Les industriels ont retrouvé le sourire !

 |   |  262  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Isabelle Lefort)
Selon l'Insee, l'indicateur synthétique mesurant le moral des industriels a rebondi en mai. Pourtant, la France est en récession...

C'est à n'y rien comprendre ! Alors que la France est officiellement en récession, que le nombre de demandeurs d'emplois ne cesse de progresser, que la consommation et l'investissement sont en panne, les industriels français retrouvent un peu le sourire. En mai, l?indicateur synthétique du climat des affaires de l'Insee a progressé de quatre points par rapport au mois précédent pour s?élever à 92 points, a annoncé l'Insee vendredi.

Certes, à ce niveau-là, il se situe à un niveau largement inférieur à sa moyenne de longue période. Quant aux perspectives, elles restent plutôt mal orientées. Néanmoins, il serait mal venu de bouder ce petit plaisir, les bonnes nouvelles économiques n?étant pas légion ces derniers mois.

Beaucoup d'annonces en faveur des entreprises

La multiplication des annonces gouvernementales en faveur des entreprises peut-elle expliquer le rebond de son indice ? Le CICE, le choc de simplification, le lancement de la bourse des PME-ETI, du PEA PME et le fléchage prochain des milliards de l?assurance-vie annoncés lors des Assises de l?entrepreneuriat ont-ils convaincus les industriels que les lendemains chanteraient bientôt ? Peut-être.

Plus pragmatique, l?Institut avance deux éléments : d?une part, la production passée a été plus forte que prévu ; d?autre part, les carnets de commandes globaux restent plutôt bien étoffés.

Cette tendance peut-elle se prolonger au deuxième semestre ? C?est bien évidemment délicat de s?avancer. Pour l'instant optimiste ? trop ? - le gouvernement table sur un deuxième semestre plus dynamique que le premier.


 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/05/2013 à 8:11 :
L'insee est un organisme gouvernemental . Il est donc prudent !
a écrit le 24/05/2013 à 17:55 :
Faux: Il suffit de cliquer sur le lien " l?indicateur synthétique du climat des affaires de l'Insee" , au milieu de l'article, pour trouver l'analyse de l'Insee. Et on y lit: "Les perspectives générales, qui représentent l?opinion des industriels sur l?activité de l?industrie dans son ensemble, sont quasi stables par rapport au mois précédent ; le solde correspondant reste à un niveau très bas". C'est ça qui leur fait "retrouver le sourire" ?
a écrit le 24/05/2013 à 17:52 :
Ca commence a bien faire cette lobotomisation généralisée ... on continue a nous prendre pour des jambons avec ces news bidon. Dans le même temps : Paris (awp/afp) - Les entrepreneurs français du bâtiment estiment que le climat conjoncturel s'est dégradé à nouveau en mai dans leur secteur et demeurent pessimistes pour les prochains mois, a indiqué vendredi l'Institut national de la statistique et des études économiques.
En mai, l'indicateur synthétique du climat des affaires, constitué à partir des soldes d'opinion des chefs d'entreprise du bâtiment, perd deux points par rapport au mois d'avril, pour s'établir à 92 points, selon l'enquête mensuelle de conjoncture de l'Insee dans l'industrie du bâtiment.
Le maintien de cet indicateur en dessous de sa moyenne de long terme, fixée à 100 points, confirme que le climat est "défavorable", selon l'Insee. L'institut statistique observe de surcroît que l'emploi dans ce secteur d'activité est "mal orienté".
Les entrepreneurs sont "plus nombreux" qu'en avril à juger leurs commandes inférieures à la normale.
Le taux d'utilisation des capacités de production "se détériore légèrement" et reste sous sa moyenne de longue durée.
En outre, les entrepreneurs sont un peu plus nombreux que le mois passé à signaler des baisses de prix, selon l'Insee.
al
(AWP / 24.05.2013 09h42)
a écrit le 24/05/2013 à 16:16 :
C'est une photo d'un désert industriel? Bon, les indicateurs PMI manufacturiers pour la France et mois de mai restent bien mauvais; le FT écrivait hier que "the broad-based downturn in France remained fierce" Le moral a peut-être augmenté, mais les intentions d'achats sont toujours en forte contraction. La récession ne nous quittera pas, mais c'est bien, nous gardons le moral et puis c'est cela qui compte, non?
a écrit le 24/05/2013 à 16:01 :
Même La Tribune est capable d'humour dans ses gros titres :-)
a écrit le 24/05/2013 à 13:13 :
Pour ceux qui se posent la question de la validité de telles mesures, je les enjoins de cliquer sur le lien et de regarder les indicateurs en question. Quelqu'un peut me dire la pertinence de l'indicateur de retournement? Par ailleurs les commentaires accompagnant les-dits résultats semblent assez déconnectés des niveaux effectifs. Tout cela donne l'impression d'avoir gardé des outils de mesure inadéquats.
a écrit le 24/05/2013 à 12:32 :
Moi je fais tous types de clients : toutes activités et de toutes tailles, c'est un massacre. De toute manière, on sait que ce genre d'indices ne veut rien dire mais bon, moi qui ai commencé à travailler en 89, je n'ai pas arrête de voir le déclin général des entreprises (comprendre : fesses serrées). Le crédit d?impôt apportera surement un peu d'air mais c'est insuffisant. D'autre part, vu le climat, ca n?empêchera personne de ses barrer.
Réponse de le 24/05/2013 à 15:24 :
@perso
Mon pauvre nos élites politiques et fonctionnaires sont bien au dessus de vos petites remarques de voyageur,représentant placier.(VRP).
a écrit le 24/05/2013 à 12:03 :
Dans mon domaine, électronique, avril a été très bon et mai ne s'annonce pas si mal malgré tout ce qu'on entend et lit. Évidemment il faut chercher la croissance avec les dents, notamment dans les BRIC et les pays en voie de développement, mais les perspectives ne sont pas si noires. Disons que le climat anxiogène voire pré-révolutionnaire (selon certains) qui règne en France n'est pas totalement fidèle à la réalité économique.
Réponse de le 24/05/2013 à 16:45 :
Pour une fois que je lis une personne positive. Il faut continuer à chercher à vendre aux pays en croissance, c'est logique au lieu de continuer à pleurnicher sur son sort en France, en se plaignant sans cesse. Si les exportations en Europe, ne sont pas prêtes de s'améliorer (vu la chute des importations enregistrées dans les pays de l'Union Européeen, étant donné le contexte récessif européen, la France elle-même voit une baisse de ses importations), la France doit vendre dans les pays qui ont de la croissance, tout en continuant à maintenir ses exportations en Europe (compte-tenu du contexte compétif en Europe, le gâteau étant plus petit).
a écrit le 24/05/2013 à 11:50 :
L'indicateur "se situe à un niveau largement inférieur à sa moyenne de longue période" => ça veut dire que les industriels ont tout sauf le sourire!!!
Si vous n'êtes pas capable d'analyser un chiffre, changez de métier: si c'est juste pour faire des gros titres, envoyez votre CV de journaliste à Gala ou Voici!
Réponse de le 24/05/2013 à 12:15 :
Essayez le prozac et relisez l'article
a écrit le 24/05/2013 à 11:32 :
Il faudrait savoir faire la différence entre un sourire, et un rictus nerveux...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :