Taxation des Plus-Values : le diner des douze "Pigeons"

 |   |  864  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
"Monsieur le Président, retirez cette mesure..." : dans un appel collectif adressé au gouvernement au terme d'une réunion secrète et exceptionnelle mardi soir, les présidents de douze associations patronales (AFEP, Medef, Croissance Plus, Ethic, ...), demandent solennellement à François Hollande de renoncer à son projet de nouvelle taxation des plus values. Signe que les négociations en cours entre Bercy et le mouvement des Pigeons n'aboutissent à rien de concret de nature à mettre fin à la colère des entrepreneurs.

La réconciliation aura été de courte durée. Reçus depuis la fin de la semaine dernière par les ministres en charge de la fiscalité à Bercy (Pierre Moscovici, Jérôme Cahuzac et Fleur Pellerin), les représentants du mouvement des Pigeons peinent à trouver un accord avec le gouvernement sur un dispositif pour corriger les effets de la nouvelle taxation des plus-values de cessions sur action. Celle-ci a été quasiment doublée, dans certains cas, de 39,5% à 64,5% maximum en raison de l'alignement de la fiscalité du travail et du capital, qui conduit à supprimer le prélèvement forfaitaire libératoire à 19% et à appliquer le barème de l'IR (+ les prélèvements sociaux).

Le gouvernement a reconnu avec Jérôme Cahuzac, le ministre du budget, avoir fait une "erreur" dans la gestion de ce dossier. Il s'efforce depuis de corriger le dispositif : après avoir envisagé d'en exonérer les "créateurs" d'entreprise, notion juridiquement contestable, tous les actionnaires détenteurs d'une part « significative » du capital devraient pouvoir conserver le régime actuel de taxation des plus-values à 19 %. Les autres bénéficieront d'abattements en fonction de la durée de détention. Mais cet ajustement ne semble pas suffire aux patrons-pigeons qui réclament l'abandon du projet, ce qui reviendrait, s'agissant des Plus-Values, à revenir sur la promesse de François Hollande d'aligner la taxation du travail et du capital.

Le ton a brusquement monté hier soir avec l'envoi au gouvernement d'une missive particulièrement solennelle signée par les présidents de douze associations patronales. La CGPME, présente à la réunion, n'a pas voulu signer, car elle demandait de trop nombreux changements au texte. Mais elle pourrait rejoindre le front patronal. La CGPME et l'UPA ont déjà fait connaître leur opposition à certaines des mesures des budgets de l'Etat et de la Sécurité sociale, qui ont la main très lourde sur les charges des indépendants notamment.

Intitulée "Etat d'urgence entrepreneurial", le communiqué patronal demande au gouvernement de "retirer le nouveau dispositif de taxation des plus-values". Il a été écrit à l'issue d'une réunion qualifiée d'"exceptionnelle" organisée hier soir entre "les représentants de toutes les entreprises, TPE-PME, start-ups, ETI, investisseurs et grandes entreprises. Selon les signataires, le dispositif prévu dans la loi de finances 2013 "affecterait lourdement la stratégie de croissance des entreprises" et "léserait durablement l'économie française". Le communiqué juge que "les aménagements envisagés en matière de seuil et de durée de détention (des actions) ne remettent pas fondamentalement en cause les principes de l'article 6 du PLF et conduisent à une impasse compte tenu de la diversité des situations des entreprises".

Menace sur la négociation sociale

Le tout est signé de Laurence Parisot, présidente du Medef, Pierre Pringuet, président de l'Afep (association française des entreprises privées, une sorte de club du CAC 40), un dirigeant du groupe Pernod-Ricard choisi parce qu'il plutôt proche de la gauche rocardienne, Louis Godron, le président de l'AFIC (capital-risque), Olivier Duha, le président de Croissance Plus, Robert Leblanc, président d'EDC, Sophie de Menthon, présidente d'Ethic, André Choulika, président de France Biotech, Marie Ekeland, co-présidente de France Digitale, Jean-Luc Placet, président de la fédération Syntec, Jean-David Chamboredon, porte-parole du mouvement #geonpi (et auteur de l'article publié dans latribune.fr qui a donné naissance à la révolte des pigeons), Jean Rognetta, président de PME Finance, David Pouyanne, président du Réseau Entreprendre : tous ces présidents affirment solennellement que ces dispositions "prises sans concertation, auraient des conséquences très néfastes en terme des développement économique, d'investissement et d'emploi". Un avertissement au ton exceptionnel, qui intervient en plein état d'urgence sur la situation économique du pays, avec une croissance zéro en 2012 et 2013, selon les dernières prévisions du FMI, et qui vise à interpeller le gouvernement et le parlement au moment où celui-ci met la dernière main aux amendements au projet de loi de Finance 2013.

Bref, les pigeons n'ont pas fini de voler et le mouvement est en train de tourner à la rebellion ouverte et officielle de l'ensemble du mouvement patronal. "Nous voulons la suppressions du texte... Les concessions portent en elle encore tous les effets pervers", indique-t-on au Medef. Il faut dire que l'extrème complexité et l'illisibilité du dispositif du gouvernement ne plaide pas en sa faveur, comme le montrent cette série de graphique repris dans cette analyse, certes à charge, sur le blog Emploi 2017 et qui moque non sans humour la créativité fiscale des hauts fonctionnaires de catégorie A.

Ce bras de fer entre les patrons et Bercy est une sacré épine dans le pied de François Hollande, et qui risque de provoquer un blocage des négociations sociales en cours sur le marché du travail.  La poursuite du conflit entre les entrepreneurs du net qui se disent traités comme des "Pigeons" et le gouvernement tombe aussi très mal au moment où celui-ci tente de défendre avec Fleur Pellerin son grand plan de développement du numérique et de l'économie internet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/10/2012 à 16:49 :
Vous croyez que ce gouvernement va enfin baisser ses dépenses? La mesure s'impose, avant que la France devienne un état du tiers-monde, ou le peuple est mis en coupe réglée au profit des dirigeants qui vivent dans l'opulence. Tiens, cela me rappelle Kadhafi! ( police politique exclue, du moins pour l'instant)
a écrit le 10/10/2012 à 17:43 :
ce que je trouve assez drôle .... le medef a du retard !.... bref... des princes qui ne connaissent pas la vie dure des entrepreneurs !


je suis un pigeon !
Réponse de le 11/10/2012 à 16:10 :
Qui va payer les généreuses indemnités et avantages liés à la fonction d'EX Président de la République?????Les Pigeons...
Et qui ne va pas faire bouger la ligne d'imputation,la grande Famille des Elus,car avec 550000 Elus,comment renoncer aux avantages que les Pigeons vont payer????
Car Fdg,ou EELV ou PS,encore moins la droite,vont combattre ce droit,avantage qui établi au temps où les EX ne faisaient pas de Conférences à 100000euros la prestation!!!!!
Mais qu'en pense les chômeurs,précaires,et autres galériens du travail salarié???
a écrit le 10/10/2012 à 14:34 :
Les pigeons ne sont pas que les entrepreneurs mais aussi tous les investisseurs qui se voient prendre jusqu'à 45% du revenu des titres puis jusqu'à 65% de la plus-value plus l'ISF! Veut-on que les entreprises françaises soient détenues par les fonds d'investissement étrangers? Veut-on être colonisé économiquement par manque de courage pour réduire les dépenses en particulier les dépenses injustes comme les inégalités en matière de retraite entre secteurs public et para-public et secteur privé, rythmes de travail entre ces deux secteurs, garantie d'emplois, etc. L'excès de dépenses publiques tue l'économie marchande, tue la croissance, crée le déficit et l'appauvrissement de la nation. N'avions-nous pas le cinquième PIB par habitant il y a quinze ans et nous sommes aujourd'hui au 30 ème rang! Merci à nos courageux et démagogues politiques. Il est urgent d'agir!
Réponse de le 10/10/2012 à 17:52 :
Tout est dit, ou presque. Mais allez faire comprendre cela à des gens gavés d'aides et qui préfèrent remettre leur destin entre les mains de l'État providence plutôt que de l'assumer en se prenant en main.
Réponse de le 11/10/2012 à 16:44 :
Comment voulez vous que ces minus-très puissent comprendre quelque chose à une entreprise ? Eux qui ont toujours vécu ( et bien vecu !) aux crochets de l'état, donc du contribuable....
a écrit le 10/10/2012 à 14:12 :
Mmmm ce n est pourtant pas compliquer à comprendre, on va prendre les choses dans l ordre, d?abord l?emploi et les charges : Quand on constate qu?impute à un salarie 25% de charge sociale sur son salaire pour financer la « solidarité » ou plutôt l assistanat, dans le même temps les Entreprises supportent presque le double en charge patronales, dans le même temps on continue a faire partir certain a 55/60 ans alors que l age légal c est 65 (donc perte de cotisations) et que le SYSTEME N EST PAS FINANCE C EST QUE LE SYSTEME NE MARCHE PAS !!!!!
Pour l investissement : Quand on constate que la pression fiscale est telle qu?elle paralyse l investissement, l innovation et en conséquence l ?économie C EST QUE LE SYSTEME NE MARCHE PAS !!!!!
Des lors on prend les mesures qui s impose en DETAXANT, en ABAISSANT LA FISCALITE et en REDUISANT LES DEPENSES !!!! Or ces p de politique font tous l inverse depuis 10 ans?.. je veux bien excuser les 20 premières années car certains comprennent vite du moment qu?on leur explique longtemps, mais la ça devient urgentissime !!!!
Réponse de le 10/10/2012 à 14:42 :
Rien à ajouter
Réponse de le 11/10/2012 à 16:46 :
L'augmentation des impôts et taxes n'a JAMAIS redresse un pays, au contraire!
Réponse de le 11/10/2012 à 16:47 :
Tout à fait d'accord. Comme son prédécesseur, Hollande n'a rien compris et préfère taxer plus plutôt que d'économiser. Il faut dire que le premier avait peur de se faire éjecter (ce qui s'est finalement passé, comme quoi il aurait mieux fait de faire ce pourquoi il avait été élu initialement) et le second à fait du populisme de gauche son credo pendant toute la campagne.
Je crois que nous en sommes au point où il vaudrait mieux que tout s'effondre pour repartir de 0. C'est triste, mais l'aveuglement et les blocages sont tels que je ne vois comment l'on pourrait faire autrement...
Réponse de le 11/10/2012 à 19:30 :
De puis 40 ans, nous vivons le capitalisme financiarisé. La capitalisme en soit n'est pas condamnable. Ce qui l'est, c'est la spéculation à court terme voulue par les politiques pour les spéculateurs (banques, fonds de pension, assurances, etc.). Le néo libéralisme promeut à outrance ce système; cependant, lorsqu'il y a des "petits pépins", les bons samaritains de ce système aiment à se tourner vers l'état pour avoir de l'aide; cela au détriment des citoyens.

Je rappelle que l'impôt n'est pas un gros mot; il permet de rémunérer les fonctionnaires afin que chaque citoyen ait des services publics de squalité. Il est vrai que moi aussi, j'aimerais fortement que l'on me dise comment l' argent est utilisé et si cela est efficace pour la communauté. Là, le boulot doit être entrepris et est du ressort de tous les politiques.

D'autre part, nous n'avons pas de "charges", mais des cotisations donc du salaire brut. Les cotisations ne sont pas des impôts mais du salaire!

La crise que nous vivons est du à la dérèglementation à outrance voulue par les politiques de droite comme de gauche et on voit le résultat. Si notre pays a un peu mieux résisté, c'est que nous avons une bonne couverture sociale (on pourrait cependant regarder ce qui fonctionne bien en Allemagne)

La dette publique ne vient pas de trop de dépenses, mais de moins de recettes liées à l'évasion fiscale, à la fraude fiscale, aux niches qui pour les 2/3 ne sont que des effets d'aubaineet un epu de fraude sociale (plus des entrepreneurs que des salriés qui sont plus facile à contrôler). Notre dette publique a énormèment augmenté aussi par le fait que nous sommes passés d'une crise des dettes privées à une crise des dettes publiques car l'état à sauver les joueurs de casino comme on dit.

L'oeuvre du néolibéralisme est bientôt parachevée grâce au TSCG. Je ne me fais pas de soucis pour les plus aisés qui pourront prétendre se soigner, s'assurer, mettre de l'épargne de côté (grâce notamment au rachat de la dette française). Il y aura quelques effets collatéraux pour beaucouop de retraités et de salariés (je rappelle que la France a 90% de salariés, donc pas mal de fainéants et de non créateurs si je comprends bien), mais qu'est-ce que cela en comparaison de tout ce que notre cher pays va recevoir comme richesses!
Réponse de le 11/10/2012 à 20:52 :
"Je rappelle que l'impôt n'est pas un gros mot; il permet de rémunérer les fonctionnaires afin que chaque citoyen ait des services publics de qualité"
Notre service public n'est pas meilleur que celui de bons nombre de pays Européens, mais nécessite beaucoup plus de fonctionnaires, pourquoi ?
Il se pose forcément une question d'efficacité et de productivité de nos services publiques.
Exemple: France 5 millions de fonctionnaires pou 68 millions d'habitants, Allemagne 3 millions de fonctionnaires pour 80 millions d'habitants.
Et que dire de notre millefeuilles politiques qui comporte beaucoup trop d'élus, que dire des régimes spéciaux axquels on ne touche jamais ?
Cela ressemble à un cancer généralisé !
Réponse de le 11/10/2012 à 22:06 :
C'est juste la différence entre la symbiose et le parasitisme!!!
a écrit le 10/10/2012 à 13:06 :
Ce gouvernement semble bien incapable d'échanger son logiciel idéologique contre celui du pragmatisme. Mais, selon ces tristes sires, ils font de la politique. Qu'ils continuent ainsi, mais que tous les pleurnichards qui les ont élus, ne s'étonnent pas s'ils voient les patrimoines, entreprises et talents partir vers des cieux plus cléments.
Réponse de le 10/10/2012 à 16:25 :
Qu'ils partent!. s'ils sont vraiment capables de partir qu'ils s'en aillent!.ça suffit les chantages et le bluff. Le gouvernement de FH doit tenir son programme ,s'il se trompe les électeurs ne le rééliront pas en 2017,c'est tout. Aux USA ils veulent aussi aligner la fiscalité sur le travail et la fiscalité sur le capital, il n'est pas normal que les revenus du travail paient plus du double d'impôts que les revenus du capital,c'est un encouragement à la spéculation, spéculation qui est à l'origine de la crise actuelle.
Réponse de le 10/10/2012 à 16:47 :
Tenir un programme même s'il est stupide. Stupide comme attendre de voir si le navire coule d'ici à 2017 avant d'agir!
Réponse de le 10/10/2012 à 17:48 :
Il serait en effet intéressant - édifiant serait plus juste - de comparer la fiscalité appliquée en France à celle des États-Unis ! Quant à ceux qui parlent de chantage en souhaitant ces départs, peut-être sont-ils nostalgiques d'autres régimes totalitaires qui n'ont guère brillé dans l'application de leurs idéologies !
Réponse de le 11/10/2012 à 22:16 :
On est en démocratie,donc si des personnes souhaitent quitter la France qu'ils s'en aillent.
Le gouvernement Ayrault doit aligner la fiscalité du capital sur celle qui est appliquée sur le travail, c'est dans le programme de FH et beaucoup d'économistes éminents comme Artus, ont toujours préconisée cette mesure de justice fiscale et qui fera diminuer la spéculation financière. Je parie que si cette mesure est appliquée, le déficit de la France va diminuer mais sans toucher au pouvoir d'achat. C'est cela qu'il faut éviter car ça pourrait nous plonger dans la récession.
Réponse de le 11/10/2012 à 22:18 :
Les entreprises qui ferment ou délocalisent.... c'est des emplois perdu!!!
Certains pensent que c'est les salariés qui font l'entreprise... mais je n'ai jamais vu d'entreprise fermer faute de salariés!!!
Mais chaque année des milliers d'entreprises viables ferment faute de patrons repreneurs!!!
Voilà une piste pour le gouvernement... faciliter la reprise de ces entreprises et l'emploi qui en découle!
a écrit le 10/10/2012 à 13:00 :
Il ne pas avoir beaucoup de quotient pour constater que la politique actuelle du gouvernement va à l'encontre de la création de valeur ajoutée. C'est la valeur ajoutée récurrente qui permet d'avoir des filets de sécurité sociaux! Pas l'hypertaxation court terme de résultats conséquence de prise de risque et d'initiatives!
a écrit le 10/10/2012 à 12:50 :
Allez c partit pour le chantage a l'emploi.Meme parisot et ses sbires oublient qu'en 30 ans de deregulations,de subventions aux boites,d'avantages accordes au capital et aux tres haut revenu,le chomage n'est jamais passe en dessous des 8%....Et que les emplois sont de plus en plus precaire,sous remunere,qu'il ya 4 millions de travailleurs pauvres dans ce pays....
Ces gens sont malhonnete,mesquin et tiennent des propos indecents.Qu'ils 'en aillent,qu'ils arretent de "creer" des emplois precaires.D'autres prendront la releve car il yaura toujours une industrie,des services en france et dirige par des personnes moins cupides surement
Mme Parisot et la caisse noire du Medef....Se poser en victime quand le cac 40 n'a jamais fait autant de benefices....
Faut pas toucher a leurs salires,a leurs stocks options,par contre le salarie lui il a le droit d'avoir toujours moins,c normal,vous comprenez c la competitivite....La revolution est en marche!
Réponse de le 10/10/2012 à 12:56 :
Plus de 5 millions de chômeurs, bientôt 6 millions et plus, sans parler des millions d'inactifs contraints non comptés. Cela n'a rien d'un chantage : un emploi est créé si et seulement s'il est rentable. Est-ce trop difficile à comprendre ?
Réponse de le 10/10/2012 à 12:57 :
+1000
Réponse de le 10/10/2012 à 13:08 :
@bob44 : merci !
Réponse de le 10/10/2012 à 14:07 :
"un emploi est créé si et seulement si il est rentable". Rentable pour qui ? Pour la boîte ou pour qu'une poignée de ses dirigeants puissent continuer à se goinfrer de pognon en essayant de payer le moins d'impôt possible ? Le cri des associatons patronales et pigeons est disqualifié par les errances du patronat : comment le patron de Meetic peut-il se dire "Pigeons" et parler en leur nom quand on sait qu'il est RESIDENT SUISSE ! Ouvrez les yeux. Ces gens ne défendent pas les entrepreneurs et les créateurs d'entreprises mais seulement leur pécule !
Réponse de le 10/10/2012 à 14:25 :
R B t'est un guignol et un pantin rien qu' a voir ce que tu as ecrit montre que tu n'y connait rien au monde de l'entreprise les entrepreneurs n'en peuvent plus avec les charges depuis 30 ans ............................... si on en est la c'est l'aboutissement d'une politique irresponsable envers les entreprises .......................... aujourd'hui si on ne fait pas de benefices ............ on ne peut pas investir ............... je suis pas sur que tout le monde le comprenne................................................... la situation est extremement grave compte tenu de la situation des entreprises .....................................pour beaucoup en deficit ................................le chomage va exploser ...........................
Réponse de le 10/10/2012 à 16:40 :
Ne faites pas l'idiot : évidemment rentable pour celui qui le crée. Croyez-vous encore au fadaises socialo-marxistes ? D'ailleurs, rien ne vous empêche de créer vous-même des emplois. Vous aurez ainsi la joie de devenir un bouc émissaire de choix pour ce gouvernement haineux.
Réponse de le 10/10/2012 à 17:55 :
@Chomeurs: A partir de quel seuil un salarie est pour vous rentable? 5%?10%?20%?
Il est la le probleme,car les produits fabriques en chine,slovaquie ne sont pas moins chers que si ils etaient produits en france.Seul la marge est plus importante pour le pdg et ses actionnaires....
@Claudus:La classe,les petits points j'adores,ca donne de l'effet a votre texte et on croirait(juste une demi seconde),que vous savez et comprennez de quoi vous parlez
Réponse de le 11/10/2012 à 16:54 :
@rb... Quand on vous lit, on a l'impression que la France est un pays libéral ! Franchement, il faudrait que vous approfondissiez un peu le sujet... Plus corporatiste et étatiste que la France, ça n'existe plus nulle part depuis que l'URSS a sombré. Le problème de la France, c'est justement que l'administration est partout, tout est régi par des lois qui ne sont d'ailleurs respectés qu'en façade, car il est impossible de tout contrôler. Du coup l'Etat ne remplit même plus correctement ses tâches de base.
a écrit le 10/10/2012 à 12:38 :
Ces agitations de nantis me rappellent celles des syndicats défendant les retraites
personne ne veut faire un effort. Et tout le monde veut accroitre ses avantages lorsque le gouvernement est du bon coté de chaque groupe
Gouvernement de droite: baisse des impots (tout en les augmentant pour certains), avantages fiscaux, pseudo réforme des retraites etc ...
gouvernement de gauche: augmentation des impots, on rabote les avantage fiscaux, on annule partiellement la réforme des retraite
A quand un peu plus d'intelligence? Ce ne sont pas les gouvernements qui sont responsables de notre situation mais notre comportement à tous: patrons, syndicats, salariés, inactifs

Retraité, je suis pret à accepter un taux de CSG identique à celui des actifs, supprimer l'abattement de 10% pour le calcul de mes impots. A une condition: que tout le monde fasse un effort

Quand à nos patrons, ils feraient mieux de se préoccuper de notre compétivité en prenant les bonnes décisions, investissant à bon escient. On sait très bien que le cout du travail n'est pas le vrai problème. Meme si celui-ci s'est dégradé ces dernières années
Pourtant des efforts ont eté faits: exonération de charge sur les bas salaires, sur les HS (supprimé depuis peu), suppression de la taxe professionnelle (remplacée par une autre taxe mais coutant 3 fois moins cher)
Et virons ces patrons qui passent des accords avec l'étranger quitte a mettre en péril l'avenir d'une branche industrielle (EDF et le protocole d'accord sur le nucléaire passé avec la Chine)
L'industrie et l'économie ce n'est pas un monopoly ou on se réjouit d'avoir fait un bon coup sans penser à l'avenir

Pourquoi Toyota a -elle décider de fabriquer ces voitures En France pour aujourd'hui les exporter aux USA
Pourquoi la Fiat 500 se vend-elle mieux et plus cher que la Twingo? Avec des meilleurs marges. Il faut donner envie aux clients d'acheter plutot que de pleurer sur des soi disants désavantages
Réponse de le 10/10/2012 à 12:51 :
Certes , mais madame Le ministre de la Culture est contre la taxation des oeuvres d'art . Où est alors l'égalité républicaine ?
Réponse de le 10/10/2012 à 12:54 :
Personne ne voudrait faire d'efforts ? Est-ce un gag ? Pratiquement 200 milliards d'impôts supplémentaires ont été prélevés ces dernières années. Ce sont toujours les mêmes qui font les efforts. Sauf que maintenant, les pigeons disent stop. Sans les pigeons, il n'y a plus de croissance, plus d'emplois, plus d'Etat. C'est au tour des nombreux rentiers de l'Etat obèse de faire 100% des efforts, par la réduction massive des dépenses publiques. TINA.
Réponse de le 10/10/2012 à 14:30 :
les pigeons recoivent des millions de subventions, des allegements fiscaux afin de s'implanter dans telle ou telle commune et ceux malgrés des milliards de benef??( le CA, bnp, SG, edf, cogema, ect.ect... , et aujourd'hui que nous sommes en crise, ils ne veulent pas participer a l'effort national, reverser un peu de ce qu'ils ont recu du peuple??? ok, qu'on laisse les pigeons tranquils, mais qu'on leur coupe toute subvention, allegement fiscaux... on verra qui pleurera le plus.... a l'americaine quoi!
Réponse de le 10/10/2012 à 16:46 :
Le pigeon moyen paye beaucoup plus que les miettes qu'il reçoit. Le pigeon est le seul à qui on demande des efforts, tandis que les dépenses publiques vont encore augmenter en 2013. Mais avec ce gouvernement, on ajoute l'insulte à la spoliation. Ce serait une première si l'effort national portait enfin sur les budgets publics, c'est-à-dire sur les rentiers improductifs de l'Etat providence obèse. A leur tour d'être enfin patriotes !
Réponse de le 11/10/2012 à 22:35 :
Mr Gérard71... Vous devez avoir une bonne retraite!!! Vous êtes prêt à perdre sur votre retraite? C'est déjà fait!!! Le calcul qui est passé des 10 meilleures années aux 25 meilleures grâce à la loi Balladur, me coûte 255 euro par mois ( retraite de base à 605 euro au lieu de 860) on est déjà proche des 30%!!!
De plus lorsque vous cotisiez à la retraite, les cotisations faisaient partie de l'assiette sécurité sociale... La cotisation a été prélevée à la source, il n'y a donc pas lieu de cotiser une seconde fois!!!
Pour le coup il y aurait injustice!!!
Réponse de le 16/10/2012 à 19:47 :
@Thaurus Exact, j'ai une assez bonne retraite mais sans plus. Disons que je vis bien mais je regarde quand meme aux dépenses. Je n'ai malheureusement pas des revenus suffisants pour m'acheter ce dont j'ai envie.
ET comme vous avec le passage du calcul de 10 ans à 25 ans, j'ai aussi beaucoup perdu
J'ai bien conscience que beaucoup ont une retraite inférieure voir trés inférieure à la mienne. Quand on sait que le salaire médian se situe autour de 1500? (la moitié des salariés), j'imagine ce que peut etre leurs retraites.
Effectivement, il faudrait peut etre penser à un aménagement pour les petites retraites
Bien qu'avec le montant de votre retraite, vous ne devez pas payer beaucoup d'impots, voir pas du tout. Donc la suppression de l'abattement de 10% ne vous toucherait assez peu voir pas du tout.
quand aux taux de CSG identique aux actifs, ce ne serait que justice. Pourquoi vous cotiseriez 1% de moins qu'un smicard?. Son niveau de vie doit etre probablement plus difficile. Je pense surtout aux charegs de famille qu'un retraité n'a souvent plus. Bon Ok, certains aident encore leurs enfants
a écrit le 10/10/2012 à 12:05 :
Impossible de bosser ce matin sur Aix à cause des grèves des chauffeurs de bus (ah les pauvres fonctionnaires) ... Allons faire du Kitesurf plutôt :) !!! Vive la gauche qui nous oblige à être comme elle : des improductifs !!! Amusant de voir le résultat de 6 mois de gouvernance de flamby : quel beau début de réussite ! On attend la suite avec impatience ... C est pas un coup de matraque qui attend la fonction publique dans 4 ans , mais un coup de bazooka ....
Réponse de le 10/10/2012 à 12:28 :
De quoi tu te pleins tu va faire du Kite un jour de semaine, faut dire merci ;-)
a écrit le 10/10/2012 à 11:22 :
Des amateurs ce gouvernement avec leurs fonctionnaires de catégorie A , et grassement payés pour traire les pigeons de toutes sortes.
Réponse de le 10/10/2012 à 12:48 :
Il est évident que pour les inspecteurs des finances et pour ce gouvernement , nous ne sommes que des sous-hommes ...
Réponse de le 10/10/2012 à 12:58 :
Ce sont quand même des êtres exceptionnels, ces fonctionnaires qui arrivent à traire des pigeons...
Réponse de le 10/10/2012 à 13:23 :
@ traite, absolument, c'était sous-entendu.
a écrit le 10/10/2012 à 11:14 :
Il suffit ! Si en cette société quelqu'un se fait pigeonner et plumer c'est bien le travailleur souvent non qualifié dont les rapaces de patrons migrateurs ont fait la variable d'ajustement de l'entreprise au nom du profit ! Assez de roucoulements ,messieurs les patrons délocalisateurs, en période de crise on se serre les coudes et on ne sort pas ses griffes !!
Réponse de le 10/10/2012 à 11:21 :
+1000
Réponse de le 10/10/2012 à 11:21 :
Il ne fera plus le malin !
Réponse de le 10/10/2012 à 12:34 :
Bien vu, tout est de la faute des riches.
Tout irait mieux si nous pouvions rester entre pauvres, comme ça plus d'exploiteurs.
Ainsi purifié de ses suceurs du sang des travailleurs, le pays pourra de nouveau voguer vers la prospérité.
Réponse de le 10/10/2012 à 12:43 :
@Miloo:La richesse n'est pas une faute,l'avarice si!
Réponse de le 10/10/2012 à 12:53 :
Vous avez raison, taxer à 62% les plus values ou à 75% les salaires est une mesure juste et équilibrée.
Je dirais même la mesure normale que l'on attend d'un président normal.
Réponse de le 10/10/2012 à 12:54 :
Houais, Stone a raison ! (le faire avec l'accent Sylvester Stalone SVP)
Réponse de le 10/10/2012 à 13:10 :
Si l'avarice est une faute, l'envie et la jalousie sont des crimes.
a écrit le 10/10/2012 à 11:06 :
Depuis le début, le gouvernement traite les entrepreneurs avec mépris. Ils ont déclenché ce mouvement qui ne risque pas de s'éteindre, malgré les tentatives de division et de déclaration de la ministre. En particulier, l'effet rétroactif de la loi a des effets dévastateurs sur le sentiment d'insécurité juridique.
Réponse de le 10/10/2012 à 11:22 :
les entreprneurs traitent le peuple avec mepris !
Réponse de le 10/10/2012 à 13:00 :
Les entrepreneurs sont le peuple.
Réponse de le 10/10/2012 à 14:04 :
mouai ///
a écrit le 10/10/2012 à 10:57 :
Oh notre sérénissime président normal, daigniez comprendre que si vous flinguez la poule aux oeufs d'or qui se font appeler les pigeons, vous allez transformer notre pays en pays du tiers-monde.
Oh grandiose intelligence technocratique de Bercy, veuillez intégrer que la justice sociale ce n'est pas flinguer les entrepreneurs mais taxer les rentiers qui s'enrichissent avec l'immobilier, avec des ?uvres d'art ou avec des défiscalisations dans les DOM-TOM.
Oh divinissime gouvernement de crise, faites appel à votre bon sens... au moins quelques minutes par jour !
Réponse de le 10/10/2012 à 11:11 :
Pour être rentier, il faut toucher un revenu garanti par l'Etat. Les rentiers sont nombreux en France : fonctionnaires, retraités, habitants des HLM, bénéficiaires du RSA, subventionnés sociaux...
Réponse de le 10/10/2012 à 11:11 :
En fait les pigeons sont tous ceux entrepreneurs, salariés du privé, ménages qui malgré les difficultés actuelles, la concurrence internationale, l'attention portée à l'éducation des jeunes...font tourner ce pays. Mais pour combien de temps encore s'ils se font plumer chaque fois qu'ils réussissent à bien gérer leurs affaires alors que l'Etat n'est pas capable de se réformer lui même et d'apporter un service de qualité malgré un coût exhorbitant.
Réponse de le 10/10/2012 à 12:51 :
@rentier : bien vu, mais permettez moi d'ajouter les politiciens.
Une fois le mandat terminé, il y a toujours, une agence, une commission, un poste bien au chaud, de sorte qu'ils n'ont AUCUN risque pesant sur leur emploi (Jospin, Rocard, Hirsch,...)
Réponse de le 10/10/2012 à 13:03 :
Remarque très pertinente, @Rentiers
a écrit le 10/10/2012 à 9:40 :
je suis d'accord les carried interest ce n'est pas le sujet car c''est du salaire déguisé
le sujet c'est:
- taxer de maniere raissonable les investisseurs financier
- taxer de maniere raisonable les entrepreuner ET les salarié des PME ayant reçu action gratuite, stock option ou BSA etc....
Si un jour on veut des ETI comm en allemagne et des google comme aux US ......
a écrit le 10/10/2012 à 9:32 :
à bon vent : La situation de la France eet de l'Europe est difficile. Des stupidités de prises de position partisanes ne devraient pas être de mise. Nous avons besoin de tous dans notre pays, et surtout des entrepreneurs, y compris de ceux qui risquent leurs capitaux pour faire fonctionner l'économie.
Réponse de le 10/10/2012 à 9:39 :
Surtout dans cette situation de crise, la France (le gouvernement) devrait encourager (fiscalement) tous ceux qui prennent des risques pour creer de la richesse (entreprise, capital-investisseur). Mais je reve, la.
Réponse de le 10/10/2012 à 13:09 :
Pas du tout Bernier, vous ne rêvez pas, c'est ce gouvernement qui rêve de décervelés qui investiraient leur argent pour des clous au lieu de partir sous le soleil.
Réponse de le 10/10/2012 à 14:02 :
Cette belle analyse de nos cousins d'Ameriques : http://minarchiste.wordpress.com/2012/10/09/%EF%BB%BFpourquoi-le-liberalisme-est-il-la-solution-a-la-crise/
Chapeau !!
a écrit le 10/10/2012 à 9:32 :
Le bandeau de pub m'empêche de lire l'article. Help!
a écrit le 10/10/2012 à 9:17 :
Tous les contribuables de France sont de vrais pigeons car ils subissent depuis trop longtemps les augmentations de taxes et d' impôts de tout ordre inventés par la haute fonction publique et les politiques qui ne veulent jamais baisser leurs trains de vie et les dépenses délirantes de ce "tout-état". Ce n' est pas pour demain que des socialistes vont scier la branche sur laquelle ils vivent bien au chaud et à l' écart du monde actuel.Réduire le nombre de fonctionnaires, réduire le nombre de députés, réduire le nombre de sénateurs et de conseils généraux, supprimer les départements qui datent de Napoléon 1er : vous n' y pensez pas, mais continuez de voter pour nous braves cons de pigeons !
Réponse de le 10/10/2012 à 9:49 :
+1000
a écrit le 10/10/2012 à 9:08 :
Super la nouvelle barre de pub de la tribune qui m?empêche de lire les 10 premiers caractères de chaque ligne....
Réponse de le 10/10/2012 à 9:14 :
Sans compter, les retours à la ligne qui disparaissent. Comme ça on se retrouve avec un gros pâté illisible au lieu d'un texte aéré. Dommage.
a écrit le 10/10/2012 à 8:56 :
Que ces gens defendent leurs interets, rien a redire. Mais qu'ils veulent nous faire croire que c'est pour le bien de tous...Desole mais ca ne passe pas. A quand un voire des articles de fonds sur la question de la fiscalite en France
Réponse de le 10/10/2012 à 9:51 :
La somme des intérêts individuels est la définition objective de l'intérêt général. On notera ici que l'intérêt général est indépendant de la nature du régime politique (démocratie ou autre). Les autres tentatives de définitions sont purement idéologiques, donc subjectives. Ces définitions, appauvries par leur subjectivité, consistent à imposer une vision privée de l'intérêt général aux dépens de tous, nécessairement par la violence et la contrainte. De telles visions de l'intérêt général nécessitent le recours aux "experts" ou aux "hommes providentiels". Par conséquent, l'intérêt général défini autrement que par la somme des intérêts individuels est de la pensée magique. Dans cette hypothèse, l'intérêt général n'existe tout simplement pas.
Réponse de le 10/10/2012 à 12:52 :
Parfait dans ce cas les pigeons sont loins de representer la somme des interets individuels. Merci pour votre expertise.. desole j'oubliais que l'on doit se mefier des experts ... ce qui s'etend aux experts denoncant la derive des experts et hommes providentiels. Oups
Réponse de le 10/10/2012 à 13:04 :
Vanité de l'idéologie, faiblesse du raisonnement, petit drrw. Pour pouvoir dénoncer, il faut qu'il y ait faute. Or, seul celui qui contraint l'autre est en faute. Votre tautologie s'accorde bien avec la pensée magique de vos maîtres.
Réponse de le 10/10/2012 à 17:26 :
C'est ca mon brave. Contredire votre altesse serait une tautologie pourquoi pas le blaspheme. Je le repete les pigeons ne represente qu'eux et cherchent a passer pour des victimes. Leurs revendications qui ne font que commencer ne sont profitables qu'a leurs petits interets qui n';ont d'egales que le niveau de votre raisonnement. Mais pas de doute que lorsqu'il faudra augmenter les impots d'autres categorie ou reprendre certains avantages, la France redeviendra un petit inreformable, avec un pvr faible qui cede devant les uns et les autres. Par ailleurs, non l'interet general n'est pas la somme des interets individuels, ne vous en deplaise...
a écrit le 10/10/2012 à 8:27 :
Les pigeons n'égaleront jamais Max la menace. Aujourd'hui la menace est une arme de destruction massive mais en dessous il n'y a pas grand chose. Que ceux qui veulent partir partent on est en France et on ne retient personne. En général ils partent pas bien loin (Bruxelles Genève Londres) de quoi revenir quand on veut se faire soigner mettre ses enfants à l'école gratuite bref des pigeons gris et sales. Quand à ceux qui pleurent sur leur sort sachez qu'il y aura toujours quelqu'un pour prendre la place. Bravo et merci à Serge Haroche pour ce qu'il apporte à la France.
Réponse de le 10/10/2012 à 8:46 :
Inviter au départ était la première étape des nazis et des communistes envers les juifs... Depuis 80 ans, votre idéologie criminelle n'a pas changé d'un millimètre. Pour les récalcitrants, envisagez-vous à terme des camps de travail forcé ?
Réponse de le 10/10/2012 à 8:53 :
Pour rebondir sur votre commentaire. L'urgence n'est pas de tergiverser avec les entrepreneurs français aujourd'hui mais plutôt de s'entendre RAPIDEMENT avec nos grands voisins européens pour imposer la quarantaine aux paradis fiscaux qui prospèrent à nos portes au sein même de la CEE. Ainsi nos financiers qui menacent de s'expatrier ou qui opèrent déjà de Bruxelles, Londres, Monaco ou Luxembourg pourront se concentrer sur ces micro-économies
Réponse de le 10/10/2012 à 9:07 :
>> Quand à ceux qui pleurent sur leur sort sachez qu'il y aura toujours quelqu'un pour prendre la place

C'est là l'objet du malentendu. La création d'une entreprise est une activité risquée. En France, 50% des entreprises meurent avant d'atteindre 5 années d'existence. La cause en est le manque de capital. Il est admis qu'il faut un capital d'au moins 80 000 pour qu'une entreprise puisse se développer au delà des 5 ans.

Entre les banques qui ne prêtent pas, la somme d'entrepreneurs qui créent parce que contraints à créer pour pouvoir au moins créer leur propre emploi (parce qu'ils sont au chômage, par exemple), il devient de plus en plus difficile aux créateurs de réunir un capital suffisant pour que l'entreprise ait une chance de succès au delà de 5 ans. L'investissement par le biais d'investisseurs externes est donc nécessaire bien souvent à la pérennité des entreprises et à leurs expansion (c'est à dire à l'embauche de salariés).

Face à la taxation des plus-values à 60% au delà du seuil de 150000 ?, les investisseurs se demanderont si l'investissement vaut vraiment le coup. Ils rechigneront à investir d'autant plus que nos pays voisins ont une fiscalité beaucoup plus intéressante (certains pays proches ont un taux de 0% à la revente) et qu'il existe des pans entiers de l'économie qui sont plus interessants en terme de taux de retour sur investissement parce que faiblement fiscalisés (comme l'immobilier) par exemple.

Donc avec une telle fiscalité sur les plus-values, les investisseurs se détourneront et les entreprises ne se développeront pas, ne créeront pas d'emploi et il n'y aura ni revente, ni augmentation des rentrées fiscales liées aux cessions d'entreprise. En un mot, la mesure a des effets pervers qui aboutissent à l'effet inverse de l?effet recherché.
Réponse de le 10/10/2012 à 9:39 :
"S'entendre RAPIDEMENT avec nos grands voisins européens pour imposer la quarantaine aux paradis fiscaux" : le rêve humide des socialistes ! Mais ce n'est qu'un fantasme sans aucune chance d'aboutir. Nos voisins qui profitent de l'exil des entrepreneurs français se marrent de l'enfer fiscal français : ils l'encouragent même. Par définition (socialiste), tous nos voisins sont des paradis fiscaux.
Réponse de le 10/10/2012 à 11:28 :
en ce cas, "Enfer fiscal" , rester dans la CEE - et a fortiori l'Euro - n'a aucun sens. Votre défaitisme étaye les thèses souverainistes. Le statu-quo n'est de toutes les façons pas possible.
Réponse de le 10/10/2012 à 12:47 :
@bon vent.
Croire que le riche qui s'exile pour des raisons fiscales a besoin de soins ou d'école gratuits, c'est faire preuve d'une naïveté touchante et qui égaye ma journée. C'est la tarte à la crème qu'on nous sort habituellement.
Pour info, les expatriés, paient leurs soins en France, car il n'ont pas de carte vitale, mais surtout, l'économie réalisée en partant leur rembourse mille fois le prix du médecin (ou même de l'opération)...
Quant à ce pays où l'on fait des réformes fiscales ouvertement SYMBOLIQUES, cad ne rapportant pas un rond, mais coinçant volontairement une catégorie délibérément stigmatisée, il aura bien mérité la faillite qui s'annonce.
a écrit le 10/10/2012 à 8:24 :
Sans entrepreneurs, il n y a plus de pays. Entreprendre est l un des rares moyens de sortir de sa condition sociale ,sans argent et sans piston .
a écrit le 10/10/2012 à 8:22 :
L'AFIC n'est pas une "association patronale", c'est une association de gestionnaires de fonds d'investissements en capital qui vient tenter de conserver l'exemption de charges sociales sur le carried interest des gestionnaires de fonds et la déductibilité des interets d'emprunts.
Le carried interest n'est rien d'autre qu'un salaire déguisé des gestionnaires de fonds (qu'il ne faut pas confondre avec les investisseurs qui leur ont confié leurs capitaux)

Non Mr Hollande, ne cédez pas à ce lobby qui n'a de cesse que de défendre ses avantages qui sont aussi injustifiés que toxiques puisqu'ils ont détourné toute l'industrie du capital investissement de son rôle premier (financer les entreprises en capital) pour ne plus se consacrer qu'à remplir leur carried interest en siphonnant les salaires et investissements des entreprises etcen les endettant à long terme.

L'AFIC doit se taire, elle ne représente en rien des entrepreneurs ou des chefs d'entreprises, simplement les interets d'un tout petit groupe de gens qui ont dévoyé leur industrie pour ne se consacrer qu'à l'exploitation de niches ou loopholes fiscaux en France et plus largement au sein de la CEE

Pour le reste, mon avis est que le gouvernement devrait n'assimiler plus-value du capital et revenus que pour les plus-value court terme et ne pas toucher au taux long terme. On ne peut pas brider l'investissement productif faut par les vrais investisseurs en capital (pas ceux que semble défendre l'AFIC) si l'on veut promouvoir l'entreprise et l'emploi. L'assimilation plus-value / revenu relève du dogme électoraliste.
a écrit le 10/10/2012 à 8:09 :
La France n'a pas besoin d'entreprises et d'entrepreneurs. Indemnités non-imposables pour tout le monde... et bientôt restos du coeur pour tout le monde. Les anglais ont bien raison de capter nos jeunes talents et de dérouler le tapie rouge.
Réponse de le 10/10/2012 à 8:58 :
Venez y et on en reparle. Londres attire les gogos disposes a investir dans de l'immo qui tourne a la bulle immo comme jamais CF articles du FT
a écrit le 10/10/2012 à 8:05 :
L'avenir du pays ce sont les chances pour la France. Et ils sont nombreux. La vie en rose. Que du bonheur en perspective !
a écrit le 10/10/2012 à 7:55 :
on a affaire à une bande de charlots nourris à la pensée unique pour qui l'économie est une chose abstraite, seul compte pour eux la croissance sans fin du tissu administratif.il n'y a rien à espérer de ces pommés, il faut s'en débarrasser le plus rapidement si l'on veut que la France existe.
a écrit le 10/10/2012 à 7:41 :
Bah ! Quand il n'y aura plus d'entreprises en France, le problème ne se posera plus !
a écrit le 10/10/2012 à 6:45 :
horrible de penser que ses conneries vont finir par faire oublier celles de Sarkozy!
on le pensait plus fin
a écrit le 10/10/2012 à 6:04 :
Vivement que l'on soit sous tutelle du FMI et que Hollande en soit réduit à inaugurer les kermesses provinciales et les élections des miss locales.
Réponse de le 10/10/2012 à 8:11 :
C est ce qu il fait deja. Faites le compte des inaugurations hommages discours. C est stupefiant!
a écrit le 10/10/2012 à 5:56 :
Aux USA l'impôt sur les plus-values en capital distingue le capital long-terme (2 ans de détention des titres) taxé à un taux forfaitaire avantageux, et le court-terme taxé comme le travail. Ceci semble juste puisque les créateurs d'entreprise et les investisseurs ont le taux forfaitaire, pendant que les spéculateurs et autres traders ont le taux progressif. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour la France ?
Réponse de le 10/10/2012 à 7:22 :
pourquoi opposer spéculateurs et créateurs : ont a besoin de TOUT LE MONDE pour redresser ce pays.
Tant mieux si le spéculateur gagne beaucoup d'argent !!! de toute façon, avec cet argent il va faire travailler des artisans !!!!!
arrêtez de diviser ; le France n'a pas besoin de diviseur !!!!!
Réponse de le 10/10/2012 à 8:10 :
Il faudrait surtout arriver à définir de manière intelligible ce qu'est un spéculateur. Spéculateur, rentier : ce sont des termes démagogiques sans fondement économique à connotation volontairement péjorative utilisés pour diviser la population, ce qui laisse le champ libre aux politiciens.
a écrit le 10/10/2012 à 5:31 :
..dans l opposition ont complètement sclérosées les socialiste qui brillent aujourd hui par leur incompétence..et l impréparation..
pathétique....
a écrit le 10/10/2012 à 3:42 :
Que les socialos cèdent ou pas, peu importe. Dans moins d'un an, la France sera dans le trou, et les cow-boys du FMI débarqueront pour lui dicter sa politique économique.
Hollande et ses sbires seront sous tutelle. Et c'est tant mieux, car ce pays est sans véritable équipe dirigeante depuis 40 ans.
a écrit le 10/10/2012 à 1:38 :
Seule la cupidité semble motiver les entrepreneurs !
en tous cas ceux-là.....
Ces pigeons seraient ils tombés dans le miroir aux alouettes ?
Le seul objectif de leur passage sur terre serait le gain ?
JE NE LES ENVIE VRAIMENT PAS.
et leur conseille d'aller s'installer directement en chine, ils y trouveroont les esclave pour satisfaire leur maladie
Réponse de le 10/10/2012 à 7:31 :
avant de parler de cupidité, formes-toi !!!
apprends comment fonctionne une entreprise !!
et si ils vont s'installer en Chine, ce n'est pas toi, ton absence de cupidité (qui va surement chercher ses aides sociales) et le nombre d'emplois que tu as créé qui va faire marcher la France.
j'espère que tu vas répondre à ce message, car on en a marre de payer du social parce que les gens ne préfèrent rester devant la tele que de bosser !!
Réponse de le 10/10/2012 à 11:39 :
S'ils vont en Chine ce n'est pas à cause de la fiscalité française, c'est tout simplement pour le bas coût de sa main d'oeuvre. J'attends des libéraux comme toi Bertrand pour m'expliquer comment on peut être compétitif avec la Chine sans protectionnisme ?
Réponse de le 10/10/2012 à 16:01 :
Les importations chinoises ne représente même pas 2% de notre PIB. L'Etat, lui, nous ponctionne les deux tiers de ce que nous produisons. Entre les Chinois et les parasites de l'Etat, le choix est vite fait.
Réponse de le 10/10/2012 à 17:28 :
" Entre les Chinois et les parasites de l'Etat, le choix est vite fait." le parasite c'est le libre marché non régulé qui nous fait croire qu'on peut mettre en concurrence des salariés de pays industrialisés et de pays émergent sans contrainte sociale et environnementale.
Réponse de le 10/10/2012 à 23:39 :
il ne repondra pas....
a écrit le 10/10/2012 à 1:23 :
Sans entreprises pas d'emploi plus de taxes. Si simple que ça. Tu piges Danub?
a écrit le 10/10/2012 à 1:07 :
Laurence Parisot est en pleine crise d?hystérie depuis l?élection de F. Hollande. Malheureusement cela risque d'avoir des conséquences assez graves sur les négociations en cours et surtout sur l'image de la France a l?étranger. Mais après tout.....n'est-ce pas ce qu'elle cherche cette pauvre dame, saboter le gouvernement actuel????
Dommage, on avait vraiment pas besoin de ça!!! mais vraiment pas!!!
Réponse de le 10/10/2012 à 7:33 :
essaies de redescendre sur terre !!!
qu'apporte ces politiques ??? R I E N
les entreprises veulent continuer à avancer alors que tous nos concurrents avancent !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 10/10/2012 à 12:58 :
Ah d'accord, parce que tu penses que nos entreprises avançaient mieux du temps de Sarkozy d?où le silence complice du patronat pendant toute cette période???? La flexibilité du marche du travail, la baisse des charges patronales, etc.....ce ne sont pas la des revendications patronales promises par Sarkozy et mises en ?uvre par Hollande pour avancer????? mauvaise foi quand tu nous tiens!!!!
a écrit le 10/10/2012 à 0:35 :
c'est pas des pigeons mais des rapaces. j'espere que le gouvernement les enverra bouler comme ils le meritent, le gouvernement, elu democratiquement, a deja assez reculer.
Réponse de le 10/10/2012 à 1:15 :
nous irons ensemble dans la m...
Réponse de le 10/10/2012 à 3:27 :
@danub: élu démocratiquement ? au 1er tour, c'est environ 25% des inscrits et au 2e tour, on vote contre l'autre. Hollande ne représente donc que son propre parti et quelques sympathisants. Mais, c'était pareil pour Sarko et les précédents. Les dés des élections sont pipés et c'est cela qu'il faut changer en priorité !!!
Réponse de le 10/10/2012 à 7:38 :
des rapaces ????? tu es un rigolo : combien as tu mis d'argent pour financer l'entreprise dans laquelle tu es peut-être salarié ?? 0
a oui bien sûr ce n'est pas beaucoup, alors tu ne peux rien comprendre à cette discussion !!!
tu es fonctionnaire ????, alors c'est pire tu ne comprends rien aux problèmes de l'entreprise !!!!!!!!!!!!! et en plus tu es un rentier qui vit du travail des entreprises.
Réponse de le 10/10/2012 à 9:00 :
à bertrand : Voltaire à écrit apprxt :" l'état , c'est un grenier qui est rempli de grains par le privé, mais qui est pillé par des fonctionnaires ". J'ai volontairement adouci les propos de Voltaire qui sont beaucoup plus durs, car il parle de r.ts.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :