Accompagnement des chômeurs : peut mieux faire

 |   |  726  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Un rapport parlementaire souligne le manque d'efficacité dans l'accompagnement des chômeurs. Il préconise plusieurs réformes: simplifation du système d'indemnisation, fusion de différents organismes, réduction des délais avant la prise en charge des demandeurs d'emploi, etc.

"Trop peu efficace", l'accompagnement des chômeurs "doit être repensé" et "simplifié", estime un rapport parlementaire présenté mercredi, qui encourage Pôle emploi à intensifier une "réorganisation en profondeur" du travail des agents et veut faire de la région le "chef de file de l'insertion professionnelle". Ce constat est dressé par une mission de 14 parlementaires de tous présidée par Dominique Dord (UMP). La mission a auditionné entre mi-décembre et mai plus d'une centaine de personnes et mené des visites dans 5 régions
Le niveau record d'inscrits à Pôle (3,26 millions en métropole) impose de "faire cette simplification dont on parle depuis longtemps", a souligné devant la presse la députée PS Monique Iborra, rapporteure de la mission d'information sur Pôle emploi et le service public de l'emploi. La députée a appelé tous les acteurs (Pôle emploi, missions locales, collectivités...) "à un véritable changement d'état d'esprit", "plus opérationnel et moins administratif".


La difficile unification ANPE/Assedic


A Pôle emploi, en première ligne, ce changement est "possible", estime Mme Iborra. Mais une "augmentation des moyens ne saurait suffire", une "réorganisation en profondeur" est nécessaire. Au final, elle formule 39 propositions, dont plus d'une trentaine concernent Pôle emploi, né fin 2008 du regroupement de l'ANPE et des Assédic.
Cette fusion a laissé "des traces" qui "nuisent encore aujourd'hui à la qualité du service rendu au demandeur d'emploi". Ce dernier doit "revenir au premier plan", insiste la mission. Pour commencer, tout chômeur doit ressortir de son rendez-vous d'inscription avec une "estimation du montant de son indemnisation", exige la mission. Regrettant que les demandeurs d'emploi "perdent plusieurs mois avant que leur suivi ne débute", elle souhaite que Pôle emploi réduise ce délai à "moins de quatre mois" après l'inscription.


Créer une gradation des sanctions


Comme le médiateur de Pôle emploi, les élus réclament la fin des radiations automatiques en cas d'absence à convocation, au profit d'une "gradation" des sanctions, voire un "sursis". Les chômeurs devraient être représentés au Conseil d'administration, souhaitent-ils également.
Sur le fond, Pôle emploi doit travailler dans "une logique plus personnalisée", "moins administrative", et développer des "équipes spécialisées", notamment pour collecter les offres d'emploi, explique Mme Iborra. Le nouveau suivi des chômeurs lancé début 2013, différencié selon leurs profils (plus ou moins proche du marché du travail), va "dans le bon sens", "Pôle emploi est en évolution", a-t-elle ajouté en se félicitant aussi de la "liberté plus grande laissée aux conseillers".
La mission préconise en outre la présence de travailleurs sociaux du département dans les agences et l'envoi de correspondants de Pôle emploi dans les conseils généraux. Moyen d'aboutir à "une prise en charge globale, professionnelle et sociale" des chômeurs cumulant souvent les difficultés (financières, logement, etc).
Mais au-delà, "il faut simplifier le paysage". Confronté à un "maquis d'institutions et d'instruments", de "sous-traitances en cascade", le chômeur est trop souvent "ballotté", constate la mission. Pour un résultat médiocre: les dispositifs tendant "parfois à se justifier en eux-mêmes, le retour à l'emploi passant au second plan". Pour simplifier, les députés proposent donc de faire de la région le "chef de file" d'un "service public d'insertion pour l'emploi". A côté de Pôle emploi, le service unifié serait chargé d'"un accompagnement plus large", englobant la formation, l'orientation et l'apprentissage.


Fusionner les organismes d'accompagnement


Concrètement, la mission recommande d'unifier missions locales, plans locaux pour l'insertion et l'emploi (PLIE) et écoles de la deuxième chance. Seules les associations et entreprises d'insertion, et Cap emploi, partenaire de Pôle emploi pour les chômeurs handicapés, pourraient rester "à part". Les maisons de l'emploi créées en 2005 doivent, elles, "évoluer" pour devenir des "agences économiques", estime le rapport, qui ne va pas jusqu'à réclamer leur suppression.
Enfin, la mission demande aussi aux partenaires sociaux d'"impérativement" viser "la simplification des règles d'indemnisation du chômage", lors de la négociation prévue à l'automne et qui doit aboutir sur une nouvelle convention d'assurance chômage applicable au 1er janvier 2014, "tant cette complexité pèse sur le fonctionnement de Pôle emploi et sur le service rendu aux chômeurs".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/06/2013 à 8:33 :
Strictement à rien.... vous en ressortez complètement démoralisé, comment voulez-vous que les référents vous renseignent puisqu'ils ne savent pas eux mêmes ce qu'il en est. Blanc un jour, noir le lendemain. Et surtout n'allez pas trop souvent les voir, mon cas, ce que je voulais c'est travailler, après avoir fait une formation réussie et validée par un diplôme j'avais trouvé des postes me correspondant, le hic il fallait être éligible au contrat aidé, j'y étais, puis je n'y étais plus, puisqu'ils ont considérés que le temps de ma formation qui n'était pas rémunérée ne correspondait pas à un temps de chômage, alors que je percevais des allocations et je m'actualisais tous les mois, et que l'organisme dispensant cette formation nous précisait bien qu'elle était transparente, qu'il ne fallait pas le signaler ?? Et voilà, les pauvres ils se sentaient harcelés par ma petite personne. J'ai 55 ans, secrétaire depuis plus de 30 ans, on ne veut plus de moi, pourtant il va falloir que je travaille jusqu'à 62 ans pour pouvoir bénéficier d'une retraite à taux plein, mais alors comment, quoi faire ? Et entre nous, eux ils ont du travail... (sur le papier) ??
a écrit le 06/06/2013 à 14:30 :
A quoi sert pole emploi ? Rien non ? Quand on veut un emploi,on cherche soit meme. C'est tout...pas besoin de pole emploi...
a écrit le 06/06/2013 à 14:20 :
Allez hop tout le monde en formation d'informatique et vite je retourne à ma pause café...quelle efficacité !
a écrit le 06/06/2013 à 14:14 :
Il n'y a que les députés qui ne savaient que pôle emploi était inefficace. La grande majorité des demandeurs d'emploi sait qu'il ne faut pas compter sur pôle emploi pour retrouver un poste. Les employeurs savent aussi que pôle emploi n'est pas apte à proposer des candidats pour des besoins identifiés.
Au delà de l'informatique datant de DOS le système des codes ROME est d'une inefficacité telle que l'on peut se demander qui a pu créer un tel référencement. Les agents font ce qu'ils peuvent dans une organisation qui n'a pas pour objectif de remettre des demandeurs d'emploi au travail mais de gérer au moins mal des statistiques et l'indemnisation. Si par malheur vous faites partie comme moi des plus de 50 ans dès le 1° entretien on vous dit que vous n'avez aucune chance et que vous n'êtes pas prioritaire. Quand à la procédure pour obtenir une formation, il faut prévoir plusieurs mois, qu'elle soit qualifiante et au tarif pôle emploi. Donc une formation dans un organisme de formation classique est impensable car trop chère et ne délivrant pas un diplôme reconnu.

Donc avec pôle emploi aide toi et bonne chance
a écrit le 06/06/2013 à 14:08 :
moi je sis inscrite a pôle emloi est cap emploi c'est a vus même e chercher du travail ou une formaton moi quand je resort de mon entreien j'ai vraiment le moral a zero sont payer pour faire qui en fait a ce limer lesongles
a écrit le 06/06/2013 à 13:27 :
Et bien je dois vous avouez je suis chômeur de longue durée. Avec mon Bac+9 je suis systématiquement considéré comme trop diplômé pour les jobs auxquels je postule (commercial dans des secteurs technologiques et scientifiques). On me voit à des postes de manager ou de chef de produit. Cependant quand je postule à ce type de job et bien je ne fais pas l'affaire non plus car je n'ai pas assez d'expérience. Ainsi la boucle est bouclée. Ma prochaine étape sera de trafiquer mon CV pour enfin obtenir un job à ma mesure...
Dans mon cas c'est la mentalité des recruteurs qui pose problème: trop compétent (il va s'emmerder vite fait, je prend pas le risque), pas assez d'expérience (même s'il parait bon, il n'a pas fait ces preuves ailleurs, je prend pas le risque). On est loin de la mentalité américaine : Sur un salon pro en discutant avec les patrons d'une société américaine, ceux-ci m'ont proposé un job au Texas, que je ne peux accepter aujourd'hui dans un contexte familiale qui m'impose de rester encore quelques années en France.

Pou revenir à cet article je pense qu'effectivement polemploi n'est d'aucune utilité. Les employés sont débordés et les chômeurs ne savent plus comment trouver du boulot non plus. Le plus incroyable reste le systême informatique de recherche d'emploi: 30 ans de retard sur celui de l'APEC, l'utilisation des mots clés renvoie des réponses qui donne l'impression que leur intranet fonctionne au crack ou au LSD !! Je pense qu'avant d'embaucher de nouveaux accompagnateurs à polemploi, il est URGENT de repartir d'une page blanche en prenant exemple sur le site de l'APEC (un site où on trouve des offres d'emploi correspondant à ses critères de recherches). Faites l'essai sur le site de polemploi vous verrez les réponses que vous recevrez !!
a écrit le 06/06/2013 à 11:06 :
Depuis plus de 10 ans en CDD, j'ai le plaisir de tester régulièrement pôle emploi. De manière constante, malgré les diverses tentatives d'amélioration, leur fonctionnement reste loin du minimum. Aucune compétence métier des agents, même dans les pôles dits spécialisés. Suivi basique consistant à vérifier que des démarches positives sont entreprises sans la moindre capacité de s'apercevoir de la réelle pertinence des informations fournies. Site informatique n'atteignant même pas la moyenne des sites spécialisés en recherche d'emploi (2 lignes 1/2 de description de poste, classification en code ROME n'ayant jamais bougé et assez loin des répartitions métiers actuels, courriels de candidature datant des débuts d'internet...). Offres déposées non vérifiées en terme d'existence ou fournies sans coordonnées de l'entreprise nécessitant d'envoyer à pôle emploi la candidature qui, pour plus de la moitié, n'ont pas de suite. Partenariats avec des sous-traitants pas plus compétents ou des entreprises en rapport avec des formations proposées sans grand rapport avec le cursus des chômeurs, impliquant une visibilité sur le marché proche de zéro. A part tout casser, je ne vois vraiment pas ce qui pourrait être améliorable avec effet rapide.
a écrit le 06/06/2013 à 8:43 :
Comme toute administration publique : d'une redoutable inefficacité et sans utilité... Vaut mieux aider les entreprises privés créateurs de richesse et d'emploi... Une agence intérimaire du secteur marchand est plus efficace que Pôle emploi cela ne surprendra personne c'est comme dans l'enseignement privé dont le taux de réussite au bac est plus élevé que dans le public...
a écrit le 05/06/2013 à 17:47 :
J'ai intégré dernièrement "la maison" Pôle emploi après 32 ans de vie professionnelle sans interruption. Je peux vous assurer que j'ai rencontré des conseillers de grande valeur, en particulier au plan humain. (Je vous conseille de passer un moment dans un hall d'accueil de Pôle emploi et d'observer simplement ce qui se passe. Vous y verrez toute la misère humaine)
Le miracle ne viendra pas et ne peut pas venir de Pôle emploi. En effet, tant que le gouvernement actuel continuera de détruire méthodiquement tout ce qui se réfère à l'entreprise (et donc à l'emploi), il ne se passera rien de bon. Pépère aura beau continuer à pédaler ou plutôt à souffler dans les voiles, la destruction des emplois se poursuivra inéluctablement.
Réponse de le 05/06/2013 à 23:30 :
MoiJe est en passe de détruire la France pour créer un "tsunami" au sein de l'UE (en effet, la France est le 2e contributeur au budget européen).
a écrit le 05/06/2013 à 17:42 :
... ca serais de créer les conditions de l'emploi, ca diminuerais le nombre de chômeur et ca serais bien plus efficace. Actuellement, c'est on fait jouer chômeur et salarié à la chaise musicale (100 joueurs, 90 chaises ...), c'est encore plus flagrant avec les précaires et intérimaire.

Mais bon, en france, on préfere s'attaquer à des trucs inutiles ou contreproductif (mariage gay, destruction des auto-entreprises, baisse des droits sociaux, augmentation des impôts ...) plutôt que de faire de vrai réforme (Simplification de la fiscalité des entreprises, simplification du fonctionnement de la justice, impot sur les entreprises en fonction du bénéfice par employé, fusion de toutes les caisses de retraite et de santé ...)

La sécurité sociale (santé, chomage, revenu minimum, retraite...), c'est bien mais à condition que ca ne reste que le filet de sécurité et non "la norme" comme ca l'est malheureusement devenue depuis de trop nombreuse année.
a écrit le 05/06/2013 à 17:37 :
Le vrai problème vient d'une fusion ANPE Assédic, hative absolument pas préparée et qui est en fait un échec, qui a crée un monstre administratif ingérable ( 4 ans après Pôle emploi en est encore à définir son offre de service ....) sans cohérence de management ( 2 statuts du personnel, une convention collective de droit privé et une culture des managers issus du publique; un système informatique hérité de l'indemnisation en passe de n'être plus maîtrisé.
Fusionné encore davantage serait une erreur de plus en faisant grossir un "mamounth"déjà incontrôlé;
A mon sens une solution: créer une agence régionale avec un vrai pouvoir pour "contraindre" les acteurs à travailler en complémentarité et piloter avec des objectifs et des évaluations sanctions
séparer le financement ( indemnisation, financement de la formation et des prestataires ) de l'accompagnement et du suivi des demandeurs d'emploi.
Réintégrer du paritarisme.( donc les employeurs) dans la mise en oeuvre et l'analyse des résultats.
Et puis créer des emploi 3,5 millions de chômeurs, dur à gérer.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :