La BPI reçoit le feu vert du Parlement

 |   |  203  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Mise en place pour garantir le financement des entreprises fragilisées en cette période de crise, la BPI sera dirigée par Nicolas Dufourcq et présidée par Jean-Pierre Jouyet.

La Banque publique d'investissement devrait donc démarrer début 2013 avec un budget conséquent de 40 milliards d?euros. Son objectif est de garantir le financement des petites et moyennes entreprises (PME) et des entreprises innovantes. Sa création constitue le premier des soixantes engagements de François Hollande pendant la champagne présidentielle.
Le ministre de l'Economie solidaire Benoît Hamon a au nom du gouvernement salué cet "outil d'accompagnement", notamment des PME, et un texte "tout entier tourné vers l'intérêt général". Avec l'effet de levier, la BPI pourra disposer de 70 milliards d'euros, a reprécisé Thierry Mandon (PS). Le Sénat a adopté le texte de compromis Assemblée-Sénat, après le vote des députés. La BPI doit réunir dans chaque région, sous un guichet unique, les services du Fonds stratégique d'investissement (FSI), qui prend des participations dans des sociétés françaises stratégiques, de la banque publique des PME et de l'innovation, Oséo, et de CDC Entreprises, filiale de la Caisse des dépôts. Redoutant de possibles conflits d?intérêt, Philippe Dominati (UMP) a estimé que "la BPI sera un nouveau dinosaure". (Source : AFP)
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2012 à 12:20 :
On taxe un peu plus les PME et après on leur "porte secours"????!!!!! C'est un rachat de bonne conscience????
a écrit le 20/12/2012 à 11:18 :
Il serait temps que les pouvoirs publics trouvent un autre acronyme que "BPI" à la Banque Publique d'Investissements, car il existe déjà une banque BPI cotée à l'Euronext et ayant plusieurs établissements en France...
Réponse de le 20/12/2012 à 12:14 :
Autre BPI Group acronyme d'une sulfureuse société proche de l'UMP, un « cabinet » de conseil en stratégie de changement dans les friches industrielles, grand spécialiste de la captation des aides publiques pour « organiser » des centres d?appels aux fins de recycler des ingénieurs talentueux en téléphonistes smicards !!! y comprit en menaçant gravement les pauvres victimes des patrons voyous ? LIRE LA SUITE ?La Feuille de route dictée en février par le cabinet BPI à la direction de Siemens VAI MT pour encadrer son plan de restructuration sur les sites de Saint-Chamond et Montbrison, où 274 emplois sur 600 doivent être supprimés relevait de l'acte de guerre?
http://www.leprogres.fr/loire/2010/03/18/siemens-une-feuille-de-route-sanguine-pour-preparer-la-restructuration-dans-la-loire
Réponse de le 20/12/2012 à 13:26 :
@ «BPI sulfureuse»:....Ne laissez pas la politique vous aveugler!...Je vous confirme à toutes fins utiles que la BPI est la quatrième banque privée portugaise, inscrite à la bourse de Lisbonne, cotée à L'Euronext (Banco BPI, Symbole BPI, Code ISIN: PTBPI0AM0004), et qui dispose d'un certain nombre d'établissements (siège et agences) en France ...
a écrit le 20/12/2012 à 10:56 :
Une entreprise ne doit-t-elle pas fonctionner sur 2 pieds? Ne peut-on orienter les livrets A vers la création? Pour ce qui est des investissements, vu que les entreprises sont en concurrence avec l'Etat pour l'épargne, près de la moitié de la bourse est détenue par des étrangers. On apprend que l'investissement américain devient froid: Fin octobre, les investisseurs américains faisaient déjà état de leurs inquiétudes: "seuls 22% d'entre eux considéraient que l'Hexagone a encore une bonne image, contre 56% en 2011, selon la Chambre de commerce américaine". N'y a-t-il pas un risque d'assèchement vu les perspectives?
a écrit le 20/12/2012 à 9:23 :
Reste plus qu'à espérer que les frais de fonctionnement ne seront pas supérieurs aux prets accordés !!! A mon avis les banques régionales crédit agricole ,banque pop etc...ont des grilles d'analyse basées sur leurs connaissances approfondies l'économie régionale et locale qui leur permettent de financer des entreprises sans trop se tromper .Pas sur que la BPI ne succombe pas aux sirènes des politiques !!!
a écrit le 20/12/2012 à 7:27 :
Encore une usine à gaz qui va favoriser le copinage et autres choses moins élégantes. Déplorable !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :