Un jeune Italien sur cinq n'a ni emploi ni formation

 |   |  267  mots
De jeunes italiens prennent part à une manifestation en 2011, à Rome.
De jeunes italiens prennent part à une manifestation en 2011, à Rome. (Crédits : REUTERS/Max Rossi)
Il s'agit du taux le plus élevé parmi les 28 pays de l'Union européenne, la moyenne du continent se situant à 11,5%, selon un rapport de la Commission européenne.

Frappée par un taux de chômage qui atteint des sommets chez les 15-24 ans (37%), l'Italie est aussi le pays d'Europe qui compte le plus de jeunes qui n'ont "ni emploi ni formation", selon un rapport de la Commission européenne sur l'évolution de l'emploi et de la situation sociale en Europe.

Ils sont en effet 19,9% en 2016, soit un sur cinq appartenant à cette tranche d'âge, à faire partie des Neet, acronyme anglophone pour "Neither in Employment nor in Education and Training", à en croire ce document rendu public lundi.

Il s'agit du taux le plus élevé parmi les 28 pays de l'Union européenne, la moyenne du continent se situant à 11,5%, selon le rapport qui était abondamment commenté mardi par les médias italiens. La presse relève d'autres éléments peu encourageants dans le document comme le taux de personnes vivant dans un état de pauvreté (11,9%), chiffre qui place la péninsule en queue de peloton, avec l'Estonie et la Roumanie.

Des jeunes pourtant actifs

Le quotidien la Repubblica approfondit toutefois les statistiques européennes en précisant que les "Neet" italiens ne passent pas pour autant leurs journées à ne rien faire.  Il distingue ainsi les nombreux jeunes italiens "engagés dans une quête quotidienne pour entrer dans le monde du travail, qui les refuse, et les découragés, qui se sentent inadaptés et se retirent du jeu".

Le journal fait aussi valoir que, dans la première catégorie, nombreux sont ceux qui font du volontariat au sein d'associations à but non lucratif, "une forme d'antidote au fait d'être Neet".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/07/2017 à 13:17 :
Ces chiffres comptabilisent les personnes issues de l'immigration ou pas ? Est ce que ce n'est pas l'avancée technologique qui n'a pas diminué de 35% au moins l'emploi ? Ou les délocalisations des entreprises ou la main d'œuvre est moins chère et aussi la corruption des gvts ou les fonds publics sont dilapidés ??
a écrit le 18/07/2017 à 20:10 :
Alors pourquoi Bruxelles (notre Vrai gouvernement) force l'Italie a accepter les centaines de milliers de migrants africains qui débarquent sur les côtes tous les ans ?
a écrit le 18/07/2017 à 16:59 :
Chiffres tout à fait relatifs, car que vaut le bac, merci Jospin ?
a écrit le 18/07/2017 à 16:08 :
Mais pourquoi tout les pays méditéranéens: France, Espagne, Grece, Portugal, Balkans ont les pires difficulties à faire travailler leurs jeunes diplômés ?

En effet, en europe, si on retire les pays de l'est, on constate que ce sont uniquement les pays méditérannéens qui ont un gros problème avec le chômage des jeunes...

Mais pourquoi donc ?
Réponse de le 19/07/2017 à 4:45 :
Plus d'industrie manufacturiere. Presque tout a ete delocalise.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :