de porcs les plus impactés par l'effondrement des prix de la viande, le Premier ministre a par ailleurs promis d'intervenir auprès de la Russie pour rouvrir le marché russe aux exportations françaises.

Bras de fer en vue avec Bruxelles sur l'embargo russe

En effet, après l'embargo décidé par la Russie sur le porc des régions limitrophes comme la Pologne et l'Allemagne, la Commission européenne a décidé de négocier en bloc, pour l'ensemble des 28 pays. L'excuse de la peste porcine mise en avant par Moscou ne concerne en rien les porcs français et surtout pas bretons.

Mais, ce faisant, le Premier ministre entame un bras de fer avec la Commission, qui refuse d'ouvrir des négociations pays par pays.

Depuis le début de l'embargo russe, la France a perdu des débouchés importants. Certes, de nouveaux marchés ont été ouverts, en Asie notamment - en Chine et au Viet-Nam. Mais, vu la faiblesse des prix de la viande sur cette partie du globe, les exportations en Asie se font à bas prix.

« On a retrouvé les exportations en volume, mais les prix sont ridiculement bas », assure un représentant de la filière porcine.

___

RÉACTIONS

"La situation de l'agriculture française appelle une véritable prise de responsabilité gouvernementale et des réformes structurelles, notamment par une baisse des charges et la mise en place d'une véritable politique sociale et fiscale adaptée à une économie mondialisée. Si la mise en œuvre de mesures d'intervention sur le marché est nécessaire, force est de constater que la France est isolée au niveau européen, situation renforcée par l'absentéisme chronique du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll à Bruxelles. Avant de nous aider, nos partenaires attendent principalement que la France fasse des réformes de structure », a déclaré Michel Dantin, eurodéputé "Les Républicains".

___

Par Aline Robert, Euractiv.fr

(Publié le mardi 9 février 2016 à 9:10)

___

>> Retrouvez toutes les actualités et débats qui animent l'Union Européenne sur Euractiv.fr

Euractiv

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2016 à 8:00 :
Quoi d'étonnant ! il serait temps de reconnaître l'incompétence de l'équipe de bras-cassés piloté par flenbi !!
a écrit le 10/02/2016 à 18:57 :
Enfin, le langage de la raison , la commission européenne est une imposture ,elle ne défend pas les européens , elle ouvre en grand les portes et les fenêtres à la mondialisation sauvage anglo saxonne ,le paradis des multinationales et des pays tricheurs ,dont le plus important est l’Allemagne , qui intelligemment se joue des règles ,et les politiciens naïfs français , ne se rendent compte de rien ,ou par lâcheté laissent faire . Mais le peuple souverain finira par imposer sa volonté et mettra fin a la dictature des élites , et des énarques .
a écrit le 10/02/2016 à 8:55 :
L'Europe n'est et ne doit rester qu'un marché commun avec des normes donc il ne faut rien en attendre de plus. Un sevrage des subventions est nécessaire. Il appartient à la France d'adapter son économie et son système socialo fiscal dans la zone euro et dans ce marché commun en déportant par exemple les charges MSA (ou RSI ou autres dans d'autres professions) vers la TVA et la CSG (cette dernière pouvant être assortie d'un impôt négatif), en évitant également de surréglementer par rapport à l'Europe. La profession elle-même doit s'adapter au marché (regrouper par exemple des moyens de production entre exploitations)...
a écrit le 10/02/2016 à 0:03 :
Le Foll voulait etre Sinistre de l'Agriculture, il MEPRISE Clairement les Agriculteurs : " Moi Président Je " ( 17fois ) ne peut bien évidemment rien refuser à l'un de ses meilleurs copains. Bruno Lemaire son prédécesseur était très très très apprécié par les Agriculteurs et Pecheurs, et Ostréiculteurs : il les visitait, et les consultait sans cesse, et se battait avec un acharnement sans relache, sur tous les fronts.
a écrit le 09/02/2016 à 19:22 :
Curieux, je n'ai pas accès aux 18 commentaires précédents (?) ...Les sanctions contre la Russie coutaient déjà 21 milliards à l'UE l'an dernier (La Tribune 9/2/15). Le coût pour la filière porcine française aujourd’hui : 41 millions. La Russie ayant son tour établi des contre-sanctions, la facture va s'alourdir sérieusement. Qui est sanctionné finalement ?
Réponse de le 10/02/2016 à 9:36 :
On a voulu faire les malins avec la Russie ,on a humilié ce peuple avec nos décisions et la non livraison des bateaux mistral !!!on est des donneurs de leçon à la botte des Américains qui en rient encore !!et bien maintenant dansons !!!et pleurons comme le font nos pauvres agriculteurs qui subissent cette politique dévastatrices pour eux
a écrit le 09/02/2016 à 17:59 :
C'est toujours la faute des autres, à Bruxelles, à l'Europe, aux Allemands etc, etc. Que le gouvernement socialiste baisse les charges insupportables et supprime la pléthore de normes, règlements et autres joyeusetés administratives que nos voisins n'appliquent pas. Ce gouvernement n'est pas bon à rien, il est mauvais à tout.
a écrit le 09/02/2016 à 16:38 :
Eurosceptisme.
^p
Le continent de l'Europe, la Commission Europeene et le dirigeant de la Commission M. Juncker ne sont pas les memes choses.
Réponse de le 09/02/2016 à 19:31 :
Un autre petit européïste infiltré, et c'est moi qui l' ai trouvé, il est à moi, c'est le mien, c'est mon trophée...
a écrit le 09/02/2016 à 15:06 :
Avant de s'en prendre à l'Europe Mr Valls aurait mieux fait de réfléchir avant de s'en prendre à la Russie suite à l'affaire d'Ukraine . Nous payons notre aveuglement par un blocus de nos exportations agroalimentaires en ayant annulé la livraison des Mistral. Les américains doivent bien rigoler du mauvais tour qu'ils nous ont jouer en fabriquant cette crise ukrainienne !
a écrit le 09/02/2016 à 14:17 :
C est la faute à l Europe!! ca y est ils ont trouvé le responsable Je me demande comment les agriculteurs des autres pays de L UE et spécialement les Allemands et les pays du nord arrivent à vivre correctement et sont compétitifs ???alors que nos agriculteurs tirent la langue depuis des années !!!je ne comprends pas !!peux t on m ' expliquer ???
Réponse de le 09/02/2016 à 17:17 :
Un petit européïste infiltré, et c'est moi qui l' ai trouvé, il est à moi, c'est le mien, c'est mon trophée...
a écrit le 09/02/2016 à 13:57 :
Aucun mot sur Christine Lagarde, Michel Barnier ou Bruno Lemaire ? Anciens ministres sous Sarkozy. La responsabilité... connais pas !
a écrit le 09/02/2016 à 13:53 :
Cloîtrés dans leurs bureaux de verre, les décideurs bruxellois – au train de vie luxueux, avec 6.500 euros nets par mois en moyenne, soit la moitié de ce que touche un éleveur en un an (http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/un-fonctionnaire-europeen-gagne-6-500-euros-nets-mois-653250.html) – se moquent des cris de détresse de l’agriculture française. Les européistes n’hésitent pas à sacrifier froidement nos agriculteurs au dogme européiste, comme ils sacrifient le peuple grec à l’euro.

Seule la sortie de la France de l’Union européenne grâce à l’article 50 du Traité de l’Union européenne permettra de sauver l’agriculture française, et notamment l’élevage, de la destruction.

L’UPR appelle les éleveurs et, plus largement, les agriculteurs et les Français à ne pas se laisser intimider par la propagande européiste.

Les subventions prétendument « européennes » sont, en réalité, françaises puisque la France est contributrice nette au budget européen – de la bagatelle de 9,4 milliards d’euros en 2014 !

La sortie de l’Union Européenne permettra donc non seulement de conserver les subventions au monde agricole, dans le cadre d’une politique nationale, mais de disposer de 9,4 nouveaux milliards d’euros de plus.

http://www.upr.fr/communiques-de-presse/lupr-conseille-aux-eleveurs-francais-de-ne-pas-se-tromper-de-cible-et-dexiger-la-sortie-de-la-france-de-lunion-europeenne
Réponse de le 09/02/2016 à 19:29 :
D' une grande perspicacité d' analyse, merci.
a écrit le 09/02/2016 à 13:51 :
Il font la tronche les petits européïstes, peur que le peuple les bouscule..?
a écrit le 09/02/2016 à 13:12 :
Ben oui en 2005 les français ont voté massivement contre ce traité constitutionnel, ils avaient largement raison donc mais les élus, n'écoutant que les actionnaires milliardaires et les multinationales, ont fait passer le oui en force deux ans plus tard.

Démocratie ? Cela pourrait être jubilatoire si ce n'est pas encore le peuple qui d'une façon ou d'une autre paiera encore une fois les dégâts engendrés par le néolibéralisme, dictature économique s'il en est.

30000 lobbyistes privés au parlement européen...
Réponse de le 09/02/2016 à 15:38 :
"ont fait passer le oui en force deux ans plus tard".

Oui, c''était pourtant annoncé dans le programme de Sarkozy en 2007 , ce qui n'a pas empêché l'électorat FN de voter quand même pour lui au deuxieme tour, comme quoi.
Réponse de le 10/02/2016 à 23:26 :
c encore ce petit tordu de sarko qui a pas respecter le vote des français et il voudrais revenir avec sa clic il reve CE PETIT NERVEUX
a écrit le 09/02/2016 à 13:01 :
Pour le référendum pour la constitution européenne, le « Non» l'avait emporté de justesse.

Avec 55% de non contre l'avis de la plupart des élites, ce n'est pas de justesse.
Réponse de le 09/02/2016 à 17:14 :
Bien vu, c'est juste le contraire !
a écrit le 09/02/2016 à 12:12 :
et le « Non» l'avait emporté de justesse. ^^ vous avez de l'humour

nombre % des inscrits % des votants % des suffrages exprimés
OUI 12 808 270 30,65 44,18 45,33
NON 15 449 508 36,97 53,30 54,67

Depuis ce déni de démocratie, l'abstention progresse à chaque éléction
Réponse de le 09/02/2016 à 13:09 :
Merci, mon poil s'est hérissé d'un coup quand j'ai lu ceci...
a écrit le 09/02/2016 à 12:05 :
Nous constatons tous les jours les méfaits des diktats de Bruxelles sur les politiques des pays européens dont la France... Il n'y a qu'à voir Schengen et compagnie , un désastre !
Rien n'est adapté aux particularités de chaque pays et tout est nivelé par des lois inefficientes ou absurdes ! Le plus grave, c'est que chaque pays perd lentement mais surement sa souveraineté !!!
Réponse de le 09/02/2016 à 14:30 :
Bruxelles a bon dos. Il faut que notre brillant Président pèse beaucoup plus sur les décisions qui y sont prises dans ce domaine là comme dans d'autres. Il en a tout à fait les moyens mais il faut connaître ses dossiers sur le bout des doigts. Il est quand même impensable que le commissaire qui gère l'Agriculture ne soit pas Francais, la France étant la première puissance agricole de l'Union.
a écrit le 09/02/2016 à 11:57 :
le gouvernement devrait regarder pourquoi un pays serieux comme l'allemagne n'a pas de problème et nous si ! Ils ont mis en place des lois qui permettent le développement de l'agriculture et les allemands sont maintenant les 1er fermiers Européens, place qu'ils ont gagné en 10 n$ans, ...: moins de règles , moins de taxes, moins de contraintes et du coup moins de subventions et moins de manifestations...un cercle vertueux que nous n'avons pas !
Réponse de le 09/02/2016 à 14:51 :
Très juste analyse. Mais quand on lit les réactions , on ne peut qu'être très inquiet pour notre pays qui se complait dans l'anti libéralisme, la chasse aux riches et aux entreprises qui fonctionnent bien pour ne mettre en avant que le repli sur soi et les bisounours.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :