En 2009, les salaires ont augmenté, selon l'Insee

 |   |  415  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
En 2009, selon une étude de l'Insee parue ce jeudi, les salaires nets moyens dans les entreprises privées et semi-publiques ont progressé de 1,2 % en euros constants, après + 0,4 % en 2008.

Les crises se succèdent et les questions salariales restent au coeur des préoccupations des Français, qui lorgnent les fortes augmentations de salaires, bien supérieures à l'inflation, dont bénéficient depuis 2010 les Allemands. Reste que ces derniers se sont serrés la ceinture durant une décennie. Avec une progression des rémunérations brutes de seulement 21,8 % entre 2000 et 2010, l'Allemagne était même la lanterne rouge des 27 pays de l'Union européenne. Pendant ce temps, les salaires français progressaient, eux, de 30,5 %.

Certes, la crise de 2008-2009 est passée par là. En 2009, selon une étude de l'Insee, parue ce jeudi, les salaires ont progressé de 1,2 % en euros constants. Le salaire moyen en équivalent temps plein (EQTP) d'une personne travaillant dans le secteur privé ou semi-public était de 2.708 euros par mois en brut et 2.042 euros en net de tous prélèvements à la source. En euros courants, les salaires nets ont progressé moins vite en 2009 qu'en 2008 (+1,3 %, contre 3,3 %). Pour autant, en dépit de la poursuite de la crise financière et compte-tenu de la très faible inflation observée à cette date (+ 0,1 % en 2009, contre + 2,8 % en 2008), les salaires nets moyens, en euros constants, ont progressé davantage en 2009 qu'en 2008, à + 1,2 %, après + 0,4 %. Si l'éventail des salaires est resté globalement stable, les salaires les plus élevés ont eux baissé de 1,1 %. Ces 1 % des salariés affichent toutefois en 2009 des rémunérations supérieures à 7.499 euros, tandis que 10 % des salariés avaient un salaire net mensuel en EQTP de 1.127 euros.

Baisse pour les cadres

Par ailleurs, précise l'Insee, « tous secteurs d'activité confondus, ce sont les salaires nets moyens des ouvriers qui enregistrent, comme en 2008, l'évolution la plus favorable, avec une hausse de 2,1 % en euros constants ». Une hausse quelque peu mécanique des salaires de ceux qui avaient conservé leur emploi, quand d'autres, notamment les intérimaires, ne faisaient plus partie des effectifs. Quant aux cadres, ils ont vu leurs rémunérations subir une baisse encore plus marquée qu'en 2008 : - 1,6 % en 2009, contre -0,5 % en 2008. C'est la part variable du salaire qui explique pour une large part cette situation. Le secteur des activités financières, qui contribue pour plus de la moitié à la baisse observée chez les cadres en 2009 et dans lequel la part des primes est particulièrement importante, connaît des évolutions remarquables », analyse l'Insee. De fait, le salaires des cadres de la finance a baissé de 5,2 % en euros constants, davantage qu'en 2008 (- 4,1 %), alors qu'il avait considérablement augmenté en 2007 (+ 6,3 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2011 à 6:55 :
Ils sont où ceux qui criaient au loup en commentant avec dégout le salaire des fonctionnaire paru dans la tribune il y a quelques temps??? La moyenne de salaire est pratiquement la même ..

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :