L'horizon des chefs d'entreprise reste toujours bouché

 |   |  362  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les enquêtes de conjoncture dévoilées ce mardi sont à nouveau très déprimantes. Seule l'enquête menée par Banque Populaire est moins alarmiste. S'ils ne sont pas très optimistes quant à la situation économique de la France, la grande majorité des entrepreneurs interrogés par la banque conservent des projets de développement.

Les enquêtes de confiance se suivent et se ressemblent. Ce mardi, aucune des statistiques publiées par l'Insee ne signale une amélioration de la conjoncture ou un redressement du moral des chefs d'entreprises. La situation est particulièrement sensible dans l'industrie et le bâtiment. Dans ce secteur, l'activité a reculé de 3% au premier trimestre. "« Face à la crise, à la concurrence déloyale et aux normes toujours plus nombreuses, certains chefs d'entreprises commencent à baisser les bras. ainsi, 10.000 emplois ont été détruits l'année dernière et 40.000 sont menacés d'ici fin 2014. Nous avons besoin d'une TVA à 5% pour les travaux de rénovation afin de soutenir la demande et de rétablir quelque peu l'équilibre des chances face à la concurrence des auto-entrepreneurs, qui eux sont dispensés de TVA. », explique Patrick Liébus, le président de la CAPEB.

Les plus optimistes pourront toujours arguer que l'indice PMI de la société Markit a gagné une poignée de points en avril. Mais ce serait oublier qu'à 44,2 points, il indique encore et toujours une contraction de l'économie française.

Egalement dévoilée ce mardi, l'enquête réalisée par Banque populaire est légèrement plus enthousiasmante. Si 58% des entrepreneurs se déclarent « optimistes » quant à l'avenir de leur entreprise malgré un contexte économique dégradé, les opinions positives sur l'avenir de la France ne sont que de 31% pour les Français, comme pour entrepreneurs. Elles s'élevaient à 40% en 2011.

Des projets importants en tête

Point positif, 64% des entrepreneurs de moins de 45 ans et 67% de ceux dirigeant une entreprise de moins de dix ans d'ancienneté disent vouloir « oser se lancer dans des projets importants » concernant celle-ci, même face à une conjoncture peu favorable.

Comment expliquer cette vitalité ? Par des perspectives de lendemains qui chantent ? Pas vraiment. Ce dynamisme s'explique surtout par la volonté des personnes interrogées veulent prendre en main leur carrière professionnelle. En effet, 72% des Français pensent que « chacun doit se prendre en charge et moins compter sur l'Etat.... ».?Cette opinion est partagée par 81 % des professionnels - un pourcentage en hausse de huit points en deux ans - et 85% des dirigeants de PME.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2013 à 10:14 :
Si le Président sait ou il va , comme le prétendent certains, pourquoi n'explique-t-il pas aux français quel est son "cap" et à quelle échéance ?
Réponse de le 24/04/2013 à 19:28 :
De ce que j'ai compris son cap est de diminuer progressivement le déficit budgétaire jusqu'à arriver a l'équilibre en fin de mandat en 2017, et de mener a terme les promesses faites par écrit lors de la campagne : http://www.signos.fr/blog-signosfr/actumapping-francois-hollande-toutes-ses-mesures-depuis-2012/
a écrit le 23/04/2013 à 18:49 :
qu'est-ce qui est bouché ,l'horizon ou les chefs d'entreprises? il y a qq temps il a été question d'une étude ,dont peu de médias ont parlée , concernant les chefs d'entreprises français de PME, dont il ressortait que ça manquait sérieusement de dynamisme dans ce secteur .
Réponse de le 24/04/2013 à 13:08 :
on attrape pas les mouches avec du vinaigre!!
Entre l?Europe et le reste du monde, c?est la guerre, et cette guerre là aura des conséquences à long terme sur nos emplois ..
L?attractivité d'autres pays n?est pas la conséquence de « facilités », de blanchiment, ou de tricheries, mais simplement la conclusion positive d?un état « mince » par rapport à un état « gras ». En effet, un impôt sur les sociétés faible est possible quand l?état est mince, c?est donc littéralement une course de sportifs qui s?est engagée, les concurrents en surpoids n?auront donc aucune chance.
Depuis des années, les groupes européens de classe mondiale ont réalisé leurs nouveaux investissements en dehors d?Europe. Seuls subsistent les investissements de maintenance sur le vieux continent. Aujourd?hui, nous voyons un glissement progressif, puissant et irréversible des centres de gravité vers l?est.
Alors, comme d?habitude, ce sera quand l?hémorragie se produira que tout le monde s?affolera. Pourtant dès maintenant, dans le contexte de récession européenne, ce mouvement s?accélère.....
alors riri vous ne voulez pas ouvrir les yeux??
a écrit le 23/04/2013 à 14:06 :
Hollande veut faire de la France un pays à la minorité fonctionnaires avec leurs privilèges et protégés et pour la majorité dans le privé de la sueur, de l'effort, sacrifice, baisse de salaire, pauvreté, chômage voir sdf cette catégorie là se prend en charge pour ne pas couler complètement comme les chefs d'entreprises........
Réponse de le 23/04/2013 à 15:04 :
Pour conserver une minorité de privilégiés il faudrait réduire les effectifs plutôt que les multiplier comme en ex-URSS. L'UE finira bien par s'effondrer d'elle-même à ce rythme. La géante rouge donnera bientôt naissance à une naine blanche.
Réponse de le 23/04/2013 à 16:11 :
effectivement la minorité de 6 millions de fonctionnaires d'assistés publiques coute cher à la majorité des français et ruine la France et chefs d'entreprise qui croulent sous les charges pour les entretenir
a écrit le 23/04/2013 à 14:04 :
Le gâteau fond à vue d??il, donc les parts seront de plus en plus petites .... courage fuyons !
Réponse de le 23/04/2013 à 15:38 :
Partez donc devant mon cher pmxr ! On vous regrettera beaucoup !
a écrit le 23/04/2013 à 12:51 :
Hausse très important des impôts et taxes sur les sociétés française. Vol du capital par l'état en cas de vente. Cela ne vaut plus le cout de créer son entreprise en France. Investisseur fuyez.
Après on ne va pas comprendre pourquoi il y a une hausse du chômage.
Réponse de le 23/04/2013 à 13:55 :
Même avec une baisse de la fiscalité sur les entreprises, les patrons français en voudrait autant pour leur argent qu'en Chine ou qu'en Europe de l'Est pour rester compétitif face à la concurrence déloyale.
a écrit le 23/04/2013 à 12:22 :
Comme l'esprit de nos brillants gouvernants

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :