Hollande affirme que la taxe Tobin entrera en vigueur dès 2013

 |   |  362  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le président français a affirmé que la taxe sur les transactions financières devrait entrer en vigueur courant 2013, lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet du G20 au Mexique.

François Hollande l'a confirmé: la taxe sur les transactions financières, ou taxe Tobin, devrait entrer "en vigueur" au cours de l'année 2013. Cette taxe, "nous ne pouvons plus en parler" uniquement, "il faut la faire" avec "quelques pays", et "la France et l'Allemagne étant d'accord, nous pourrons la mettre en oeuvre assez rapidement", a affirmé le président français mardi lors d'une conférence de presse à Los Cabos, à l'issue du sommet du G20.

"J'ai bon espoir" que cela se fasse, a-t-il dit, faisant observer qu'elle ne pouvait "pas être décidée à l'échelle du G20 mais dans le cadre d'une cooperation renforcée", mécanisme au sein des institutions européennes permettant à un certain nombre d'Etats membres d'aller de l'avant. Le président Hollande a également affirmé que l'assiette de cette taxe serait "assez large" et que son taux serait "décidé par les pays concernés".

"Il ne faut pas chercher l'unanimité"

Au cours d'un précédent point de presse mardi, le chef de l'Etat avait indiqué que la taxe sur les transactions financières, qui avait été un point central du sommet du G20 de Cannes en novembre 2011, et qui figurait jusqu'à présent dans les communiqué des G20, n'y était plus. Ca "veut dire que si on veut avancer sur la taxe, il ne faut pas chercher l'unanimité, elle est impossible, ou alors on est dans l'ordre du voeu pieux", avait-il ajouté.

Il en avait déduit que c'était "de la responsabilité de certains pays qui sont convaincus de l'utilité de cette instrument, du rendement qui peut être le sien, d'avancer, soit au sein de l'Europe par une coopération renforcée, soit par une mise en place d'un outil commun avec des pays de plusieurs continents".

Le quotidien les Échos avait affirmé mardi que le ministère des Finances envisageait de revoir à la hausse le taux de la taxe sur les transactions financières, devant s'appliquer dès août aux transactions portant sur les actions de grosses sociétés cotées. Cette taxe devait initialement représenter 0,1% du montant de la transaction. Mais son rendement financier devrait être moindre qu'attendu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2012 à 20:06 :
C'est pas grave, dans à peine 5 ans, il finira comme SARKOZY
a écrit le 20/06/2012 à 19:03 :
En fait Hollande navigue à vue sans projet cohérent, il fait de la figuration pour amuser le bon peuple de gauche. Seulement voilà la crise est là et nous savons tous que nous allons casquer dure pour alimenter les aberrations d'une politique des années 1981. Nous allons retourner aux vieilles lunes, car c'est tellement facile de taxer la classe qui travaille. Leministre Anglais à tout compris, lui au contraire, il allège les impots pour favoriser la croissance, mais ça celà dépasse l'entendement des socialistes qui restent arqueboutés à leur concept de société archaique
Réponse de le 22/06/2012 à 17:57 :
CADOUDAL : il me semble que depuis 1981 il y a eu 14 ans de gauche et 17 ans de droite : qu'à fait la droite contre ce que vous appelez des aberrations ? Par ailleurs, je vous rappel que le déficit public à la fin du règne de Mitterand était de 600 milliards (était de 100 milliards quand il est arrivé donc +500) et qu?après les 17 ans de droites il est à 1700 milliards donc +1000 !!! donc qu'est ce qui dépasse l'entendement des socialistes ? Le liberalisme ?
a écrit le 20/06/2012 à 18:58 :
C'est drole comme ldes gens changent, il y a deux ans il était contre c ette taxe, car elle était présentée par la droite donc mauvaise par culture, et bien là il se trouve que cette taxe devient intéressante pour les socialistes, si ça c'est pas de la mauvaise foi voir de l'oportunisme, je n'y comprends rien.
a écrit le 20/06/2012 à 17:11 :
Pourquoi 2013,si les pays concernes sont d'accord? Pour endormir les citoyens?
a écrit le 20/06/2012 à 17:09 :
Elle va s'appliquer à nos livrets fiscalisés, et aux assurances-vie aussi. Soyons logiques. Y a pas que les actions et les spéculateurs sur Terre. Nous "spéculons" aussi à notre niveau en plaçant nos économies pour les temps sombres qui vont arriver.
a écrit le 20/06/2012 à 16:31 :
cette taxe existe elle doit être mise en application cet été ,C'est Sarkozy qui l'a crée et Hollande était contre!!!bizarre
Réponse de le 20/06/2012 à 17:27 :
Des paroles pour nous endormir.. Mais je n'ai pas été dupe....
a écrit le 20/06/2012 à 16:14 :
365*x5=1825. 1825 taxes nouvelles vous attendent d'ici 5 ans !:)
a écrit le 20/06/2012 à 15:21 :
Voilà une taxe imbécile !! pas étonnant que le nouveau grand timonnier trouve cela très bien !! Pour sûr il n'est pas actionnaire d'aucune entreprise, et il croît en faisant cela que les actionnaires et les entrepeneurs vont accepter?
MAIS NON ON N'ACCEPTERA PAS et alors nous allons voir augmenter les faillites, le chomage, le creusement des déficits, la masse des dettes , etc
QUE c'est dur d'être gouvernés par un incapable !!!
a écrit le 20/06/2012 à 15:02 :
Vivement que la voiture s'écrase sur le mur, on pourra alors repartir du bon pied (pas socialiste- le socialisme c'est pas le pied).
Une entreprise, lisez les journaux, qui a des problèmes d'équilibre financier, c'est à une réduction des dépenses qu'elle procède, pas à une mise à mort de ses clients. Un citoyen, c'est pareil et quand il se présente au surendettement, on passe en revue so train de vie.
C'est pourtant pas difficile à comprendre, pas besoin de faire l'ENA;
a écrit le 20/06/2012 à 14:16 :
Avec les etats unis, japon et Grande bretagne contre, c'est du ''seul contre tous''.

Conclusion, ca ne se fera pas.
Réponse de le 20/06/2012 à 14:42 :
Vous diffamez notre nouveau président. Ce dernier est convaincu d'être superman (d'ailleurs, Libé le pense). Non, mais !
a écrit le 20/06/2012 à 14:00 :
Un bon socialiste , comme on va le voir bientôt, ne sait agir que sur les taxes et impôts pour renflouer l'état.
La création de richesse, comme beaucoup de politiciens à droite aussi hélas, ils ne savent pas ce que ça signifie sauf à augmenter le nombre de salariés qu'on paie grace au Saint Esprit.
De toute façon on n'en voit les conséquences que de nombreuses années après, donc impossible de faire un lien direct.
Réponse de le 20/06/2012 à 14:24 :
Plus on avance dans la démagogie, plus les dettes s'accumulent, plus il apparaît évident que renflouer l'Etat n'est pas leur sujet. Le but poursuivi est différent et cette fin justifie tous les moyens. Le prix à payer par la population française (chômage, pauvreté, chaos social) les indiffère.
Réponse de le 20/06/2012 à 14:44 :
"Le prix à payer par la population française (chômage, pauvreté, chaos social)": de toutes façon plus le peuple est "pauvre" mieux s'est pour le PS. Ce sont des personnes qui voteront à gauche.
a écrit le 20/06/2012 à 13:58 :
Aujourd'hui, le nouveau jeu est "crée moi une nouvelle taxe et spolie moi les riches". En prime tu auras droit à....rien !
a écrit le 20/06/2012 à 13:37 :
Apparemment, il n'a pas compris que le TAPIS ROUGE de Cameron n'était pas une blague...
a écrit le 20/06/2012 à 13:14 :
Cette taxe portant sur le capital et non sur les revenus, qui sera prélevée même en cas de perte, limitera le nombre de transactions, réduisant la liquidité du marché et augmentant sa volatilité. Comme on a pu l'observer avec l'ISF, les grosses capitalisations auront intérêt à se faire coter ailleurs, pourquoi pas en zone dollar, là où elles ne seront pas taxées, et les capitaux qui le pourront suivront. La perte de liquidité fera chuter les cours des titres cotés restants, au détriment des placements longs dont les dividendes vont également être attaqués par une nouvelle taxe. Le rêve humide des socialistes est en passe de se réaliser : spolier les investisseurs privés en faisant baisser artificiellement la valorisation des entreprises cotées dans le but de les racheter à vil prix, avec de bonnes grosses dettes publiques, par exemple en créant une nouvelle banque publique d'investissement. Le plus savoureux dans cette affaire, c'est que les politiciens et les énarques justifieront la morosité économique qu'ils auront provoquée en expliquant que c'est la faute de l'ultra-libéralisme qui sévit dans notre pauvre pays, comme chacun peut évidemment le constater au quotidien. Si, si, puisqu'on vous le dit ! C'est une étape supplémentaire dans le processus de collectivisation de la petite URSS française, alimentant un peu plus la décroissance, le chômage et la pauvreté. L'étape logique suivante est celle de la collectivisation de la plupart des moyens de production, l'Etat devenant l'actionnaire privilégié des entreprises transformées en administrations, renforçant cette invention merveilleuse qu'est "l'Entreprise France". La combinaison du mercantilisme façon Colbert, du jacobinisme centralisateur et du marxisme assumé par une grande partie de la classe politique, et pas seulement à gauche, n'a pas fini de ravager la France et d'appauvrir les Français.
a écrit le 20/06/2012 à 13:13 :
Alors quoi ? On ne change rien ? On ne tente rien de nouveau ? Selon vous il faudrait rester dans la ligne du précédent gouvernement, qui n'a pourtant pas démontré son efficacité vu la situation de la France... Vos réactions sont pour le moins réactionnaires (dans le sens premier du terme). De plus, vous semblez oublier que la France représente un marché de plus de 60 millions d'habitants - et donc de consommateurs. Bref, un gâteau qui reste toujours appétissant. Que FH veuille monnayer un peu plus cher l'accès à cette manne ne me semble pas si idiot, surtout au vu du taux proposé.
Réponse de le 20/06/2012 à 14:04 :
Le problème , c'est que cela a déjà été tenté dans les années 81 avec comme résultat deux dévaluations, un contrôle des changes et des privatisations à la pelle et dans de mauvaises conditions financières !
Voilà une idée effectivement très neuve et au résultat garanti qu'on paie encore aujourd'hui mais vous montrez bien que cela n'a pas vraiment été retenu..
Pour info, à l'époque le "sur impôt" était de 7O % pas 75.
a écrit le 20/06/2012 à 13:02 :
La France seule contre le reste du monde ! Nos dirigeants surestiment la force de la France.... Ils vivent dans le passé très lointain, du temps de Louis XIV où la France avait un poids. Cette époque est révolue !
a écrit le 20/06/2012 à 13:01 :
Fin 2013 .... d'ici là, il aura le temps de changer d'avis !
Réponse de le 20/06/2012 à 13:38 :
Exact !
a écrit le 20/06/2012 à 12:20 :
Bonjour, vous avez fait une faute dans l'article : "cet instrument" devrait remplacer "cette instrument".
a écrit le 20/06/2012 à 12:18 :
Encore une crétinerie idéologique qui contribura à marginaliser la France un peu plus. A quand une grande coopération avec la Corée du nord histoire d'aller encore plus vite vers le bas ?
Réponse de le 20/06/2012 à 13:39 :
Ça lui va bien de taxer A Merkel de "blocage idéologique" !
a écrit le 20/06/2012 à 12:13 :
Il crée des taxes sans jamais en diminuer une pour réaliser un transfert.
Que l'on travaille, que l'on épargne, de toutes façon on est taxés.
Les classes moyennes fuiront progressivement ce pays.
L'apprentissage de l'anglais rend l'expatriation plus facile.
Réponse de le 20/06/2012 à 15:06 :
en attendant, revotons avec notre porte-monnaie et rendons cout pour cout
Réponse de le 20/06/2012 à 16:11 :
Bravo,
un peu de privation citoyenne ne nous fera pas de mal
Réponse de le 20/06/2012 à 16:38 :
Vu le niveau d'Anglais des Français, l'expatriation ne sera pas si facile ;-))
a écrit le 20/06/2012 à 12:01 :
REVOLUTION !!!
a écrit le 20/06/2012 à 11:33 :
0.1% sur les transactions de sociétés listées, 3% sur les dividendes, CSG - CRDS relévées, IS, ISF, taxation des plus values,... que restera t'il aux malheureux investisseurs: acheter des parts de la SCOP "PS" ?. Mais ne produit-elle pas que du vent pour le moulin Hollande?
Réponse de le 20/06/2012 à 12:03 :
Plus personne n'investira. La relance tant attendue n'aura pas lieu et le pays ne cessera de perdre en compétitivité. Après François, le chaos ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :