La reprise s’installe un peu partout dans la zone euro, mais pas encore en France

 |  | 360 mots
Lecture 2 min.
L’indice PMI manufacturier indique une accélération de l’activité en Allemagne, en Espagne et en Italie. Mais elle n’est pas encore palpable en France et en Grèce.

Alors que le gouvernement se félicite de l'amélioration de la conjoncture, la dernière enquête PMI dans le secteur manufacturier réalisée auprès des directeurs d'achat par la société Markit risque de calmer ses ardeurs. On comprend mieux les impatiences du patronat qui réclame au gouvernement un choc fiscal pour redresser la compétitivité et l'ouverture d'une concertation sur le coût du travail.

La France et la Grèce en queue de peloton

 Si le secteur manufacturier de la zone euro enregistre un deuxième mois consécutif de croissance en août, l'industrie française continue de souffrir. Si l'indice PMI de la zone euro s'élève à 51,4 en août, il stagne à 49,7 en France et à 48 ,7 en Grèce. Pour mémoire, un indice inférieur à 50 indique une contraction de l'activité.

 « Les Indices PMI se redressent dans l'ensemble des pays couverts par l'enquête, à l'exception de la France. Les Pays-Bas arrivent en tête du classement par Indice PMI, suivis de l'Autriche et de l'Irlande. La France et la Grèce sont les seuls pays à enregistrer une nouvelle détérioration de leur secteur manufacturier », observe la société Markit.

 Le marché du travail ne se retourne toujours pas

Si reprise il y a, celle-ci n'est pas encore assez forte pour inciter les entreprises à embaucher. Ainsi, le marché de l'emploi continue de se détériorer en août, les effectifs reculant pour le dix-neuvième mois consécutif, même en Allemagne, en Italie et en Espagne. L'Irlande est le seul pays à enregistrer une progression de l'emploi en août.

« Les nouveaux signes de reprise mis en évidence par les derniers résultats de l'enquête devraient rassurer les banques centrales et responsables politiques. Toutefois, les entreprises étant réticentes à embaucher du personnel - en raison de politiques de réduction des coûts visant à stimuler la compétitivité et à compenser la hausse du prix du pétrole - il faudra un certain temps pour que les retombées positives de la reprise ne se fassent sentir sur le marché du travail », estime Chris Williamson, chef économiste chez Markit.

X

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/09/2013 à 20:07 :
Et oui, la reprise n?est pas pour la France. Si vous sanctionnez les investisseurs et les entrepreneurs en France et ils sont encouragé, à l?étranger, en leur laissant une meilleur par du fruit de leur travail.
A votre avis où vont-il réaliser leur création de richesse ? Que feriez-vous à leur place ?
Simple à comprendre? et non pas pour notre gouvernement de prof et d?intello mytho.
a écrit le 03/09/2013 à 18:26 :
On ne peut pas tout avoir, en France on a Hollande et les socialistes Français, ce n'est pas rien.
a écrit le 03/09/2013 à 18:01 :
pour qu'il y ait une amélioration en france il faudrait que les conditions de résussite soient en place. or en ayant plombé les entreprises et les ménages par l'emploi et charges, le gouvernement a accéléré l'usine à créer du chomeur, au lieu de tapper dans les mauvaises dépenses pour autofinancer la relance. donc aucune chance de reprise, si on en prend par effet induit grâce à la reprise des autres, on aura que des miettes en raison de l'obésité du monde public qui absorbe toute sles richesses produites et est un tonneau des danaides
a écrit le 03/09/2013 à 17:15 :
L'indice PMI manufacturier n'est pas un indice marquant une réalité mais une orientation...Par exemple il se redresse aux Pays-Bas qui connaissent encore une sévère récession au 2ème trimestre alors que son indice était déjà au-dessus de 50 au 2éme trimestre ..... Quand on connaît le pessimisme accablant des français (de toutes catégories) on comprend que l'indice même en cas de faible expansion soit en dessous de 50!!! Pour info l?indice PMI manufacturier est quelques fois en dessous de 50 en Chine malgré une croissance de 8%?
a écrit le 03/09/2013 à 17:07 :
NADA ! QUEDALLE ! NIET ! RIEN ! au choix.....
a écrit le 03/09/2013 à 14:05 :
La réduction du chômage se fait à 2,5%. Dans les sondages, on apprend que 60% de la population est désormais contre l Europe. C est en effet une usine à gaz à détruire les populations. Nous avons affaire à une destruction pure et simple du tissu économique. Voyez les ravages que les erreurs de gouvernance ont provoquées dans le sud européen ! Vie ou mort du citoyen quel est le but d une société ? On passe les retraites sous l inflation, c est de l escroquerie ! Nosferatu à l ?uvre !
a écrit le 03/09/2013 à 13:51 :
Nous avons là des exécuteurs du peuple : on parle de 5 points de TVA ! On parle d un accord de baisse des salaires pour les salariés alors qu ils sont en précarité et avec des salaires plus faibles que les fonctionnaires et bien souvent sans retraite. C est un régime de féodalité, un système qui ne marche pas et qui n a pas de croissance! C est du fascisme qui baisse le niveau de vie!
Réponse de le 03/09/2013 à 20:43 :
La croissance ne passe plus par la consommation et la dépense, comme l?augmentation des retraites, des allocations ou des salaires. Cette méthode était valable quant la France était riche et avait une industrie qui produisait les produits consommés. Aujourd?hui cela n?est plus vrai, toute augmentation de la consommation en France c?est de la production, et donc de la richesse, à l?étranger et la France s?appauvrie et réalise maintenant des dettes pour payer ce luxe que nous ne pouvons plus nous offrir.
Le bon sens populaire le sait bien, la création de richesse est dans le travail, pas dans les postes de fonctionnaire qui la consomme.
La solution est dans l?encouragement de l?investissement, des entrepreneurs et du travail, pas dans la récompense de l?assistanat improductif.
Il n?y a que nos gouvernants, de prof ou d?intello mytho et les naïfs, pour penser que créer de la richesse c?est consommer et non produire.
Réponse de le 04/09/2013 à 12:11 :
à frédéric : + 1000, on nous anesthésie de propos intellos pour faire oublier l'essentiel, et pour cause, ça remet en cause le monde politico-administratif, cette chappe de plomb qui met le privé sous son joug et le pique toute la richesse créee en la transformant en gabegie publique et dette
a écrit le 03/09/2013 à 13:32 :
si on supprimait le sénat, 3/4 des hauts fonctionnaires, la CGT, les régimes spéciaux, les départements, communes de communes et autres lubies, on aurait une croissance à 2 chiffres
Réponse de le 04/09/2013 à 13:12 :
totalement d'accord, et il faut dire en ramenant le secteur public et politique à une dimension suffisante et avec efficacité, on serait dans les ratios des meilleurs, on ferait 30% de gaisn de dépenses, de quoi autofinancer la relance au lieu de se surendetter en plombant l'emploi par les impots, une saine gestion de base quoi !!! c'est dire à quel point nos politiques sont nuls et donc nuisibles pour le peuple, rien à voir avec ceux des pays nordiques
a écrit le 03/09/2013 à 13:12 :
On a effectivement une croissance nulle, on condamne des millions de chômeurs et d exclus. On nous annonce dans la presse que la France est dans une impasse économique. C est donc une volonté de destruction, faire baisser les salaires et le social. Sommes-nous suicidaires ?
a écrit le 03/09/2013 à 12:56 :
La vraie question à se poser dorénavant est : comment vivre désormais avec 0.5 % de croissance en France ?
a écrit le 03/09/2013 à 12:48 :
C est la croissance Dagobert, le roi mérovingien qui ne fait rien, sauf des comités théodule. On a fait un traité du nom de Lisbonne qui n est pas appliqué : investissements, compétitivité, R&D. Veut-on la fin de notre économie ? On s étonne que les gens n ont pas de travail, première préoccupation nationale. Les salaires des jeunes sortis de l école ont baissé en moyenne de 15% depuis 2000. Qui parle d un régime de progrès ? Qui parle de valeurs humanistes ? On fait dans l oppression politique et la destruction du niveau de vie de la population. Nous avons un déficit abyssal.
a écrit le 03/09/2013 à 12:40 :
C est un système étrange qui ne risque pas de faire de la croissance : on a formé des ingénieurs agronomes, mais on leur demande de faire des programmes alors que cela ne correspond pas à leurs qualifications. On a une administration de l emploi en double, on dit les chômeurs qu ils se débrouillent, mais on fait fermer les usines. On publie des chiffres de chômage faux et le PIB stagne hors inflation? Comment se fait-il qu avec des centaines de milliers d emplois non pourvus et une double administration on n y arrive pas ? Peut être on pourrait tripler l administration ?
a écrit le 03/09/2013 à 12:23 :
Vous avez vu que le gouvernement songe à remettre en place la défiscalisation des heures supp ? Vous en pensez quoi ? Moi, ça me fait bien rire en tous cas !
a écrit le 03/09/2013 à 12:15 :
L assassin du peuple au gouvernément supprime les emplois publics et liquide les sites de production ! Doit-on dire père de l Europe ou bien bourreau ? On pousse les gens au suicide!
Réponse de le 04/09/2013 à 13:09 :
que les fonctionnaires mals à l'aise aillent dansle privé, il y a 500 000 emplois non pourvus !!! quand à 2 airs de musique, l'important c'est ce qui est majoritaire ! entre 35h max, pas de management, pas de mesure d'efficacité, même paye qu'on bosse ou pas, garantie de l'emploi, jamais de réorganisations, et 40 à 70h, pilotage par l'efficacité et les résultats, risques permanents y compris de licenciements.. il faudrait pas inverser les arguments et nous faire pleurer sur cette armée de fonctionnaires inefficaces, la plus grosse armée de la planète, et qui nous ruine en coûts et dépenses !!
a écrit le 03/09/2013 à 12:11 :
C est la maximisation du chômage, la mise en faillite, la récession ! On nous annonce 150% de dettes compte tenu des engagements européens? On parle d un suicide collectif organisé par l Etat, le tas qui étouffe la croissance en fait de réguler.
a écrit le 03/09/2013 à 11:49 :
C est ce qu on appelle se débarasser de l humanité comme dans le sud européen ! C est un système nazi ! L économie française ne fonctionne pas, c est une évidence. Le sud européen est aux mains de SS qui éliminent entre 25 et 50% des jeunes générations. La réforme des retraites augmente les ponctions sur les jeunes, la spoliation se poursuit. On voit la malfaisance à l ?uvre dans l épidémie de suicide au travail, valable dans l administration. On déclare seulement la moitié des chômeurs que la presse publie, c est 6 millions. Les droits fondamentaux ne sont pas appliqués, on déclare à Clermont 360 personnes sans logement. Le droit au travail non plus, ni celui à la retraite, on parle de 70 ans pour les jeunes. La question des retraites pose celle des salaires privés qui sont plus faibles et des salariés sans retraite ! On a fait du logement cher depuis 2000 sur une pénurie organisée. Il existe une administration de l emploi en double, à quoi ça sert ? On dépense 10 points de PIB inutilement, sans résultat sur la réduction de la pauvreté ou du chômage. L école est critiquée par la population pour la faiblesse du niveau. On parle népotisme alors que des gens ont un poste à 4/20 alors que nos ingénieurs sont laissés pour compte, 25%. On parle d archaïsme technologique, 30 milliards de sous investissement par an. Et un déficit qui grandit à 60 milliards sur 6 mois alors que la population est contre la logique de dette jusqu?à la faillite. Et le chômage continue d augmenter. Il existe des centaines de milliers d emplois non pourvus. Comment espère-t-on faire de la croissance alors qu on fait fermer emplois publics et sites de production. Ainsi notre fabrique automobile ne fonctionne pas. Qui est le dictateur fou qui ment, dévaste et fait fortune en réduisant le niveau de vie de la population ! Pourquoi les classes moyennes devraient trimer jusqu à la mort au travail et d autres paresser dans l administration, on parle de 60000 profs sans élèves. L épargne finance la dette mais pas la croissance ? Quels citoyens sont menacés dans leur existence et dans la précarité du travail alors qu on a des élus fonctionnaires ? Il existerait une liste de comptes et des riches qui s évadent. Le progrès économique et social est nul ! On emploie les gens en dépit du bon sens, on fait de la manutention à des ingénieurs? Les allocations ne sont même pas payées, de qui se moque-t-on ! Au maquis !
a écrit le 03/09/2013 à 11:49 :
La France et la Grèce sont derniers. C'est normal, ces deux pays n'ont pas fait de restructuration nécessaire et refusent tout reformes de leurs institutions.
a écrit le 03/09/2013 à 10:49 :
Avec un coût du travail 3 fois supérieur en France et des syndicalistes haineux qui en demandent toujours plus, pas étonnant. Ce pays est mort. RIP.
a écrit le 03/09/2013 à 10:48 :
En fait, on assiste en Europe à une reprise par dévaluation interne, la dévaluation externe étant impossible. Cela arrange tout le monde, sauf les salariés bien sûr.
a écrit le 03/09/2013 à 10:37 :
On se fout vraiment du monde. La petite reprise constatée en Europe (sauf France et Grèce) se fait en comprimant les salaires (c'est visible en Allemagne, en Italie et en Espagne) et en licenciant (les effectifs reculent). Il est facile d'avoir de la croissance à court terme dans ces conditions. Mais à long terme, c'est la catastrophe assurée (la consommation étant condamnée à décroître).
Réponse de le 04/09/2013 à 12:17 :
total délire, on dépense en augmentant la dette et sans creer de richesse, puisque pour dépenser on augmente les impôts et charges qui tuent l'emploi, le cercle infernal de la descente aux enfers mécanique ! pas besoin de faire référence à des économiciens intellos aussi nuls que les politiciens qui n'ont pas jamais rien géré, jamais mis les pieds dans une entreprise (heureusement car ils la couleraient en qq mois). le salut est dans la saine gestion, réduire drastiquement les dépenses inutiles, cf canada, suéde.. et utiliser les économies pour aider les pme, le bon sens le plus élémentaire ! mais certes totalement incompréhensible pour un dogmatique de gauche
a écrit le 03/09/2013 à 10:22 :
Normal, le gouvernement a opté pour la convergence avec ... la Grèce, c'est un choix discutable, mais c'est un choix !
a écrit le 03/09/2013 à 9:59 :
La reprise s'installe un peu partout dans la zone euro. L'indice PMI manufacturier indique une accélération de l'activité en Allemagne, en Espagne , grèce et en Italie grâce a un dumping social qui ne veut pas dire son nom.

Mais elle pointe sont nez avec un minimum de dégâts sociaux en France .
a écrit le 03/09/2013 à 9:54 :
Au même niveau ou presque que la GRECE ! position peu enviable de la France sur le plan industriel, mais quoi de plus "normal" après une année passée à pourfendre les patrons à taxer tout le monde hors de proportion avec l'économie réelle du Pays, à continuer à créer des dizaines de milliers de postes de fonctionnaires, relever les prestations sociales et le tout sans croissance !
On voit bien ne serait-ce que dans l'automobile un trimestre d'embellie ne craint pas une rechute comme en août, pire si l'on prend l'exemple de l'Allemagne (encore une fois) qui profite mieux que nous de la reprise économique en zone euro, cela n'empêche pas de continuer à perdre des emplois avec un chômage en hausse contrairement aux prévisions.
En France même s'il y a une embellie en croissance à 1% en 2014 au lieu de 0,80% ce sera encore avec une perte d'emplois marchands ne serait-ce qu'avec les plans sociaux à venir comme PSA, MICHELIN et tous les sous-traitants.
a écrit le 03/09/2013 à 8:53 :
La reprise elle attend tout simplement que le capitaine mette en route son pédalo et rentre chez lui
a écrit le 03/09/2013 à 8:12 :
Si l'on s'aperçoit d'une reprise ailleurs c'est qu'ils partent de bien plus bas que la France! L'effet yo-yo a été amortie par le matelas social créer pendant les "30 glorieuses"!
a écrit le 03/09/2013 à 7:51 :
preuve que le baratin de notre gouvernement est faux il est temps de le changer pour redonner de la confiance
a écrit le 03/09/2013 à 7:36 :
dans cet article,le rédacteur met à égalité la France et la Grèce
a écrit le 03/09/2013 à 6:51 :
Tant que l'etat prelevera sa dime sur le capital avant meme que celui-ci ait eu une chance de s'investir et absorbera 50% des ses revenus on n'en sortira pas. La confiance est perdue et les mouvements de girouette du gouvernement n'aident pas a la restaurer. On va ou a part aux urnes dans 6 mois et dans le mur tout de suite ?
a écrit le 03/09/2013 à 5:14 :
La France conserve son handicap du coût du travail, et si il y a reprise, nous serons les dernier de la classe Europe.La France n'a pas fait de réformes structurelles et conserve une fonction publique redondante dont les fonctionnaires les plus hauts( A et +) sont gavés de primes, des élus trop nombreux, des dépenses militaires à l'étranger d'un autre âge etc etc.
a écrit le 03/09/2013 à 0:08 :
L'état pend tout, difficile après de consommer.
a écrit le 02/09/2013 à 22:28 :
Avec les freins serrés à mort, c'est sûr que ça va repartir...
a écrit le 02/09/2013 à 22:02 :
La reprise est là ...
a écrit le 02/09/2013 à 21:47 :
En même temps si cela avait commencé par la France personne n'y aurait cru. Les Français sont conservateurs et vieux jeu. Pour que quelque chose marche en France il faut que les Américains ou les Allemands l'aient fait avant ! La reprise aussi !
a écrit le 02/09/2013 à 21:32 :
Que deviennent les hauts fournaux ?....
On a vendu nôtre âme au plus offrant. Et on se demande ce qu'il reste de l'industrie en France ?...
Exactement comme pour le paquebot du même nom. Les multiples erreurs de jugement et pour finir, les syndicats qui finissent par "couler" le bateau. Ah non pas coulé pardon. Vendu... à Alang... Et devinez qui nous revend des hublots, de tableau, même la proue...
Pourtant, un association avait réuni ce qu'il fallait pour le racheter, et même le désamianter. Le port de Honfleur l'accueillait. Les gens "investissaient, entreprenaient". Et puis, non. Mr Sarkozy (par fidélité à Chirac...?) à opposé son véto.
Comme pour tout un tas de projet de ce genre, il est tué dans l'oeuf. Peut importe le gouvernement. La France est à vendre...
a écrit le 02/09/2013 à 21:07 :
Ce gouvernement y met du sien pour empêcher une reprise
Taxes impôts charges ...
Coût du travail en hausse
Investissement en baisse
Pouvoir d'achat en recul
Même nos amis de l' ENA devraient s'en rendre compte
a écrit le 02/09/2013 à 20:24 :
"La dernière enquête PMI dans le secteur manufacturier réalisée auprès des directeurs d'achat par la société Mark". Vous faites bien de préciser ce qu'est l'indice PMI, un simple indice de "confiance" des directeurs d'achat ni plus ni moins, qui ne reflète en rien la réalité économique.
a écrit le 02/09/2013 à 20:20 :
Carte des plans sociaux en France
http://www.leparisien.fr/economie/carte-interactive-les-plans-sociaux-en-france-15-05-2013-2805181.php
a écrit le 02/09/2013 à 20:05 :
Marrant de voir qu'à chaque nouvelle macro-économique, commentateurs de droite et gauche continuent à se crêper le chignon. Marrant... ? Euh en fait, non. Désolant me semble plutôt être le terme approprié ! Aux défenseurs de Sarko : regardez les choses en face, durant son mandat il n'a rien fait pour améliorer la situation éco, la dette publique a doublé, et il a acheté la paix sociale des fonctionnaires à coups de primes "en veux-tu en voilà". Pas un gestionnaire, juste un gesticulateur. Aux défenseurs de Hollande : soyez réalistes, l'effet d'aubaine que constitue le retour de la croissance (molle) en zone Euro ne va pas inverser la tendance de fond et de log terme : le fait que la France s'installe lentement et durablement dans la récession et le chômage. Vous croyez que la croissance va revenir miraculeusement comme en 98/99, il n'en est rien. En 15 ans, la France a perdu de sa compétitivité par rapport à ses voisins et son déclin est inéluctable tant qu'elle n'aura pas répondu aux problématiques de ses entreprises. Aujourd'hui on a de nouveau des perspectives de croissance en Espagne par exemple, pas en France. Vous pouvez nous faire croire que notre pays va profiter de cette croissance chez nos voisins, moi je n'y crois pas, ou celle-ci sera invisible notamment sur nos chiffres de l'emploi. En fait, je pense que ce retour de la croissance est le pire scénario pour nous, car il fait croire à certains une embellie qui ne pourra pas venir sans des réformes profondes et durables de notre pays. Bref juste du temps de perdu.
a écrit le 02/09/2013 à 19:48 :
Ils zont cassé le batiment et l'immobilier t ce n'est pas près de revenir. Duflot inspire confiance comme pas possible, comme ses patrons.
a écrit le 02/09/2013 à 19:38 :
Heuresement depuis son election il y a eu la reprise........de la forte hausse des impots
a écrit le 02/09/2013 à 19:33 :
Hollande l'a apercue....prendre la tangente
a écrit le 02/09/2013 à 19:33 :
La reprise, ellepeut pas voir hollande en peinture. Elle est pas près de revenir.
a écrit le 02/09/2013 à 19:20 :
en France la reprise est nul comme le gouvernement et elle n'est pas prés de se relancer tellement ils sont nuls nuls nuls
a écrit le 02/09/2013 à 18:53 :
Je ne vois dans cette actualité que de bonnes nouvelles pour la France. D'abord, l'indice PMI pour la France est à l'équilibre (49,7 soit 50 avec la marge d'erreur). Cela veut dire qu'après 5 années catastrophiques, en à peine un an de gouvernance, notre président François Hollande a réussi à arrêter la chute de l'économie française. Et dieu c'est que l'on partait de loin. Je dis bravo ! Mais le plus important reste à venir, l'article le dit très bien. Si tous les pays d'Europe sont au dessus de 50, cela veut dire que la reprise est là en Europe. Hors l'Europe est le principal client de la France à l'export. C'est donc excellent pour l'économie française. L'activité progresse de jour en jour en France, la croissance est de retour et d'ici quelques semaines à peine, elle va se concrétiser sur les chiffres de l'emploi. C'est exactement le scénario avancé par le président il y a quelques mois. A l'époque, les ignorants étaient dubitatifs, mais maintenant, tout le monde se rend compte de l'évidence : La courbe du chômage va effectivement s'inverser avant la fin de l'année. Cela rassure de savoir que la France est bien dirigée, par des gouvernant qui voient plus loin que le bout de leur nez.
a écrit le 02/09/2013 à 18:45 :
la france va continuer de se desindustrialiser, conformement aux souhaits de ce gvt qui souhaite casser les reins a tout le monde ( comme ils l'avaient annonce pdt leur campagne): industriels, patrons, actionnaires, entrepreneurs, etc... si la france ne prend que de la stagnation et pas de la recession pdt les 10 annees a venir, faudra etre content, parce que vu l'etat de l'arriere boutique...
a écrit le 02/09/2013 à 18:33 :
La France à très peu vu la "crise" et la "recession" qui va avec aussi elle verra très peu la "reprise".
a écrit le 02/09/2013 à 18:26 :
« C?est quand la mer se retire qu?on voit ceux qui se baignent nus » cet aphorisme de Warren Buffet peut aussi s'appliquer à des Etats-Providences ayant rechigné à moderniser leur économie en raison du coût électoral immédiat à supporter. Mauvais calcul: les français pour une grande part risquent d'être très irrités de voir la reprise leur passer sous le nez. Ce jour là, l'humiliation s'ajoutera à la frustration ! La réélection du sortant s'arrêtera au soir du premier tour...
a écrit le 02/09/2013 à 18:26 :
La reprise est là ...!... oui la reprise de la croissance du nombre exponentiel des travailleurs pauvres et de la précarité des contrats de travail foireux sont en fortes croissances, très fortes croissances ...!...
a écrit le 02/09/2013 à 18:10 :
Il fallait la réclamer cette mauvaise nouvelle; mais à force de présenter un patchwork de diverses statistiques mensuelles (avec des omissions systématique sur les plus mauvais chiffres) les lecteurs ne voient plus le grand tableau de la situation. La tribune n'a par exemple peu publié les nombreux PMI -même historiquement bas- des derniers 24 mois. Sans jamais nous présenter une vision sur une période plus longue.De même encore avec cet article. Autre chose: l'article dit bien que la molle reprise réservée aux autres pays européens n'aura pas encore d'impact sur les embauches, mais ne prédit pas l'évidence que l'augmentation du chômage dans le secteur manufacturier français qui reste à l'évidence en déclin sera malheureusement dans les mois (et années) à venir un autre vecteur puissant de mauvaises nouvelles. La seule (fausse) bonne nouvelle, ce secteur économique deviendra de plus en plus négligeable pour son poids dans le PIB et son impact sur la stagnation récessive actuelle et sur l'emploi.
a écrit le 02/09/2013 à 17:59 :
Un seul coup d'oeuil a NONO Hollande et vous avez tout compris sur ce que vale les socialos.
a écrit le 02/09/2013 à 17:55 :
Normal.gestion socialo.
a écrit le 02/09/2013 à 17:43 :
Mecatroid, Elu_Ps, on a besoin de vous, il faut expliquer le contraire !! tout va bien je vais bien...
a écrit le 02/09/2013 à 17:38 :
La France et la Grèce sont derniers. C'est normale, ces deux pays n'ont pas fait de restructuration et refuse tout reformes.
a écrit le 02/09/2013 à 17:37 :
Il faudrait commencer par démontrer, sinon prouver, que la reprise est réalisable sans appauvrissement des populations, dont des travailleurs, pour leur compte comme salariés. A défaut, faire le maquignon sera la seule ligne de conduite, en dehors du conflit social provoqué.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :