Croissance : "oui, nous pouvons faire plus que 1% dès 2014" (Moscovici)

Selon le ministre de L'Economie, "la mise en mouvement de la société et de l'économie française doit permettre d'aller plus vite et plus loin".
Au-delà de la réforme fiscale, il y a aussi la réforme de la dépense publique, la simplification et les contreparties sociales, a prévenu Pierre Moscovici qui, comme son collègue au Budget, Bernard Cazeneuve, n'avait pas été associé à l'annonce de cette remise à plat par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault fin novembre.
"Au-delà de la réforme fiscale, il y a aussi la réforme de la dépense publique, la simplification et les contreparties sociales", a prévenu Pierre Moscovici qui, comme son collègue au Budget, Bernard Cazeneuve, n'avait pas été associé à l'annonce de cette remise à plat par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault fin novembre. (Crédits : Reuters)

"Oui, nous pouvons faire plus que 1% dès 2014. C'est notre volonté", a déclaré le ministre de L'Economie, Pierre Moscovici, dans un entretien accordé à nos confrères du Monde. Il a ainsi ajouté qu'il y avait "une dimension psychologique fondamentale en économie, si tous les acteurs (...) sont capables de se mobiliser, la confiance reviendra, l'investissement s'accélérera".

Evoquant les prévisions actuelles de 0,9% de croissance en 2014 puis 1,7% en 2015, le ministre a jugé que "la mise en mouvement de la société et de l'économie française [devait] permettre d'aller plus vite et plus loin" et que "les premières traductions" devaient se voir "dès 2014".

Selon lui, le "pacte de responsabilité" ne constitue de la part du président "ni inflexion ni reniement ni renoncement"

Interrogé sur ce qui a motivé "l'accélération" annoncée par François Hollande, le ministre a assuré que c'était "l'analyse des moteurs de la croissance". "L'environnement extérieur devient meilleur. La consommation des ménages tient", a-t-il détaillé, observant que le moteur de croissance "encore grippé" était l'investissement des entreprises.

"Une France qui n'investit pas risque de décrocher", a considéré Pierre Moscovici, en citant "le grand compromis social et économique" proposé par le chef de l'Etat à travers son pacte de responsabilité avec les entreprises. Ce pacte prévoit 30 milliards d'euros de baisse du coût du travail pour les employeurs d'ici 2017, en échange d'un engagement sur des créations d'emplois.

Selon lui, ce pacte ne constitue de la part du président "ni inflexion ni reniement ni renoncement". "Nous avons d'emblée mené une politique réformiste, il nous faut maintenant entrer dans une nouvelle étape", a-t-il analysé.

Le ministre de l'Economie tacle au passage Jean-François Copé

"L'embarras de la droite est très révélateur, de ses ambiguïtés et, pour certains de ses leaders, de leur vacuité, je pense en particulier à Jean-François Copé", a ironisé Pierre Moscovici évoquant "une opposition radicale et stérile". A propos des responsables de l'UDI et de l'UMP qui ont pu saluer le pacte de responsabilité, il a estimé que "ce que François Hollande souhaite, ce n'est pas trianguler, ce n'est pas changer d'alliances, c'est faire appel aux intelligences et, pourquoi pas, créer des majorités d'idées".

Interrogé sur l'ouverture de ce nouveau chantier, alors que celui de la remise à plat fiscale n'a pas encore pris son rythme de croisière, le ministre a affirmé qu'il n'y avait "pas de recul". La réforme fiscale "s'inscrit désormais dans une démarche plus large et plus ambitieuse", a-t-il promis.

"Si on veut faire mieux, il y a deux conditions: la première, c'est la croissance, la seconde, c'est la dépense publique"

"Au-delà de la réforme fiscale, il y a aussi la réforme de la dépense publique, la simplification et les contreparties sociales", a prévenu Pierre Moscovici qui, comme son collègue au Budget, Bernard Cazeneuve, n'avait pas été associé à l'annonce de cette remise à plat par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault fin novembre.

Du point de vue fiscal, selon lui, "si on veut faire mieux, il y a deux conditions : la première, c'est la croissance, la seconde, c'est la dépense publique (...)  François Hollande a dit 50 milliards d'économies au moins. Si on est capable d'aller plus loin, cela dégage aussi des marges de manœuvre sur les prélèvements obligatoires".

Pour aller plus loin: Cazeneuve envisage de "baisser les impôts dès 2016"

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 43
à écrit le 19/01/2014 à 19:51
Signaler
Oui bien sûr avec tous les nouveaux ROM qui vont arriver!

à écrit le 19/01/2014 à 16:26
Signaler
Effectivement, il se pourrait qu'éventuellement il soit possible de faire 1,0000000001%

à écrit le 18/01/2014 à 22:54
Signaler
étant donné se que pensent les petits patrons,c'est mal parti

à écrit le 18/01/2014 à 11:08
Signaler
Croissance des impôts et taxes : "oui, nous pouvons faire plus que 1% dès 2014"

le 18/01/2014 à 11:22
Signaler
plutot que de vous lamenter,prenez exemple sur mr de margerie(pdg de total)qui se plaint de ne pas payer assez d'impots en france!

le 18/01/2014 à 12:11
Signaler
quizz .... pour moi ... vous êtes dans la fonction publique ????

le 18/01/2014 à 12:37
Signaler
La réalité vous dérange ! CQFD

le 18/01/2014 à 18:56
Signaler
Oui ... 50% d'élus et de fonctionnaires en moins .... bref mon vœux !

à écrit le 18/01/2014 à 9:49
Signaler
Bercy annonce un déficit record malgré lahausse des impots et les diverses spoliation, mais ou est passé notre argent? Les socialistes sont incapables de gérer le pays, a force de donner sans compter, nous sommes dans la M... Confions notre pays à de...

le 19/01/2014 à 7:06
Signaler
Donc il faudra encore augmenter les impôts! CQFD!

à écrit le 18/01/2014 à 9:26
Signaler
Il n'y aura pas d'investissement sans demande. C'est aussi simple que cela.

le 18/01/2014 à 11:40
Signaler
Ça fait 40 ans qu on faut de la relance par la demande reSultat ??? On a figer le pays avec. Des tonnes de lois et de bureaucraties

le 19/01/2014 à 9:23
Signaler
Pour qu'il y ait relance il faut une demande....et une offre française qui rencontre cette demande

à écrit le 18/01/2014 à 9:15
Signaler
Bonjour, Si on admet que les entreprises ne commencent à engager de nouveaux collaborateurs à partir d'un taux de croissance supérieur à 1,5%, est-ce que cela veut dire que le taux de chômage en 2014 ne s' améliorât pas?? Cordialement, gian...

le 18/01/2014 à 11:41
Signaler
Depuis 2 ans on bricole et on taxe . tous les pays repartent sauf nous

à écrit le 18/01/2014 à 9:13
Signaler
On voit bien sur la photo qu'il attend que ça vienne du ciel

à écrit le 18/01/2014 à 6:25
Signaler
Bonjour, rien que la verite et personalisation politique economique type socialiste en exemple parlant de chiffre et resultant de tous ce qui est economiquement juste dans les continuitees les uns des autres et effets d'annonces 1% 2 puis 3 et 4% de ...

à écrit le 18/01/2014 à 6:25
Signaler
Bonjour, rien que la verite et personalisation politique economique type socialiste en exemple parlant de chiffre et resultant de tous ce qui est economiquement juste dans les continuitees les uns des autres et effets d'annonces 1% 2 puis 3 et 4% de ...

à écrit le 18/01/2014 à 6:14
Signaler
Bonjour, rien que la verite et personalisation politique economique type socialiste en exemple parlant de chiffre et resultant de tous ce qui est economiquement juste dans les continuitees les uns des autres et effets d'annonces 1% 2 puis 3 et 4% de ...

à écrit le 18/01/2014 à 6:14
Signaler
Bonjour, rien que la verite et personalisation politique economique type socialiste en exemple parlant de chiffre et resultant de tous ce qui est economiquement juste dans les continuitees les uns des autres et effets d'annonces 1% 2 puis 3 et 4% de ...

à écrit le 17/01/2014 à 17:37
Signaler
Monsieur Moscovici mettrait-il sa place en jeu avec cette affirmation????????

à écrit le 17/01/2014 à 17:28
Signaler
et la croissance c'est l'implantation de nouvelles sociétés, l’arrêt des délocalisations, et ce n'est avec la politique qui est menée que vous allez encourager les implantations dans notre pays en laissant le risque lié à toute création aux investiss...

le 17/01/2014 à 22:55
Signaler
Ca dépend qui est surtaxé. Si c'est la personne physique et non l'entreprise, rien n'empèche les investisseurs étrangers d'investir. Après tout, l'argent n'a pas d'odeur... On s'en fiche que vous partiez car on trouvera bien un qatari ou un chinois ...

à écrit le 17/01/2014 à 17:03
Signaler
Nous pouvons aussi faire + 5 %. Sous conditions qui ne se réaliseront pas...

à écrit le 17/01/2014 à 16:58
Signaler
Si tous les Français se voyaient attribuer une maitresse,il y aurait plus de croissance chez les revendeurs de casques et scooters

le 18/01/2014 à 15:38
Signaler
quizz .... pour moi ... vous êtes dans la fonction publique ????

à écrit le 17/01/2014 à 16:43
Signaler
C'est au doigt mouille ou aprés avoir consulté Madame Irma ???? Nos gouvernants devraient s'occuper de gérer le pays au lieu de vouloir tout réformer. C'est devenu un 'sport' gouvernemental. Je change pour changer pour occuper les médias les esprits...

à écrit le 17/01/2014 à 16:35
Signaler
toute l'équipe est mobilisée dans les médias pour assurer le service après vente suite à la conférence de HOLLANDE (MOSCO, CAZENEUVE, MONTEBOURG......) Malheureusement pour eux, plus personne n'est dupe et la méthode Coué ne fonctionne plus

à écrit le 17/01/2014 à 16:34
Signaler
Moscovici est a l'image de notre emblème national:le coq,et comme lui,perché sur le tas de fumier et menaçant de s'enfoncer de plus en plus;il continue de chanter...

à écrit le 17/01/2014 à 16:21
Signaler
Monsieur Le MINISTRE, je suis convaincu de l'efficacité de vos efforts et du pilotage. Pour ce que représentent les réductions des dépenses, je vous propose une démarche de bon sens qui impliquera tous les acteurs, à commencer par les dirigeants dans...

le 17/01/2014 à 17:45
Signaler
Bref à lire votre commentaire, nommer une commission qui nous pondra un rapport de 2.300 pages, qui, comme tous les rapports coûtera un maximum, et, sera enterré comme tous les rapports. Ce gouvernement est très sensible aux commissions, sous-commi...

le 17/01/2014 à 23:02
Signaler
C'est une question de taille. L'administration c'est très gros, donc on ne fait pas ce travail dans un ministère. Dans un ministère on doit réguler en fonction d'objectifs politiques avec un faible effectif...et encadrer ainsi des entités opérationne...

à écrit le 17/01/2014 à 16:15
Signaler
Pour qu'i yait croissance,il faut qu'on produise quelque chose qui se vende ou que quelqu'un a envie d'acheter.La France ne produit que des enarques que le monde entier nous envie mais personne ne veut en acheter

le 17/01/2014 à 16:33
Signaler
@ Leçon n1 a écrit le 17/01/2014 à 16:15 : que votre post est le bienvenu, tant il est très juste et concis. Merci.

le 17/01/2014 à 23:04
Signaler
En réalité la fonction publique produit bien des services en croissance qui pourraient se vendre : la sécurité des personnes et des biens, la santé, les année-élèves, etc...

à écrit le 17/01/2014 à 16:07
Signaler
Bosser pour Moscovici pour payer plus d'impôts,il rigole ou quoi,croissance il y auras quand pognon pour moi.Si c'est pour bosser pour les autres,je regarde mes enfants grandir:on a une vie c'est pas pour en faire cadeau à Moscivici

à écrit le 17/01/2014 à 15:59
Signaler
SEULEMENT VOILA , pas de créations d'emplois à moins de 1,5%. .... .. c'est ça le chiffre important. Si nous regagnons éventuellement 1% , ce ne sera pas grâce à notre gestion en France mais à la reprise normale de toute l'Europe. PAS DE QUOI PAV...

le 17/01/2014 à 17:33
Signaler
bien sur il attendent que l'Europe redémarre grâce aux efforts des autres pays pour que la France en profite et pour s'en gausser alors qu'il ni seront pour rien!

à écrit le 17/01/2014 à 15:47
Signaler
pour sortir des banalités pareilles !

le 18/01/2014 à 9:26
Signaler
Que votre post est le bienvenu, tant il est très juste et concis. Merci.

à écrit le 17/01/2014 à 15:39
Signaler
C'est la courbe du chômage à l'envers...?

à écrit le 17/01/2014 à 15:08
Signaler
"une dimension psychologique fondamentale en économie, si tous les acteurs (...) sont capables de se mobiliser, la confiance reviendra, l'investissement s'accélérera" Cool. Sortez les cierges.

à écrit le 17/01/2014 à 15:00
Signaler
Moscovici nous fait penser à un étudiant attardé qui balance n'importe quoi, tout ce qui lui passe par les oreilles ; point de neurones pour stopper les idées déglinguées, alors ça sort par la bouche et la plume suit. Il ne mesure pas l'ampleur d...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.