Retraites : à peine le diagnostic posé, syndicats et patronat affichent leurs positions

 |   |  850  mots
Copyright Reuters
Patronat et syndicats ont réagi au rapport du Conseil d'orientation des retraites (COR) qui dresse un diagnostic complet sur le système français. La CFDT approuve la description des inégalités relevées dans le rapport, alors que la CGT y voit un "catastrophisme qui fait le jeu du Medef". Le gouvernement doit réunir les partenaires sociaux au printemps pour préparer une nouvelle réforme d'ampleur des retraites.

Le douzième rapport du Conseil d'orientation des retraites, adopté le 22 janvier, qui dresse un diagnostic global sur le système de retraite (et notamment ses inégalités) a suscité de nombreuses réactions du côté des syndicats et du Medef. Des organisations qui doivent se retrouver au printemps avec le gouvernement pour poser les bases d'une nouvelle réforme des retraites pour l'après 2020. Tour d'horizon des réactions:

 

- La CFDT dénonce les inégalités, et plaide pour une réforme de grande ampleur

Du côté de la CFDT, on estime que le rapport du COR "révèle un ensemble d'inégalités en matière de retraites que [la confédération] dénonce depuis plusieurs années". Et la centrale de Laurent Berger d'énumérer:

- la compensation des interruptions de carrière est insuffisante, en particulier pour les périodes de chômage
- les droits à la retraite liés à la présence d'enfants sont souvent mal ciblés, notamment la majoration pour les parents de trois enfants qui bénéficie surtout aux retraités aisés et aux hommes
- les retraités qui ont cotisé dans plusieurs caisses de retraite de base en raison de mobilités professionnelles sont pénalisés
- les effets de la pénibilité qui se déclarent après le départ en retraite et réduisent l'espérance de vie ne sont pas pris en compte
- le mode de calcul des pensions sur les 25 meilleures années de carrière bénéficie surtout aux plus aisés et désavantage les bas salaires
- les modalités de validation de trimestres défavorisent les carrières précaires et mal rémunérées
- tous les salariés qui ont effectué une carrière longue ne bénéficient pas d'un départ à la retraite anticipé

En conclusion, pour la CFDT, "ce rapport du COR confirme la nécessité d'une réforme des retraites de grande ampleur, juste et pérenne (...). Elle devra s'attacher à rendre le système plus lisible et à mieux prendre en compte les parcours professionnels".

- La CFTC juge "dangereuse" la proposition de modifier la "règle des 25 meilleures années"

La CFTC aussi souligne quelques points saillants et sensibles du rapport comme, par exemple, la possibilité de remise en cause du principe de validation d'un trimestre à partir de 200 heures de SMIC horaire qui «reste un point socialement sensible». L'objectif est clair: «il faut maintenir un système de validation qui permet de protéger les salariés qui ont notamment des carrières fractionnées en prenant par ailleurs en compte le temps partiel».

Concernant la possibilité de calculer les pensions de retraite en prenant en compte la totalité de la carrière, au lieu des 25 meilleures années comme actuellement, à la différence de la CFDT, la CFTC «juge cette proposition dangereuse, car elle entrainerait une diminution automatique des pensions de retraite, comme constaté précédemment lors du passage des 10 meilleures années aux 25 meilleures».

- La CGT adopte un ton dur

Du côté de la CGT, on emploie un ton nettement plus dur, affirmant que ce nouveau rapport est "l'occasion pour le Medef de relancer (sa) vision catastrophiste" de la situation financière des retraites. "On voudrait tuer notre système par répartition, bâti sur la confiance et la solidarité des générations successives, qu'on ne s'y prendrait pas autrement", affirme le syndicat dans un communiqué.
"Si les retraites sont en danger, c'est avant tout en raison du chômage de masse, de l'amputation des salaires et du doute que les gouvernements successifs et le patronat ont délibérément installé quant à la capacité du système à garantir à long terme le niveau des pensions", ajoute la centrale de Bernard Thibault.
Pour la CGT, il n'est "pas question de nier les besoins de financement". Mais "si l'on veut maintenir un taux de remplacement au minimum de 75% et le pouvoir d'achat des pensions, il faudra bien augmenter en proportion les moyens alloués au financement des retraites".

- Laurence Parisot envisage une retraite à 67 ans à l'horizon 2040

La présidente du Medef Laurence Parisot a affirmé de son côté qu'"il faudrait au moins un départ à la retraite à 63 ans pour limiter le déficit à l'horizon 2020". "Mais ensuite les choses vont s'aggraver (...) Là il faut envisager quelque chose de l'ordre de 65, 66, 67 ans à l'horizon 2040. Mais pendant ce temps-là, il faut bien comprendre qu'on aura gagné de l'espérance de vie", a-t-elle ajouté sur Canal+.

 

Le calendrier du gouvernement

Avec ne nouveau rapport du COR, le gouvernement dispose maintenant de la quasi-totalité des outils nécessaires à une prochaine réforme. Selon les v?ux du Premier ministre Jean-Marc Ayrault, il va former dans les prochains jours une "commission de sages" chargée de fournir des "pistes" de réformes, avant de lancer "au printemps" un processus de concertation avec les partenaires sociaux. Au mieux, la nouvelle réforme des retraites verra le jour fin 2013 mais plus certainement en 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2013 à 6:55 :
Et qu'est ce qu'ils diraient les jeunes (puisque c'est eux qui prennent et prendront les credits) : finnde tous les regimes des "princes" de la republique (senat, conseil constituitionnel, etc), fusion de toutes les caisses de retraites et tout le monde au même régime, suppression des pensions de reversions automatiques et à taux plein, plafonnement des retraites (2200 max), retraites à 70% pour les retraites à l'etrangers, ...
a écrit le 11/02/2013 à 17:51 :
75 % du salaire moyen brut des 6 derniers mois de salaire hors primes pour les fonctionnaires ... petite question : combien cotisez-vous mensuellement sur ces primes ????? il suffit d'aller sur le site alliance pn accessible à tout le monde et l'on peut decouvrir que le salaire brut est bien inférieur au salaire net perçu en activité et sur le meme site le montant des retraites par rapport au salaire est également accessible à tous ... dans le privé le salaire brut est supérieur au net puisque les cotisations portent sur la totalité du salaire et le montant de la retraite dans le privé n'atteint pas 75 % du salaire moyen ...Fonctionnaires vous ne pouvez avoir le beurre l'argent du beurre le sourire de la crémière .
a écrit le 06/02/2013 à 20:44 :
MARRANT
pour décider des retraites, ce sont les syndicats et patronats qui décident!!!
les retraités ne sont plus syndiqués et ne travaillent plus.
c'est sur, ils seront bien défendus.
Réponse de le 12/02/2013 à 7:18 :
Ils sont tres bien syndiqués à ,la CGT, même à la retraite, la nuisance continue De même le MEDEF et ses vieux croûtons....
a écrit le 06/02/2013 à 6:09 :
A tous ceux qui persistent à croire que la retraite de la fonction publique est plus avantageuse, je vous invite à lire l'article paru dans Capital afin de remettre les pendules à l'heure et d'éviter de dire des âneries : http://www.capital.fr/retraite/actualites/public-prive-le-regime-de-retraite-des-fonctionnaires-n-est-pas-toujours-plus-avantageux-754288
Réponse de le 11/02/2013 à 17:27 :
Il est vrai que les primes des fonctionnaires ne sont pas (toutes) inclues dans le calcul de la retraite, mais ces primes sont cash car non assujetties aux charges sociales , vous ne pouvez avoir le beurre et l'argent du beurre. En réalité c'est du black que vous engrangez votre vie professionnelle durant...
a écrit le 26/01/2013 à 11:50 :
Quand va-t-on enfin se décider pour un changement de système en constatant que :

- Les pensions versées dans l'année n'ont aucun rapport avec les salaires versés dans l'année puisque les pensions sont des droits acquis dans le passé...et que donc le financement des retraites serait assuré de façon plus stable avec la TVA qu'avec des cotisations (ce qui au passage doperait la compétitivité de nos entreprises en faisant contribuer les importations qui restent importantes en période de crise)

- que bien évidemment il faudra simuler une capitalisation avec des points pour répartir...et qui dit répartir veut dire abandon de notre sysème à prestation définie (on garantira simplement aux retraités qu'ils consommeront une part constante de la consommation des français et qu'ils ne seront jamais plus nombreux en pourcentage du total de la population en durcissant progressivement les conditions d'éligibilité à mesure que la population vieillit)

- qu'enfin en mettant en place une telle réforme systémique on ferait bien sûr voler en éclat le système bismarckien clientéliste avec sa constellation de régimes différents

Alors un peu de courage, le COR nous montre bien que le système actuel est une impasse et qu'il faut sortir des simples réformes paramétriques qui ne résoudront rien à long terme.
a écrit le 25/01/2013 à 21:55 :


Inquiétude et pessimisme :
Depuis des décennies tous nos dirigeants connaissent la gravité de la situation: Nous avons bâti après la guerre des régimes divers et nombreux que personne n'a osé remettre en cause.Si au sortir de la guerre il était nécessaire de créer des caisses de retraite dans l'urgence, depuis on a eu le temps de réfléchir...On a fait du corporatisme , bâtissant une multitudes de systèmes pour des cas particuliers .Nous avons ici et là introduit des avantages que chacun s'est évertué à préserver, à améliorer, sans vouloir comprendre que c'était au détriment de la collectivité. Depuis longtemps,il était évident qu'il fallait tendre à uniformiser les régimes. Nous avons au contraire, toujours compliqué et multiplié les règles.Maintenant, ceux qui se trouvent dans les situations les plus favorables ne voudront jamais voir leur situation changer. Pire, cette population la plus favorisée ,on trouve des gens qui pensent sincèrement ne pas être assez bien servi!!Alors, comme ils sont les plus forts ils imposent aux gouvernements en place le" maintien des avantages acquis". C'est ainsi et il n'y a aucune raison de voir les choses évoluer. C'est chacun pour soi. On parle de re-réforme en 2013-2014. Il y aura une réforme effectivement pour les salariés du privé ; Elle portera sur l'augmentation des cotisations, la baisse des retraites et le recul de l'age de départ.Les complémentaires ? Elles subiront le même sort en plus violent. Les régimes spéciaux , la fonction publique, les députés, les sénateurs ,les diplomates etc ?...Ils n'ont pas à s?inquiéter : L'injustice est institutionnalisée. EDF continuera à être financée par les caisses du privé, SNCF, RATP et autres par le contribuable. La génération suivante devra faire avec...
a écrit le 25/01/2013 à 10:01 :
il n'y a pas que les retraites du public, le problème est plus global : le monde public et politique c'est une même bulle, ils ne veulent pas réduire leur train de vie, leur organisation qui n'en n'est pas, des régiments... et dépenses totalement incontrôlées, tout ça qui nous offre 1900 milliards de dette, et le reste avec : chomage... Les retraites comme pour le reste, on ne touche à rien parce que c'est l'électorat de gauche. donc c'est le privé qui finance la bête, le privé est sous l'esclavage du public, le privé fait 70h/s, est licencié, balloté précarisé pendant que le politico-administratif a la garantie de l'emploi, de bons salaires, de bonnes retraites, et saigne toujours pus le privé pour se financer....l'esclavage nouveau à la française....et ce n'est pas prêt de changer parce que les esclavagistes ont toutes les manettes, rendez vous, vous êtes cernés......
a écrit le 24/01/2013 à 16:25 :
solution évidente : un seul régime identique pour tous, yc sénateurs, députés....et sans des ponts d'or de compensation comme dhabitude....la ratp a été réformée, mais ça coûte une fortune à la ratp et une fortune à l'état, donc double peine pour nous !!! ces énarques sont incapables de réformer, pas de vagues, pas de bruit, on arrose avec notre argent.....et à l'arrivée ça coût plus cher que les gains espérés !! et un seul régime au moins pour tout nouvel employé de suite, rien ne justifie d'attendre que les bréches se creusent ....et on va voir que les minimas peuvent être facilement remontés tout en bouclant le budget
Réponse de le 24/01/2013 à 18:19 :
tout à fait d'accord, il y a une mine dans le public, il suffit de se baisser pour trouver des milliards
a écrit le 24/01/2013 à 16:20 :
la solution n'est surement pas dans l'ignorance du diagnostic, ces soit disant syndicats sont des prédateurs de la société. Au fait, ils nous coûtent 4,4 millards par an ! en voila une bonne piste + les 1,5 millards de détournement des sénateurs pour améliorer leur retraite + les caisses noires des députés et des sénateurs...ça commence à faire pas mal, on est déjà à 6 millards et trés facile !!!! mais pourquoi les députés ont censuré le rapport sur le financement des syndicats, pour que ce soit nous qui payons !!!!! merci "aux représentants du peuple", on aimerait qu'ils aient une autre logique !
Réponse de le 25/01/2013 à 12:26 :
tout à fait d'accord, déjà 6 milliards trouvés en quelques lignes, en cherchant un peu, on va rapidement à arriver à 100, de quoi financer plein de domaines beaucoup plus porteurs.. pme...quand on vous dit que la baisse des dépenses publiques est facile sans réduire les services, au contraire... mais non, pas possible, regardez la grèce !, disent ils tous en coeur, en cachant bien leur cagnotte....!!!!!
a écrit le 24/01/2013 à 10:55 :
L'inégalité la plus criante c'est le retraite des fonctionnaires et des régimes spéciaux vis à vis du régime général! La COR c'est encore du bla-bla. Commençons par mettre de l'ordre dans les retraites des fonctionnaires et des régimes spéciaux. Pour eux, le calcul de la retraite ne se fait pas sur 25 ans de salaires et la plupart des affiliés peuvent partir bien avant 60 ans avec une retraite complète! C'est devenu indécent une telle inégalité avec les régimes généraux.!!! Voila des personnes qui se sont goinfrés toute leur vie. De plus rien n'a été provisionné pour eux contrairement aux "privés". Leurs retraites sont tirés directement sur les dépenses de fonctionnement de l?État. Donc une double peine pour les retraités du régime général, car les retraites de ces privilégiés sont payées par nos impôts . Cerise sur le gâteau: régulièrement l?État vient "siphonner" l'ARRCO et L' AGIRC. !
Réponse de le 24/01/2013 à 23:06 :
Avant de colporter des tas d'anneries et d'inepties renseignez vous sur le site:
http://vosdroits.service-public.fr/F18145.xhtml
enfin si vous savez lire compte tenu de votre petit QI !!
Réponse de le 25/01/2013 à 9:50 :
à retraite FP : vous n'aimez pas les vérités, le problème est multiple : les salaires mieux que dans le privé, avec moins d'heures et des retraites plus importantes, donc les gains sont maximum, sans parler des politiques qui se servent dans la caisse (caisses noires, le sénat qui se fait une cagnotte de 1,5 milards en toute illégalité..) la vingtaine de vice présidents dans tout conseil général ou autres organisme de généraux russes....
Réponse de le 28/01/2013 à 16:08 :
à retraite FP: merci pour votre référence, mais elle n'infirme pas que vous êtes des privilégiés, ou alors c'est que j'ai un trop petit QI pour comprendre.
a écrit le 24/01/2013 à 10:53 :
le tabou du système par capitalisation.
Lorsque l'on interroge les gens sur ce qu'il compte faire pour leur retraite, quasiment tous disent qu'ils essaieront d'acquérir un bien immobilier pour compléter, le moment venu leurs revenus. en clair, ils mettent individuellement en place une sorte de "système par capitalisation". Pourquoi continuer à s'accrocher mordicus à un système par répartition intégral qui , compte tenu de la démographie, ne peut pas répondre à la problématique ? Pour ma part je suggèrerais la création d'un fonds de pension qui deviendrait propriétaire des maisons de retraites, dont les particuliers seraient actionnaires, et ces actions seraient transmises aux descendants qui n'auraient pas à recommencer à zéro
Réponse de le 24/01/2013 à 16:32 :
c'est une trés bonne idée, en complément, une retraite unique de 1500e par répartition, un parachute social (et on arrête de régulariser les profiteurs sans papier) et chacun assure comme il veut la capitalisation
a écrit le 24/01/2013 à 10:41 :
suppression des regimes SPECIAUX AVANT TOUt egalite
a écrit le 24/01/2013 à 9:12 :
C'est l'ensemble du système français qui implose. Il n'y a jamais eu de réformes de fond car cela impliquerait de violenter les conservatismes et les rentes de situation. Avec la nouvelle donne au niveau mondial, la France ne va plus tenir bien longtemps. Ensuite, il y aura du sang...
a écrit le 24/01/2013 à 8:59 :
Toutes les retraites du public doivent être alignées sur celles du privé : 65 ans pour tous, mêmes cotisations pour tous, mêmes règles pour tous. Suppression des nouveaux emplois d' état et réduction du nombre de députés, sénateurs, départements, préfets, sous-préfets, conseillers régionaux et......ON EN CREVE !!!
Réponse de le 24/01/2013 à 9:11 :
plus de différences entre les cadres et les autres salariés.................................
a écrit le 24/01/2013 à 8:18 :
supprimons déja les retraites gratuites obtenues dans le cadre du regroupement familial
Réponse de le 24/01/2013 à 8:54 :
Excellente idée mais compte tenu de l'inefficacité de nos dirigeants actuels cette mesure ne sera pas retenue. Dans cinq ans je l'espère.
Réponse de le 24/01/2013 à 9:21 :
@ AI27: et pourquoi cette mesure n'avait pas été prise pendant les 10 années précèdentes ?
a écrit le 24/01/2013 à 7:43 :
j'en ai assez de me priver de vacances, de loisirs, de voiture pour économiser parce qu'il est prévu que je touche une retraite de misère alors que j'ai bossé toute ma vie. ce qui me pénalise c'est que j'ai passé du privé au public à l'age de 45 ans : résultat : une retraite de 852 euros brut
Réponse de le 24/01/2013 à 11:59 :
tout en compatissant, je pense que votre retraite sera en comparaison avec vos cotisations..le problème justement est que les fonctionnaires ne cotisent ni pour la retraite ni pour le chômage. il aurait été plus souhaitable pour vous de faire l'inverse : privé-public : vous toucheriez ainsi + car la retraite public est basée uniquement sur vos derniers 6 mois de salaires...
a écrit le 24/01/2013 à 7:27 :
Moi je suis de droite
Et je vous dis :
Respect pour vos propos sur le syndicalisme
a écrit le 24/01/2013 à 7:25 :
Et si on demandait aux retraites du public de financer les retraites du privé ?
Réponse de le 24/01/2013 à 8:17 :
ça ne s'est jamais fait,ce serait révolutionnaire...
Réponse de le 24/01/2013 à 11:25 :
Il n'y a malheureusement pas de caisse de retraite du public: c'est la poche du contribuable! Çà ne peut pas être généralisé. En effet,
si on peut envisager que des prestations sociales soient financées par l'impôt, ce n'est pas envisageable pour les retraites qui ne sont qu'un salaire différé.
a écrit le 24/01/2013 à 7:21 :
Comme les retraités votent massivement, ils pensent encore une fois avoir suffisamment de poids. Faute de courage politique, on va très probablement annoncer une résolution du problème du financement des retraites par des mesures classiques : en allongeant la durée de cotisations de ceux qui bossent et en augmentant leurs cotisations. Dans ces conditions, je donne deux à cinq ans au système par répartition. (2018 étant déjà considérée comme un jalon critique pour des raisons démographiques, mais ça c'était avant la récession et pas avec 12% de chômeurs)
a écrit le 24/01/2013 à 7:00 :
Et la faute à qui ? Monsieur MITTERAND ! N'oublions pas que ce personnage à abaisser d'un seul coup la retraite de 65 ans à 60 ans. L'argent des caisse de retraites a fondu comme neige au soleil pendant les années de pouvoir socialiste ! Et maintenant, Monsieur HOLLANDE en remet une couche avec l'abaissement, pour certains, de la retraite à 60 ANS !
Que d'argent gaspillé !
a écrit le 24/01/2013 à 6:52 :
le calcul sur les 25 meilleures années est une aberration.Moyenne des 40 années puis retraite par points!
Réponse de le 24/01/2013 à 21:18 :
@ retraité ratp : ne confondez pas la fonction public et toute ce qui l'attache au privé, comme vous dites si bien, c'est une aberration.
a écrit le 23/01/2013 à 23:55 :
Les différents régimes (public, privé ...) devraient tous être fusionnés en un seul, et la retraite par répartition ne devrait porter que sur 1.5 ou 2 fois le SMIC, au-delà plus de cotisation ni de l'employeur ni de l'employé et à chacun le soin de cotiser en plus pour une complémentaire. Et cela suffira pour que l'on s'en sorte.
Réponse de le 24/01/2013 à 4:04 :
Oui possible mais il faudrait aussi reformer le systeme de nos representant a l etat!
a écrit le 23/01/2013 à 20:43 :
Voys avez raison
Mais Inquiettez vous cela n'est pas prêt de changer bien au contraire
Les embauches à tour de bras des régions depuis quelques années + les nouveaux recrutements de nouveaux fonctionnaires vont venir alourdir la note pour longtemps
Chaque passage socialiste alourdi durablement la note et oblige de plus en plus de prélèvement sur le privé pour financer le publique
Pourquoi croyez vous que le plafond du livret épargne augmente ...
Et que la rétribution baisse ...
Pas pour faire plaisir aux français mais pour financer les retraites du publique
La vraie question est :
Ou devons nous en arriver pour que cela change ?
Car ce n'est pas un gouvernement qui changera quelque chose
Il faudra un vrai événement fort pour que cela puisse être pris comme décision
Désolé de ne pas être plus optimiste
a écrit le 23/01/2013 à 20:43 :
Et Hollande le gros malin il en pense quoi.... Si on peut encore lui parler
Réponse de le 24/01/2013 à 8:56 :
Il pense à rien regardez le PS dans l état qu'il l'a laissé vous devenez quel sera l état de la France dans cinq ans.
a écrit le 23/01/2013 à 20:42 :
s'il y avait pas les syndicats qui défendent une minorité de privilégiés, on pourrait faire une réforme audacieuse, bien plus égalitaire et juste. Les syndicats ne dévoilent jamais leur véritable intention et ils manipulent tout le monde avec de faux motifs. JE SUIS DE GAUCHE MAIS JE DEPLORE LE CORPORATISME ET LE MANQUE DE HAUTEUR DES SYNDICATS QUI EN REPRESENTENT QUE LES SALARIES LES PLUS CONFORTABLEMENT INSTALLES AU DETRIMENT DES PRECAIRES
a écrit le 23/01/2013 à 20:42 :
La répartition à la française selon état et syndicats c'est 1 pour toi (privé) et 2 pour moi (public) ou autre version, à toi la salade, à moi le poulet!!!
a écrit le 23/01/2013 à 20:39 :
Elle se voit la Laurence PARISOT faire des bétonnières à 67 ans??? Si elle veut on échange de poste et là alors, je suis d'accord!
Réponse de le 24/01/2013 à 8:51 :
Et pourtant, elle manie le béton à la tonne !
a écrit le 23/01/2013 à 20:21 :
Quid de l'inégalité de traitement entre public et privé sur les années prises en compte sans parler des régimes spéciaux!!! Pourquoi ce rapport ne s'en fait pas l'écho?
a écrit le 23/01/2013 à 20:20 :
les polypensionnés en ont assez d'e^tre spoliés par ce système . Ils déplorent l'absence de soutien de la part des syndicats, le corporatisme étriqué de la CGT qui se focalisent sur les régimes spéciaux au détriment des autres salariés . Si la CGT ne change pas d'attitude à l'égard des polypensionnés, je lui rend ma carte .Mes idées sont de gauche et elles sont bien plus nobles que cet égoîsme qu'elle prône.
a écrit le 23/01/2013 à 20:10 :
La CGT et la CFTC font-il partie su secteur public, on pourrait le croire ou alors ils sont vendus au PS? Ils oubliraientt meme que le secteur public est inexistant pour ne pas demander l'egalité des retraites pour tous
a écrit le 23/01/2013 à 20:03 :
et ils ont bien raison....inutile de laisser le fruit de notre travail etre saigné par les boomers qui ont ruiné ce pays. boomers égoistes et donneurs de leçon.
Réponse de le 23/01/2013 à 22:54 :
A quand une proposition de réforme s'attaquant aux retraités actuels profitant des largesses passées du système alors que les politiques n'avaient pas le courage de préparer l'avenir. Arrêtons de faire payer les jeunes et re-équilibrons en leur faveur au détriment des régimes spéciaux, fonctionnaires, EDF, SNCF ... 25 ANS DE MOYENNE POUR TOUS. ET PASSONS ENFIN À UNE DOSE de capitalisation de chacun pour sa retraite !
Réponse de le 24/01/2013 à 3:16 :
@rohraff: faire payer les jeunes ?? avec quoi paient-ils ??? des larmes de crocodile :-)
a écrit le 23/01/2013 à 19:43 :
Aucun mot sur le scandale du service public ? .... tous des faux culs ...
Réponse de le 23/01/2013 à 21:32 :
des faux culs comme les 68tards ! :-)
Réponse de le 24/01/2013 à 3:15 :
Mon homonyme est revenu et toujours incapable d'assumer ses commentaires sous son propre pseudo :-)
Réponse de le 24/01/2013 à 8:25 :
Alors que moi, j'ai le courage d'assumer notre slogan des barricades "jouir sans entraves" !
a écrit le 23/01/2013 à 19:40 :
Collectif Sauvegarde Retraite au 53 rue vivienne, 75105 Paris Cedex 02.

Le budget retraite des fonctionnaires est en pleine explosion : 15 Milliards d euros supplémentaires entre 2006 et 2012, encore 15 Milliards de plus d'ici 2015...
Et pourtant rien n'est fait pour arrêter cette dépense effrénée qui pèse de plus en plus lourd sur le BUDGET de l ETAT et donc sur les CONTRIBUABLES.
Le gouvernement se contente d'augmenter encore impôts et cotisations, qui rogneront un peu plus le niveau de vie de millions de retraités du Privé, alors qu on pourrait facilement couper dans les Privilèges-Retraite injustifiés et superflus du Public :
-Retraite anticipée dès 50 ou 55 ans pour plus d'un quart des agents du Public, niveau de retraite 100% garanti, trimestres distribués gratuitement, réversions sans conditions, pension calculée sur les 6 derniers mois de salaire.. Au final, si les agents du public avaient le même régime de retraite que les salariés du privé, on économiserait 20 Milliards d'Euros par an.
Réponse de le 24/01/2013 à 8:19 :
Vos mensonges sont affligeants, vous jetez l'opprobre sur une catégorie de Français.
Vous cherchez sans nul doute à focaliser tout les malheurs de la France sur les fonctionnaires.
Rassurez vous, bientôt viendra le temps où le service public n'existera plus et vous devrez payer le moindre des services publics.
Cette haine que vous alimentée envers le service public est consternante et rappelle les années peu glorieuse de l'histoire de France.
Réponse de le 24/01/2013 à 8:52 :
@lamentable :
tout à fait d'accord avec vous, énormément de mensonges de la part de ce "collectif"" qui envoie toujours le même message lorsqu'un article traite de la retraite.
si une nouvelle réforme se fait elle devra se faire dans la négociation en mettant TOUT sur la table: il sera difficile de toucher les gens déjà partis à la retraite ce qui fait que la jalousie a encore de beaux jours devant elle.....
a écrit le 23/01/2013 à 19:37 :
Le taux de retraite du régime du privé n a cessé de baisser depuis la réforme Balladur faite en catimini pendant l été 1993 et s?est traduite comme vous le savez par la prise en compte pour son calcul des 25 meilleures années au lieu des 10 meilleures années sans oublier l?indexation de revalorisation des pensions qui se fait non plus sur l?augmentation des salaires mais sur l?inflation des prix ce qui a eu pour conséquence une perte de pouvoir d achat d?environ 20 %.

Arrêtons l?insupportable inéquité entre le régime de retraite du privé et les régimes de retraites des fonctionnaires (prise en compte des 6 derniers mois, durée moins longue), des régimes particuliers des sénateurs, des députés (5ans cotisés = 1600 ?, quand on sait que 56 % des français n atteignent que 1.200 ? de retraite voir moins !), sans oublier les régimes spéciaux :

EDF un exemple des plus emblématiques (c.f. Le journal le Point du jeudi 11 Novembre 2004 : enquête sur un scandale d?état - Incroyable ! Les salariés du privé vont devoir largement mettre la main au portefeuille pour financer les retraites dorés des salariés d?EDF, un tour de passe -passe cautionné par le ministre de l?Economie, Nicolas Sarkozy).

Ne parlons pas de la fausse réforme du régime de retraite des personnels de la SNCF et de la RATP (qui vont quand même garder leurs avantages acquis) et qui va couter encore plus chère que prévue au contribuable : savez-vous que le régime déficitaire des retraités de la RATP coûte 414 millions d?euros au contribuable en 2010!

Le problème n° 1 étant l?emploi nous n avons pas vu ces 20 dernières années les résultats des gouvernement dans ce sens (défiscalisation des charges patronales, défiscalisation des heures supplémentaires, 35 heures (ce sont les multinationales et les grosses entreprises qui en ont bénéficié et non pas les petites entreprises qui maintiennent l?emploi en France), leur coût avoisinerait les 20 milliards d?euros supportés par les contribuables c?est à dire essentiellement par les classes moyennes (qui en ont plus qu?assez) subventions données à des entreprises étrangères qui empochent l?argent et délocalisent un peu plus tard, niches fiscales pour les plus fortunés, bouclier fiscal) ni du rôle joué par l?Europe qui applique une concurrence déloyale entre les pays membres sans avoir harmonisé la fiscalité
Réponse de le 24/01/2013 à 7:19 :
ZZZzzzz ;ZZZzzzz
a écrit le 23/01/2013 à 19:25 :
Augmenter la duree du travail jusqu'a 67 ans,alors meme qu'a 50 ans tu es consideres inemployable....Encore une mesure progressiste propose par le medef,en meme temps parisot veut changer la constitution de son parti a l'instar des dictateurs pour briguer un autre mandat et voir travailler au dela de la retraite....

Si deja les jeunes et les plus de 50 ans ne sont plus consideres comme des pestifees dans le monde du travail,ca changera pas mal de choses
a écrit le 23/01/2013 à 19:19 :
quand on a travaillé dans un boulot a la chaine toute une vie,passer de 60ans a 62 ans c est deja dur a encaisser, surtout que la penibilité n est pas prise en compte, alors:que ce qui votent les lois commencent par reformer leurs propres systemes qui les avantagent autrement plus que nous!!!!!!!!
a écrit le 23/01/2013 à 19:16 :
pour financer ca, il y a les chateaux des syndicalistes, le 1% ce, et l'argent de la formation
Réponse de le 23/01/2013 à 23:29 :
Absolument
Réponse de le 24/01/2013 à 9:00 :
@ churchill;l'argent qui va aux actionnaires ,lui, n'est sans doute jamais scandaleux...
a écrit le 23/01/2013 à 19:14 :
"il faut bien comprendre qu'on aura gagné de l'espérance de vie" dit-elle :-) c'est sûr qu'en vivant dans la précarité permanente, nous allons tous vivre plus longtemps...comme l'a aussi dit un certain Sarko. ce qui m'étonne le plus, c'est qu'il y ait des gogos pour y croire :-)
a écrit le 23/01/2013 à 18:53 :
Que l'on mette d'abord le nez dans les inégalités entre le public et le privé ( rappel "public = 6 derniers mois" privé = 25 ans) faites les comptes. Les transferts frauduleux entre le système général des salariés du privé et les systèmes des régimes spéciaux "SNCF EDF,poste qui sont en déficit. Une fois de plus ce sont les mêmes qui paient; Vous avez dit socialiste ? Au fait mais d?où sortent les représentants syndicaux ??? L?intérêt personnel prime avant l?intérêt public sans commentaire ...
Réponse de le 23/01/2013 à 19:14 :
Mais non, mais non ! Regardez les instituteurs : ils se battent uniquement pour leurs élèves et pas du tout pour sauvegarder leurs avantages. Ca préjuge mal de la façon dont flanby veut réformer la fonction publique avec son accord et sans faire de vagues !
a écrit le 23/01/2013 à 18:48 :
Actuellement, les gvts successifs ont tellement baissé les cotisations pour les entreprises, que c'est un manque à gagner pour les caisses de retraite . Le medef, son rêve augmenter la durée du travail jusqu'à 70 ans . Une bonne garantie obsèques et le tour est joué .
a écrit le 23/01/2013 à 18:44 :
On va encore fanfaronner
Les mots liberté égalité fraternité sont utilisés comment dans se sujet
Les retraites privé publique en sont la fière represantation
Et les pires conseillés sont
Les fonctionnaires
Les syndicalistes
Les socialistes
En fait ceux qui vont en débattre
Pauvre France
a écrit le 23/01/2013 à 18:22 :
Il n'y a aucune égalité pour un départ à 62 ans entre une personne qui a commencé à 16 ans et une à 25 ans !!!!!
Réponse de le 23/01/2013 à 18:39 :
effectivement celui qui part après avoir débuté à 25 n'a pas de prise en compte de ses années de jeunesse sans gagner de l'argent pour cause de dures études ou de chômage, par ailleurs il ne touchera pas la retraite à taux plein puisqu'il n'a que 37 annuités
Réponse de le 23/01/2013 à 18:49 :
@celui qui répond à chat: es-tu en train de nous dire que ceux qui n'ont pas cotisé devraient avoir les mêmes droits que ceux qui ont cotisé ?
Réponse de le 23/01/2013 à 19:12 :
pas du tout, ce n'est pas dans ce sens là qu'il faut comprendre ma réponse à Chat. Elle visait simplement à souligner qu'il n'existe pas que des désavantages à commencer tot.
Réponse de le 23/01/2013 à 19:17 :
+1 patrick, vive la france, hein ( d'habitude les francais expliquent plutot que ceux qui n'ont pas cotise devraient avoir plus de droit vu qu'ils n'avaient pas la chance d'avoir cotise)
Réponse de le 23/01/2013 à 19:17 :
et pourquoi pas? nos hauts fonctionnaires sont bien pistonnés, eux !
Réponse de le 23/01/2013 à 19:26 :
@celui qui répond à chat: ouf....... je te signale tout de même que ceux qui font les grandes écoles sont payés et devraient donc cotiser (je sais pas s'ils cotisent effectivement). Une anomalie de plus dans le système que certains soient payés pendant leurs études et d'autres non. Il y a en effet matière à réformes pour remettre de l'ordre, mais ceux qui en profitent le plus sont aussi ceux qui ont les pouvoirs, alors les petits ont du mourron à se faire. Mais je constate malheureusement qu'on entend toujours la même chanson "c'est la faute des 68rds" comme si tous les 68rds étaient privilégiés. Il faut s'en prendre aux responsables, mais il est sans doute plus facile de s'en prendre à la mémé du palier que d'affronter un peloton de CRS :-)
a écrit le 23/01/2013 à 18:20 :
avant de vous attaquer aux retraites des ouvriers il serai bon de revoir les retraites de nos chers ministres ansi que celles de nos deputes que ses mesieurs commencent par nous montrer l exemple ils n ont pas d empoules aux mains a la fin de leur carrier
aussi il serai bon egalement de supprimer certaines primes et de les reverser aux caisses de retraites
Réponse de le 23/01/2013 à 19:37 :
C'est que vous ne savez pas ce que c'est que la vie d'un député. Entre les cocktails tard le soir, les avant premières de spectacle, les vernissages, et autres repas, nous faisons plus d'heures en deux jours que vous en 5 jours. Si nos avantages fiscaux vous déplaisent alors présentez vous.
Réponse de le 25/01/2013 à 1:27 :
Si je comprend bien, un député passe son temps à picoler..Heureusement qu'il peut dormir sur les bancs de l'assemblée pour récupérer..
a écrit le 23/01/2013 à 18:18 :
vous siphonez au maximum les caisses tout en laissant derière vous un champs de ruine pour les actifs et les jeunes....ces générations n'auront pas de retraite après votre pillage...générations qui devront en plus rembourser les dettes publiques que vous laisser et faire mille fois plus d'efforts que vous, étant donné que vous avez toujours fuit vos responsabilités et laissez aux autres le soin de financer le train de vie de pacha que vous vous etes octroyés...(pré-retraite, retraite revalorisée chaque année, santé, défisc etc..)...moralité, les forces vives, entreprises et actifs, sont asphyxiés économiquement et fiscalement pour nourir vos rentes...vous etes directement responsables des délocalisations et de la fuite des jeunes et des futurs entrepreneurs...quel interet de rester dans un pays qui ne vit que pour sa gérontocratie.....no futur, pour ceux qui restent tant que vous pèserez électoralement....alors vos conseils du loin de votre thalasso à Marakech ou de votre croisière costa, vous pouvez vous les gardez !!! le hold-up intergénérationnel, le plus grand casse de l'histoire.
Réponse de le 23/01/2013 à 18:33 :
Est ce qu'on pourrait arrêter ce discours obsessionnel sur les 68ards. La libre concurrence et les délocalisations sont la responsabilité de nos politiques, pas des actuels retraités !
Réponse de le 23/01/2013 à 18:39 :
@merci les 68rds: on connait ta rengaine. Cotises déjà tes 42 ans et reviens nous dire si t'as volé ta retraite :-)
Réponse de le 23/01/2013 à 18:41 :
c'est quand même bien la faute des retraités s'ils vivent si vieux! (humour noir)
Réponse de le 23/01/2013 à 18:51 :
@celui qui répond à mélange: et en plus, t'as pas de pot parce que Sarko vous a promis que vous alliez vivre encore plus vieux :-) (humour blanc)
Réponse de le 23/01/2013 à 21:13 :
ce n'est peut-être pas la seule faute des soixante -huitards si tout va mal, mais les soixante- huitards devraient accepter de perdre certains de leurs avantages comme leur retraite super bien payés pour que tous les efforts ne reposent pas sur les autres générations. Or, jusqu'à présent , nous ne constatons que l'égoisme forcené de cette génération qui a été si gâtée .
Réponse de le 24/01/2013 à 3:19 :
@melange tout: 1) ceux qui ont des super retraites sont une minorité et 2) perdre les droits pour lesquels on a cotisé toute sa vie ? solution un peu facile quand on a jamais cotisé, non ? l'égoisme est-il d'avoir cotisé ou de vouloir profiter des cotisations des autres :-)
Réponse de le 24/01/2013 à 7:03 :
1) est vrai que beaucoup de retraités sont très pauvres, je considère bien sur qu'il ne faut pas toucher à la retraite de ceux-ci . 2) on cotise sans savoir quels droits cela nous donnera, mais je ne comprends pas ce que vous voulez dire : qui n'a jamais cotisé pas ???
A part ça , je pense que la retraite devrait être identique pour tous les inactifs, quels que soient les salaires qu'ils ont été gagnés durant la vie active.
a écrit le 23/01/2013 à 18:17 :
Exigeons le remboursement des 80 milliards de fraudes fiscales annuelles faites par nos grandes entreprises et sociétés (écouter une diffusion Europe 1 ce jour), et les retraites seront payés pour tout le monde sans remettre tout en cause, il y en a marre de cette démagogie qui consiste à faire payer les petits devant les grands escrocs du siècle !!! et en pllus on épongerait cette putain de dette, arrêtons de suite cette mascarade, peuple français lève toi ou meurt !!!!
Réponse de le 23/01/2013 à 21:45 :
+ 1000
a écrit le 23/01/2013 à 18:13 :
Un rapport, une commission de sages, un rapport, une concertation avec les syndicats et les représentants de ce qu'on veut, un rapport, une commission de députés, quelques fuites bien orchestrées pour préparer l'opinion et désamorcer des grèves potentielles de ceux dont les retraites sont garanties rubis sur l'ongle etc etc..........un rapport, une élection...........
Pschiiit..........puis .......Boum !

a écrit le 23/01/2013 à 18:03 :
Commençons par aligner les retraites spécifiques de la SNCF, RATP, EDF, Enseignant Armée, député, sénateur etc avec départ à 62 ans et calcul sur les 25 dernières années comme les salariés du privés avant toutes autres modifications... La flexisécurité devrait s?appliquer aussi dans la fonction publique. Monsieur Hollande vous avez parlé de justice et d'égalité entre français ? Nous attendons toujours !
Réponse de le 23/01/2013 à 18:21 :
Effectivement dans un soucis d'equité il est souhaitable de traiter le probleme dans son ens.emble, sans oublier les avantages sociaux de certaines catégories ( age de depart, durée de cotisation, bases de calculs, tarifs preferentiels !! etc....)
Depuis trop longtemps on ferme les yeux sur cette disparté, et on nous parle de justice et d'égalité. Beau sujet de reflexion pour "moi President" - Nous attendons !!!
Réponse de le 23/01/2013 à 18:41 :
@justice: tout à fait d'accord. Toutefois, l'âge est un moyen de détourner l'attention, car ce qui compte en réalité, c'est le nombre d'années de cotisation.
a écrit le 23/01/2013 à 18:03 :
et pourquoi une retraite a 90 ans aussi au moins comme ça on est pénard pour les payer?
a écrit le 23/01/2013 à 17:59 :
"lors du passage des 10 meilleures années aux 25 meilleures». ....le passaage était des 15 aux 25 et non des 10...aux 25 Merci monsieur Fillon (en 1993).

Réponse de le 23/01/2013 à 18:21 :
Non, je confirme en 1993, pour le privé, on est passé des 10 meilleures au 25 meilleures années. Et ce n'était pas François Fillon mais Edouard Balladur, alors Premier ministre.
Respectueusement
a écrit le 23/01/2013 à 17:54 :
" réforme des retraites pour l'après 2020"... ce sera trop tard !!!!!!!!!!!! c'est maintenant ou jamais !!!!!!!!!!!! (je ne suis pas en retraite)
a écrit le 23/01/2013 à 17:50 :
La CFDT s'y connait en inégalités. C'est pourquoi l'ancien éducateur Chérèque doit continuer de travailler après un dur labeur !
Réponse de le 23/01/2013 à 18:35 :
la CFDT est plutot mal place pour donner un avis syndical ou un avis gouvernemental!!!l'exemple est sous les yeux des français n'est pas Mr chereque!
a écrit le 23/01/2013 à 17:49 :
Pour éviter peut-être la faillite, du moins les retraites de misères promises par le système de Ponzi des retraites par répartition forcée, retraites qui seront un jour prochain sans aucun doute inférieures au RSA actuel, il convient sans tarder de privatiser et mettre en concurrence les assurances retraites par capitalisation. Finissons-en avec l'ancien système socialiste, anti-économique, égoïste, immoral et pervers, fondé sur le vol et la contrainte ! TINA !
a écrit le 23/01/2013 à 17:49 :
Commençons par aligner les retraites spécifiques de la SNCF, RATP, EDF, Enseignant Armée, député, sénateur etc avec départ à 62 ans et calcul sur les 25 dernières années comme les salariés du privés avant toutes autres modifications... La flexisécurité devrait s?appliquer aussi dans la fonction publique. Monsieur Hollande vous avez parlé de justice et d'égalité entre français ? Nous attendons toujours !
a écrit le 23/01/2013 à 17:44 :
André Bergeron disait "vaste programme " avant de partir e retraite ! On y est ! Baser le truc uniquement sur la masse salariale ne tien pas debout ... la solution je ne l'ai pas !
Réponse de le 29/01/2013 à 10:28 :
bjr a tous Réformer le systeme de retraite a quel prix!! une fois de plus les salariés en feront encore les frais .Comme l'accord POURRI signer par des centrales syndicales minoritaires ,c'est un recul des droits des salariés !!HONTEUX le loup le voici CFTC CGC ET NATURELLEMENT LA CFDT je vais vous dire moi ce que j'en pense ,il faut un grenelle des salaires IMMEDIATEMENTarreter d'engraisser ces actionnaires sans cesse plus RICHE QUE RICHE la part des richesses crée par les salariés payés a coup de trique ne fait qu'augmenter et dans le meme temps nos salaires ne bougent pas .Pendant que nos millionnaires comme mr PINAULT ne pense qu'a s'exiler pour ne pas payer ses impots C'EST SCANDALEUX ;tous les gouvernements sont complices .ces multinationales ces actionnaires qui decident du sort de millions de salariés ce sont ceux la qui crée LA MISERE ; jettent ces travailleurs a la rue .Je dis assez descendons dans la rue ; nos anciens doivent se retourner dans leurs tombes eux qui se battaient pour des droits nouveaux il y a un syndicat europeen entendons nous .MANIFESTONS ENSEMBLE DANS CHAQUE PAYS TOUTES LES SEMAINES UN SAMEDI PAR EXEMPLE marre de ces politiques incapable d'y comprendre quoi que ce soit je dirai tout simplement aux armes citoyens a bon entendeur !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :