Les mesures choc du Medef pour réformer les retraites

 |  | 746 mots
Lecture 4 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alors que la ministre des Affaires sociales est en passe de finaliser le contenu de la future réforme des retraites, le Medef a envoyé ses propositions au gouvernement. Il suggère de faire passer la durée de cotisation à 44 ans dès 2020. L'organisation patronale est également prête à accepter une hausse minimime des cotisations si, dans le même temps, les entreprises n'ont plus à financer la politique familiale. Enfin, le Medef pourrait accepter une désindexation partielle et limitée dans le temps des pensions.


Le temps s'accélère. Alors que la ministre des Affaires sociales, Marisol Touraine, planche actuellement sur le contenu de la prochaine réforme des retraites qu'elle va transmettre dans les semaines qui viennent au Premier ministre, le Medef en profite ce 25 juillet pour dégainer ses propres propositions. Parfois choc, comme l'idée de porter la durée de cotisation nécessaire à ... 44 années dès 2020, au lieu des 43 ans plebiscités par 53% des français. A l'inverse, d'autres suggestions rejoignent les pistes de travail du gouvernement issues du rapport Moreau sur les retraites, comme une désindexation partielle et limitée dans le temps des pensions. Revue de détail.

>> Lire aussi: Retraites: ce qui est sûr, ce qui l'est moins et... ce qui ne se fera pas

Sous indexation des pensions

"Il paraît possible d'accepter une sous-indexation temporaire des pensions de base", selon le document de l'organisation patronale, limitant cette mesure à trois ans.
La sous-indexation consiste à revaloriser annuellement les pensions à un niveau inférieur à l'inflation. En avril dernier, cette décision a été prise, à l'initiative du Medef, pour les retraites complémentaires du secteur privé (Agirc-Arrco), régimes gérés par les partenaires sociaux. Mais lors de la Conférence sociale fin juin entre le gouvernement et les partenaires sociaux, l'ancienne présidente de l'organisation patronale, Laurence Parisot, avait refusé cette mesure pour le régime général , arguant qu'elle aboutirait à une "baisse des pensions".

>> Lire aussi: Retraites: et si on indexait les pensions sur la croissance économique? 

D'autre part, l'organisation ne s'oppose pas à des pistes envisagées par le rapport Moreau sur les retraites comme l'alignement du taux de CSG de 6,6%, appliqué aux pensions de retraite les plus élevées, sur celui des actifs (7,5%) ou la remise en cause de l'abattement de 10% dont les retraités bénéficient pour leurs déclarations de revenus.

Hausse des cotisations

Sur la question de la hausse des cotisations retraite, employeurs et salariés, le Medef fait aussi une ouverture et accepterait une hausse de 0,1 point sur la cotisation déplafonnée mais avec d'importantes conditions, comme une forte baisse des charges sociales des entreprises, a indiqué Jean-François Pilliard, le vice-président du Medef en charge des questions sociales dans un entretien au quotidien « Les Echos ».

>> Lire aussi: "On ne peut plus augmenter les charges patronales" (Jean-Pierre Crouzet, UPA)

Selon lui, dans l'environnement économique actuel, marqué par des marges historiquement faibles pour les entreprises, "il est impensable d'augmenter les cotisations salariales ou patronales"... Sauf si « l'ensemble des cotisations pour la branche famille, soit 5,4 points, soit simultanément transféré des entreprises vers la solidarité nationale via une hausse de CSG ou de TVA". Le Medef souhaite aussi que pour les dix prochaines années


Recul de l'âge légal de départ à la retraite

Parmi ses autres propositions, le Medef soutient toujours un nouveau recul de l'âge légal de départ à la retraite (62 ans depuis la réforme Sarkozy), une mesure repoussée par le président François Hollande. L'organisation patronale demande d'agir à la fois sur l'âge légal et sur la durée de cotisation, et suggère respectivement 63 ans et 43 annuités dès 2020, ce qui serait une forte accélération. Mais, comme c'est le plus probable, si le gouvernement ne touche pas à l'âge légal, le Medef estime qu'il serait alors nécessaire d'allonger la durée de cotisation "dès la génération 1954 pour atteindre 44 ans en 2020 pour la génération 1958".

>> Lire aussi: Retraites et allongement de l'espérance de vie : quel impact sur la durée de cotisation? 

Actuellement la durée maximum est de 41,5 ans pour les générations 1955 et 1956. Le Medef prône aussi "le nécessaire développement de la retraite par capitalisation" (placements financiers), actuellement peu répandue en France par rapport à d'autres pays occidentaux.


Passage à un régime à points pour tous dès 2020

S'agissant de la mise en place d'un mécanisme pour compenser la pénibilité, Jean-François Pilliard estime qu'il ne revient pas aux régimes de retraite de traiter de la question. Parmi les autres propositions soumises par le Medef au gouvernement, figure la vieille idée de l'instauration d'un régime de base unique (fonctionnaires, privé, indépendants) à points qui serait complété par des régimes complémentaires propres à chaque catégorie. Et ce, toujours dès 2020.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/08/2013 à 14:05 :
ce n'est pas bien au Medef de demander l'alignement du calcul des pensions des fonctionnaires sur celles du privé , c'est au gouvernement de le faire ! Hollande a répété depuis un an ,que son objectif c'était l'égalité des Français ! et bien qu'il mette en pratique ce projet ! malheureusement il n'aura jamais les c....... pour le faire ! beaucoup plus facile de décider une augmentation de la GSG! quand à l'argument de dire qu'on ne peut reculer l'âge de départ parce que les gens sont au chômage en fin de carrière , c'est complétement faux , les 5 millions de fonctionnaires pourraient sans problèmes être prolongés , car leur patron , c'est l'état à qui rien n'empêche de garder les fonctionnaires jusqu'à 65 ans par exemple ! ça ferait des économies colossales et immédiates : pas d'embauches de fonctionnaires pendant 4 ans (au moins)
a écrit le 27/07/2013 à 13:09 :
A quand l'alignement des retraites du public sur le privé ? Le MEDEF n'a même pas imposé cette mesure vitale?? Tous des incapables. MEDEF, CGPME, ÉTAT etc... Ils sont tous complices pour leurs avantages personnels. ILS SE MOQUENT DE LA FRANCE.
Réponse de le 27/07/2013 à 13:53 :
Demandez plutôt l'alignement sur le public cela serait plus intelligent et plus juste , vous ne voyez ce qui arrive au privé c'est la redistribution à tout va de vos droits acquis en fonction de votre régime fiscal. Certains qui n'ont jamais travaillé recevrons plus que vous . Il est temps de vous réveillez car cela va faire mal le jour de la retraite tant espérée. Et tout cela se fait sans bruit dans votre dos avec l'accord de certains syndicats. Réveillez vous!
Réponse de le 27/07/2013 à 17:28 :
Avant de réveiller les Français...!
Réponse de le 28/07/2013 à 21:46 :
à TH vous êtes dans la deuxième solution, donc écrémons en avant pour recevoir beaucoup plus en arrière. Bien vu ! ce temps là ce termine c'est les vaches maigres, il va falloir vous passer du social bientôt . et fin de la csg et rds .
a écrit le 27/07/2013 à 9:48 :
Yvon Gattaz président du CNPF, Pierre Gattaz président du MEDEF

DE PÈRE EN FILS COMME EN POLITIQUE
a écrit le 27/07/2013 à 7:43 :
Il est impossible de règler le problème des retraites sans associer l'énergie au financement des retraites.Lisez la note n°6 du CAE.C'est une nouvelle conception de l'économie qui tient compte de la relation entre cout du travail et prix de l'énergie.Nous en reparlerons si la catastrophe tarde encore à venir!
Réponse de le 26/08/2013 à 14:45 :
encore un partisan de la taxe carbone! Les escrologistes fermez là avec vos taxes
a écrit le 26/07/2013 à 18:02 :
Opposant à F.H, détracteur de N.S. Pouvez vous m'affirmer que les responsables du MEDEF ont le sens commun, font passer les intérêts de leurs compatriotes avant les leurs, sont patriotes dans leur démarche économique ? Entre un utopiste socialisant/gauchisant et un servil défenseur des patrons j'ai du mal à vivre dans ce pays.
a écrit le 26/07/2013 à 11:28 :
En gros ce que dit le Médef pour faire claire pour ceux qui n'ont pas compris, la situations ne permet plus de tout payer( retraites et les aides sociales). Donc il faut choisir ! bonnes retraites pour plus tard où aides sociales. Et le plus mauvais serait de choisir les deux ce qui arrangerait le gouvernement , mais tirerait tout le monde vers la précarité vers laquelle on tend et dans ce cas de figure le plus mauvais choix serait celui pensé par un socialiste.
Réponse de le 27/07/2013 à 8:22 :
Il faut sortir les "charges" de la valeur ajoutée des entreprises;les aides sociales sur la CSG et les retraites sur l'énergie.Rassurez-vous,c'est la seule solution et comme personne n'en veut,nous en reparlerons.
a écrit le 25/07/2013 à 23:30 :
Partons du principe que l'âge légal de départ à la retraite reste à 62 ans, bon mais là limite en s'en fout, ce qui n'est pas précisé ici c'est que pour recevoir une retraite à taux plein dans le privé, l'âge est de 65 ans pour le mieux voir de 67 ans pour ceux nés après le 1er janvier 1955, pauvres retraités et retraités pauvres.
a écrit le 25/07/2013 à 17:50 :
Discours criminel. Beaucoup d'entreprises ne manqueront pas de se désolidariser de cette organisation et de la punir. Il est temps de savoir qui "est" le medef, quelles grandes entreprises tiennent ce disours anti-social et anti-français en se cachant.
a écrit le 25/07/2013 à 17:31 :
le medef,pourrait accepter une sous indexation ....les retraites c'est moins sur et il votent !!! (ils ne peuvent rien contre l'argic et l'arcco mais attention au retour de baton)
a écrit le 25/07/2013 à 17:26 :
La seule proposition qui vaille est refourguée en fin de paragraphe alors que ce serait la plus intelligente , la plus juste >>>>>

"Parmi les autres propositions soumises par le Medef au gouvernement, figure la vieille idée de l'instauration d'un régime de base unique (fonctionnaires, privé, indépendants) à points qui serait complété par des régimes complémentaires propres à chaque catégorie. Et ce, toujours dès 2020."

Nos pauvres énarques n'y jetteront même pas un oeil ..
a écrit le 25/07/2013 à 17:25 :
Propositions choc ou cheap. Franchement cote proposition y a pas grand chose et le psd vient d'etre elu on imagine le niveau de production une fois qu'il sera confortablement installe.
a écrit le 25/07/2013 à 17:25 :
Sous indexation des pensions = baisse des retraites.
CSG de 6,6 à 7,5 = baisse du pouvoir d'achat des retraités.
Suppression de l'abattement de 10% = baisse du pouvoir d'achat des retraités, expliquez moi en quoi une hausse des impots relèvera le système des retraites (deux choses différentes).
En avril, les retraités ont vu leur imposition augmentée de 0,3% déjà.
Cela fait beaucoup pour les retraités, et en plus, c'est facile, ils ne feront pas grève, comme peuvent le faire les fonctionnaires et les routiers, pour se défendre. Par contre, ils peuvent faire la grève de la consommation, déja qu'ils auront moins d'argent pour consommer...Vous etes tous des incapables notoires, des malfaisants, des maguouilleurs, vous vous gavez sur le dos des autres. J'ai 80 ans , j'ai 1400e de retraite, la maison de retraite dans laquelle je suis obligé de vivre me demande 2250e, demain, je n'aurai plus que 1300e de retraite, j'ai vendu mon petit appartement pour pouvoir payer, mais quand il ne restera plus rien, comment je paye ? Mme Delaunay, votre réforme de la dépendance, comment allez vous financer, avec encore un impot nouveau sur les retraites, vous n'avez pas honte ?
Réponse de le 30/07/2013 à 8:21 :
vous avez parfaitement raison. je ne pourrais rien laisser à mes enfants. on baisse ma retraite pour aider des gens qui n'ont jamais travaillé. donc je vais moins consommer
Réponse de le 30/07/2013 à 10:36 :
Maintenant ils s'attaque directement au calcul de votre retraite en mettant que la moitié de votre parcours sur le listing, et si vous ne contestez pas et être prêt à aller au tribunal , il ne revienne pas en arrière. Sur l'ensemble 80% baissent les bras et se résignent et les 20% restant obtiennent leurs droits au tribunal il faut le dire . Et c'est pareil pour les complémentaires gérées par toute une sorte de sociétés , un mille feuilles qui se paient lui-même sur le gâteau avec l'aval de syndicats . Préparez-vous futurs retraités et ne baissez pas les bras, n'hésitez pas à prendre un juriste ou un avocat , cela sera payant je vous l'assure.
a écrit le 25/07/2013 à 17:05 :
au lieu de repousser l'age de la retraite il ferait mieux de s'occupper des jeunes sans emploi qui n'arrête pas d'augmenter dans ces conditions vaut mieux être au RSA que de bosser !!!!!
a écrit le 25/07/2013 à 16:53 :
On est déjà le 25 août ? L'été est passé si vite cette année !
a écrit le 25/07/2013 à 16:51 :
Il n'y a pas grand chose d'intéressant dans les propositions de Medef , à part le régime à points pour calculer les retraites qui ne permettrait plus ainsi le vol patent de certaines retraites avec des normes et décrets qui apparaissent à tous moments pour dévaloriser un parcours professionnel car économie oblige.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :