Moody's : dégradations en chaîne d'entreprises publiques, EADS est préservé

 |  | 224 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'agence de notation Moody's a abaissé les notes de plusieurs entreprises publiques après avoir enlevé à la France sa note maximale de triple "A", mais a maintenu sa note A1 et sa perspective sur le groupe européen d'aéronautique et de défense EADS.

Dans le sillage de la France, Moody's a dégradé plusieurs entreprises publiques, comme la SNCF et le gestionnaire des réseaux RFF qui ont tous deux perdu un cran et sont aujourd'hui notés respectivement Aa2 et Aa1. L'agence a par ailleurs revu en baisse les notes de la Caisses des dépôts et consignations (CDC), la banque publique de soutien aux PME Oséo et de l'Agence française de développement (AFD) qui tous passent de Aaa à Aa1. Le Crédit de la Caisse d'amortissement de la dette sociale (Cades), l'union nationale pour l'emploi dans l'industrie et le commerce (Unedic), la Caisse nationale des autoroutes (CNA) et la Régie autonome des transports parisiens (RATP) voient également leur note passer de Aaa à Aa1.

EADS jugé "solide"

Toutefois, l'agence de notation a préservé EADS. Cette décision reflète la "position solide" d'EADS en tant que constructeur aéronautique, avec d'une bonne base d'actifs et un large spectre de commandes, explique Moody's dans un communiqué reçu mercredi. Elle est également justifiée par les "espoirs de voir la société poursuivre son élan positif en cours" tout en améliorant "son profil de crédit à l'horizon des 18-24 mois" et ce en dépit de l'abaissement d'un cran de la note de la France à Aa1, annoncé lundi, poursuit l'agence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2012 à 11:28 :
Perte du triple A de Moody's, baisse de 2.4 % des embauches, dégradation en cascade de plusieurs établissements publics, l'effet domino ne fait que commencer. Pendant ce pemps là, on rétablit le départ à la retraite à 60 ans, on maintient le nombre de fonctionnaires, et on revient aux 35 heures tout en parlant de la compétitivité du pays... Ridicule et lamentable.
Réponse de le 25/03/2013 à 15:01 :
Compte tenu de la dette, du déficit budgétaire, des multiples trous dans toutes les caisses et de la politique menée, suicidaire (aucune réforme de structures), la note de la France devrait être de CCC (Risque très important de non remboursement sur le long terme) pour ne pas dire D....!
Si cette note n'a pas été retenue, c'est bien parce que Moody's sait, comme d'autres, que l'épargne des Français sera là le moment venu......pour rembourser...!
a écrit le 21/11/2012 à 11:06 :
Cela va réduire forcément la compétitivité des ces entreprises publics et qui sont déjà trop fortement endettées. Le redressement productif sera encore plus difficile. Encore une fois: Où est Montebourg pour expliquer à Moody's qu'ils sont tous des vautours indécents du capitalisme? Notre clown nous offre un spectacle de plus en plus intermittent! C'est un scandale.
a écrit le 21/11/2012 à 10:18 :
rien qu'en regardant deux titreS de la tribune d'aujourd'hui nous voyons la betise de notre gouvernement .premier TITRE DEGRADATION DE LA NOTE DE LA FRANCE Deuxiéme titre MARDI LES DEPUTES ONT VOTE LE BUDGET 2013 !!!!!!!! hier hollande aux maires maitrisez vos dépenses en meme temps le cout du changement des rythmes scolaires sera à votre charges ,,,,,pourtant dans l'autre sens il n'y avait pas eu de baisse des charges ou salaire des prof
a écrit le 21/11/2012 à 10:04 :
Que la SNCF soit dégradé cela n'est pas une surprise et un dépôt de bilan ne serait qu'une bonne nouvelle pour la dette française et pour les salariés privés qui finance la retraite de cette république bananières des camarades...
Vivement l'arrivée de nouvelle compagnie ferroviaire de voyageurs...
Réponse de le 21/11/2012 à 11:00 :
le régime de retraite SNCF est déficitaire parce que la compagnie emploi moins de gens aujourd'hui qu'en 1936. Il y a donc plus de retraités que d'actifs. En même temps, dans le domaine des start-up internet, il y a plus de jeunes que de retraités. Donc le régime de retraite des start-up est excédentaire. Ah zut, ils osnt au régime général...

Bref la seule conclusion intelligente à votre constat, que vous auriez pu faire si vous en aviez eu la capacité, c'est qu'une fusion des régimes particuliers dans le régime général est une bonne chose.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :