L'Insee ne peut plus payer ses factures, selon certains syndicats

 |   |  213  mots
(Crédits : dr)
Selon quatre syndicats, l'Institut national de la statistique (Insee) serait en défaut de paiement sur des "milliers de factures", du fait de "coupes drastiques" dans son budget de fonctionnement. Ils appellent le gouvernement à prendre la mesure du problème.

L'Insee n'arrive plus à payer toutes ses factures et des fournisseurs l'ont déjà mise en demeure, ont affirmé ce mardi quatre syndicats de l'intersyndicale de l'Institut national de la statistique, qui appellent le gouvernement à "prendre d'urgence la mesure du problème".

Les syndicats mettent en cause "les coupes drastiques" dans le budget de fonctionnement de l'institut. "Des milliers de factures impayées sont en souffrance", ont affirmé la CGT, la CFDT, FO et Sud dans un communiqué commun, précisant que selon un chiffre de la direction, "3.000 factures étaient en attente au 16 mars 2010".

Selon les syndicats, ces défauts de paiement"mettent à mal les finances de ses fournisseurs, en particulier les plus petits". "La direction de l'Insee a admis que des fournisseurs la contactent pour des difficultés importantes menaçants la survie de leur entreprise. Elle a également avoué avoir reçu des mises en demeure", ajoutent les syndicats dans leur communiqué.

Fin mars, ils avaient annoncé que l'institut devait faire face en 2010 à une baisse de 25% de ses crédits de fonctionnement, une information que n'avait pas commenté la direction. Ils s'interrogent également sur le coût des travaux qui devront être réalisés au futur siège de l'Insee, qui doit déménager dans une ancienne gare de Metz.


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2010 à 9:15 :
Quand le gouvernement décide de réduire le budget de l'Insee de manière arbitraire de plus de 25%, ça s'appelle pas du bidouillage de comptes. Je pense que si on amputait votre budget de 25%, vous auriez des difficultés à payer vos factures...Et pas besoin d'être statisticien pour se rendre compte de ça.
La critique est si facile.
a écrit le 09/04/2010 à 15:27 :
Au lieu de passer trois ans pour nous expliquer que les vilains riches sont encore plus riches et les pauvres toujours plus nombreux, ce qui est l'essence du socialisme que nous appliquons avec diligence depuis trente ans, s'ils s'occupaient de leurs comptes - à eux - ils n'en seraient pas là.

Qu'un liquidateur soit nommé et que l'on se débarrasse de cet institut coûteux qui ne produit que des statistiques aux ordres.
a écrit le 03/04/2010 à 13:13 :
L'Insee n'est pas forcément ce que certains lecteurs croient. C'est même parfois une espèce de contre pouvoir face à certains autres instituts privés et libéraux. L'Insee est une grande institution française publique pas toujours d'accord avec les chiffres des autres comme le Pôle Emploi, Apec....
Ceux qui l'a critiquent si facilement ne l'a connaissent pas vraiment. Car elle produit des travaux intéressants sur l'économie nationale et régionale, sur l'industrie, l'agriculture, la population etc, etc....qui aident à mieux réfléchir, surtout pour pour des lecteurs supposés être intéressés par l'économie comme ceux de la TRIBUNE par exemple.
(ps.je ne suis ni de l'Insee,ni encore moins fonctionnaire:)
a écrit le 03/04/2010 à 11:17 :
c est une de plus parmis les miliers d effractions et entorse au bon fonctionnement .cette europe la sera la plus grande des farces de tout les temps voir madoff ..... s en ecarter reste la meilleurs solution a tout probleme patrimoine
d ou rendez leurs la monnaies et achetez uniquement du concrés
a écrit le 03/04/2010 à 6:54 :
Super !! les "champioins de la statistique" n'ont pas vu qu'ils allaient eux-même se planter dans leurs comptes... comment leur faire confiance après ca ????, quel crédit apporter à leurs rapports.. on peut légitimement s'interroger sur leur capacité de statisticiens.. NON.?..!!..
a écrit le 02/04/2010 à 17:08 :
A force de bidouiller tous les chiffres, par habitude on bidouille également les siens. Du coup le compte n'y est plus.
On ne doit pas faire confiance dans cet institut

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :